Mercato été 2022/2023

Forum infohac.com - Réagissez sur les résultats et sur l'actualité du Havre Athletic Club, venez discuter HAC et Football entre supporters et participer aux débats, sondages, coups de gueule...
Avatar du membre
mHACcauv
Ligue 1
Ligue 1
Messages : 2005
Enregistré le : 04 mai 2021 21:26

Re: Mercato été 2022/2023

Message par mHACcauv »

Des noms à suivre durant la saison, voir si c'était pertinent ou pas de ne pas concrétiser ces pistes.
Avatar du membre
Ben
National 2
National 2
Messages : 406
Enregistré le : 05 mai 2021 00:10

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Ben »

Meven a écrit : 27 juin 2022 16:15 Plus qu’à espérer trouver au moins aussi bien. :pascontent2:
Ils n'ont jamais joué chez nous donc compliqué d'espérer "aussi bien", ça restera du domaine de la spéculation.
Meven
Ligue Europa
Ligue Europa
Messages : 3183
Enregistré le : 04 mai 2021 23:28

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Meven »

Ben a écrit : 27 juin 2022 16:54
Meven a écrit : 27 juin 2022 16:15 Plus qu’à espérer trouver au moins aussi bien. :pascontent2:
Ils n'ont jamais joué chez nous donc compliqué d'espérer "aussi bien", ça restera du domaine de la spéculation.
Bien sûr, comme Messi personne ne pouvait savoir s’il allait faire une bonne saison ou non au PSG. Dans chaque recrutement il y a une part d’inconnu.

Reste que c’était des profils très intéressants, des jeunes talentueux et que la saison dernière les prêts des trois jeunes étaient une réussite.
Avatar du membre
Ben
National 2
National 2
Messages : 406
Enregistré le : 05 mai 2021 00:10

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Ben »

Meven a écrit : 27 juin 2022 17:01
Ben a écrit : 27 juin 2022 16:54
Meven a écrit : 27 juin 2022 16:15 Plus qu’à espérer trouver au moins aussi bien. :pascontent2:
Ils n'ont jamais joué chez nous donc compliqué d'espérer "aussi bien", ça restera du domaine de la spéculation.
Bien sûr, comme Messi personne ne pouvait savoir s’il allait faire une bonne saison ou non au PSG. Dans chaque recrutement il y a une part d’inconnu.

Reste que c’était des profils très intéressants, des jeunes talentueux et que la saison dernière les prêts des trois jeunes étaient une réussite.
Oui sur le papier j'étais assez enjoué aussi, surtout pour Gelin, c'est dommage.
Avatar du membre
HACISBACK
National
National
Messages : 702
Enregistré le : 06 mai 2021 21:16

Re: Mercato été 2022/2023

Message par HACISBACK »

J'espère que si le club s'offre le luxe de se passer de Gelin il y aura du costaud derrière mais bon je vois pas trop comment on peut ambitionner mieux que lui en défense. Hâte à mercredi pour voir les premières recrues.
fabrice13
Ligue 2
Ligue 2
Messages : 1527
Enregistré le : 04 mai 2021 10:50

Re: Mercato été 2022/2023

Message par fabrice13 »

Meven a écrit : 27 juin 2022 17:01
Reste que c’était des profils très intéressants, des jeunes talentueux et que la saison dernière les prêts des trois jeunes étaient une réussite.
La saison dernière n'est pas une réussite, surtout la deuxième partie de saison avec Abline le bienheureux.
Abline pour parler de lui, n'a pas perdu son temps, sa demie saison au hac lui permettra d'être remplacant en Ligue 1.
Nous il ne nous a rien apporter puisqu'en 2022 notre classement est 16e.
Faire mieux que Thiaré ne me paraît pas insurmontable, il l'a fait en marquant quelques buts.(que devient Thiaré avec notre nouveau coach ?)
Ce jeune à peut-être un potentiel à venir mais au hac il a été le meilleur des moins bons en 2022.
Après je n'ai rien du tout contre lui et je lui souhaite de la réussite à Rennes.
Avatar du membre
Yazkaw
National 3
National 3
Messages : 142
Enregistré le : 07 mai 2021 12:03

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Yazkaw »

Je poste cela dans le mercato suite à l'arrivée de serge Costa.

Voici un article super intéressant sur son profil

Serge Costa, l’entraîneur qui développe les footballeurs pros
entraînement
Par Frederic Yang
Publié le 16/06/2020 - Mis à jour le 19/03 19:10
Serge Costa
Populaire dans le basketball et notamment en NBA, le métier d’entraîneur chargé du développement des joueurs ou « player development coach » commence à prendre de l’ampleur dans le football. Serge Costa, actuellement entraîneur adjoint au Amiens SC, est l’un des précurseurs en France puisqu’il a notamment collaboré avec Benjamin Pavard, Idrissa Gueye, Mattéo Guendouzi et les frères Ayew. Il nous dévoile les différentes facettes de son métier.
« Quand je collabore avec un joueur, je le fais travailler selon les préférences de ses coéquipiers. Je prends en compte la manière dont ils se déplacent, la nature et les récurrences de leur jeu sans ballon. On ne fait jamais du travail technique pour faire du travail technique. Tout est toujours contextualisé donc le joueur travaille comme-ci ses coéquipiers étaient vraiment avec lui. » À l’heure où de nombreux entraîneurs personnels de football affluent sur les réseaux sociaux, Serge Costa s’évertue d’appliquer une méthodologie très précise aux joueurs professionnels qu’il accompagne depuis 2014, et la création de sa société Playmaker. Aujourd’hui, adjoint de Luka Elsner au Amiens SC, Serge Costa délègue de nombreuses tâches à son équipe qui continue d’accompagner de nombreux joueurs professionnels en France et à l'étranger. Parmi eux, on retrouve donc Idrissa Gueye, Benjamin Pavard, Mattéo Guendouzi, les frères Ayew mais aussi Jules Koundé, Youssouf Fofana, Aurélien Tchouaméni, Zaydou Youssouf, Yassine Benrahou, Hugo Vandermersch, Maxwel Cornet ou encore Dodi Lukebakio.

Formé à l’université de Lisbonne comme José Mourinho et Ruben Amorim
Avant de devenir entraîneur chargé du développement des joueurs, Serge Costa est passé par de nombreuses étapes et différentes formations. « À la base, je suis diplômé d’un Master en marketing et management du sport. J’ai d’ailleurs commencé ma carrière en étant scout pour Puma. C’est-à-dire que j’étais chargé de recruter des joueurs talentueux et prometteurs pour représenter la marque. C’est notamment durant mon passage que le service Sports Marketing de Puma a signé Olivier Giroud, Antoine Griezmann, Thomas Lemar (depuis équipé par adidas, ndlr) ou encore Kalidou Koulibaly. On a fait quelques erreurs de casting aussi. En parallèle, j’ai commencé à passer mes diplômes d’entraîneur et donc à entraîner. J’ai tout d’abord travaillé à l’AS Nancy-Lorraine sous les ordres de José Martinez, avant de revenir à Sarrebourg, ville de Moselle dont je suis originaire, puis de rejoindre le Racing Club de Strasbourg en 2012 par l’intermédiaire de Jean-Marc Kuentz. Là-bas, j’ai été l’adjoint de Thierry Brand avec les U15, de François Keller avec la CFA 2. J’ai aussi entraîné les U16 avec Martin Djetou, et l’équipe senior féminine en 2018/2019. Donc mêler le management/sponsoring sportif avec mon activité d’entraîneur m’a permis de travailler mon œil. À ce moment-là, j’ai commencé à chercher quels paramètres pouvaient permettre aux joueurs de performer mais aussi ce qui pouvait les empêcher d’aller au bout de leur processus de développement », nous explique Serge Costa.

Malgré le bon travail effectué au sein de Puma, il est libéré par l’équipementier au cours d’un plan social. Animé par sa passion du jeu et du terrain, il décide de rebondir en se consacrant pleinement à sa carrière d’entraîneur. Titulaire d’un Diplôme d’État Supérieur (DES) mention Football, il poursuit ses études en ralliant le Portugal et plus précisément Lisbonne et sa célèbre Faculté de motricité humaine, où de nombreux entraîneurs portugais comme José Mourinho ou plus récemment Ruben Amorim se sont formés. Pendant son voyage initiatique vers le métier d’entraîneur, il côtoie des références comme Jean-Louis Gasset. Il fait aussi un an de stage au Paris Saint-Germain au sein du service Game Analysis managé par Adrien Tarascon et visite les centres de formation du Sporting Clube de Portugal et de Manchester United. Il voue une admiration pour la formation portugaise et espagnole, où l’on considère le football comme « une science humaine qui met en interactions plusieurs disciplines externes : psychologie, management des hommes, méthodes d’apprentissage et qui valorisent l’homme et pas juste le footballeur », comme il l’a raconté sur rue89strasbourg.com.

Entraîneur de développement global plutôt qu’entraîneur individuel
Fort de ses expériences en tant que scout et entraîneur/formateur, Serge Costa est contacté par Bouna Ndiaye, un agent sportif très influent dans le basketball mais aussi dans le football. « C’était en 2014, Bouna qui me connaissait à travers mon travail chez Puma m’appelle et me demande de travailler avec Idrissa Gueye, car il souhaitait lui faire passer un cap, notamment dans les 30 derniers mètres, pour lui permettre de signer dans un club de Premier League. Il m’a aussi mis en contact avec l’agent des frères Ayew, Fitzgérald Thomas, qui voulait aussi les faire progresser et les placer en Premier League. C’est à ce moment-là que mon activité s’est vraiment lancée », se souvient-il, avant d’ajouter : « J’ai la chance de pouvoir choisir les joueurs et les agents avec lesquels ma société collabore. Et si notre méthodologie fonctionne, c’est aussi parce que les managers et les agents offrent l’environnement adéquat pour permettre à leurs joueurs de réussir. »



Serge Costa a mis en place une méthodologie d’entraînement qu’il a construit au fil de ses expériences. Surtout, il s’impose un gros travail d’analyse vidéo, d'analyse des statistiques avancées et d’exercices sur le terrain pour être le plus efficace possible. Il détaille : « on parle souvent d’entraîneur individuel pour parler de mon métier mais je ne suis pas entraîneur individuel. Pourquoi ? Parce que je travaille avec les joueurs dans le but de les intégrer au jeu collectif déployé par leur équipe. Donc entraîneur individuel n’est pas le bon terme pour désigner ce métier. Je développe les joueurs de façon globale. En anglais, on parle de “player development coach”, mais je dirais juste que je suis en charge du développement global des joueurs. Mon travail concerne aussi bien la tactique que la technique, que la prise de décision ou la capacité à faire preuve d’efficacité dans chaque situation de match. »

La réflexion au cœur de cette méthodologie de travail
Quand de nombreux entraîneurs individuels se focalisent sur la maîtrise de différents gestes techniques isolés de toute considération collective, Serge Costa privilégie quant à lui la contextualisation permanente au cours de ses séances. Sans doute un héritage de son passage au Portugal, pays de la périodisation tactique (façon de structurer les entraînements de manière globale) ou de l’influence de ses mois passés au Paris Saint-Germain où il a découvert un modèle de jeu révolutionnaire et une méthodologie innovante pour aider les joueurs à s’adapter à un football en perpétuelle évolution selon ses propres aveux. « Avec Idrissa Gueye, je me suis beaucoup inspiré de ce que pouvait faire Blaise Matuidi au Paris Saint-Germain et de sa qualité à pouvoir se projeter dans les 30 derniers mètres. Pourquoi ? Parce qu’en utilisant les stats avancées et en modélisant les systèmes de jeu des meilleures équipes, on s'est rendu compte que de trouver un joueur lancé dans les 30 derniers mètres, comme pouvait le faire Matuidi, était beaucoup plus efficace que de tenter une frappe lointaine ou sans angle. Donc avant de commencer les entraînements spécifiques avec Idrissa, il a fallu faire un travail de recherche conséquent et lui faire prendre conscience de ce qu’il pouvait améliorer via l’analyse vidéo, les stats avancées et les situations de jeu sur le terrain », précise Serge Costa. Qui poursuit :

« au cours d’un entraînement, on sollicite d’abord la prise d’informations car le football va de plus en plus vite. Quel référent est important ? Quel référent ne l’est pas ? (un référent désigne la prise d’information qui va orienter la prise de décision, ndlr) Ce n’est pas en plein match que le joueur doit découvrir la réponse à ces questions. Alors, on l’entraîne, avec l’objectif de simplifier au maximum les référents d’un joueur. Pourquoi ? Car voir avant permet de jouer plus vite. Ensuite, on travaille l’intention de jeu. Par exemple, pour un milieu de terrain, on va alterner entre capacité à jouer vers l’avant et faculté à faire une passe plus latérale pour mettre en orbite un partenaire. As-tu exploité au maximum les caractéristiques des partenaires qui t’entourent ? La réflexion est au cœur de l’entraînement qui prend en considération tout l’environnement du joueur. C’est-à-dire le style de jeu de l’équipe pour laquelle il joue, le profil de ses coéquipiers, de ses adversaires, les principes de jeu de l’entraîneur principal mais aussi ses qualités intrinsèques, ce qu’il est capable de faire, et son potentiel, soit les gestes efficaces qu’il pourra très vite réaliser. Tout ça entraîne une réflexion tactique qui va déboucher sur des réponses techniques sur le terrain. Et il ne faut pas oublier la dimension mentale avec la gestion des émotions. Il s’agit donc bien d’un développement global du joueur. »

D’ailleurs, Serge Costa a pour habitude de travailler par zone de jeu et non pas par poste de jeu. « Un latéral et un ailier ont des problématiques de jeu très proches : bloquer la ligne, gérer des un-contre-un, gérer des un-contre-deux, arriver en zone préférentielle de centre et réaliser le geste juste, etc. Benjamin Pavard et Dodi Lukebakio, avec qui je travaille, n’ont pas le même poste sur le terrain mais pourtant ils rencontrent bien les mêmes problématiques en match. Tout est donc conditionné par rapport à la zone », justifie-t-il.

Pas un entraîneur révolutionnaire mais un travailleur
Malgré son jeune âge, 32 ans, et un carnet d’adresses qui ne cesse de se remplir, Serge Costa reste discret et humble. Il nous assure : « je ne me vois pas comme un entraîneur révolutionnaire. Ce n’est pas moi qui transforme les joueurs mais avec moi, ils sont sûrs de travailler et d’être concentrés sur des éléments précis de leur jeu. J’ai au moins le mérite de les stimuler. » Et les joueurs le lui rendent bien. Récemment interrogé par RMC Sport, Jules Koundé, que Costa voyait deux fois par mois quand il était à Bordeaux, avait déclaré « qu’il avait constaté des progrès depuis le début de sa collaboration avec Serge. » De manière plus directe, l’intéressé nous dévoile comment il évalue un travail efficace : « je sais que j’ai bien travaillé quand un joueur atteint ses objectifs de carrière, son ambition de rejoindre un club plus huppé ou plus simplement quand il augmente son salaire. C’est aussi simple que ça. Quand ton joueur prend de la valeur, tu peux estimer que ton travail a été bien fait. » Loin d’être rassasié par ses récents succès, Serge Costa continue de travailler sans relâche, marqué par une phrase sortie de la bouche de Mathieu Bodmer : « dans le foot, on a que ce que l’on mérite ! »



Perfectionniste, il a établi ses propres données statistiques et compilé des milliers de situations de jeu par zone du terrain. « Comme je l’ai expliqué plus tôt. Il n’y a jamais de réponses toutes faites dans le football. Il y a des réponses différentes selon la zone du terrain, les phases de jeu, le moment du match, l’adversaire, etc. Chez Playmaker, on possède une vidéothèque avec des milliers de situations dans des zones très précises du terrain que l’on peut comparer avec les prises de décision du joueur avec lequel on travaille. Par exemple, pour Mattéo Guendouzi, on peut lui dire qu’auraient fait Busquets ou Verratti dans la même situation que lui ? », décortique Serge Costa qui réalise aussi des briefings et débriefings avec ses joueurs avant et après chaque match. Il argumente : « avant un match contre Strasbourg, on a fait un point avec Jules Koundé car il allait affronter Ludovic Ajorque, qui est beaucoup plus grand que lui. On a anticipé que le staff adverse allait faire jouer Ajorque dans la zone de Jules. Donc, notre réflexion a été de nous dire : "ok, il faut que tu arrives lancé sur les ballons aériens pour avoir une chance de remporter tes duels. S’il arrive à bloquer ta course, comment tu t’ajustes ?". C’était la même chose avec Mattéo Guendouzi lors de ses premiers matchs avec Arsenal. Il fallait qu’il s’intègre à un nouveau jeu, à un nouveau championnat et qu’il arrête de vouloir en faire trop. »

Serge Costa précise aussi qu’il n’oublie pas d’effectuer du travail défensif au cours de ses entraînements. « Évidemment, je prends en compte les organisations défensives de l’équipe de mes joueurs. Par exemple, je peux demander à un joueur d’effectuer un centre ou un tir puis de défendre immédiatement pour vivre le contre-pressing qu’effectue généralement son équipe. Donc oui, je consacre une grosse partie au travail défensif mais toujours en m’adaptant au style de jeu de chaque équipe. Par exemple, je travaillais avec un défenseur du Barça et son agent m’a dit que je travaillais trop les sorties de balle et pas assez les interventions défensives. Je lui ai répondu : "non mais attends, par match, dis-moi combien de fois le Barça va se trouver en possession du ballon, dans des situations de sortie de balle en comparaison aux situations de défense placée ? Quand je le fais travailler sa relance, je lui fais anticiper l’éventuelle perte de balle d’un milieu de terrain. Ce n’est pas de la défense ça ?" Bref, tout est contextualisé. C’est la base de mon travail », indique avec ferveur Serge Costa.

Entraîneur chargé du développement des joueurs, un métier d’avenir ?
Attiré par la bonne réputation de Serge Costa dans le milieu, Amiens via John Williams, son responsable du recrutement, a décidé de lui offrir un contrat de six mois le 1er janvier 2020. Directement intégré dans le staff de Luka Elsner, Serge Costa a mis en place ses méthodes de développement des joueurs au sein même des entraînements quotidiens d’Amiens. « Ce qui est génial à Amiens, c’est que l’on a la même vision et que l’on travaille toujours ensemble. Je ne suis pas isolé, je travaille main dans la main avec Luka Elsner, qui est un entraîneur d’avenir, hyper précis sur les moindres détails du jeu, et qui me consulte aussi lorsqu’il doit faire des choix tactiques », nous révèle-t-il.

Vu que le football est en mutation constante, avec l’apport de plus en plus d’entraîneurs spécifiques et de spécialistes au sein des staffs des équipes professionnelles, le métier d’entraîneur chargé du développement des joueurs, si populaire dans le basketball, va-t-il complètement se démocratiser à l’avenir ? Serge Costa nous donne sa vision des choses : « je pense que le "player development" existe depuis plusieurs années dans le football mais que personne n’y avait mis de nom dessus. Un joueur comme Cesc Fabregas a des routines d’entraînement depuis des années par exemple. Au basket, l’essence même du jeu a contribué à faire naître des entraîneurs spécialistes du développement d’un joueur car les basketteurs se retrouvent plusieurs fois dans les mêmes zones et reproduisent systématiquement des actions similaires du fait de la taille du terrain, de la limite de temps par possession et du nombre limité de joueurs sur le parquet. Dans le football, c’est moins évident de faire ça mais on y vient. Regardez en Angleterre où des équipes professionnelles ont déjà commencé à intégrer des entraîneurs chargés du développement des joueurs.

La route de Serge Costa le mènera peut-être un jour vers des grands clubs européens, même si l’intéressé n’en fait pas un cheval de bataille. « Je n’ai pas d’objectif idéal. Mon but à moi, c’est simplement de gagner des matches et de continuer à faire progresser les joueurs. Déjà, si Puma ne m’avait pas fait partir, je serais sans doute toujours scout pour la marque et on n’aurait jamais eu cette discussion. Je me satisfais déjà de ce que j’ai et si je dois aller plus haut et plus loin, ça arrivera mais ce n’est pas un objectif », conclut Serge Costa. Après tout, « dans le foot, on a que ce que l’on mérite... »
:echarpe5: A jamais le premier, de tous les clubs français Ô !!!! H.A.C........ :echarpe5:
Fier de tes origines , fils d’Oxford et Cambridge, deux couleurs font notre prestige Ciel & Marine
Meven
Ligue Europa
Ligue Europa
Messages : 3183
Enregistré le : 04 mai 2021 23:28

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Meven »

fabrice13 a écrit : 27 juin 2022 18:00
Meven a écrit : 27 juin 2022 17:01
Reste que c’était des profils très intéressants, des jeunes talentueux et que la saison dernière les prêts des trois jeunes étaient une réussite.
La saison dernière n'est pas une réussite, surtout la deuxième partie de saison avec Abline le bienheureux.
Abline pour parler de lui, n'a pas perdu son temps, sa demie saison au hac lui permettra d'être remplacant en Ligue 1.
Nous il ne nous a rien apporter puisqu'en 2022 notre classement est 16e.
Faire mieux que Thiaré ne me paraît pas insurmontable, il l'a fait en marquant quelques buts.(que devient Thiaré avec notre nouveau coach ?)
Ce jeune à peut-être un potentiel à venir mais au hac il a été le meilleur des moins bons en 2022.
Après je n'ai rien du tout contre lui et je lui souhaite de la réussite à Rennes.
Comment peux tu mettre sur le dos d’Abline la seconde partie de saison?

Oui son prêt est une réussite la preuve Genesio compte lui donner sa chance suite a ses six bons mois au Hac.

Tu me tiens la même logique ultra simpliste que ceux qui affirmaient que Varane n’avait pas le niveau pour aller au Réal, la preuve son équipe Lens était descendu en L2 et ne faisait pas parti des meilleures défenses de L2 (c’est le premier exemple qui me vient en tête mais je pourrais en citer bien d’autres).

Je le répète oui Balde Boura et Abline sont des prêts réussis contrairement à beaucoup d’autres prêts par le passé.
Avatar du membre
Fabi1
National 2
National 2
Messages : 366
Enregistré le : 05 mai 2021 08:32

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Fabi1 »

faut espérer effectivement que ça bouge rapidement côté joueurs !!! parce qu'au niveau du staff, je crois que c'est bon, on est au taquet, on a rien oublié .... DG, DS, entraîneur, entraîneur adjoint, entraîneur des gardiens, préparateur physique, préposé à lavidéo, au recrutement et j'en passe .... mais n'oublions pas que le foot se joue surtout avec des joueurs !!!! et pour l'instant, comme les années précédentes, beaucoup d'effets d'annonces, des joueurs convoités qui finalement ne viendront pas ... et qui vont renforcer des clubs concurrents qui, eux, ne perdent pas de temps et se préparent en vue de la saison de tous les dangers !!!!!
bref, plus de bla bla et d'enfumage , mais des actes et du concret !!!!!
''' tout cramer, pour repartir sur des bases saines""".
Avatar du membre
Fabi1
National 2
National 2
Messages : 366
Enregistré le : 05 mai 2021 08:32

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Fabi1 »

Meven a écrit : 27 juin 2022 18:27
fabrice13 a écrit : 27 juin 2022 18:00
Meven a écrit : 27 juin 2022 17:01
Reste que c’était des profils très intéressants, des jeunes talentueux et que la saison dernière les prêts des trois jeunes étaient une réussite.
La saison dernière n'est pas une réussite, surtout la deuxième partie de saison avec Abline le bienheureux.
Abline pour parler de lui, n'a pas perdu son temps, sa demie saison au hac lui permettra d'être remplacant en Ligue 1.
Nous il ne nous a rien apporter puisqu'en 2022 notre classement est 16e.
Faire mieux que Thiaré ne me paraît pas insurmontable, il l'a fait en marquant quelques buts.(que devient Thiaré avec notre nouveau coach ?)
Ce jeune à peut-être un potentiel à venir mais au hac il a été le meilleur des moins bons en 2022.
Après je n'ai rien du tout contre lui et je lui souhaite de la réussite à Rennes.
Comment peux tu mettre sur le dos d’Abline la seconde partie de saison?

Oui son prêt est une réussite la preuve Genesio compte lui donner sa chance suite a ses six bons mois au Hac.

Tu me tiens la même logique ultra simpliste que ceux qui affirmaient que Varane n’avait pas le niveau pour aller au Réal, la preuve son équipe Lens était descendu en L2 et ne faisait pas parti des meilleures défenses de L2 (c’est le premier exemple qui me vient en tête mais je pourrais en citer bien d’autres).

Je le répète oui Balde Boura et Abline sont des prêts réussis contrairement à beaucoup d’autres prêts par le passé.
on peut juste regretter qu'abline ne soit pas arrivé des le début de saison alors qu'on était très costauds défensivement mais qu'on manquait cruellement d'un buteur .... il nous aurait probablement permis de rester au contact des 5 premiers et de s'offrir une fin de saison plus excitante !!!
''' tout cramer, pour repartir sur des bases saines""".
Meven
Ligue Europa
Ligue Europa
Messages : 3183
Enregistré le : 04 mai 2021 23:28

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Meven »

Yazkaw a écrit : 27 juin 2022 18:07 Je poste cela dans le mercato suite à l'arrivée de serge Costa.

Voici un article super intéressant sur son profil

Serge Costa, l’entraîneur qui développe les footballeurs pros
entraînement
Par Frederic Yang
Publié le 16/06/2020 - Mis à jour le 19/03 19:10
Serge Costa
Populaire dans le basketball et notamment en NBA, le métier d’entraîneur chargé du développement des joueurs ou « player development coach » commence à prendre de l’ampleur dans le football. Serge Costa, actuellement entraîneur adjoint au Amiens SC, est l’un des précurseurs en France puisqu’il a notamment collaboré avec Benjamin Pavard, Idrissa Gueye, Mattéo Guendouzi et les frères Ayew. Il nous dévoile les différentes facettes de son métier.
« Quand je collabore avec un joueur, je le fais travailler selon les préférences de ses coéquipiers. Je prends en compte la manière dont ils se déplacent, la nature et les récurrences de leur jeu sans ballon. On ne fait jamais du travail technique pour faire du travail technique. Tout est toujours contextualisé donc le joueur travaille comme-ci ses coéquipiers étaient vraiment avec lui. » À l’heure où de nombreux entraîneurs personnels de football affluent sur les réseaux sociaux, Serge Costa s’évertue d’appliquer une méthodologie très précise aux joueurs professionnels qu’il accompagne depuis 2014, et la création de sa société Playmaker. Aujourd’hui, adjoint de Luka Elsner au Amiens SC, Serge Costa délègue de nombreuses tâches à son équipe qui continue d’accompagner de nombreux joueurs professionnels en France et à l'étranger. Parmi eux, on retrouve donc Idrissa Gueye, Benjamin Pavard, Mattéo Guendouzi, les frères Ayew mais aussi Jules Koundé, Youssouf Fofana, Aurélien Tchouaméni, Zaydou Youssouf, Yassine Benrahou, Hugo Vandermersch, Maxwel Cornet ou encore Dodi Lukebakio.

Formé à l’université de Lisbonne comme José Mourinho et Ruben Amorim
Avant de devenir entraîneur chargé du développement des joueurs, Serge Costa est passé par de nombreuses étapes et différentes formations. « À la base, je suis diplômé d’un Master en marketing et management du sport. J’ai d’ailleurs commencé ma carrière en étant scout pour Puma. C’est-à-dire que j’étais chargé de recruter des joueurs talentueux et prometteurs pour représenter la marque. C’est notamment durant mon passage que le service Sports Marketing de Puma a signé Olivier Giroud, Antoine Griezmann, Thomas Lemar (depuis équipé par adidas, ndlr) ou encore Kalidou Koulibaly. On a fait quelques erreurs de casting aussi. En parallèle, j’ai commencé à passer mes diplômes d’entraîneur et donc à entraîner. J’ai tout d’abord travaillé à l’AS Nancy-Lorraine sous les ordres de José Martinez, avant de revenir à Sarrebourg, ville de Moselle dont je suis originaire, puis de rejoindre le Racing Club de Strasbourg en 2012 par l’intermédiaire de Jean-Marc Kuentz. Là-bas, j’ai été l’adjoint de Thierry Brand avec les U15, de François Keller avec la CFA 2. J’ai aussi entraîné les U16 avec Martin Djetou, et l’équipe senior féminine en 2018/2019. Donc mêler le management/sponsoring sportif avec mon activité d’entraîneur m’a permis de travailler mon œil. À ce moment-là, j’ai commencé à chercher quels paramètres pouvaient permettre aux joueurs de performer mais aussi ce qui pouvait les empêcher d’aller au bout de leur processus de développement », nous explique Serge Costa.

Malgré le bon travail effectué au sein de Puma, il est libéré par l’équipementier au cours d’un plan social. Animé par sa passion du jeu et du terrain, il décide de rebondir en se consacrant pleinement à sa carrière d’entraîneur. Titulaire d’un Diplôme d’État Supérieur (DES) mention Football, il poursuit ses études en ralliant le Portugal et plus précisément Lisbonne et sa célèbre Faculté de motricité humaine, où de nombreux entraîneurs portugais comme José Mourinho ou plus récemment Ruben Amorim se sont formés. Pendant son voyage initiatique vers le métier d’entraîneur, il côtoie des références comme Jean-Louis Gasset. Il fait aussi un an de stage au Paris Saint-Germain au sein du service Game Analysis managé par Adrien Tarascon et visite les centres de formation du Sporting Clube de Portugal et de Manchester United. Il voue une admiration pour la formation portugaise et espagnole, où l’on considère le football comme « une science humaine qui met en interactions plusieurs disciplines externes : psychologie, management des hommes, méthodes d’apprentissage et qui valorisent l’homme et pas juste le footballeur », comme il l’a raconté sur rue89strasbourg.com.

Entraîneur de développement global plutôt qu’entraîneur individuel
Fort de ses expériences en tant que scout et entraîneur/formateur, Serge Costa est contacté par Bouna Ndiaye, un agent sportif très influent dans le basketball mais aussi dans le football. « C’était en 2014, Bouna qui me connaissait à travers mon travail chez Puma m’appelle et me demande de travailler avec Idrissa Gueye, car il souhaitait lui faire passer un cap, notamment dans les 30 derniers mètres, pour lui permettre de signer dans un club de Premier League. Il m’a aussi mis en contact avec l’agent des frères Ayew, Fitzgérald Thomas, qui voulait aussi les faire progresser et les placer en Premier League. C’est à ce moment-là que mon activité s’est vraiment lancée », se souvient-il, avant d’ajouter : « J’ai la chance de pouvoir choisir les joueurs et les agents avec lesquels ma société collabore. Et si notre méthodologie fonctionne, c’est aussi parce que les managers et les agents offrent l’environnement adéquat pour permettre à leurs joueurs de réussir. »



Serge Costa a mis en place une méthodologie d’entraînement qu’il a construit au fil de ses expériences. Surtout, il s’impose un gros travail d’analyse vidéo, d'analyse des statistiques avancées et d’exercices sur le terrain pour être le plus efficace possible. Il détaille : « on parle souvent d’entraîneur individuel pour parler de mon métier mais je ne suis pas entraîneur individuel. Pourquoi ? Parce que je travaille avec les joueurs dans le but de les intégrer au jeu collectif déployé par leur équipe. Donc entraîneur individuel n’est pas le bon terme pour désigner ce métier. Je développe les joueurs de façon globale. En anglais, on parle de “player development coach”, mais je dirais juste que je suis en charge du développement global des joueurs. Mon travail concerne aussi bien la tactique que la technique, que la prise de décision ou la capacité à faire preuve d’efficacité dans chaque situation de match. »

La réflexion au cœur de cette méthodologie de travail
Quand de nombreux entraîneurs individuels se focalisent sur la maîtrise de différents gestes techniques isolés de toute considération collective, Serge Costa privilégie quant à lui la contextualisation permanente au cours de ses séances. Sans doute un héritage de son passage au Portugal, pays de la périodisation tactique (façon de structurer les entraînements de manière globale) ou de l’influence de ses mois passés au Paris Saint-Germain où il a découvert un modèle de jeu révolutionnaire et une méthodologie innovante pour aider les joueurs à s’adapter à un football en perpétuelle évolution selon ses propres aveux. « Avec Idrissa Gueye, je me suis beaucoup inspiré de ce que pouvait faire Blaise Matuidi au Paris Saint-Germain et de sa qualité à pouvoir se projeter dans les 30 derniers mètres. Pourquoi ? Parce qu’en utilisant les stats avancées et en modélisant les systèmes de jeu des meilleures équipes, on s'est rendu compte que de trouver un joueur lancé dans les 30 derniers mètres, comme pouvait le faire Matuidi, était beaucoup plus efficace que de tenter une frappe lointaine ou sans angle. Donc avant de commencer les entraînements spécifiques avec Idrissa, il a fallu faire un travail de recherche conséquent et lui faire prendre conscience de ce qu’il pouvait améliorer via l’analyse vidéo, les stats avancées et les situations de jeu sur le terrain », précise Serge Costa. Qui poursuit :

« au cours d’un entraînement, on sollicite d’abord la prise d’informations car le football va de plus en plus vite. Quel référent est important ? Quel référent ne l’est pas ? (un référent désigne la prise d’information qui va orienter la prise de décision, ndlr) Ce n’est pas en plein match que le joueur doit découvrir la réponse à ces questions. Alors, on l’entraîne, avec l’objectif de simplifier au maximum les référents d’un joueur. Pourquoi ? Car voir avant permet de jouer plus vite. Ensuite, on travaille l’intention de jeu. Par exemple, pour un milieu de terrain, on va alterner entre capacité à jouer vers l’avant et faculté à faire une passe plus latérale pour mettre en orbite un partenaire. As-tu exploité au maximum les caractéristiques des partenaires qui t’entourent ? La réflexion est au cœur de l’entraînement qui prend en considération tout l’environnement du joueur. C’est-à-dire le style de jeu de l’équipe pour laquelle il joue, le profil de ses coéquipiers, de ses adversaires, les principes de jeu de l’entraîneur principal mais aussi ses qualités intrinsèques, ce qu’il est capable de faire, et son potentiel, soit les gestes efficaces qu’il pourra très vite réaliser. Tout ça entraîne une réflexion tactique qui va déboucher sur des réponses techniques sur le terrain. Et il ne faut pas oublier la dimension mentale avec la gestion des émotions. Il s’agit donc bien d’un développement global du joueur. »

D’ailleurs, Serge Costa a pour habitude de travailler par zone de jeu et non pas par poste de jeu. « Un latéral et un ailier ont des problématiques de jeu très proches : bloquer la ligne, gérer des un-contre-un, gérer des un-contre-deux, arriver en zone préférentielle de centre et réaliser le geste juste, etc. Benjamin Pavard et Dodi Lukebakio, avec qui je travaille, n’ont pas le même poste sur le terrain mais pourtant ils rencontrent bien les mêmes problématiques en match. Tout est donc conditionné par rapport à la zone », justifie-t-il.

Pas un entraîneur révolutionnaire mais un travailleur
Malgré son jeune âge, 32 ans, et un carnet d’adresses qui ne cesse de se remplir, Serge Costa reste discret et humble. Il nous assure : « je ne me vois pas comme un entraîneur révolutionnaire. Ce n’est pas moi qui transforme les joueurs mais avec moi, ils sont sûrs de travailler et d’être concentrés sur des éléments précis de leur jeu. J’ai au moins le mérite de les stimuler. » Et les joueurs le lui rendent bien. Récemment interrogé par RMC Sport, Jules Koundé, que Costa voyait deux fois par mois quand il était à Bordeaux, avait déclaré « qu’il avait constaté des progrès depuis le début de sa collaboration avec Serge. » De manière plus directe, l’intéressé nous dévoile comment il évalue un travail efficace : « je sais que j’ai bien travaillé quand un joueur atteint ses objectifs de carrière, son ambition de rejoindre un club plus huppé ou plus simplement quand il augmente son salaire. C’est aussi simple que ça. Quand ton joueur prend de la valeur, tu peux estimer que ton travail a été bien fait. » Loin d’être rassasié par ses récents succès, Serge Costa continue de travailler sans relâche, marqué par une phrase sortie de la bouche de Mathieu Bodmer : « dans le foot, on a que ce que l’on mérite ! »



Perfectionniste, il a établi ses propres données statistiques et compilé des milliers de situations de jeu par zone du terrain. « Comme je l’ai expliqué plus tôt. Il n’y a jamais de réponses toutes faites dans le football. Il y a des réponses différentes selon la zone du terrain, les phases de jeu, le moment du match, l’adversaire, etc. Chez Playmaker, on possède une vidéothèque avec des milliers de situations dans des zones très précises du terrain que l’on peut comparer avec les prises de décision du joueur avec lequel on travaille. Par exemple, pour Mattéo Guendouzi, on peut lui dire qu’auraient fait Busquets ou Verratti dans la même situation que lui ? », décortique Serge Costa qui réalise aussi des briefings et débriefings avec ses joueurs avant et après chaque match. Il argumente : « avant un match contre Strasbourg, on a fait un point avec Jules Koundé car il allait affronter Ludovic Ajorque, qui est beaucoup plus grand que lui. On a anticipé que le staff adverse allait faire jouer Ajorque dans la zone de Jules. Donc, notre réflexion a été de nous dire : "ok, il faut que tu arrives lancé sur les ballons aériens pour avoir une chance de remporter tes duels. S’il arrive à bloquer ta course, comment tu t’ajustes ?". C’était la même chose avec Mattéo Guendouzi lors de ses premiers matchs avec Arsenal. Il fallait qu’il s’intègre à un nouveau jeu, à un nouveau championnat et qu’il arrête de vouloir en faire trop. »

Serge Costa précise aussi qu’il n’oublie pas d’effectuer du travail défensif au cours de ses entraînements. « Évidemment, je prends en compte les organisations défensives de l’équipe de mes joueurs. Par exemple, je peux demander à un joueur d’effectuer un centre ou un tir puis de défendre immédiatement pour vivre le contre-pressing qu’effectue généralement son équipe. Donc oui, je consacre une grosse partie au travail défensif mais toujours en m’adaptant au style de jeu de chaque équipe. Par exemple, je travaillais avec un défenseur du Barça et son agent m’a dit que je travaillais trop les sorties de balle et pas assez les interventions défensives. Je lui ai répondu : "non mais attends, par match, dis-moi combien de fois le Barça va se trouver en possession du ballon, dans des situations de sortie de balle en comparaison aux situations de défense placée ? Quand je le fais travailler sa relance, je lui fais anticiper l’éventuelle perte de balle d’un milieu de terrain. Ce n’est pas de la défense ça ?" Bref, tout est contextualisé. C’est la base de mon travail », indique avec ferveur Serge Costa.

Entraîneur chargé du développement des joueurs, un métier d’avenir ?
Attiré par la bonne réputation de Serge Costa dans le milieu, Amiens via John Williams, son responsable du recrutement, a décidé de lui offrir un contrat de six mois le 1er janvier 2020. Directement intégré dans le staff de Luka Elsner, Serge Costa a mis en place ses méthodes de développement des joueurs au sein même des entraînements quotidiens d’Amiens. « Ce qui est génial à Amiens, c’est que l’on a la même vision et que l’on travaille toujours ensemble. Je ne suis pas isolé, je travaille main dans la main avec Luka Elsner, qui est un entraîneur d’avenir, hyper précis sur les moindres détails du jeu, et qui me consulte aussi lorsqu’il doit faire des choix tactiques », nous révèle-t-il.

Vu que le football est en mutation constante, avec l’apport de plus en plus d’entraîneurs spécifiques et de spécialistes au sein des staffs des équipes professionnelles, le métier d’entraîneur chargé du développement des joueurs, si populaire dans le basketball, va-t-il complètement se démocratiser à l’avenir ? Serge Costa nous donne sa vision des choses : « je pense que le "player development" existe depuis plusieurs années dans le football mais que personne n’y avait mis de nom dessus. Un joueur comme Cesc Fabregas a des routines d’entraînement depuis des années par exemple. Au basket, l’essence même du jeu a contribué à faire naître des entraîneurs spécialistes du développement d’un joueur car les basketteurs se retrouvent plusieurs fois dans les mêmes zones et reproduisent systématiquement des actions similaires du fait de la taille du terrain, de la limite de temps par possession et du nombre limité de joueurs sur le parquet. Dans le football, c’est moins évident de faire ça mais on y vient. Regardez en Angleterre où des équipes professionnelles ont déjà commencé à intégrer des entraîneurs chargés du développement des joueurs.

La route de Serge Costa le mènera peut-être un jour vers des grands clubs européens, même si l’intéressé n’en fait pas un cheval de bataille. « Je n’ai pas d’objectif idéal. Mon but à moi, c’est simplement de gagner des matches et de continuer à faire progresser les joueurs. Déjà, si Puma ne m’avait pas fait partir, je serais sans doute toujours scout pour la marque et on n’aurait jamais eu cette discussion. Je me satisfais déjà de ce que j’ai et si je dois aller plus haut et plus loin, ça arrivera mais ce n’est pas un objectif », conclut Serge Costa. Après tout, « dans le foot, on a que ce que l’on mérite... »
Tres intéressant
Avatar du membre
Domcan
National
National
Messages : 906
Enregistré le : 04 mai 2021 21:35

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Domcan »

Meven a écrit : 27 juin 2022 16:15 Plus qu’à espérer trouver au moins aussi bien. :pascontent2:
Lol, comme ci Gelin avait tout péter 😀

ps: il a fait quoi Gelin😀...
Avatar du membre
titanhac76
Ligue 2
Ligue 2
Messages : 1765
Enregistré le : 04 mai 2021 21:14

Re: Mercato été 2022/2023

Message par titanhac76 »

Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:08
Meven a écrit : 27 juin 2022 16:15 Plus qu’à espérer trouver au moins aussi bien. :pascontent2:
Lol, comme ci Gelin avait tout péter 😀

ps: il a fait quoi Gelin😀...
Il jouait en L1...... :boulet:
Avatar du membre
Domcan
National
National
Messages : 906
Enregistré le : 04 mai 2021 21:35

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Domcan »

titanhac76 a écrit : 27 juin 2022 19:12
Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:08
Meven a écrit : 27 juin 2022 16:15 Plus qu’à espérer trouver au moins aussi bien. :pascontent2:
Lol, comme ci Gelin avait tout péter 😀

ps: il a fait quoi Gelin😀...
Il jouait en L1...... :boulet:
Ah ok je m'incline 🤣...

ps: je ne préfère pas regarder ses stats... je te crois 😄😉
Avatar du membre
titanhac76
Ligue 2
Ligue 2
Messages : 1765
Enregistré le : 04 mai 2021 21:14

Re: Mercato été 2022/2023

Message par titanhac76 »

Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:15
titanhac76 a écrit : 27 juin 2022 19:12
Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:08

Lol, comme ci Gelin avait tout péter 😀

ps: il a fait quoi Gelin😀...
Il jouait en L1...... :boulet:
Ah ok je m'incline 🤣...

ps: je ne préfère pas regarder ses stats... je te crois 😄😉
mdr.... :nonon: ...je suis sur que t'as maté qd meme.... :modo:
Avatar du membre
Domcan
National
National
Messages : 906
Enregistré le : 04 mai 2021 21:35

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Domcan »

titanhac76 a écrit : 27 juin 2022 19:19
Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:15
titanhac76 a écrit : 27 juin 2022 19:12

Il jouait en L1...... :boulet:
Ah ok je m'incline 🤣...

ps: je ne préfère pas regarder ses stats... je te crois 😄😉
mdr.... :nonon: ...je suis sur que t'as maté qd meme.... :modo:
🤣🤣🤣
Excellent Titanhac😉.

ps : je t'avoue quand j'ai su que Polo était sur lui et que j'ai su qu'il s'était fait les ligaments la saison dernière... je n'ai pas été plus loin... je me suis dis un pari de plus... ça passe ou ça casse.... du Polo.
Meven
Ligue Europa
Ligue Europa
Messages : 3183
Enregistré le : 04 mai 2021 23:28

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Meven »

Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:08
Meven a écrit : 27 juin 2022 16:15 Plus qu’à espérer trouver au moins aussi bien. :pascontent2:
Lol, comme ci Gelin avait tout péter 😀

ps: il a fait quoi Gelin😀...
C’est assez marrant ta réflexion car si tu avais un peu suivi la conférence de presse Ils expliquaient que le but n’était pas spécialement de recruter des joueurs qui avaient été bons dans leur club mais plutôt des joueurs qui sont susceptibles d’être bon chez nous. Ce qui fait une grosse différence.

Car un joueur qui a performé dans un club ne performera peut être pas chez nous (au Havre les exemples sont nombreux). A l’inverse un prospect qui n’a rien prouvé peut se révéler chez nous.
Le tout est de trouver ces bons prospects.

Concrètement des joueurs comme Duhammel Jager, Nouri, Faure, Dembele ont été des flops chez nous. A contrario des joueurs peu connus comme Saiss, Mesloub, Bonnet, Le Marchand, Rivière etc… se sont montrés très bons.

Donc avancer comme argument qu’untel n’a pas tout pété dans son précédent club n’est clairement pas un bon argument.

Et de la meme manière que j’étais convaincu qu’Abline était un joueur à se faire prêter, je suis convaincu que Tchaouna l’est également.

Et pour revenir au cas particulier de Gelin, sans sa blessure jamais on n’aurait pu envisager de le recruter.
Modifié en dernier par Meven le 27 juin 2022 21:01, modifié 2 fois.
Meven
Ligue Europa
Ligue Europa
Messages : 3183
Enregistré le : 04 mai 2021 23:28

Re: Mercato été 2022/2023

Message par Meven »

Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:43
titanhac76 a écrit : 27 juin 2022 19:19
Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:15

Ah ok je m'incline 🤣...

ps: je ne préfère pas regarder ses stats... je te crois 😄😉
mdr.... :nonon: ...je suis sur que t'as maté qd meme.... :modo:
🤣🤣🤣
Excellent Titanhac😉.

ps : je t'avoue quand j'ai su que Polo était sur lui et que j'ai su qu'il s'était fait les ligaments la saison dernière... je n'ai pas été plus loin... je me suis dis un pari de plus... ça passe ou ça casse.... du Polo.
Ce n’est pas comme si Tino n’était pas arrivé chez nous blessé… :]
Modifié en dernier par Meven le 27 juin 2022 20:33, modifié 1 fois.
Avatar du membre
franciscopolis
Division régionale
Division régionale
Messages : 53
Enregistré le : 05 mai 2021 19:34

Re: Mercato été 2022/2023

Message par franciscopolis »

Meven a écrit : 27 juin 2022 20:02
Domcan a écrit : 27 juin 2022 19:08
Meven a écrit : 27 juin 2022 16:15 Plus qu’à espérer trouver au moins aussi bien. :pascontent2:
Lol, comme ci Gelin avait tout péter 😀

ps: il a fait quoi Gelin😀...
Concrètement des joueurs comme Duhammel Jager, Nouri, Faure, Dembele ont été des flops chez nous. A contrario des joueurs peu connus comme Saiss, Mesloub, Bonnet, Le Marchand, Mesloub Rivière etc… se sont montrés très bons.
Tu oublies le principal je pense. Nassim Akrour :naah:
Avatar du membre
yotifoot76
Division régionale
Division régionale
Messages : 60
Enregistré le : 04 mai 2021 23:46

Re: Mercato été 2022/2023

Message par yotifoot76 »

HACISBACK a écrit : 27 juin 2022 17:28 J'espère que si le club s'offre le luxe de se passer de Gelin il y aura du costaud derrière mais bon je vois pas trop comment on peut ambitionner mieux que lui en défense. Hâte à mercredi pour voir les premières recrues.
Il y a encore Vincent Manceau (SCO) ou même Thomas Heurtaux tous deux très expérimentés !
Répondre