[REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Forum infohac.com - Réagissez sur les résultats et sur l'actualité du Havre Athletic Club, venez discuter HAC et Football entre supporters et participer aux débats, sondages, coups de gueule...
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le gardien havrais Arthur Desmas « avait une telle envie »...

Ultime rempart d’une des douze défenses à ne pas avoir concédé le moindre but lors de la journée d’ouverture, samedi 30 juillet 2022, Arthur Desmas, désigné dès son arrivée de Clermont Foot comme le nouveau numéro 1 du Havre AC, fait le point sur ses débuts en ciel et marine.

Sa dernière apparition datait d’avril dernier, face au FC Metz (1-1), sa quinzième et dernière en L1 dans les rangs de Clermont Foot, lors d’une saison qui le vit être relégué au rôle de doublure entre le 21 novembre 2021 et le 9 avril 2022. Dur pour celui qui avait pourtant été l’un des grands artisans de l’accession historique des Auvergnats au sein de l’élite du football français. Samedi 30 juillet 2022 face à Grenoble (0-0), Arthur Desmas (28 ans), décisif à deux reprises, a ainsi renoué avec la compétition et son statut de numéro 1.

À titre personnel, quel goût vous a laissé cette première au Stade Océane ?

« Ça m’a fait du bien, d’autant que les matches amicaux, ce n’est pas ce que je préfère. Seule la compétition a un sens. Reprendre, qui plus est dans un tel stade, c’était très agréable. J’avais une telle envie, une telle excitation de commencer. »

Avec un arrière-goût de revanche par rapport à la fin de votre aventure à Clermont ?

« Ouais… Enfin… Je ne sais pas si revanche est le mot juste, mais je souhaite vraiment retrouver les sensations qui étaient les miennes lors la saison 2020-2021 (NDLR : il avait été nommé parmi les meilleurs gardiens de L2). Le fait de changer d’air va m’y aider. »

« Mathieu (Gorgelin) ne fait part d’aucune animosité »

Comment se passe la cohabitation avec Mathieu Gorgelin, auquel les gants du numéro 1 avaient été promis par Paul Le Guen, puis retiré à l’arrivée de Luka Elsner ?

« Très bien. Je m’entends super bien avec lui, comme avec Momo (Koné). Tous les trois, on se pousse. Avec Nico (Douchez), il y a une super-osmose entre nous. Mathieu ne fait part d’aucune animosité. C’est vraiment cool de travailler dans de telles conditions. »

Cette situation, qui vous est favorable, l’avez-vous évoquée en « privé » avec Mathieu Gorgelin ?

« Oui, dès mon arrivée. Et j’ai tout de suite vu que c’était quelqu’un de très fiable. C’était important d’échanger rapidement avec lui. Et depuis que je suis là, c’est l’un des premiers à faciliter mon intégration. »

Et cette intégration vous a vu franchir une nouvelle étape, avec un premier « clean sheet » au sortir de la journée d’ouverture...

« C’est une bonne chose. Mais le plus important selon moi, c’est d’avoir vu les dix autres joueurs défendre. Ça rassure. Un tel état d’esprit va nous permettre de bâtir quelque chose d’intéressant. Alors oui, j’ai eu un peu plus de travail que Brice Maubleu (NDLR : le portier du GF38), mais même si beaucoup de joueurs se connaissent, au milieu et en attaque notamment, il faut laisser un peu de temps afin que tout le monde intègre les nouveaux schémas de jeu. Et si on reste solide derrière, offensivement, tout devrait s’enchaîner naturellement. »

Cornette, la tuile !

« C’est un muscle (fessier) qui n’est quasiment jamais touché », précise Luka Elsner. Mais un muscle qui laisse apparaître une telle lésion qu’il faudra à Quentin Cornette, touché mercredi après-midi, faire preuve de patience. D’une grande patience même. S’il pourra rapidement renouer avec le travail athlétique, et individuel, l’excentré droit devra en effet rester à l’écart de la compétition entre trois et quatre semaines.

Test pour El Hajjam

À l’arrêt depuis le début de la semaine en raison d’un problème musculaire contracté samedi dernier face à Grenoble, Oualid El Hajjam, de retour à l’entraînement collectif hier après-midi, effectuera un ultime test ce vendredi, veille du déplacement à Valenciennes.

Mbemba à l’arrêt

Touché aux ischios, Nolan Mbemba, sorti samedi dernier peu avant la pause (41e), ne pourra être samedi du voyage à Valenciennes et devra également faire une croix sur les troisième et quatrième journées (face à Pau et Saint-Étienne). Également douloureux, les ischios de Zakaria Diallo le contraignent à quelques jours de repos.

Thiaré jusqu’au bout de son contrat ?

Lié au Havre AC jusqu’en juin 2023, Jamal Thiaré (29 ans), arrivé d’Avranches (N) il y a quatre ans, ne devrait pas quitter la Porte Océane avant la fin de son contrat. Si les dirigeants havrais ne sont pas contre l’idée de se délester dès maintenant du salaire de l’attaquant, annoncé comme l’un des plus conséquents de l’effectif, si Guingamp a bien tenté de séduire le Sénégalais, la situation de ce dernier restera, sauf surprise, figée pour quelques mois encore.

Hequet aux côtés d’Elsner

Contraint de suivre à distance les cinq semaines de préparation, Romain Hequet, membre du staff technique (entraîneur adjoint et analyste vidéo) dirigé jusqu’en mai dernier par Paul Le Guen, a finalement retrouvé une place sur le terrain, en qualité d’adjoint de Luka Elsner.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC attend de nouveaux renforts

Les sept recrues enregistrées, dont six dédiées au secteur défensif, ne suffisent pas encore à modifier sensiblement le visage du Havre AC, attendu ce samedi 6 août 2022 à Valenciennes. Luka Elsner attend encore quelques renforts.

C’est bien évidemment le secteur le plus délicat à relooker. Économiquement le plus compliqué. Et, en l’état, celui qui préoccupe peut-être le plus le staff technique et les dirigeants. Au regard de la journée d’ouverture, il n’a en effet échappé à personne que les « offensifs » d’aujourd’hui (et d’hier) n’étaient pas en mesure, à ce degré d’intégration des nouveaux principes de jeu, de bouleverser le décor bien terne de la saison passée.

Face aux Isérois, plus que l’absence de finition (0-0), c’est le manque d’occasions qui a interpellé. Et à ce stade du mercato d’été, seul Yann Kitala, arrivé de Sochaux, incarne une touche de nouveauté aux avant-postes. Celle qui pourrait être également associée à Elies Mahmoud (21 ans) et Josué Casimir (20 ans), deux joueurs peu ou pas utilisés par Paul Le Guen, et sur lesquels Luka Elsner entend s’appuyer. L’un des deux pourrait d’ailleurs bénéficier ce samedi 6 août 2022 (19 h) à Valenciennes du forfait de Quentin Cornette afin d’abattre une jolie carte au jeu de la concurrence.

« Il nous faut ce joueur capable de faire basculer un match »

« Comme quelques autres joueurs, Josué (Casimir) et Elies (Mahmoud) ont su saisir leur chance durant la préparation. Pour eux, ce début de saison représente un moment opportun. » D’autant que si le Havre AC semble sur le point de signer ce milieu punchy recherché, à vocation défensive, la quête de cet offensif, au rôle d’excentré et à l’inspiration aiguisée, paraît plus difficile. Et pourtant : « Il nous faut vraiment ce joueur capable de faire basculer un match sur une action, insiste Luka Elsner. Nos ressources (financières) ne sont pas extraordinaires, mais elles ne sont pas nulles non plus. À nous d’être plus malins afin de réaliser des coups. »

Malins, ou patients. Peut-être le président Roussier, dont le défi est de permettre à Mathieu Bodmer de régénérer l’effectif sans en appeler à la surface financière de Vincent Volpe, attend-il en effet de sceller un ou deux départs avant de débroussailler quelques pistes. Des négociations sont d’ailleurs en cours avec le Stade de Reims concernant l’avenir d’Amir Richardson, convoité par les Champenois et convaincu des bienfaits d’un prêt au Havre AC jusqu’en juin 2023.

D’autres discussions figurent-elles à l’ordre du jour ? Si tel était le cas, elles pourraient concerner Abdoullah Ba, entre prolongation d’un contrat qui court jusqu’en 2023 et un possible transfert, mais aussi Jamal Thiaré, prêt qu’il est toutefois à honorer sa dernière année de contrat. Voire Pape Ibnou Ba, arrivé il y a un peu moins d’un an en provenance de Niort, en échange d’un peu plus d’1 M€ et du départ de Godwin Bentil dans les Deux-Sèvres.

Les jours et les trois semaines à venir en diront donc beaucoup plus long sur les forces dont disposera réellement le HAC en cette saison à deux accessions et quatre relégations sèches. Mais il est clair que l’effectif se doit d’être doté dans les délais les plus brefs de deux à trois talents supplémentaires. Car à la fin du mois, aux dernières heures du mercato, six journées auront déjà été consommées.

Valenciennes - HAC, ce soir à 19 heures au stade du Hainaut
Arbitre : M. Perreau Niel.

Absences à Valenciennes : Noubissi (reprise), Picouleau (choix) ; au Havre : Cornette (lésion musculaire), Mbemba, Diallo (ischios), Wahib (genou), P.I. Ba, Logbo, Samoura, Gomis, Ebonog (reprise), Gomes (choix).

VALENCIENNES : 1. Larsonneur - 24. Linguet, 26. Debuchy (cap), 14. Cuffaut, 28. Lecoeuche - 21. Kaba, 6. Masson - 7. F. Ayité, 17. Boutoutaou, 20. Hamache - 11. U. Bonnet.

Remplaçants : 30. L. Sy (g), 37. M. Rabuel, 2. Vandenabeele, 8. Diliberto, 10. F. Martin, 22. El Amri, 15. Zinga.

Entraîneur : Nicolas Rabuel.

HAVRE AC : 30. Desmas - 17. El Hajjam ou 3. Kumbedi Nséké, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Operi - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 31. A. Ba - 28. Mahmoud, 14. Thiaré, 10. Alioui.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 3. Kumbedi Nséké ou 17. El Hajjam, 19. Moussadek, 66. Wam, 8. Kechta, 9. Kitala, 23. Casimir, 13. Ngoura.

Entraîneur : Luka Elsner.

Une défense « type », ou pas ?

Une semaine après un lever de rideau, au soir de la réception de Grenoble (0-0), marqué par l’absence de Christopher Operi pour des raisons administratives, Luka Elsner pourra-t-il aligner sa défense « type » du moment ? Si l’ex-latéral droit de La Gantoise (Belgique) effectuera bel et bien ses débuts en ciel et marine, ce soir sur la pelouse du Hainaut, un doute subsiste quant à son pendant côté droit. Impeccable la semaine passée, Oualid El Hajjam traîne en effet depuis le premier acte une douleur à la cuisse, douleur qui a empêché l’ancien défenseur de Troyes de s’entraîner mardi et mercredi dernier. S’il a effectué le voyage en direction du Nord, sa présence dans le « onze » se doit toutefois d’être mise au conditionnel.

Au sein de l’entrejeu, un changement est déjà acté, puisque Nolan Mbemba (ischios) restera à l’écart de la compétition pour les deux à trois prochaines semaines. A priori, Abdoullah Ba, dont il est attendu qu’il (re)monte en puissance, bénéficiera de la confiance d’Elsner.

Quant à la ligne offensive, celle qui devra œuvrer dans le but de percer une défense valenciennoise hermétique face à Bordeaux (0-0), place sera faite à l’un des jokers de samedi dernier (Casimir ou Mahmoud). Et ce, afin de pallier l’absence de Quentin Cornette, victime d’une lésion musculaire et out jusqu’à la fin du mois.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : pétillant mais ô combien brouillon, le HAC prend une première gifle

Plombé par une justesse quasi inexistante dans les moments forts, le Havre AC, plus pétillant, pressant, qu’à l’occasion de la journée d’ouverture, a concédé ce samedi 6 août 2022, à Valenciennes, sa première défaite de la saison.

Vingt frappes, neuf corners, trente-sept centres. Le tout saupoudré d’un réel engagement, de longs moments de pression aussi. Mais… Mais au terme de cette deuxième journée, le premier buteur du Havre AC se fait toujours attendre. Casimir, pour sa première titularisation en Ligue 2, aurait pu être celui-ci, sur la seule tentative cadrée du soir à mettre au crédit du HAC, si Larsonneur n’avait pas sorti le grand jeu (58e).

De nouveau, c’est donc avec un bilan offensif squelettique que les hommes de Luka Elsner ont quitté le pré. Avec cette fois, aucun point à se mettre sous la dent. Et avec en tête, cette obligation de se mettre dans l’axe dès samedi prochain, à l’occasion de la réception de Pau. Le Pau FC, l’une des quatre équipes à ne pas encore avoir ouvert son compteur face aux buts adverses, un cercle réduit au sein duquel figurent Sochaux, Rodez et… le HAC.

Et pourtant, à la différence du duel stérile et terne avec Grenoble (0-0), Lekhal et les siens auront tenté. Provoqué. Sans toutefois exposer la justesse ou l’inspiration nécessaire au moment d’ajuster le geste final. Et ce, face à des Valenciennois qui n’ont eu de cesse d’attendre, de défendre. Eux qui avaient cependant rapidement trouvé l’ouverture, d’un but signé Hamache, libre de tout marquage à la suite d’un long centre de Linguet (13e). Sur ce coup, El Hajjam parut bien absent.

Casimir injecte une dose d’audace

Alors, pendant qu’est attendu le milieu puncheur, qu’est espéré par le coach un nouveau défenseur central (cinq axiaux apparaissent pourtant à l’effectif), la priorité des priorités se devrait d’être exclusivement dédiée au secteur offensif. Ce samedi soir, les Nordistes ont souvent laissé la porte grande ouverte, durant le dernier quart d’heure de la première période, et lors des vingt premières de la seconde, les Ciel et Marine ont imposé une forte pression, mais Larsonneur n’eut qu’une seule intervention décisive à effectuer. On retiendra tout de même cette dose d’audace injectée par Casimir, souvent gâchée par un manque d’idée à la sortie de son premier crochet. Mais au moins a-t-il essayé. Tout comme Elsner tenta de bousculer les choses, en faisant entrer Mahmoud, Kechta, Kitala et Ngoura. En vain.

Si dans le jeu, le Havre AC a donc dessiné les contours d’une progression, force est de reconnaître qu’il manque encore un peu de tout afin de permettre aux Ciel et Marine de prendre leur envol. L’ensemble dégage certes pour l’heure un état d’esprit irréprochable, mais la copie rendue se révèle bien trop brouillonne pour y déceler les premières lignes du renouveau. Donc oui, il y a urgence, en termes de finition, de résultats et de recrutement. Car comment, à ce stade des diverses équations à résoudre, est-il possible d’envisager autre chose qu’une « simple » course au maintien.

Les notes : Desmas (5,5) – El Hajjam (4), Sangante (5,5), Lloris (6), Operi (6) – Richardson (5), Lekhal (5), A. Ba (5) – Casimir (5,5), Thiaré (4), Alioui (4)

À Valenciennes, Valenciennes bat Le Havre AC 1 à 0 (1-0)
Arbitre : M. Perreau Niel. Spectateurs : 4 657.

But pour Valenciennes : Hamache (13e).

Avertissements à Valenciennes : Masson (33e), Larsonneur (88e).

VALENCIENNES : Larsonneur – Linguet, Vandenabeele, Cuffaut (cap), Lecoeuche (Innocenti, 31e) – Kaba (Picouleau, 57e), Masson – F. Ayité (F. Martin, 46e), Boutoutaou (El Amri, 84e), Hamache – U. Bonnet.

Remplaçants : L. Sy (g), M. Rabuel, Zinga.

Entraîneur : Nicolas Rabuel.

HAVRE AC : Desmas – El Hajjam (Kumbedi Nséké, 84e), Sangante, Lloris, Operi – Richardson (Kechta, 68e), Lekhal (cap), A. Ba (Kitala, 75e) – Casimir (Mahmoud, 68e), Thiaré, Alioui (Ngoura, 84e).

Remplaçants : Gorgelin (g), Moussadek.

Entraîneur : Luka Elsner.

« Un non-match en première période »

Luka Elsner, entraîneur du HAC : « C’est pire que de la frustration. C’est de la rage. Je ne supporte pas de voir des matches comme ça. D’abord, parce qu’il y a eu un non-match de notre part en première mi-temps, on n’a absolument rien montré. Aucune intensité à la récupération, la preuve en est ce but que l’on encaisse. La deuxième mi-temps, on a été un peu plus concernés, on a pris les choses en main. On doit revenir au score tous les jours, et peut-être probablement gagner. On est rentré plus de quarante fois dans la surface de réparation mais on termine avec un seul tir cadré. Larsonneur n’a pas eu à se coucher souvent. Il va falloir que les garçons prennent leurs responsabilités car on ne va pas sortir du banc pour faire le boulot à leur place. Peu importe l’âge de l’équipe, car ça je m’en fous, il va falloir qu’on soit très haut dans les tours dès le début des matches. Là, je note que nous n’avons qu’un point après deux journées. Ça ne me va pas du tout. Il va falloir travailler sur le terrain et dans les bureaux pour récupérer ce qu’il nous manque. »

Gautier Lloris, défenseur du HAC : « Au haut niveau, on ne peut pas se permettre de rater une mi-temps entière. Et puis on a eu du mal à finir nos actions, à couper les centres. Ça manque encore d’agressivité. Pourtant, on a créé beaucoup de phases de jeu intéressantes. Mais il nous tarde d’inscrire ce premier but de la saison. Il ne faut pas être négatif, ça va venir. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC ne fait pas avancer le débat

Le duel de ce samedi 6 août 2022, avec des Valenciennois rapidement mis sur les rails du succès (13e), et par la suite attentistes à l’extrême, n’a guère fait évoluer le débat autour des Ciel et Marine et de leur incapacité à faire mal.

En attendant les renforts, Luka Elsner se doit de trouver une solution afin que le HAC puisse enfin débloquer son compteur-buts

« Il faut travailler sur le terrain et dans les bureaux. » Le message lancé par Luka Elsner en direction de ses dirigeants témoigne d’une impatience qu’il peine à contenir. En deux journées, ses hommes n’ont gratté qu’un seul point, face à Grenoble, n’ont pas inscrit le moindre but et n’ont cadré que deux de leurs vingt-cinq tentatives (dont vingt à Valenciennes).

Quand certains se servent de la méthode Coué comme bouclier, afin d’esquiver la réalité, le technicien slovène, lui, y fait face. Appuyé qu’est le successeur de Paul Le Guen sur des moyens nullement plus élevés que ceux accordés à son prédécesseur. Contraint même qu’il est actuellement de (re)lancer des joueurs estimés par « PLG » bien trop courts pour évoluer en Ligue 2, à l’instar de Josué Casimir, l’un des rares samedi à provoquer balle au pied, de Yassine Kechta ou encore d’Elies Mahmoud.

Une série qui s’étire

Luka Elsner le sait mieux que personne, s’il ne laisse actuellement aucun de ses joueurs sur le bord du chemin, il sait son effectif en mal de nouveautés sur la liste des offensifs. Sachant qu’en ce début d’exercice, Yann Kitala, arrivé de Sochaux le mois dernier, ne semble pas en mesure de débuter une rencontre sur le front de l’attaque. Que Pape Ibnou Ba, freiné ces dernières semaines par une douleur au dos, se fait toujours attendre. Et qu’il faudra composer jusqu’à la fin du mois, au mieux, avec l’absence du meilleur passeur de la saison dernière (7), Quentin Cornette (lésion musculaire).

Symboliques pour moitié, puisque sont comptabilisées au cœur de cette série les deux dernières sorties amicales (face à Troyes et Dijon), les quatre matches à la suite, sans qu’une seule fois l’ouverture n’ait été trouvée, suffisent ainsi à décréter une certaine urgence dans la quête d’un, voire de deux renforts offensifs. Avec cet obstacle de taille, dressé par un Vincent Volpe qui ne sortira pas du bois avant qu’un, voire deux éléments ne soient vendus.

On ne peut ainsi passer sous silence les discours du 20 juin, ceux de la conférence de presse du renouveau, empreints d’une certaine sérénité et d’une réelle assurance quant à la direction choisie lors de ce mercato d’été. Avec en fil rouge, le « matériel » dont disposerait Elsner afin que ses idées offensives glissent naturellement du tableau noir au rectangle vert.

Depuis, seule la défense a été profondément revisitée. Un impératif, puisque Baldé (r.p. PSG), Boura (r.p. Lens), Gibaud (Versailles), Mayembo (Ajaccio) et Touré (Marseille) se sont éloignés de Soquence. Mais un début serait-on tenté d’écrire à moins d’une semaine de la venue de Pau au Stade Océane. Pau, l’une des huit équipes à ne pas avoir croqué aux joies du succès, tout comme le HAC, l’une des quatre formations en attente de son premier but de la saison, comme le HAC.

Soir de premières

L’absence de Quentin Cornette lui a ouvert en grand les portes du « onze » de départ. Un petit événement pour le natif de Baie-Mahault (Guadeloupe), à l’entame de sa deuxième et dernière année de contrat. À bientôt 21 ans (le mois prochain), Josué Casimir a ainsi reçu samedi 6 août 2022 à Valenciennes ses premiers galons de titulaire. Lui qui n’avait jusqu’alors traversé que huit bouts de matches, le dernier en date du 14 août 2021, à Rodez (0-0).

Autre première, toujours aux avant-postes, celle qui accompagna Steve Ngoura à son entrée en jeu sur la pelouse du Hainaut (84e). À 17 ans, l’international français U17 a ainsi pu prendre le pouls de la Ligue 2, ce niveau qu’il approcha de près la saison passée lorsque Paul Le Guen l’invita à participer à quelques séances du groupe pro.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Sangante, pilier de la défense du HAC : « Ça peut faire très mal »

Le défenseur du Havre AC attend de la réception de Pau, samedi 13 août 2022 au Stade Océane, qu’elle marque le réel coup d’envoi de la saison des Ciel et Marine. Arouna Sangante, déjà promu au rang de cadre, donne le ton.

A 20 ans seulement, Arouna Sangante se hisse déjà à la hauteur des patrons de l’effectif havrais

Conscient que ce début de saison conditionnera la suite d’une compétition durant laquelle le danger sera bien réel, Arouna Sangante, du haut de ses 20 ans, n’imagine rien d’autre qu’un succès aux dépens de Pau, également en quête d’un premier coup d’éclat.

Samedi sera donné le coup d’envoi de la troisième journée, seulement, mais le temps ne commence-t-il pas déjà à être compté ?

« Ce match est en effet déjà très important. Il faut maintenant qu’on ouvre notre compteur de victoires, ce qui nous permettrait d’être mieux mentalement. C’est faisable, je ne suis pas inquiet pour le match de samedi. »

Le coup de massue reçu la semaine passée à Valenciennes, où vous avez poussé, en vain, pour revenir au score, a-t-il laissé des traces ?

« Quand on fait une première mi-temps qui n’est pas à l’image de ce qu’on doit montrer… Ensuite, on a quand même dévoilé un autre visage. Et c’est celui-ci que je veux voir tout au long de notre match face à Pau. Car ça peut faire très mal. »

À condition de marquer ce fameux but après lequel vous couriez déjà souvent la saison passée…

« C’est vrai qu’on est déjà confrontés à ce problème d’efficacité offensive. À Valenciennes, même si on a frappé vingt fois, on n’a finalement inquiété qu’une fois le gardien adverse. Il faut vraiment qu’on progresse dans ce domaine.»

« Nous écarter le plus vite possible du danger »
L’équipe peinerait-elle encore un peu à se lâcher, à oser ?

« À Valenciennes, on s’est quand même libérés un peu, mais on ne va pas se mentir, les résultats de nos matches de préparation (NDLR : 1 victoire, 1 nul et 3 défaites pour finir) ne nous ont pas aidés à prendre réellement confiance. Mentalement, ça joue. Mais on ne va pas baisser les bras. »

La réception de Pau doit donc sensiblement modifier le décor, non ?

« Oui ! Et il faudra le montrer dès l’entame. Le groupe y est prêt, ça se sent. Encore une fois, cette première victoire, il nous la faut maintenant. Surtout à domicile. Car n’oublions pas qu’il y aura quatre descentes en fin de saison, alors prenons vite des points. »

Ce danger, incarné par ces quatre relégations, il est présent dans toutes les têtes ?

« Oh que oui ! Ça va avoir une réelle incidence sur le déroulement de ce championnat. Alors prenons dès maintenant ce qu’il y a à prendre pour nous écarter le plus vite possible du danger. »

Tournons-nous vers vous. Il y a un an, le grand public ne vous connaissez pas, ou peu, vous aviez débuté la saison comme « doublure » en défense, avant de vous faire une place de choix. Et aujourd’hui, vous vous imposez naturellement comme un incontournable dans l’axe. Comment avez-vous vécu, et vivez-vous, cette tonitruante entrée dans la carrière ?

« Il y a un an, j’avoue que j’avais un peu plus de pression, dans la mesure où je n’avais pas encore décroché mon contrat pro (NDLR : il a signé le 31 décembre dernier, jusqu’en 2025). J’entamais quand même les matches avec un certain stress. Là, je suis peut-être un peu plus confirmé, je me suis effectivement fait une place, mais mon objectif est d’être bon sur la durée. Tout n’est donc pas joué. »

Néanmoins, il a suffi d’une saison à ce niveau pour faire de vous un cadre de l’effectif. Et ce, à 20 ans seulement. Êtes-vous prêt à assumer ce nouveau statut ?

« Oui je m’en sens capable. L’âge ne veut strictement rien dire. C’est une question de caractère, de communication avec vos partenaires, du message que vous transmettez à travers vos performances. Dans le vestiaire, je suis assez franc et direct. Et pour le moment, ça n’a posé de problème à personne. »

Deux nouveaux galops d’essai pour les féminines

Les Ciel et Marine se sont entraînées sur la plage avant leurs matches de préparation de ce week-end

Deuxième et troisième matches amicaux pour les féminines du HAC ce week-end. Les Ciel et Marine se déplacent à Fontainebleau pour y affronter Dijon (D1), ce vendredi 12 août 2022, avant un duel avec Issy-les-Moulineaux (D2), dimanche 14 août. Vingt-sept joueuses sont du voyage, dont les recrues Christy Gavory (Lens), Kelly Gadea (Soyaux), Laëticia Philippe (Bordeaux) et Laura Müller (La Roche-sur-Yon) appelées à faire leur première apparition dans le groupe. Avec deux matches en trois jours, Frédéric Gonçalves, l’entraîneur, souhaite proposer plusieurs schémas tactiques : « Je veux voir de la progression, maintenant on entre dans ce que je recherche au niveau du plan et la cohérence de jeu » explique-t-il.

« Il faut aussi créer une cohésion de groupe »

Avec une dizaine de nouvelles joueuses au sein de l’effectif, la préparation s’avère des plus importantes. Se connaître, et vite, prendre de premiers repères collectifs… Telles sont les priorités. « Ce sera toute la difficulté, et le cœur du travail », estime Gonçalves. Et de poursuivre : « Au-delà du sportif, il faut aussi créer une cohésion de groupe ».

Après une victoire contre Saint-Malo (4-0), lors du premier match de préparation, il reste, avant le coup d’envoi du face-à-face avec Dijon, six matches de préparation pour ensuite se tourner vers la reprise du championnat, le 10 septembre à Bordeaux.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC doit vite exister

Adossés sur ce seul point gratté lors de la première journée, et la venue de Grenoble au Stade Océane (0-0), les Ciel et Marine, opposés à Pau, seront de retour ce samedi 13 août 2022 au cœur de leur antre, avec déjà l’obligation de décoller.

Comme ses partenaires, Abdoullah Ba, autour duquel les attentes restent grandes, se doit d’élever son niveau. Et vite

« Je suis de passage ici, j’assiste régulièrement, quand le public en a le droit, aux entraînements du Stade de Reims, et la façon dont ça travaille au Havre m’impressionne vraiment. » Présent mardi à Soquence, ce supporter champenois, visiblement fin connaisseur du football, ne s’attendait pas à une telle variété d’exercices, une telle intensité d’un atelier à l’autre. Il est clair que le contraste est actuellement saisissant, entre cette débauche d’énergie déployée en semaine, rarement observée ces dernières saisons, et les effets dévoilés les soirs de match.

Certes, samedi dernier à Valenciennes (0-1), devant des Nordistes volontairement attentistes en seconde période, le HAC imposa une réelle pression. Insuffisante toutefois pour espérer échapper à un premier échec. Néanmoins, force est de reconnaître que Luka Elsner et ses adjoints n’entendent pas se contenter de cette relative montée en puissance.

Il tarde d’ailleurs au successeur de Paul Le Guen de s’appuyer, enfin, sur un résultat propice à la sérénité. « Il n’y a pas encore d’urgence à installer, mais un succès nous permettrait de souder beaucoup de choses, d’avoir la sensation qu’on progresse. Parce que nous ne sommes pas uniquement là pour le développement des joueurs, mais avant tout pour gagner. Et exister au classement. »

Une vente et un mercato au point mort

Le discours du technicien slovène a le mérite d’aller droit au but. Ce rebond sur le sol français, après deux expériences en Belgique, à Courtrai puis au Standard de Liège, il n’entend pas le vivre sur fond de stress, celui avec lequel il avait dû composer à Amiens lors de cette course au maintien, en mode Ligue 1 (2019-2020). Et pourtant, le décor du moment laisse à penser qu’il lui faudra être patient avant de regarder très haut.

Le recrutement est en effet au point mort, et très certainement la stratégie initiale, celle qui devait transformer l’effectif dans la foulée de l’arrivée du duo Roussier-Bodmer, a-t-elle été rapidement revue à la baisse. Au plus bas même. Le projet annoncé comme celui du renouveau se construit en effet sans le moindre euro disponible afin d’étoffer, de renforcer les troupes.

Et désormais, inutile de s’interroger sur l’intérêt des multiples changements, même si les caisses restent vides, puisque le processus est lancé. Les garanties données par Vincent Volpe ne seraient-elles toutefois pas remises en cause en raison d’une vente sur le point d’avorter ? Le 20 juin dernier, le « boss » paraissait si confiant, si soulagé. Un mois et demi plus tard, Volpe ne peut que constater les dégâts subis par la direction sportive en termes de marge de manœuvre dans les allées du mercato. Et dans deux semaines, il sera trop tard.

Plus qu’une reconstruction, c’est donc un défi inattendu qu’il faudra à Luka Elsner et ses hommes relever. Et cela passe par un tonitruant réveil, ce samedi aux dépens de Pau.

Havre AC - Pau FC, samedi 13 août 2022 à 19 h au Stade Océane
Arbitre : M. Souifi.

Absences au HAC : Wahib (genou), Cornette (lésion musculaire), Mbemba, Diallo (reprise), Gomes (choix) ; à Pau : Nisic (reprise), Meliande (choix).

HAVRE AC : 30. Desmas – 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Operi – 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 31. A. Ba – 23. Casimir, 14. Thiaré, 10. Alioui.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 3. Kumbedi Nséké, 19. Moussadek, 66. Wam, 8. Kechta, 28. Mahmoud, 9. Kitala, 29. P.I. Ba, 13. Ngoura.

Entraîneur : Luka Elsner.

PAU FC : 1. Olliero – 7. Koffi, 17. Batisse (cap), 4. Kouassi, 2. Abzi – 21. Beusnard, 12. Sylvestre – 23. C. Boli, 19. Quang Hai, 8. Gomis – 9. George.

Remplaçants (à choisir parmi) : 16. M. Ndiaye (g), 25. Ruiz, 26. Evan’s, 15. Ros, 5. Sow, 22. Jarmouni, 20. Saivet, 11. Bassouamina, 6. D’Almeida.

Entraîneur : Didier Tholot.

Même combat pour les Béarnais

Deux matches, pour autant d’essais non transformés dans la course au premier succès. Deux soirées, pour autant d’échecs dans la quête d’un premier but. À l’instar du Havre AC, Pau aborde cette troisième journée avec une confiance bien modeste. Et ce, même si le nul signé la semaine passée face à Dijon (0-0) permit aux hommes de Didier Tholot d’évacuer quelques-uns des effets nocifs procurés par le lourd revers concédé d’entrée à Guingamp (0-4).

Mais peut-être, en plus de la disparition de l’ex-Havrais Assifuah, parti sans laisser d’adresse alors qu’une prolongation n’était pas exclue, faut-il aux Béarnais digérer le départ de nombreux cadres. Et non des moindres. Lobry a ainsi mis le cap sur Saint-Étienne, Essende et Daubin sur celui du SM Caen, quant à Armand, il s’est envolé pour Versailles, clinquant promu de National.

Alors les Béarnais compteront notamment ce samedi sur George, un attaquant costaricain déjà vu à Pau, via un prêt en janvier 2021 et alors crédité de sept buts et trois passes décisives en quatorze matches. Mais aussi sur leur trouvaille estivale, Quand Hai Nguyen, présenté comme le « Messi vietnamien », plus modestement comparé à Valbuena par Tholot.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC rate encore son coup

Largement au-dessus des Palois en première période et mis sur la voie du succès par Kechta, les Ciel et Marine, auteurs d’un deuxième acte bien moins convaincants, n’ont pu arracher autre chose que le point du nul, ce samedi 13 août 2022 au Stade Océane. Préoccupant…

Alioui vient de voir Olliero détourner sa volée sur la transversale (83e)... Et c’est le HAC qui réalise de nouveau la mauvaise opération...

Il aurait pu être le héros du soir. Lui qui n’avait jamais figuré dans les plans de Paul Le Guen, avant d’être repêché par Luka Elsner. Ce joueur de 20 ans, milieu de terrain de poche, pour lequel cette troisième soirée de championnat coïncida avec sa première titularisation en Ligue 1. Et à son premier but surtout. D’une frappe parfaitement ajustée, à la suite d’un centre de A. Ba et d’une inspiration Alioui (22e). Enfin le Havre AC trouvait le chemin des filets en ce début de saison. Enfin les points d’un premier succès se profilaient à l’horizon.

D’autant que les Ciel et Marine passaient cette fois des paroles aux actes. Ils avaient promis une entame tonique, elle le fut. Un pressing haut, des milieux plus imaginatifs et plus enclins à trouver leurs offensifs. Cela tournait dans le bon sens. Ne manquait que ce brin de réussite, à l’image de cette frappe somptueuse de A. Ba qu’Olliero dévia sur son montant droit (37e).

Et soudain, patatras…

Relégués au rang de spectateurs, les Béarnais se dressaient face aux vagues, dont certaines vinrent tout de même mourir un peu loin de la zone de vérité, une nouvelle fois par manque de justesse. À l’exemple de Casimir qui ne parvint que trop rarement à faire le bon choix. Sans conséquence toutefois, du moins à cet instant de la soirée, même s’il fallut à Desmas sortir le grand jeu pour repousser une tentative à bout portant de C. Boli peu avant la pause (45e+1).

Un avertissement sans frais pour une égalisation qui aurait été contraire à la logique du débat. Seulement voilà, la suite de ce duel allait être diamétralement opposée aux quarante-cinq premières minutes. Était-ce l’effet de la chaleur ? Cela peut-être une explication. Une partie de celle-ci du moins. Entre les 46e et 73e minutes, moment où Alioui vit sa frappe être contrée par Batisse, il ne se passa donc strictement rien.

Endormis par des Palois qui prirent de timides initiatives, les Ciel et Marine se contentaient de bien trop peu dans les intentions. Et même s’il ne manqua que quelques centimètres à Kitala pour prolonger au fond des filets un centre d’Alioui (28e), ce sont les visiteurs qui allaient avoir le dernier mot. Et ce, sur un contre mené par Sylvestre, prolongé par Gomis, que Desmas ne put que freiner, avant que Beusnard, seul, ne pousse le ballon au cœur de la cible (1-1, 82e). Douche froide…

Glaciale même pour des Havrais décidément maudits, en témoigne cette volée d’Alioui qu’Olliero, au bout d’une belle envolée, détourna sur sa transversale (83e). Pour la dernière occasion à mettre au crédit du Havre AC, un club déjà dans le dur au niveau comptable, après avoir croisé le fer avec Grenoble (0-0), Valenciennes (0-1) et donc Pau. Et samedi, c’est à Saint-Étienne que Lekhal et les siens, toujours en attente de renforts, ont rendez-vous…

Les notes : Desmas (6), El Hajjam (5,5), Sangante (5,5), Lloris (5,5), Operi (5), Kechta (6), Lekhal (5,5), A. Ba (5,5), Casimir (4), Thiaré (4,5), Alioui (5,5).

Au Havre, le HAC et Pau 1 à 1 (1-0)
Arbitre : M. Souifi. Spectateurs : 4612.

Buts pour le HAC : Kechta (22e) ; pour Pau : Beusnard (82e).

Avertissements au HAC : Operi (43e), Lekhal (74e) ; à Pau : Evan’s (33e), Sylvestre (39e).

HAVRE AC : Desmas – El Hajjam, Sangante, Lloris, Operi – Kechta (Richardson, 58e), Lekhal (cap), A. Ba (Mahmoud, 68e) – Casimir (P.I. Ba, 84e), Thiaré (Kitala, 68e), Alioui.

Remplaçants : Gorgelin (g), Moussadek, Kumbedi Nséké.

Entraîneur : Luka Elsner.

PAU FC : Olliero – Koffi, Batisse (cap), Kouassi, Abzi (Jarmouni, 62e) – Beusnard, Sylvestre – C. Boli (Saivet, 74e), Nguyen (D’Almeida, 62e), Gomis – George- (C. Gomis, 74e).

Remplaçants : M. Ndiaye (g), Sow, Ruiz.

Entraîneur : Didier Tholot.

Elsner : « Il est important de resserrer les rangs »
Luka Elsner, entraîneur du HAC : « Juste avant de débuter les questions, j’aimerais apporter mon soutien au supporter de Pau qui a fait un arrêt cardiaque. On est de tout cœur avec lui. J’espère qu’il s’en sortira. Concernant le match, c’est un scénario cruel, mais toujours possible lorsque l’on ne mène que 1-0. Et on l’a payé cher ce soir. Sur la globalité du match, nous méritions d’être devant, mais notre baisse d’intensité, due à la chaleur ou à notre jeunesse je ne sais pas, nous prive d’une victoire qui nous aurait fait tant de bien. C’est effrayant d’encaisser un tel but, sur la seule frappe de Pau en deuxième mi-temps. On a reculé en seconde période, on a laissé à Pau la possession. Ce mode « gestion » ne nous convient pas du tout. Là, il faut être clair, on a joué trois équipes abordables et on n’a que deux points. Il est important de resserrer les rangs et j’espère l’arrivée de renforts. Car notre profondeur de banc n’est pas suffisante. »

Yassine Kechta, milieu de terrain du HAC : « On est frustrés. On tenait à se rassurer. C’est dur, mais on a quand même montré de belles choses. La chaleur a joué, c’est devenu difficile. Mais il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Quant à ce premier but, c’est une joie, un plaisir, d’autant qu’il s’agissait de ma première titularisation. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC peut-il en faire plus ?

À deux semaines de la fermeture d’un marché des transferts qui n’a pas encore offert au HAC le moindre renfort, du moins ces deux à trois recrues aptes à modifier le décor des saisons précédentes, l’inquiétude demeure quant à la capacité des Ciel et Marine à traverser sereinement les prochains mois.

Auteur de son premier but, au soir de sa première titularisation en Ligue 2, Yassine Kechta s’est inscrit comme l’une des rares satisfactions dans les rangs du HAC

Avec tout le respect qu’il s’agit d’avoir à l’endroit de Pau, de Valenciennes, voire de Grenoble, personne ne pourra nier le fait que le calendrier offrait au Havre AC une entame de saison en pente douce. Ce même Havre AC annoncé au seuil d’une ère nouvelle un peu plus d’un mois avant les trois coups, lorsque Vincent Volpe présenta les hommes du renouveau. Soulagé qu’il fût de disposer d’un président (Jean-Michel Roussier), lui qui admettait ne pas avoir suffisamment de temps à consacrer au club, mais aussi et surtout comblé à l’idée d’avoir attiré une direction sportive 2.0, incarnée par Mathieu Bodmer, Mohamed El Kharraze et Julien Momont.

Dans l’euphorie de ce 20 juin, le « boss », jusqu’alors très près de ses sous – la liste des joueurs refusés est si longue – se risqua à affirmer qu’il était enclin à « rajouter de l’argent » s’il le fallait. Un vent frais se levait alors, le doyen des clubs français se préparait à entrer dans une dimension nouvelle. Le bricolage, imposé à Paul Le Guen entre 2020 et 2022 (« PLG » eut tout de même une marge de manœuvre en 2019-20), tendait à faire partie de l’histoire ancienne. Place nette était faite au jeune coach Luka Elsner (40 ans) et à ses idées de jeu pétillantes.

Trop peu de certitudes

Seulement voilà, au technicien slovène, de retour sur un sol français où il se doit de se faire un nom, il est à ce jour imposé de faire mieux que Le Guen, avec un effectif d’une qualité nullement supérieure. Voire inférieure… Et l’ex-entraîneur d’Amiens n’a jamais mis en exergue ses dons de magiciens. Au quotidien, ça bosse. Dur même. Les soirs de match, il tente de relancer, ou de lancer, des joueurs que « PLG », au QI foot difficilement contestable, estimait loin du niveau L2 (Casimir, Kechta).

Et si quelques étincelles jaillissent, à l’image de la prestation de Casimir à Valenciennes (0-1) ou du but inscrit par Kechta face à Pau (1-1), comment imaginer, sur la durée, le HAC capable dans ce contexte de prendre le large sur les menacés ? S’appuyer sur les moyens humains du moment multiplie inéluctablement le risque d’aller droit dans le mur.

Et sauf à ce que nous n’ayons pas tout compris des intentions initiales, exposées le 20 juin, à ce jour, force est de constater que le HAC devient peu à peu un candidat au simple maintien, un acteur dénué de moyens financiers, propriété d’un Vincent Volpe, certes homme du sauvetage à l’été 2015, qui peine à trouver les clés, l’investisseur ou le repreneur, afin que le HAC existe, à minima en Ligue 2. Une réelle inquiétude rôde ainsi autour du Havre AC, et ni la deuxième mi-temps (stérile) réalisée à Valenciennes (0-1), ni le premier acte signé face à Pau (1-1), ne permettent de croire en un rapide envol.

Encore une fois, par la force des choses (retour de prêt de Baldé et Boura, cap sur Versailles pour Gibaud, transfert de Touré à l’OM), ou par erreur (Mayembo bradé à Ajaccio), seule la défense, secteur qui tenait la route les saisons passées et auquel se greffent plutôt bien El Hajjam, Lloris et Operi, a été relookée. Quand le secteur offensif, des milieux excentrés aux attaquants, celui qui a plombé toute forme d’ambition lors d’un proche passé, n’a vu quant à lui que le seul Kitala, hors de forme en ce mois d’août, poser son sac.

Une politique de recrutement, certes contrainte, mais ô combien dangereuse. À moins que les deux semaines à venir, celles qui verront le HAC se frotter à Saint-Étienne, Amiens et Laval, ne rebattent les cartes.

Dans les travées

Dans notre édition du dimanche 14 août, nous avons précisé, concernant Yassine Kechta, qu’il s’agissait, à 20 ans, de sa première titularisation en… Ligue 1. Peut-être cela viendra-t-il un jour pour le premier buteur de la saison, mais samedi soir, face à Pau, il ne fêtait « que » sa première dans un « onze » version Ligue 2, bien sûr.

Quid du dossier Richardson ?

Annoncé depuis plusieurs semaines déjà comme future recrue du Stade de Reims, pour un « deal » qui prévoit que le club champenois le prête cette saison au Havre AC, Amir Richardson, sous contrat jusqu’en juin 2024, ne voit toujours rien venir. En coulisse, il se murmure toutefois que le dossier pourrait être bouclé au milieu de cette semaine. La transaction devrait être actée entre 1,5 M€ et 2 M€, plus bonus.

Lys Mousset en Bundesliga

Après quelques semaines de remise en forme sur les pelouses du centre d’entraînement de Soquence, Lys Mousset, déjà vu en Premier League (Bournemouth, Sheffield United) et en Serie A (Salernitana), découvrira sauf surprise la Bundesliga. L’ex-attaquant du Havre AC, club qu’il a quitté il y a six ans, devrait en effet s’engager cette semaine en faveur de Bochum.

Seguin rejoint Lebaillif à l’OM

L’ex-entraîneur des gardiens du HAC (2013 à 2017), passé depuis par QRM, Laval et la Mauritanie en qualité d’adjoint de Corentin Martins, alors sélectionneur, rebondit à l’Olympique de Marseille. Là où l’ancien Havrais Michael Lebaillif occupe désormais le poste d’entraîneur des U19. François Seguin aura en charge la préparation des portiers de la « B » et supervisera l’entraînement des gardiens U16, U17 et U19.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Confais étoffe l’entrejeu du HAC

Le milieu de terrain « puncheur » attendu par Luka Elsner se greffera à l’effectif ciel et marine ce mercredi 17 août 2022, via un contrat de deux ans, plus une année en option. Il s’agit d’Aloïs Confais, vu la saison passée dans les rangs de l’Olympiakos Nicosie (Chypre).

Milieu de terrain étranger, évoluant à l’étranger. Voilà ce qui figurait sur les tablettes du Havre AC depuis quelques semaines. Un homme détecté au Maroc, sous le maillot du Raja Casablanca, en la personne de Zakaria El Wardi (23 ans). Seulement, en attente de l’obtention de son visa, le Lionceau de l’Atlas (U23), dont les conseillers ont semble-t-il fait grimper les enchères, s’est définitivement éloigné de la Porte Océane. Lui qui a finalement choisi de se poser en Égypte, au Zamalek SC.

S’est alors dégagée une autre piste parallèlement explorée par la direction sportive du HAC. Celle menant jusqu’à l’ex-Troyen et Manceau Aloïs Confais, 26 ans le mois prochain, parti il y a deux ans en direction de Chypre, à Famagouste tout d’abord, puis à Nicosie, à l’Olympiakos très précisément. « Un super-mec et un super-joueur », annonce d’emblée l’ex-Havrais Issam Chebake, lui aussi basé dans la capitale chypriote, mais sous les couleurs de l’Apoel.

Trente matches en Ligue 1

Natif d’Evreux, ville d’où sont également originaires Mathieu Bodmer et son bras droit, Mohamed El Kharraze, Aloïs Confais, joueur à vocation défensive, avance une expérience sur le sol français de trente matches en Ligue 1, avec Troyes, auxquels s’ajoutent cinquante-cinq apparitions en Ligue 2 (Troyes et Le Mans). L’ex-international U18 et U20 vient ainsi étoffer l’entrejeu du Havre AC, à la faveur d’un contrat « 2+1 », ce secteur où Amir Richardson attend toujours des nouvelles du Stade de Reims sur les bases d’un transfert assorti d’un prêt (au HAC).

Et se présente comme la huitième recrue estivale, après les arrivées d’Arthur Desmas (Clermont), Oualid El Hajjam (Troyes), Christopher Operi (La Gantoise, Belgique), Gautier Lloris (Auxerre), Zakaria Diallo (NorthEast United, Inde), Djamal Moussadek (Le Mans) et Yann Kitala (Sochaux). En attendant la neuvième, cet offensif devenu indispensable au regard des trois premières journées, de ce seul but inscrit et du peu d’occasions réellement nettes à mettre au crédit des Ciel et Marine, eux qui sont attendus samedi après-midi sur la pelouse de Geoffroy-Guichard.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : pour Aloïs Confais, « le HAC, ça parle quand même »

Deux ans après son départ pour Chypre, l’Ébroïcien Aloïs Confais, milieu de terrain à vocation défensive formé et révélé à Troyes, ouvre un nouveau chapitre, chez lui, en Normandie, sous les couleurs du Havre AC.

Originaire d’Évreux, Aloïs Confais s’est engagé mardi avec le Havre AC

Il lui faudra patienter avant de poser son empreinte, avant d’injecter un peu de sang neuf au sein d’un entrejeu jusqu’alors grand oublié du mercato d’été. De la préparation intégralement effectuée dans les rangs de l’Olympiakos Nicosie (Chypre), dont il défendait les couleurs depuis un an, Aloïs Confais (26 ans le 7 septembre) en est en effet ressorti avec une cheville douloureuse, une obligation de soins. Et, par ricochet, un forfait pour le déplacement à Saint-Étienne, ce samedi.

Des débuts ainsi remis à plus tard, une simple péripétie pour ce milieu à vocation défensive retrouvé à Chypre, deux ans après son départ du Mans. « Cela faisait quelques semaines que toutes les parties discutaient. Le club a fini par me libérer de ma dernière année de contrat. On était heureux à Chypre, mais pour des raisons personnelles (NDLR : il sera papa prochainement), il était important qu’on se rapproche de la famille. »

« On m’a dit que j’allais m’enterrer »

Formé à Troyes, club qui lui a permis de découvrir la Ligue 2 (35 matches), de se hisser jusqu’en Ligue 1 (30 matches), avant de se diriger vers Le Mans (L2, 20 matches), c’est étonnamment vers Chypre qu’il fallut donc se tourner pour retrouver sa trace. « C’était un choix atypique, j’avoue. Mais il faut se remettre dans le contexte. On était en plein Covid (NDLR : printemps 2020), le championnat s’était arrêté brutalement à dix journées de la fin et Le Mans, 18e à égalité de points avec Niort (17e), allait être relégué en National. J’étais dans le flou, et lorsqu’une proposition est venue de Chypre (du club de Famagouste, 2020-2021), j’ai tout de suite accepté. Certaines personnes ont essayé de me convaincre de ne pas y aller, on m’a dit que j’allais m’enterrer. »

Finalement, Confais n’a pas disparu des radars. Sportivement, il ne tourne pas une page restée blanche – « c’est un championnat dont le niveau va du National à la L1, avec deux-trois équipes habituées à jouer une coupe d’Europe » – et humainement, l’expérience restera belle. « J’ai découvert un nouveau pays, une nouvelle culture, j’ai appris l’anglais. Sincèrement, je pense avoir ouvert mon champ intellectuel. »

En version « box to box »

De retour en France, c’est ainsi sous le maillot du HAC qu’il entend se rappeler au bon souvenir de ceux qui le pensaient perdu. En France, mais aussi et surtout en Normandie, sa terre natale, lui qui est originaire d’Évreux, qui a débuté à Évreux, cette capitale de l’Eure qui a également vu naître Mathieu Bodmer et son adjoint, Mohamed El Kharraze.

« Mais il ne faut y voir aucun lien à mon arrivée au HAC, coupe Confais. On ne vient pas dans un club parce qu’on est de la même ville que le directeur sportif. C’est un tout qui m’a séduit. Et puis quand vous êtes d’Évreux, que vous aimez le foot, le HAC, ça parle quand même. » Désormais, c’est à son potentiel de parler, aux qualités, notamment défensives, qu’il annonce être les siennes, à savoir ce dévouement à l’équipe, son côté agressif, sa faculté à renouveler les efforts. « Un joueur « box to box » comme on dit aujourd’hui. » Ce milieu puncheur qu’attendait avec impatience Luka Elsner.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : pour Gautier Lloris, défenseur du HAC, « ce devrait être un beau combat »

L’ex-Auxerrois s’installe peu à peu dans l’axe de la défense havraise et, pour la première fois depuis l’exercice 2020-2021, Gautier Lloris, longtemps blessé la saison passée, enchaîne les matches. À ses yeux, le prochain, qui aura pour théâtre Geoffroy-Guichard ce samedi 20 août 2022, revêt déjà une importance particulière.

Pour la première fois depuis la saison 2020-2021, Gautier Lloris enchaînera, ce samedi à Saint-Etienne, un quatrième match.

Membre actif de la défense auxerroise, édition 2020-2021 (26 matches), Gautier Lloris (27 ans), touché à un pied la saison passée, a dû se résoudre à suivre de loin la percée de l’AJA vers la Ligue 1 (3 apparitions). Et c’est au HAC que le petit frère du capitaine de l’équipe de France entend se relancer.

Ce Saint-Étienne – HAC mettra aux prises deux des sept équipes toujours en quête d’un succès. Est-il juste de qualifier ce duel de premier tournant de la saison ?

« En tout cas, ce devrait être un beau combat. Après, je ne sais pas si on peut déjà parler de tournant, mais il est clair qu’à un moment donné, si on ne veut pas se retrouver dans une situation compliquée, ce serait bien d’en gagner un. »

Problème, c’est à Saint-Étienne que ce face-à-face se joue, et ce devant une équipe, sur le papier du moins, bien supérieure à vos trois premiers adversaires…

« On risque effectivement d’avoir un peu moins le ballon que lors des trois premiers matches, mais on peut aussi s’attendre à un match ouvert, puisqu’il y aura deux équipes joueuses sur le terrain. Mais préparons-nous à être très solidaires, au cas où il nous faudrait beaucoup défendre. »

Néanmoins, les trois premières journées ont démontré qu’ils étaient fragiles ces Verts. L’idée n’est-elle pas de les faire douter d’entrée ?

« C’est effectivement une équipe qui prend des buts (5), mais contrairement à nous, les Stéphanois marquent à chaque match (4). Offensivement, ils ont une plus grande confiance que nous. Mais ça reste jouable, puisque leur bilan du moment est identique au nôtre (2 n, 1 d). »

« On s’attendait à prendre plus de points »
Le huis clos peut-il modifier la donne ?

« Le huis clos, avec le Covid, on l’a suffisamment connu. Mais bien sûr que je préfère jouer devant du public, surtout à Saint-Étienne. Il faudra faire avec. Maintenant, est-ce que cela aura une influence ? Honnêtement, lorsque le coup d’envoi sera donné, on n’y pensera plus. »

Si on vous dit que le début de saison du HAC est décevant, trop loin des attentes, que répondez-vous ?

« Que vous avez le droit de le dire. On s’attendait, nous aussi, à prendre plus de points. Je ne vais pas dire qu’il faut nous laisser du temps, parce qu’on n’en a pas, mais n’oublions pas qu’il y a un nouveau coach et une équipe en construction. Ça va venir, du moins j’espère. »

Et à titre personnel, le fait d’enchaîner à nouveau les matches doit vous changer la vie, non ?

« C’est clair que moralement, ça fait du bien. La saison passée, j’ai vécu la moitié du temps en rééducation et, forcément, le temps me paraissait long, même si j’ai eu la chance de vivre au sein d’un groupe qui était dans une belle dynamique. Être aujourd’hui en mesure d’enchaîner, ça change effectivement beaucoup de choses. D’autant que ça se passe plutôt bien, avec cette chance de pouvoir évoluer aux côtés d’un joueur comme Arouna (Sangante). Pour son âge (20 ans), il est très serein. Il joue avec sa tête, comme moi, et comme il est véloce, il peut me couvrir. Notre association passera un gros test face à Saint-Étienne. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : toujours sans son « grand attaquant », le HAC au seuil d’un défi XXL

C’est à Saint-Étienne, au cœur d’un Geoffroy-Guichard fermé à double tour ce samedi 20 août 2022, qu’il faudra aux Ciel et Marine, en attente d’un renfort offensif, bouleverser le cours de leur début de saison. Prendre un réel envol, au risque de devoir ramer dans les profondeurs du classement.

Muet pour l’instant, Jamal Thiaré symbolise les difficultés rencontrées par le HAC en attaque en ce début de saison.

Cela aurait pu être l’antre idéal pour un premier coup fumant, si Geoffroy-Guichard, lieu de débordements inadmissibles en fin de saison dernière, n’était pas actuellement sous le coup d’un huis clos. Une sanction de quatre matches ferme, plus deux avec sursis. Cela aurait également pu être l’adversaire idoine dans l’idée de créer une véritable sensation, si les Verts, toujours dans les négatifs au classement (-1) suite à une pénalité de trois points (plus trois avec sursis), ne ramassaient pas les bouées après trois journées.

Mais cela reste tout de même Saint-Étienne, naturellement hissé au rang de cador de la compétition, l’ASSE, ce pensionnaire de Ligue 2 pas tout à fait comme les autres. Néanmoins, qu’importe aujourd’hui la dimension de l’adversaire. C’est l’urgence avec laquelle flirtent les hommes de Luka Elsner, des plus discrets jusqu’alors, qui génère la préoccupation. « Oui, concède l’entraîneur havrais, nous sommes déjà sous pression. La situation comptable (2 points/9) suscite l’inquiétude, il faut l’accepter. »

« J’espère que ça commence à cogiter »

Comme il faut au technicien slovène accepter le fait ne pas encore disposer d’un attaquant actuellement capable de modifier le scénario d’un match. Pour l’heure, seul Kechta, face à Pau (1-1), est parvenu à trouver l’ouverture. Alors Elsner patiente, dans l’espoir d’accueillir cet offensif « de haut niveau », insiste-t-il. « Il y a actuellement des discussions, mais elles doivent être difficiles ». Sans que le moindre nom ne filtre. Toutefois, ce joueur de haut niveau ne pourra être séduit qu’à la condition d’y mettre les moyens.

Et là encore, entre le discours d’un Vincent Volpe qui affirme ne pas avoir coupé les vivres, et un président Roussier qui déclare ne pas vouloir demander la moindre rallonge au propriétaire, un paradoxe s’installe. Et des questions se posent sur la réelle marge de manœuvre accordée à Mathieu Bodmer. « Mais notre mercato n’est pas terminé, il y a la place pour recruter encore deux joueurs », assure le successeur de Paul Le Guen, pour qui le retour de Cornette offre une solution de plus face aux Stéphanois. Et ce, sur le front d’une attaque en quête d’un déclic.

« Et j’espère que ça commence à cogiter dans la tête de nos attaquants, lâche Elsner. Car leur boulot, c’est de marquer, c’est le b.a.-ba. La seule façon pour eux de débloquer la situation, c’est de s’enfoncer dans le travail, de soigner leur approche, leur attitude dans la zone de vérité. » Sans doute ce samedi, faudra-t-il être tout simplement chirurgical dans cette zone, afin que les Havrais ne quittent pas Geoffroy-Guichard, là où Nîmes a récemment arraché un point (1-1, 2e journée), les poches vides.

« Pour relever cet énorme et beau défi, conclut Elsner, il s’agira de démarrer au quart de tour, comme nous l’avons fait face à Pau, et de maintenir une forte intensité durant les 90 minutes. » Ce match plein, abouti, qui tend à se faire désirer.

Saint-Etienne - Havre AC, samedi 20 août 2022 à 15 h au stade Geoffroy-Guichard
Arbitre : M. Vernice.

Absences à Saint-Etienne : Chambost (reprise), Neyou et Abi (choix) ; au HAC : Wahib (genou), Confais (genou), Logbo (doigt), Mbemba, P.I. Ba, Moussadek, Wam, Ngoura, Gomes (choix).

AS SAINT-ETIENNE : 42. Green – 13. Palencia, 5. Giraudon (cap), 23. Briançon, 11. Silva – 8. Camara, 37. Mouton – 15. Pintor, 22. Lobry, 18. Cafaro – 17. Krasso.

Remplaçants : 30. Raveyre, 3. Nadé, 4. Sow, 27. Maçon, 6. Bouchouari, 39. Aiki, 30. Rivera.

Entraîneur : Laurent Battles.

HAVRE AC : 30. Desmas – 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Operi – 8. Kechta, 22. Lekhal (cap), 31. A. Ba – 11. Cornette, 14. Thiaré, 23. Casimir.

Remplaçants : 1. Gorgelin, 3. Kumbedi Nséké, 5. Diallo, 24. Richardson, 28. Mahmoud, 10. Alioui, 9. Kitala.

Entraîneur : Luka Elsner.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC sans pitié avec les Verts

Coup de tonnerre ce samedi 20 août 2022 à Geoffroy-Guichard, là où le Havre AC a scellé son premier succès de la saison, éclatant au tableau d’affichage, face à des Stéphanois contraints d’en finir à huit avec ce duel pas comme les autres.

Victor Lekhal a profité de cet après-midi particulière pour inscrire le deuxième but de sa carrière, le premier dans le jeu

D’une première victoire enregistrée cette saison à l’histoire. Voilà le grand saut effectué ce samedi par les Ciel et Marine. Eux qui ont en effet infligé la plus lourde défaite concédée par les Verts au cœur du Chaudron en 89 ans d’existence et 10 titres de champion de France.

Néanmoins, si cette ligne restera indélébile dans les annales de l’ASSE, il s’agit d’en relativiser les effets, et pour des Stéphanois qui peinent à sortir du cauchemar, et pour des Havrais devenus acteurs d’un scénario des plus étranges. « Je n’ai jamais vécu ça, confiait Luka Elsner. Les joueurs n’ont plus je pense. » « Je crois que plus jamais, ni moi, ni les joueurs, ne revivront une telle chose », enchaînait Laurent Battles, le coach stéphanois.

Et pour cause. À la sortie de la première demi-heure, Briançon, le capitaine des Verts, écopait de son deuxième avertissement (31e) et prenait la direction d’un vestiaire où allait le rejoindre Cafaro quelques minutes plus tard (38e). Expulsé lui aussi, sévèrement avouons-le, coupable qu’il fut d’un geste répréhensible sur El Hajjam. À onze contre neuf, la mission des Ciel et Marine, eux aussi proches du « rouge » suite à ce tacle très (trop ?) musclé de Sangante (45e+1), devenait dès lors plus facile.

Encore plus facile serait-on tenté d’écrire. Car lorsque le combat se déroula à armes égales, il n’échappa à personne la supériorité des Havrais. « C’est difficile d’analyser un tel match, concédait Elsner. Toutefois, je trouve que nos premières minutes, avant le premier rouge, ont été très intéressantes. C’est ça que je veux retenir avant tout. »

Un HAC menaçant dès l’entame

Ses hommes signèrent en effet une entame parfaite, dans l’envie de jouer haut, de presser, de remporter les duels, de mettre dans les cordes des Stéphanois qui ne laissaient déjà pas filtrer une grande sérénité. Ce dont profita Richardson pour frapper le premier, d’une tentative qui vit le poteau suppléer Green (5e). La montée en puissance, détectée en seconde période à Valenciennes (0-1, 2e j.) et lors du premier acte face à Pau (1-1, 3e j.), se confirmait. Une entrée en matière qui validait en outre les choix d’Elsner, lui qui laissa notamment Thiaré sur le banc au profit de Kitala, et qui s’essaya à une défense à trois en phase de possession.

À la pause, les filets de Green n’avaient toutefois pas encore tremblé. « Je leur ai demandé d’être patients, explique le technicien slovène. Il ne s’agissait pas qu’un des joueurs se prenne pour un super-héros. Ils ont su jouer simple. » Et c’est d’un coup de pied arrêté que le déclic est venu, ce corner d’Alioui prolongé au centre de la cible par Sangante d’une superbe volée (51e). Cette fois, les Verts ne purent s’en relever. « On a montré qu’on était capables de marquer », soufflait Elsner sans en rajouter.

Ses hommes, eux, en ont quand même rajouté. Par Alioui, après avoir trouvé appui sur Kitala (2-0, 56e), sur une frappe de Lekhal légèrement déviée par Sow (3-0, 64e), d’une demi-volée d’Operi (4-0, 80e), d’une frappe sèche de ce même Operi (5-0, 85e), et enfin d’un coup de tête de Kitala (6-0, 89e). Entre-temps, Green avait lui aussi vu rouge, au terme d’une sortie qui le vit faucher Kitala hors de sa surface (66e).

« Maintenant, conclut l’entraîneur havrais, il s’agit de faire preuve d’humilité et de compassion envers M. Battles. Pour un entraîneur, c’est terrible. » Et pour le HAC, c’est un soulagement. À mesurer, certes, mais à savourer, quand même. Et ce, à une semaine de recevoir Amiens.

À Saint-Etienne, le HAC bat Saint-Etienne 6 à 0 (0-0)
Arbitre : M. Letexier. Match à huis clos.

Buts pour le HAC : Sangante (51e), Alioui (56e), Lekhal (64e), Operi (80e et 85e), Kitala (89e).

Avertissements à Saint-Étienne : Pintor (22e), Briançon (27e et 31e), Giraudon (37e) ; au HAC : Richardson (42e), Operi (87e).

Expulsions à Saint-Etienne : Briançon (31e), Cafaro (37e), Green (66e).

SAINT-ETIENNE : Green – Palencia, Giraudon (Bouchouari, 63e), Briançon (cap), Silva (Maçon, 46e) – M. Camara, Mouton (Sow, 46e) – Pintor (Nadé, 40e), Lobry (Raveyre, 68e), Cafaro – Krasso.

Remplaçants : Raveyre (g), Rivera, Aiki.

Entraîneur : Laurent Battles.

HAVRE AC : Desmas – El Hajjam (Kumbedi Nséké, 67e), Sangante, Lloris, Operi – Richardson (A. Ba, 60e), Lekhal (cap) (Mahmoud, 73e), Kechta – Casimir (Cornette, 67e), Kitala, Alioui (Thiaré, 60e).

Remplaçants : Gorgelin (g), Diallo.

Entraîneur : Luka Elsner.

Alioui : « À onze contre onze, on était déjà présents »
ASSE - HAC - Alioui (2)

Nabil Alioui, attaquant du HAC : « C’était un match assez bizarre, qui tourne en notre faveur, on ne va pas s’en plaindre. On a quand même fait le taf. À onze contre onze, on était déjà présents. On prend des points qui nous font du bien. On voulait entamer fort, face à une équipe qui descend quand même de Ligue 1, on voulait imposer notre jeu, c’est ce qu’on a fait. J’ai l’image du HAC qui a raté la montée d’un but seulement (2016), je pense donc que tous les buts sont importants. Mais on n’a pas à s’enflammer, il faut maintenant se donner les moyens de gagner encore plus de matches. »

Laurent Battles, entraîneur de Saint-Étienne : « Il y a d’abord eu ce début de match, où le poteau nous sauve. Après, c’est difficile à analyser… On prend ces trois « rouge », le premier y est, le troisième aussi, le deuxième je ne suis pas d’accord. Alors oui, il y a ce scénario, mais il y a aussi ce que donnent les joueurs en termes d’investissement. Là, il fallait faire un match de Coupe, dégager loin, tacler, gagner des duels. Et il n’y a pas eu ce supplément d’âme attendu. Lorsqu’à la mi-temps, vous décidez de renforcer l’axe de votre défense et qu’au premier corner, ça fait but, ce n’est pas normal. On va essayer de laver les têtes et de changer. Car je veux bien qu’on soit joueurs, mais si c’est pour me faire flageller toutes les semaines, ça ne me va pas. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC, un succès et des chiffres

Puisque personne ne peut raisonnablement se risquer à une analyse précise de ce samedi 20 août 2022 qui vit le HAC marcher sur des Verts plombés par trois expulsions, voici quelques chiffres associés au premier succès des Ciel et Marine, version 2022-23.

Samedi à Saint-Etienne, Christopher Operi a signé le premier doublé de sa carrière

2

Si personne ne contestera le fait que cette large victoire a été validée dans des conditions peu communes, il n’en reste pas moins qu’elle permet aux Ciel et Marine de signer leur premier succès de la saison, de se rapprocher, avec sept réalisations, des meilleures attaques du championnat (Caen, Metz, Bastia, 8 buts), et surtout de se hisser au deuxième rang du classement dédié aux défenses (2 buts « contre » comme Valenciennes et Sochaux), derrière les Girondins de Bordeaux (aucun but concédé) annoncés lundi 22 août 2022 à Grenoble.

2

Si Laurent Batlles, le coach de l’ASSE, ne contesta qu’une des trois expulsions stéphanoises, en l’occurrence celle de Cafaro (37e), force est de reconnaître que deux des Ciel et Marine auraient pu, eux aussi, voir rouge. Mais tout comme Operi, dont l’intervention sur Pintor en tant que dernier défenseur fut limite (7e), Sangante, auteur d’un tacle très appuyé sur Camara (45e+1), passa totalement à travers les mailles du filet.

4

Quatre des six réalisations ont été l’œuvre samedi après-midi de joueurs à vocation défensive. Arouna Sangante, l’homme qui a ouvert le bal (51e), a ainsi scoré pour la deuxième fois depuis ses débuts en L2, Victor Lekhal en a quant à lui profité pour inscrire le premier but de sa carrière dans le jeu – il avait débloqué son compteur la saison passée d’un penalty transformé face à Dijon – alors que Christopher Operi a doublé sa mise (voir par ailleurs). Dans les rangs des offensifs, Nabil Alioui et l’ex-Sochalien Yann Kitala ont également trouvé le cœur de la cible.

4

Ce ne sont pas trois, mais quatre « rouges » qui ont été brandis par M. Letexier à l’encontre des Verts. Outre les expulsions de Briançon (31e), Cafaro (37e) et Green (66e), Manu Da Costa, l’ex-entraîneur de QRM, Lyon – La Duchère et Créteil, aujourd’hui adjoint de Laurent Batlles sur le banc de l’ASSE, a lui aussi été renvoyé au vestiaire, pour contestation bien sûr (39e).

5

Christopher Operi, défenseur de profession arrivé cet été de La Gantoise (Bel), a profité de cette percée à Geoffroy-Guichard pour soigner ses stats offensives, en portant son nombre de buts inscrits à cinq, dont trois avec Châteauroux (le dernier en date du 8 janvier 2021). Mais surtout, en s’offrant le tout premier doublé de sa carrière, en l’espace de cinq minutes s’il vous plaît, d’une demi-volée tout d’abord (80e), puis d’une frappe sèche (85e).

12

L1, L2 et barrage de relégation confondus, la série en cours de l’AS Saint-Étienne fait froid dans le dos. Les Verts ont en effet enchaîné samedi un douzième match sans succès, une suite de déceptions marquée par un total de vingt-neuf buts concédés.

31

Voilà trente-et-un ans que le Havre AC n’avait pas signé un succès aussi retentissant loin de la Porte Océane. Il faut en effet remonter à la saison 1990-91, celle d’une accession en D1, et une étape sur la pelouse du Red Star le 4 mai 1991, pour en trouver la trace. Les buteurs se nommaient François Quilan, Thierry Moreau, Hubert Castets, Bruno Roux (2) et Pascal Françoise. À domicile, le dernier 6-0 date du 16 mai 2008, lorsque le HAC, alors promis à la L1 et assuré du titre, terrassa le SC Bastia (Lorenzi « csc », Aït Ben Idir, Davidas, Lesage, Alassane et Nestor).
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : pour Victor Lekhal, le capitaine du HAC, « il y a un nouveau souffle »

À l’approche d’un face-à-face, au Stade Océane, samedi 27 août 2022, avec des Amiénois insatiables lors des trois précédentes journées, Victor Lekhal, le désormais capitaine du HAC, fait le point sur cette entame de saison et évoque son plaisir retrouvé.

Au sortir d’une saison 2021-2022 difficile, Victor Lekhal renoue avec le plaisir sous les ordres de Luka Elsner.

Discret et peu épanoui la saison passée, Victor Lekhal (28 ans), héritier cet été d’un brassard laissé par Alexandre Bonnet (parti à QRM), se remet peu à peu dans le sens de la marche.

Samedi dernier à Saint-Étienne, il y a eu deux faits entrés dans l’histoire. Le premier coïncide avec la plus lourde défaite concédée par les Verts à Geoffroy-Guichard, le deuxième avec le premier but de votre carrière dans le jeu (1)…

« Que la défaite soit historique pour Saint-Étienne, ça ne nous intéresse pas, ça ne nous regarde pas. Ce qui compte pour nous, c’est cette victoire. On est ressortis de ce match satisfaits de ce qu’on a proposé. Quant à mon but, c’est juste bon pour la confiance. »

À chaud, et au sortir d’un match à trois expulsions à l’encontre des Stéphanois, il fut difficile, voire impossible, d’analyser ce premier succès. Avec un peu de recul, parvenez-vous à en tirer des enseignements concrets ?

« À onze contre onze, on a quand même montré qu’on était capables de produire de belles phases. Après, la gestion émotionnelle fait partie du jeu, les Stéphanois n’ont pas su garder leur sang-froid, nous oui. Nous sommes restés dans ce que nous voulions faire. Maintenant, il faut confirmer, trouver l’indispensable régularité. »

« On s’attend à une semaine dure et éprouvante »

Plus qu’une joie, n’est-ce pas tout simplement un réel soulagement qui a accompagné cette victoire ?

« Oui. Il y a bien évidemment des faits de jeu importants à prendre en compte, mais on attendait vraiment ce match, face à une grosse équipe, dans un beau stade. On a su profiter des erreurs de Saint-Étienne pour marquer. Vu comme ça, ça peut paraître facile d’en passer six, mais il faut quand même les mettre. »

Lire aussi Le HAC, un succès et des chiffres
Et finalement, cette large victoire n’est pas un luxe au regard des trois matches à venir, face à Amiens parti pied au plancher (2e), Laval, fringant promu (7e) et Caen, actuellement localisé au sommet du classement…

« Disons qu’on s’est enfin mis en confiance. Mais on sait surtout que ce sont trois matches compliqués qui arrivent. On s’attend à une semaine dure et éprouvante. J’espère qu’à la sortie de cette série, il y aura une belle récompense. »

Vous qui avez traversé les trois saisons de l’ère Le Guen, parlez-nous des principaux changements apportés, à l’entraînement, par Luka Elsner ?

« Les séances sont vraiment très variées et on double deux fois dans la semaine (NDLR : le mardi et le jeudi). Il y a beaucoup de jeu, avec et sans ballon, mais aussi un gros travail tactique. On essaie de trouver des schémas de jeu qu’on peut retrouver en match. Le coach nous donne des billes, essaie de nous faciliter la tâche. Après, sur le terrain, c’est nous qui avons les cartes en main. Mais c’est vrai qu’on bosse bien. »

« Le changement de coach m’a fait du bien »

Il vous faut, ainsi qu’à tous ceux qui étaient là en 2021-2022, désormais assimiler des idées de jeu offensives. La transition se fait-elle suffisamment rapidement ?

« Le groupe réagit bien, mais n’oublions pas qu’on a débuté la saison avec beaucoup de nouveaux joueurs. Tout le monde s’est vite mis dedans. Alors bien sûr, lors des trois premiers matches, ça ne s’est pas vraiment vu au niveau de l’efficacité offensive. On a peu rattrapé le coup à Saint-Étienne. »

Vu d’en haut, le HAC dégage plus d’intensité, plus d’audace. Et sur le terrain, sentez-vous se dégager plus de plaisir ?

« Bien sûr. Il y a un nouveau souffle, une philosophie de jeu qui nous correspond. »

Le renouveau collectif attendu depuis quelques saisons déjà se dessine donc au moment où vous, l’enfant du club, entrez dans votre dernière année de contrat. La pression est-elle plus forte lorsque la vision de l’avenir s’arrête, pour le moment, à juin 2023 ?

« Pas du tout. Je suis bien dans mes baskets, bien avec le groupe, je ne me préoccupe pas de ma fin de contrat. J’essaie de mettre tout en œuvre pour faire la meilleure saison possible, pour moi et pour le club. »

Une chose saute en tout cas aux yeux, le Victor Lekhal bougon de la saison passée semble avoir laissé place à un joueur plus frais, plus rayonnant. Vous confirmez ?

« Oui. C’est vrai que je sors d’une saison un peu compliquée. Le changement de coach m’a fait du bien, je me sens soutenu par toutes les composantes du club. »

Et on peut officiellement vous appeler capitaine !

« Aussi (rires). »

(1) : Lekhal avait inscrit le premier but de sa carrière la saison dernière, d’un penalty transformé face à Dijon

Dans les travées

Richardson, ça avance ou pas ?

Annoncé depuis près d’un mois sur les tablettes du Stade de Reims (L1), dans le cadre d’un transfert assorti d’un prêt (au HAC), Amir Richardson (20 ans), sous contrat avec le club doyen jusqu’en 2024, n’est toujours pas fixé sur son avenir à moyen terme. Si les discussions avec les Rémois tendaient à déboucher sur un accord tripartite, rien n’a été officiellement acté. En stand-by, le dossier du milieu de terrain pourrait toutefois rapidement évoluer, puisque d’autres pensionnaires de Ligue 1, à savoir Lorient, Strasbourg et Clermont, ne seraient pas contre attirer l’international U20 dans leurs rangs. Toujours dans l’idée de le prêter au Havre AC cette saison ? La question se pose.

Confais, c’est pour bientôt

Arrivé blessé (cheville) de l’Olympiakos Nicosie (Chypre) la semaine passée, Aloïs Confais, dernière recrue en date du HAC, devra faire une croix sur la réception d’Amiens. En phase de reprise, le milieu de terrain voit cependant se rapprocher l’échéance de ses premiers pas sous les ordres de Luka Elsner. L’ex-Troyen devrait en effet participer lundi, veille du déplacement à Laval, à son premier entraînement collectif.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : le HAC sur la piste du Sud-Africain Percy Tau

Le Sud-Africain Percy Tau (28 ans) pourrait être la prochaine pioche du Havre AC en ce mercato d’été. Actuellement en Égypte, l’attaquant international ferait l’objet de discussions a priori complexes.

Au HAC, Percy Tau retrouverait Luka Elsner, un entraîneur qu’il a côtoyé à l’Union Saint-Gilloise (Bel)

L’information devait rester sous le sceau du secret. Mais comme souvent, fuite il y a eu. En Égypte, où Percy Tau s’est posé il y a un an en provenance de Brighton pour y défendre les couleurs d’El Ahly ? En France, où le HAC ne semble pas être le seul club à le suivre ? Mystère. Mais une chose est certaine, le secret n’a pu être gardé.

Et si bien évidemment, la direction sportive du Havre AC n’entend pas s’étendre sur le sujet, afin de verrouiller ce qui peut encore l’être, il semble crédible d’annoncer le club doyen sur la piste de cet attaquant, capable de jouer en pointe, mais beaucoup plus à l’aise sur un côté. Un international aux 36 sélections avec les Bafana Bafana (13 buts) qui n’arriverait pas au Havre en terrain totalement inconnu.

Elsner le connaît

Percy Tau y retrouverait en effet Luka Elsner, entraîneur sous la direction duquel il a traversé l’exercice 2018-19 dans les rangs de l’Union Saint-Gilloise (Bel, 23 matches, 6 buts, 7 passes). Repéré à l’été 2018 en Afrique du Sud par les chasseurs de têtes de Brighton (Ang), Tau n’est toutefois jamais parvenu à percer en Premier League (3 apparitions) et fit donc l’objet de prêts à répétition. Tous à destination de la Belgique : à Saint-Gilles, puis au FC Bruges (2019-20), où il fut sacré champion (18 matches, 3 buts, 4 passes) tout en croquant à la Ligue des Champions (3 matches, 1 passe), et enfin à Anderlecht (2020-21, 14 matches, 4 buts, 1 passe).

Il y a un peu plus d’un an, arrivé en fin de contrat avec Brighton, Tau fit le choix de s’envoler pour l’Égypte, recruté par El Ahly en échange d’une somme d’un peu moins de 2 M€. Vingt matches et cinq buts plus tard, Tau, sous contrat jusqu’en 2024 avec le club du Caire, entend donc signer son retour en Europe. Peut-être à travers une arrivée au HAC, si un accord financier, voire un prêt avec option d’achat, venait à être acté avant le 1er septembre et la fermeture du marché des transferts (23 heures). Un montage qui en l’état paraît être d’une réelle complexité.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 332
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : un test pour le HAC, un vrai !

Une semaine après l’insolite succès signé à Saint-Étienne, le tout premier de la saison au crédit du HAC, les Ciel et Marine se dresseront, ce samedi 27 août 2022 au Stade Océane, face à des Amiénois lancés toutes voiles dehors.

Luka Elsner retrouvera Amiens ce samedi 27 août 2022, club dont il fut l’entraîneur de juin 2019 à septembre 2020

« On ne va pas arriver avec les chevilles qui enflent et la grosse tête. » Philippe Hinschberger, l’entraîneur d’Amiens, sait qu’il faut à ses hommes garder les pieds sur terre. Néanmoins, en contraste parfait avec l’entame de l’exercice 2021-22, c’est une série de trois succès à la suite que ses hommes, lourdement tombés à Metz en ouverture (0-3), tenteront ce samedi d’étirer un peu plus dans le temps. Et ce, après avoir fait d’Annecy, Sochaux et Bastia les premières victimes de l’ASC cette saison.

Et de première, il en sera question ce samedi pour les Ciel et Marine. Du moins est-ce l’objectif. Celui de colorer enfin le tableau de chasse posé dans le tunnel du Stade Océane, après les nuls concédés face à Grenoble (0-0, 1re j.) et Pau (1-1, 3e j.). Deux demi-échecs en partie effacés par le succès aussi retentissant, par l’étendue du score (6-0), que rendu insolite, rapport aux trois expulsions stéphanoises, validé la semaine passée à Geoffroy-Guichard.

Chaude la semaine !

Une victoire actée à point nommé au regard d’un calendrier d’enfer imposé aux Havrais en l’espace de six jours, puisque soixante-douze heures après avoir croisé le fer avec Amiens, c’est à Laval qu’il leur faudra se rendre. Et ce, avant de défier l’actuel leader caennais, vendredi 2 septembre 2022 (20h45) au Stade Océane.

« C’est chargé, admet Luka Elsner, mais on y est préparés. Et la victoire à Saint-Étienne nous aide à aborder cette série. Alors oui, ce match on l’a fini à onze contre huit, mais ce n’est pas la seule chose à retenir. Il y a eu cette première demi-heure de qualité (NDLR : à onze contre onze), le fait qu’il y ait eu beaucoup de buteurs différents (5) et aussi ce sentiment que tout le monde a parlé le même football. Et quand le côté positif est partagé par tous, quand la victoire n’est pas due à l’exploit d’un seul joueur, c’est top. »

Comme il serait « top » d’injecter une forte dose d’émotion au cœur d’un vaisseau bleu qui en est sevré depuis si longtemps. La touche Elsner se doit désormais de devenir une empreinte profonde, au seuil d’une semaine durant laquelle il s’agira de jongler avec des échéances croustillantes et les rebondissements d’un mercato qui tire à sa fin. Nouveau pic de chaleur attendu !

Havre AC - SC Amiens, ce samedi 27 août 2022 à 19 heures, au Stade Océane
Arbitre : M. Valnet.

HAVRE AC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Operi - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 8. Kechta - 11. Cornette, 9. Kitala, 10. Alioui.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 3. Kumbedi Nséké, 5. Diallo, 66. Wam, 31. A. Ba, 14. Mahmoud, 23. Casimir, 14. Thiaré.

Entraîneur : Luka Elsner.

Absents : Wahib (genou), Confais, Logbo (reprise), P.I. Ba, Mbemba, Gomes (choix).

AMIENS SC : 1. Gurtner (cap) - 5. Mendy, 4. Opoku, 2. M. Fofana - 7. Léautey, 21. Benet, 24. Gélin, 6. D.Fofana 26. Xantippe - 9. Arokodare, 17. Badji.

Remplaçants : 16.Charruau (g), 23. Barry, 20. Lachuer, 10. Chibozo, 46. Bariki, 29. Gomis, 11. Bandé ou 25. Gene.

Entraîneur : Philippe Hinschberger.

Absents : Ciss, Sangaré et Sy (choix), Bianchini et Monzango (choix)

Elsner, l’esprit de revanche n’est pas son truc

Il s’agissait de sa première expérience en qualité d’entraîneur sur ce sol français qui le vit grandir. Ou quand Luka Elsner, Slovène qui a découvert Nice dès son plus jeune âge dans les traces d’un père alors joueur sous les couleurs des Aiglons, revint en France, à Amiens donc, après avoir effectué ses premiers pas d’entraîneur, d’abord dans son pays d’origine (MK Domzale, Olimpija Ljubljana), puis à Chypre (Paphos FC) et en Belgique (Union Saint-Gilloise).

Alors en Ligue 1 depuis deux saisons, Amiens, afin de pallier le départ de l’emblématique Christophe Pélissier (il hissa l’ASC de la N1 à la L1), misa ainsi sur Luka Elsner. Mais un peu plus d’un an après le début d’une liaison perturbée par un Covid qui renvoya l’ASC en L2 au terme d’une saison amputée de dix journées, l’actuel entraîneur du HAC fut débarqué. Remplacé en septembre 2020, au lendemain de la 5e journée (1v., 2n., 2d.), par son adjoint de l’époque… Oswald Tanchot.

Une tranche de carrière qui ne hante toutefois pas les nuits d’Elsner. « Je n’ai pas le moindre esprit de revanche, assure-t-il. Je ferais fausse route s’il me fallait partager ce genre de sentiment avec mes joueurs. Je ne veux pas gagner contre Amiens, mais pour le HAC, pour le bien-être de notre club. Ce n’est pas ma bataille. La rancune ne fait pas partie de ma façon de fonctionner. Dans ce métier, tu dois être prêt à accepter les victoires et les défaites personnelles. Il y aura même une forte amitié au moment de revoir certaines personnes. »

Cette amitié que partagera également à son arrivée au Stade Océane Philippe Hinschberger, le coach d’Amiens. Un entraîneur qui, à défaut d’avoir posé une empreinte sportive au Havre – arrivé en juin 2004, il céda sa place à Thierry Uvenard en avril 2005 alors que le HAC était au bord du gouffre – laissa la trace d’un technicien aux multiples qualités humaines.
Répondre