[REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Forum infohac.com - Réagissez sur les résultats et sur l'actualité du Havre Athletic Club, venez discuter HAC et Football entre supporters et participer aux débats, sondages, coups de gueule...
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC méritait tellement mieux

Tenus en échec pour la troisième fois en autant de rendez-vous au Stade Océane, les Ciel et Marine, ô combien séduisants ce samedi 27 août 2022, mais toujours si légers offensivement, n’ont pu renverser des Amiénois d’une froide efficacité.

Le HAC, dans l’inspiration d’un bluffant Yassine Kectha, aurait sans doute mérité mieux que ce seul point obtenu face aux Amiénois

Il y avait longtemps. Si longtemps que le HAC n’avait pas été si souverain dans le jeu, si pétillant, si offensif au Stade Océane. Comme une nouvelle page qui s’écrit peut-être, une touche Elsner apte à faire revivre l’antre du club doyen. Parce qu’il y a du plaisir à voir évoluer les Ciel et Marine. Parce que ce HAC qui ronronnait tant dans son jardin les saisons passées semble s’effacer devant la percée d’idées nouvelles. Cette envie d’avancer, encore et toujours, cette volonté de presser, de monopoliser le cuir, d’être en mouvement, cette soif de succès qui a accompagné Lekhal et les siens face aux Amiénois.

Mais de victoire, il n’y a pas eu. À l’instar de Grenoble (0-0, 1re j.) et de Pau (1-1, 3e j.), Amiens est parvenu à gratter un petit quelque chose au cœur du vaisseau bleu, ce point quasi miraculeux pour les hommes de Philippe Hinschberger, tant ils ont souffert du début à la fin de cette soirée. Mais une efficacité glaciale, sur la seule occasion nette face au but de Desmas, a suffi au bonheur des visiteurs. Ce but inscrit par Arokodare, seul au deuxième poteau, à la suite d’un centre qui vit d’abord Badji faire briller le numéro 1 du HAC (0-1, 13e).

Invisibles avant, très peu visibles après, les Picards envoyaient tout de même les Havrais dans les cordes, alors que ces derniers contrôlaient l’intégralité du débat. Dur, très dur, d’autant que Gurtner fit le show quelques minutes plus tard, d’une merveilleuse envolée dans la foulée d’une frappe tout aussi somptueuse de Casimir (17e).

Thiaré évite le coup de massue

Dans l’aspiration d’un Kechta, avouons-le bluffant, le HAC tentait de contourner l’imposante défense amiénoise par tous les côtés et il s’en fallut d’une poignée de centimètres pour que Kitala ne profite d’un excellent centre d’Opéri. Ce même Kitala qui vit sa tentative être légèrement déviée, peu avant la pause (44e). Les Ciel et Marine poussaient, sans cesse, mais souffraient une fois encore de l’absence d’un attaquant capable de mixer audace et finition. Ce dernier geste qui fit tant rager lors de ce face-à-face avec des Picards qui venaient d’enchaîner trois succès. Mais une semaine après le 6-0 de Geoffroy-Guichard, ça ne voulait plus rentrer. Témoin cette frappe d’Alioui de nouveau détournée par un Gurtner des grands soirs (46e). Dans un passé proche, les Havrais auraient sans doute flirté avec une forme de découragement. De renoncement. Il n’en fut rien.

À force d’insister, enfin une faille allait donc s’ouvrir. Sur un corner d’Alioui, une remise de la tête de l’impeccable Lloris et un jaillissement de Jamal Thiaré, auteur de son premier but de la saison (1-1, 72e). Entré en jeu douze minutes plus tôt, en lieu et place d’un Kitala toujours en manque de rythme et de sensations, le Sénégalais évitait au HAC de faire face à un échec qui aurait été terrible au regard de la débauche d’énergie.

Si modeste soit-il, ce point permet donc aux Havrais de ne pas débuter cette semaine infernale le moral en berne, eux qui sont attendus dès ce mardi 30 août 2022 à Laval. Et ce, avant que ne soit donné le coup d’envoi, vendredi 2 septembre (à 20h45), de la première manche du choc normand, face à un SM Caen aujourd’hui leader.

Les notes du HAC :

Desmas (6), El Hajjam (5,5), Sangante (6), Lloris (7), Opéri (5), Richardson (5), Lekhal (6), Kechta (7), Casimir (5,5), Kitala (4), Alioui (5,5).

Elsner : « Un sentiment de fierté »

Luka Elsner (entraîneur du HAC) : « Le sentiment qui domine, c’est la fierté d’avoir produit un tel match. Oui, les garçons peuvent être fiers. On a su revenir, mais sans être réellement récompensés. En face, ils ont eu une demi-occasion et ils l’ont mise au fond. On a cravaché dur pour essayer de revenir. On avance, on progresse, dans tous les secteurs de jeu. Il a manqué un peu de réussite et puis Régis (Gurtner) a fait un gros match. Si on sent ma touche ? Je propose des idées, une manière de prendre du plaisir, mais ce sont les joueurs qui mettent tout ça en application, moi je ne fais plus rien une fois que le match a commencé. Tout le mérite leur revient. On essaie de créer un football qui a une vraie identité. Maintenant, sur le plan comptable, on n’est pas là où on aimerait être. Mais ça va venir. »

Philippe Hinschberger (entraîneur d’Amiens) : « Je ne suis pas surpris du match qu’on a fait et de celui qu’a fait cette très, très belle équipe du Havre. Sur l’aspect athlétique, sur la détermination, on a eu du mal à rivaliser. On a souffert, on a plié, on a craqué une fois, mais même en étant en difficulté, on a su prendre un point. On marque sur notre seule belle action. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Kechta, l’inattendue « pépite » du HAC

Tout proche de la sortie au printemps dernier, Yassine Kechta, repêché par Luka Elsner et désormais en possession de son premier contrat pro, profite de ce début de saison pour se faire une place. Et un nom.

Yassine Kechta, l’un des symboles de la nouvelle identité de jeu prônée par Luka Elsner

Luka Elsner parviendra-t-il à réussir ce que Paul Le Guen n’a peut-être pas osé tenter ? Ce début de saison incite à répondre par l’affirmative. Outre le fait de (re)lancer Josué Casimir sur le devant de la scène, titularisé lors des quatre précédentes journées, le technicien slovène a en effet posé sur le tapis vert la carte Yassine Kechta (20 ans). Un milieu de terrain de poche (1,66 m) jusqu’alors jamais vu à ce niveau, auteur de son premier but au soir de sa première titularisation et de la réception de Pau (1-1, 3e j.).

L’éclosion du Franco-Marocain coïncide même avec l’image flambant neuve que souhaite donner le HAC à son football. Plus technique, plus pétillant, plus audacieux. Une philosophie qui semble coller à merveille aux qualités exposées par Kechta. Un joueur en passe de devoir faire une croix sur sa carrière havraise si l’actuelle direction sportive ne l’avait pas repêché. « C’est vrai qu’en fin de saison dernière, on m’a fait comprendre que c’était fini. S’il n’y avait pas eu le changement d’entraîneur, je ne sais pas où je serais aujourd’hui. J’avais bien quelques touches, mais rien de concret. »

« Je n’y aurais pas cru »

Arrivé cinq ans plus tôt du Paris FC, l’international U17 marocain, blessé lors de la préparation de l’exercice 2021-22 et soigné par le staff des pros avant d’être reversé dans les rangs de la « B », voyait ainsi se profiler le premier grand tournant de sa vie de jeune homme. « Quand tu as grandi au centre de formation, qu’on te dit que ça s’arrête, là, tu prends conscience de la difficulté de faire ce métier. »

Mais en juin dernier, à trois semaines de la reprise, nouveau revirement de situation. Tout allait même s’accélérer. Après des semaines de doute, le HAC vint le rechercher, un contrat pro de trois ans à la clé. « Je ne vais pas le cacher, je commençais à cogiter, même s’il n’était pas question que je lâche. Maintenant, quand on m’a rappelé pour finalement me proposer de signer pro, j’ai ressenti un énorme soulagement. » Le point de départ d’une aventure qu’il ne pensait pas débuter si fort.

Qui d’ailleurs aurait parié sur des premiers pas aussi éclatants ? Lui ? Même pas. « Si on m’avait dit qu’après cinq journées, j’en serais là, avec trois titularisations et un but, franchement, je n’y aurais pas cru. Mais bon, ce n’est que le début, je n’ai encore rien fait, rien prouvé. Ce ne sont pas trois ou quatre matches qui font de vous un joueur important pour l’équipe. »

Force est tout de même de reconnaître que son toucher de balle, sa vision du jeu, sa faculté à évoluer dans les petits espaces, ne font pas désordre dans le décor souhaité par Luka Elsner. Kechta apporte même ce pétillant apte à faire lever les foules. « Disons que je me sens bien dans ce que demande le coach, j’essaie de tenter des choses tout en restant simple, je suis à l’écoute, mais il faut vraiment que je bosse physiquement, que je me développe un peu. » En attendant que ses épaules s’élargissent un peu, Kechta monte quatre à quatre les marches de son apprentissage, version Ligue 2. Les prochains mois en diront beaucoup plus sur sa capacité à poursuivre son ascension.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Jamal Thiaré (HAC) : « Je ne savais plus sur quel pied danser »

Auteur contre Amiens de son premier but de la saison, Jamal Thiaré, relégué sur le banc lors des deux précédentes journées, a quelque peu relancé la concurrence en pointe à l’heure d’un rendez-vous à Laval, ce mardi 30 août 2022 (à 20h45). Et peut-être le Sénégalais a-t-il définitivement tourné la page d’un été mouvementé en coulisse.

Jamal Thiaré a peut-être tourné la page d’un été qui le vit douter quant à son avenir sous le maillot du HAC.

Entretien avec Jamal Thiaré à l’aube d’une nouvelle échéance pour le Havre AC, ce mardi (20h45), sur la pelouse du Stade Lavallois.

Comment allez-vous ?

Jamal Thiaré : « Ça va, je vais très bien. Physiquement, mentalement, tous les signaux sont au vert. »

Néanmoins, lors du déplacement à Saint-Étienne (6-0) et de la réception d’Amiens (1-1), c’est du banc que vous avez vécu le coup d’envoi. Comment avez-vous encaissé le coup ?

« Ça montre tout simplement qu’il y a un bon collectif, que tout le monde travaille. Après, il faut admettre que je n’ai pas été en réussite lors des trois premières journées, il est donc normal que je me retrouve sur le banc. Et que je donne le meilleur quand le coach décide de faire appel à moi. »

Ce but inscrit samedi, celui d’une égalisation tant attendue, a-t-il l’effet d’un réel déclic ?

« Non. Marquer, je suis là pour ça. »

« Avec Guingamp, il y a eu des discussions »

Et pourtant, au cœur de cet été, le doute fut permis sur le fait que vous soyez encore là justement. N’avez-vous pas traversé une période un peu trouble ?

« Oui. À un moment, il m’a fallu prendre sur moi, car je ne savais plus vraiment sur quel pied danser. J’ai su que le club hésitait à me transférer. Un peu avant la fin des vacances, j’avais eu le coach (Luka Elsner), il m’a transmis un message rassurant, mais ensuite, des choses se sont visiblement passées, que je ne peux expliquer. Ça m’a un peu chamboulé. »

Samsunspor, en Turquie (D2), et Guingamp vous avaient inscrit sur leurs tablettes. Avez-vous réellement été tout proche d’un départ ?

« L’étranger, pour des raisons diverses (NDLR : son dossier de naturalisation est notamment en cours), ça ne me tentait pas pour cette année. Et comme je l’ai toujours dit, l’idée première est d’honorer jusqu’au bout mon contrat. Car ce club m’a tellement donné, tellement aidé. »

Et Guingamp ?

« On a parlé de Caen également, visiblement, le club me voulait, mais au final, il n’y a rien eu de concret. Avec Guingamp, il y a eu des discussions, sans que l’on puisse se mettre d’accord sur tout. Le fait que des clubs s’intéressent à moi, c’est plutôt bon signe, ça confirme que j’ai prouvé pas mal de choses ces dernières saisons. Mais encore une fois, je tiens à aller au bout de mon contrat. »

Les derniers jours du mercato pourraient-ils inverser le cours des choses ?

« Dans le foot, vous savez… Mais j’ai la tête à 100 % au HAC, je vais tout donner et savourer le plaisir de jouer pour un tel club. Ensuite, on verra ce qu’il se passera. En tout cas, il y a de fortes chances que je sois encore là après le 1er septembre. »

Revenons au terrain et aux idées de jeu prônées par Luka Elsner. Pour l’offensif que vous êtes, n’est-ce pas agréable d’évoluer à la pointe d’un « onze » porté vers l’avant ?

« On prend du plaisir et je crois que ça se voit. Mais ça demande de gros efforts, beaucoup de concentration. Et je pense qu’en jouant de la sorte, les buts et les victoires vont arriver. Je n’en ai même aucun doute. »

Un mot pour conclure sur la dédicace faite samedi aux membres du staff médical juste après votre but. Vous leur devez beaucoup ?

« Oui ! Ils se sont tous si bien occupés de moi, comme ils le font avec tous les joueurs d’ailleurs. J’ai eu tant de pépins physiques que je tenais vraiment à célébrer ce but avec eux. C’était un moment fort, ça m’a fait du bien. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : Abdoullah Ba sur le point de quitter le HAC

Le jeune milieu de terrain du Havre AC (19 ans), international U19, serait sur le point de quitter son club formateur. Abdoullah Ba semble en effet avoir la possibilité de poursuivre sa carrière à l’étranger. Ce mardi soir à Laval, il ne figurera pas sur la feuille de match.

Abdoullah Ba devrait faire l’objet d’un transfert avant jeudi, 23 heures, et la fin du mercato d’été

À un an du terme de son tout premier contrat professionnel, Abdoullah Ba, révélé lors des dernières joutes de l’exercice 2020-21, est sur le point de tourner une page. Celle qui le lie au Havre AC, son club formateur.

Il se dit en effet avec insistance que le milieu de terrain de 19 ans, aux vingt-six apparitions en Ligue 2, devrait dans les prochaines heures, ou les deux prochains jours, faire l’objet d’un transfert.

Richardson vendu lui aussi

International U19, le natif de Saint-Aubin-lès-Elbeuf suscite l’intérêt de nombreux clubs, et peut-être est-ce vers l’Angleterre qu’il faudra s’orienter pour suivre sa progression. Cette ascension quelque peu mise en sommeil depuis la saison dernière. Son absence au sein du groupe des dix-huit joueurs convoqués pour la rencontre de ce mardi, à Laval, tend en tout cas à prouver que ses valises seraient sur le point d’être bouclées.

En revanche, Amir Richardson (20 ans) sera bel et bien présent sur la pelouse du Stade Lavallois. Néanmoins, à l’instar de Ba, le milieu de terrain international U20, sous contrat jusqu’en juin 2024 avec le club doyen, devrait lui aussi être vendu très prochainement.

Et comme annoncé depuis plusieurs semaines déjà, c’est en faveur du Stade de Reims qu’il s’engagera très certainement, en échange d’un chèque estimé entre 1,5 et 2 M€. Et ce, avant d’être prêté dans la foulée au Havre AC jusqu’au terme de l’actuelle saison.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC renverse Laval !

Menés à la pause, les Ciel et Marine sont parvenus à inverser totalement le cours des choses, tombeurs ce mardi 30 août 2022 de Laval, en Mayenne (1-3). La réception du SM Caen, vendredi 2 septembre, s’annonce d’ores et déjà croustillante.

Assez actif, Yann Kitala a relancé le HAC en égalisant en tout début de seconde période, avant que les Havrais, dominateurs, ne prennent les devants après l’heure de jeu à Laval.

Tout aurait pu basculer plus rapidement. Très rapidement. Après à peine deux minutes de jeu, ce moment où Cornette profita d’une relance totalement ratée de Sauvage, le portier lavallois, pour venir provoquer en duel le numéro 1 mayennais et de perdre ce face-à-face. Une première occasion en or massif au crédit de Ciel et Marine entrés dans cette rencontre sur le même rythme qu’ils avaient traversé la précédente. Appuyés qu’ils étaient au coup d’envoi sur un « onze » réintégré par Cornette et au sein duquel Diallo effectua ses premiers pas de la saison, en lieu et place de Lloris.

Cette volonté de jouer perturbait des Mayennais toujours dans l’attente de leur premier succès à Le Basser et une nouvelle fois tout près d’être sonnés sur ce coup franc de Cornette qui vit Sauvage être suppléé par sa transversale (22e). En manque de lucidité sur sa première tentative, en mal de réussite sur la deuxième, Cornette, en difficulté dans le jeu, ne put donc débloquer le compteur de la soirée. Lui qui gagna le droit de botter un nouveau coup franc, comme il les aime, un nouvel essai que Sauvage détourna (30e).

Le HAC bien supérieur techniquement et collectivement en seconde période

Parfois secoués, les Havrais ne perdaient toutefois pas le contrôle de la rencontre, mais encore une fois plombés par une force offensive bien inférieure à la qualité de leur jeu, ils ne purent éviter le pire. Cette ouverture du score lavalloise, signée Pape Djibril Diaw, de la tête, à la suite d’un corner qui mit la défense dans l’embarras (32e). Un coup très dur, mais un coup sans appel jusqu’à la pause, malgré cette frappe de Kitala encore détournée par un Sauvage impeccable devant sa ligne (39e).

La frustration allait-elle s’inviter une deuxième fois dans les rangs du HAC en l’espace de trois jours ? Eh bien non ! Lors des quarante-cinq dernières minutes, les Ciel et Marine renversaient totalement les Lavallois. Toujours aussi pressants, aussi offensifs, les hommes de Luka Elsner trouvaient une première fois l’ouverture par Yann Kitala, sur un service parfait de Cornette (49e). À l’origine de l’action, une belle inspiration d’El Hajjam. Le match basculait ainsi peu à peu en faveur du Havre AC, et à la 71e, Josué Casimir et Jamal Thiaré, entrés en jeu cinq minutes plus tôt, changèrent totalement le cours des choses, le premier d’un centre au millimètre, le deuxième, d’un coup de tête qui trompa Sauvage.

Cette fois, le HAC, certes auparavant sauvé par la transversale sur une volée de Maggiotti (71e), dominait et menait. Une suprématie technique, collective, qui prit un peu plus d’épaisseur encore, lorsque Richardson vint gratter le ballon dans les pieds de Seydou, s’avança et décocha une terrible frappe qui termina sa course au fond des filets (3-1, 78e). Le jeune milieu de terrain (20 ans) inscrivait pour l’occasion son tout premier but en L2. Et ce sont les Ciel et Marine qui filaient droit vers leur deuxième succès de la saison, avant de recevoir le SM Caen vendredi. On en salive d’avance.

Les notes du HAC :

Desmas (6), El Hajjam (6), Sangante (6), Diallo (6), Opéri (6), Richardson (7), Lekhal (6,5), Kechta (6), Cornette (5,5), Kitala (6), Alioui (5,5).

« On a gagné en équipe »

Luka Elsner (entraîneur du HAC) : « C’était un vrai match de football, dans une chaude ambiance. On a vraiment souffert en première période, on a manqué de réussite aussi, et on doit remercier nos supporters qui ont fait le déplacement et qui nous ont aidés. Ensuite, notre deuxième mi-temps a été aboutie, on a su marquer lorsqu’il y a eu la place et la balance s’est mise à basculer de notre côté. Je suis vraiment fier du match des garçons, ils se sont donnés à fond sur un enchaînement de matches assez rapide. C’est une prestation qui en appelle d’autres. On a su concrétiser toutes nos situations, après avoir subi une vraie pression. Les joueurs qui sont entrés ont fait de gros efforts pour apporter un plus. On a gagné en équipe. Les garçons sont prêts à donner, peu importe leur rôle, il y a un vrai partage des valeurs. En termes de mentalité, nous avons été tueurs en deuxième mi-temps, c’est ce qui nous manquait. »
KrozArMor76
National
National
Messages : 848
Enregistré le : 24 mai 2021 14:11

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par KrozArMor76 »

https://www.footnormand.fr/actualites/l ... ienne-avec

MATHIEU BODMER : "LE HAC EST LE PREMIER CLUB À AVOIR ACCEPTÉ QUE JE VIENNE AVEC MES HOMMES"

Mathieu Bodmer
> Directeur sportif du Havre AC
> Né le 22 novembre 1982 (39 ans) à Evreux (Eure).
> Ex-milieu de terrain - défenseur central. Consultant média (Amazon Prime Video, RMC Sport).
> Carrière : ALM Evreux (jusqu'en 1998, équipes de jeunes), SM Caen (1998-2003, centre de formation-L2), Lille (2003-2007, L1), Lyon (2007-2010, L1), Paris SG (2010-janvier 2013, L1), Saint-Etienne (février-mai 2013), Nice (2013-janvier 2017, L1), Guingamp (janvier-mai 2017), Amiens (2017-2020, L1).
> Palmarès : champion de France en 2008 et 2013, vainqueur de la Coupe de France en 2008, vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2013.
> International espoirs et A'.

Depuis la fin du mois de juin, Mathieu Bodmer est le nouveau patron sportif du HAC. Consultant média, unanimement salué pour la qualité de ses analyses, l’ancien joueur de Lille, Lyon ou encore du PSG attendait une telle opportunité depuis qu’il a raccroché les crampons, en 2020. Au regard du renouvellement en profondeur de l’effectif havrais et des moyens financiers, relativement limités, à sa disposition, la tâche s’annonce loin d'être simple même si les derniers résultats sont plus qu'encourageants. Pour autant, le principal intéressé n’a pas l’impression de se mettre en danger. Pour relever ce défi, le nouveau directeur sportif des « Ciel et Marine » s’est entouré d’hommes de confiance : le président Jean-Michel Roussier qui l’avait engagé sur Téléfoot La Chaîne, le responsable du recrutement Mohamed El Kharraze, son premier éducateur à Evreux, et Luka Elsner, son dernier entraîneur à Amiens. L’importance de la formation dans son projet, l’utilisation de la Data avec l’apport du spécialiste Julien Momont, les ambitions raisonnées pour cet exercice 2022-2023… Matthieu Bodmer est revenu sur tous ces thèmes, et bien d’autres, dans l’entretien qu’il nous a accordé.

Depuis que vous avez pris votre retraite de joueur il y a deux ans, vous souhaitiez vous investir dans un club avec un poste à responsabilités. Un objectif atteint depuis le 20 juin puisque vous êtes le nouveau directeur sportif du HAC*…

"Cette nomination représente beaucoup de fierté et aussi beaucoup de travail (sourire). C’est ce que je voulais, revenir dans un club, avec un pouvoir de décision même si au HAC, au-dessus de moi, j’ai Jean-Michel Roussier et Vincent Volpe. Ce sont eux qui sont en charge de la partie financière, qui tiennent les cordons de la bourse. Maintenant, c’est moi qui ai choisi le coach (Luka Elsner), le staff, les joueurs… Pour toute la partie sportive, ils me font confiance ainsi qu’à mon équipe : Momo El Kharraze, mon directeur sportif adjoint qui travaille sur le recrutement, et Julien Momont, responsable de toute la partie analyse".

(1)L’intitulé exact du poste de Mathieu Bodmer est directeur des opérations sportives.

Depuis 2020, votre nom a souvent été associé à des projets comme à Saint-Etienne il y a quelques mois… Quelles sont les circonstances qui vous ont conduit à franchir le pas au Havre ?

Au tout début de cette aventure, avec Jean-Michel notamment, on a été contactés par des investisseurs pour monter un projet de rachat de club. Certains dossiers sont sortis dans la presse, d’autres non. A un moment, j’ai voulu qu’on se tourne vers le HAC pour tout un tas de raisons. Tout d’abord, je suis Normand, Haut-Normand, donc je suis bien placé pour savoir que la Normandie est une région de football, que ce soit chez les professionnels comme chez les amateurs. Après, le HAC est un club historique du football français qui possède un stade magnifique, un centre de formation exceptionnel… Les investisseurs qui nous avaient contacté se sont donc rapprochés de Vincent Volpe. Derrière, Vincent Volpe a souhaité également nous rencontrer, qu’on présente notre projet avec Momo El Kharraze, Julien Momont… En tant que chef d’entreprise, il aime bien savoir pourquoi il doit dépenser telle somme sur telle personne. On s’est vus plusieurs fois. Le feeling entre nous est très bien passé. Il a adhéré à notre projet et à la suite de ces entretiens, il a décidé de nous embaucher, vente ou pas du club, en nous demandant de venir le plus rapidement possible. Pourquoi j’ai dit oui ? Parce que le HAC est le premier club à avoir accepté que je vienne avec mes hommes, à nous avoir fait confiance… Auparavant, j’avais déjà eu des sollicitations, y compris en Ligue 1, mais à chaque fois pour venir seul. Ça ne correspond pas à ma vision. J’aime bien fonctionner en équipe, additionner les compétences. C’était mon unique condition".

"LE RACHAT DU CLUB ? HONNÊTEMENT, ÇA NE NOUS CONCERNE PLUS"

Vous faites référence à ces investisseurs qui vous ont sollicité. Aujourd’hui, qu’en est-il ? Le rachat du HAC par ces mêmes investisseurs est-il toujours d’actualité ?

"Honnêtement, ça ne nous concerne plus. Peut-être que le club sera vendu, dans un an ou une semaine… Pour nous, ce qui compte, c’est qu’on nous laisse travailler dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui".

Depuis votre arrivée comme directeur sportif du HAC, ainsi que celle de Julien Momont, votre responsable de la partie analyse, il a beaucoup été question de la Data dans votre processus de recrutement…

"La Data, c’est un outil supplémentaire qui doit nous servir en nous faisant gagner énormément de temps. Aujourd’hui, on a des outils qui nous permettent d’analyser tous les joueurs du monde ou presque. Après, il faut savoir utiliser ces données. C’est le travail de Julien et Clément (Gonin, analyste engagé en provenance du PSG) : ils doivent améliorer cet outil en notre faveur. Si on me dit qu’un joueur a réussi 98% de ses passes, je n’en ai rien à secouer. Par contre, si on me donne comme info combien de passes sous pression il a fait, combien de fois il a cassé une ligne avec une passe, là, ça m’intéresse. Après, avant que tout soit en place, c’est un processus assez long".

"Mon expérience comme président d’Evreux a compté dans la réflexion de Vincent Volpe"

Pour Mathieu Bodmer, ce poste de directeur sportif du HAC constitue sa seconde expérience comme dirigeant. En 2009, celui qui était en plein milieu de sa carrière de joueur était devenu le président de l’Evreux FC 27, fraîchement créé. Une fonction qu’il a conservée pendant quatre ans. "Je pense que ça fait partie des raisons pour lesquelles Vincent Volpe m’a accordé sa confiance", avance l’Ebroïcien de naissance. "Je lui ai expliqué qu’à 27 ans, j’avais dirigé une fusion-absorption-création entre deux clubs qui ne s’aimaient pas beaucoup (Evreux AC et l’ALM Evreux), que je m’étais retrouvé à la tête de l’un des plus gros clubs de France avec 1 000 adhérents et 850 licenciés".

A l’époque, Mathieu Bodmer s’était associé à Mohamed El Kharraze (il occupait le rôle de directeur technique), bien connu dans la cité Océane. Et pour cause, aux côtés du regretté Christophe Revault, il avait déjà été recruteur pour les « Ciel et Marine ». "Ce passage à Evreux a compté dans la réflexion de Vincent Volpe. Il a vu que je connaissais le football amateur, la région, que j’avais mené des projets associatifs*, que j’avais un réseau, y compris chez les politiques".

*Afin de venir en aide aux personnes les plus démunies durant la pandémie de la Covid-19, en 2020, Mathieu Bodmer, associé à de nombreux acteurs de la vie socio-éducative, avait créé le mouvement « Unis pour Evreux ». En fédérant une quarantaine de sportifs ébroïciens, le footballeur avait récolté 65 000 €.

Jusqu’à présent, lors de ce mercato, la Data vous a-t-elle aidé pour recruter un ou plusieurs joueurs ?

"Dans le recrutement qu’on a effectué, la Data a souvent confirmé nos choix initiaux. Si on prend l’exemple de Yann Kitala, beaucoup de gens se sont demandé pourquoi on l’avait pris car il n’avait pas énormément joué ni marqué la saison dernière (29 apparitions en L2 pour sept titularisations et quatre buts). La première des choses, c’est que s’il sortait d’une saison avec Sochaux à 35 matches et 25 buts, c’est sûr qu’il ne serait pas chez nous. Dans ces conditions, certains vont considérer que c’est un pari, pas nous. Grâce à la Data, on s’est rendu compte que c’est le joueur de Sochaux qui présente le meilleur expected goals(2), et de loin. C’est aussi l’un des attaquants de Ligue 2 qui se créé le plus d’occasions avec un temps de jeu réduit. Et c’est l’attaquant qui presse le plus de ce championnat. Une caractéristique qui colle au style de jeu de notre entraîneur (Luka Elsner).

(2)Nombre de buts attendus par match au regard du nombre et de la qualité des occasions obtenues.

Pour autant, on ne peut pas tout baser sur la Data pour engager un joueur…

"QUE CE SOIT POUR LES PROS, LA RÉSERVE (N3), LES U19, LES U17 VOIRE MÊME LES U15 ET LES FÉMININES, JE VAIS REGARDER TOUS LES MATCHES, EN PRÉSENTIEL OU EN VIDÉO"
"Pour moi, rien ne remplace l’œil. C’est pourquoi il est important d’assister aux séances d’entraînement, des pros comme des jeunes. D’ailleurs, que ce soit pour les pros, la réserve (N3), les U19, les U17 voire même les U15 et les Féminines, je vais regarder tous les matches, en présentiel ou en vidéo. Ça ne me pose pas de problème, je le faisais avant d’être au HAC (son fils aîné, Mathéo, est pensionnaire du centre de formation). Une chose qui est très importante pour moi, c’est de savoir qui est en capacité, dans nos équipes de jeunes, d’intégrer les professionnels. Imaginons que je perde mon arrière gauche, je dois savoir quel joueur j’ai à disposition à ce poste au centre et quelle est sa situation contractuelle. Il ne faut plus revivre ce qu’on a connu fin juin quand on est arrivé : devoir négocier en urgence avec des garçons qui auraient dû signer six mois auparavant. On doit tout anticiper. Pour cela, il faut les suivre au quotidien, regarder un maximum de leurs matches, voir leur évolution sportive, leur scolarité…"

Vous faites référence au centre de formation. L’un de vos premiers actes forts en tant que directeur sportif a été la signature de quatre premiers contrats professionnels pour des jeunes issus de La Cavée Verte(3). Soit par choix sportifs (Yassine Kechta et Elysée Logbo) ou parce qu’elle n’avait pas trouvé d’accord contractuel (Mohamed Koné), la direction précédente n’aurait pas gardé trois d’entre eux…

"Pour certains jeunes, ces contrats pros avaient été validés par la formation mais pas par les pros, d’autres avaient refusé la proposition qu’on leur avait fait précédemment. Pour ces garçons, qui pour la plupart ont été recrutés par Momo El Kharraze et que je connais aussi très bien pour les avoir vu jouer des dizaines de fois, on a estimé, après un échange avec François Rodriguez, le directeur du centre, qu’ils devaient passer pros. On pense que dans les semaines, les mois qui viennent, ils ont le potentiel pour postuler à une place dans l’équipe. C’est pourquoi on a fait un effort pour les récupérer".

(3)Le gardien Mohamed Koné (20 ans), l’attaquant Elysée Logbo (18 ans) ainsi que les milieux Simon Ebonog (17 ans) et Yassine Kechta (20 ans) ont signé leur premier contrat professionnel avec le HAC jusqu’en 2025.

S’il a été nommé directeur sportif du HAC, Mathieu Bodmer n’abandonne pas, pour autant, son activité de consultant dans les médias. "Je vais continuer mais à un rythme moins élevé", précise-t-il. "Les émissions sur RMC, je peux les faire à distance. Par contre, je serai moins présent sur Amazon". Prenant énormément de plaisir à intervenir chez nos confrères d’Amazon Prime et RMC Sport, le patron du secteur sportif des « Ciel et Marine » y voit également plusieurs avantages pour ses nouvelles fonctions.

"Déjà, ça me permet de progresser dans les débats. Pour les négociations, ça peut servir. Ensuite, en ayant un pied dans les médias, j’entretiens une relation de confiance avec eux. Pour les infos mercato, par respect, les journalistes me préviennent avant de les sortir. Et puis, ça me permet tous les week-ends d’être au contact de tous les dirigeants de clubs, des joueurs…"

Début avril, nos confrères de Paris-Normandie avaient fait état d’une diminution du budget du centre de formation. Qu’en est-il aujourd’hui ?

"Les budgets ont déjà été établis pour la saison. A nous de travailler du mieux possible avec les moyens dont on dispose. Maintenant, la formation au HAC, elle est primordiale, pour ne pas dire essentielle. Historiquement, ce club a formé de très grands joueurs. Pour continuer à en former, grâce à de bons éducateurs, il ne faut pas déplumer le centre. A long terme, il faut qu’on trouve des solutions. L’une d’entre elles consisterait quand on vend l’un de nos jeunes à allouer une partie de ce transfert à la formation. On va essayer de mettre ça en place le plus rapidement possible. Tout à l’heure, on parlait de la Data, c’est aussi à ça qu’elle sert : démontrer que telle somme doit être affectée à tel secteur car ça va nous permettre de le développer".

Parfois, entre l’association, qui gère le centre de formation, et la SASP, en charge du secteur professionnel, il ne semble pas toujours évident que tout le monde récite la même partition…

"UN MOIS ET DEMI APRÈS LA FIN DU CHAMPIONNAT, PERSONNE N'AVAIT PRÉVENU ALEXANDRE (BONNET) QU'IL N'ÉTAIT PAS CONSERVÉ"
"Pour moi, il ne doit pas y avoir deux entités ; ce qui est le cas dans beaucoup de clubs. Je veux que tout le monde puisse accéder au centre comme à Soquence. Aujourd’hui, ce n’est pas toujours le cas. Il ne s’agit même pas d’instaurer des passerelles mais une continuité entre les deux entités, dans les deux sens. Le problème, c’est qu’entre le centre et les pros, on a deux sites : ce dont je ne suis pas fan. A Evreux (lire encadré ci-dessous), c’était aussi le cas. Et au bout d’un moment, on n’en a fait qu’un seul. Avec notre pôle administratif au Stade Océane et les Féminines à Gagarine, on peut presque dire qu’on a quatre pôles. Dans l’idéal, il faudrait que tout le monde soit au même endroit pour avoir des échanges en continu. Bon, je ne suis pas sûr d’y parvenir un jour. On a besoin d’un peu d’espace".

Au-delà du changement d’organigramme, l’intersaison du HAC a été marquée par le départ de l’un de ses joueurs les plus emblématiques : Alexandre Bonnet. Alors que la précédente direction l’avait laissé dans le flou, c’est vous qui lui avez annoncé qu’il ne serait pas conservé…

"C’est la première personne que j’ai appelée. Je lui ai expliqué que cette décision, de ne pas le conserver, avait été plus ou moins entérinée par l’ancienne direction. Nous, on n’a fait que la confirmer. Sauf qu'un mois et demi après la fin du championnat, personne ne l’avait prévenu. Du coup, j’ai pris mon téléphone. Il ne faut pas oublier non plus Jean-Pascal Fontaine. Je l’ai appelé aussi. Jean-Pascal, lui, avait décidé de rentrer dans sa Réunion natale. Mais que ce soit pour lui ou pour Alexandre Bonnet, compte tenu de tout ce qu’ils ont apporté au club, j’ai trouvé que leur sortie était moyenne. Je veux faire quelque chose pour eux. Bon, Jean-Pascal se sent très bien à La Réunion, pas certain qu’il revienne un jour. Pour Alexandre, je lui ai dit que s’il voulait revenir un jour au club, quand il aura pris sa retraite, je lui donnais ma parole que tant que je serai en poste, la porte était ouverte pour une reconversion".

Ne vous a-t-il pas, toute de même, traversé l’esprit de proposer une prolongation de contrat à Alexandre Bonnet, ne serait-ce que pour le côté symbolique ?

"Ne pas garder Alexandre, c’est un choix sportif. Il ne correspond pas à ce qu’on veut mettre en place. Vous savez, personnellement, j’aurais aimé finir ma carrière au PSG, mais à un moment donné, on m’a demandé de partir. Idem à Nice. Malheureusement, ça fait partie du taf. Par contre, j’ai toujours apprécié qu’on m’appelle et qu’on m’explique les raisons. C’est une simple question de respect. Je peux comprendre qu’il m’en veuille mais il ne peut pas me reprocher de ne pas avoir été honnête avec lui".

Depuis quelques années, le HAC semble être progressivement rentré dans le rang, au point, aujourd’hui, de ne plus être cité parmi les candidats à l’accession en Ligue 1. Avec ce changement en profondeur d’équipe dirigeante, le club entame, qui plus est, un nouveau cycle. Dans ces conditions, quel objectif vous êtes-vous fixé pour cette saison 2022-2023 ?

"ON N'EST PAS LÀ POUR VENDRE DU RÊVE AUX SUPPORTERS. PAR CONTRE, ON VEUT DÉVELOPPER UN FOOTBALL ATTRACTIF. ON VEUT TRANSMETTRE DES ÉMOTIONS, PROCURER DU PLAISIR"
"On ne s’est pas fixé d’objectif particulier. Nous, ce qu’on a promis aux supporters qu’on a rencontrés, aux actionnaires, aux membres du club, c’est de travailler pour gagner un maximum de matches, un maximum de matches à domicile. Il n’est pas question d’annoncer une montée, surtout dans une saison compliquée où tu n’en as que deux, plus de play-offs(4), des équipes de Ligue 1 qui redescendent avec un peu d’argent(5)… A ce jour, il y a différentes équipes qui sont mieux armées que nous. On n’est pas là pour vendre du rêve aux supporters. Par contre, on veut essayer de développer un football attractif. On veut transmettre des émotions, que l’équipe nous procure du plaisir. L’une de nos priorités, ça va être de reconquérir nos supporters, qu’ils reviennent au stade… A nous de remplir notre part du marché. Un club, ça vit principalement grâce à ses supporters. Pour différentes raisons, on sait que les relations avec le club ont été un peu compliquées ces dernières saisons.

(4)Compte tenu du passage de la Ligue 1 à 18 clubs pour l’exercice 2023-2024, les play-offs d’accession, concernant les équipes classées aux troisième, quatrième et cinquième places, ont été supprimés pour cette saison. Il n’y aura que deux montées directes qui reviendront aux premier et deuxième du classement.

(5)Afin, notamment, de développer le montant de ses droits TV nationaux et à l’étranger, la LFP a décidé de créer une société commerciale. En injectant 1,5 milliard d’euros, le fonds d’investissement luxembourgeois CVC va en devenir actionnaire à hauteur de 13,04%. Les 20 clubs de L1 de la saison 2021-2022 vont se départager les trois quarts de cette somme ; les relégués en L2 (Metz, Saint-Etienne et Bordeaux) vont toucher 16,5 M€ répartis en deux versements sur deux ans. A titre de comparaison, les autres pensionnaires du championnat de deuxième division percevront 3 M€.

Et sinon, ce n’est pas particulier de devenir le directeur sportif du HAC quand on a été formé chez le voisin malherbiste ?

"(Rires) Pour l’instant, personne ne m’en a parlé, que ce soient les supporters ou les personnes au sein du club. Après, j’ai évolué à Caen, c’est un fait. Il y a très longtemps maintenant. J’ai commencé en pro là-bas il y a plus de 20 ans maintenant. Depuis que je suis parti en 2003, Malherbe ne m’a jamais rappelé pour que je revienne, que ce soit en tant que joueur ou pour une autre fonction. Et pourtant, tout le monde a mon numéro (sourire)(6). Au HAC, ce qu’il faudra juger, c’est mon travail".

(6)Timéo, le fils cadet de Mathieu Bodmer, est pensionnaire du centre de formation du SM Caen. Il évolue dans la catégorie U17.
Avatar du membre
Bioubz
Ligue 2
Ligue 2
Messages : 1498
Enregistré le : 05 mai 2021 17:58

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Bioubz »

Affaire Pogba : Jean-Pierre Louvel, l’ex-président du HAC, n’est pas surpris

A la tête du club doyen lorsque Paul Pogba figurait parmi les pensionnaires de la Cavée Verte, Jean-Pierre Louvel, qui dut subir le départ du futur champion du monde à destination de Manchester United, savait l’entourage du jeune prodige déjà sulfureux.

Retour en arrière. Été 2009. Depuis deux ans, la Cavée Verte abrite un jeune pas tout à fait comme les autres, international U16, un milieu de terrain dont l’avenir ne suscitait aucune réserve. Détecté dans les rangs de Torcy à l’âge de 14 ans, Paul Pogba profita de ses deux années au centre de formation pour déjà se faire un nom. Taper dans l’œil des grands d’Europe.

Et sans y mettre la moindre forme, Manchester United (Ang) vit littéralement l’arracher au HAC.« Alors qu’il se sentait bien chez nous, assure Jean-Pierre Louvel, alors président du HAC. Il avait ses copains. À l’école, ça se passait bien. Lui n’avait pas envie de partir si tôt. Mais...»

« Tout le monde essayait d’en profiter »

Mais déjà le clan, duquel « JPL » exclut une mère avec laquelle il ne se souvient pas avoir eu le moindre problème, rôdait autour du jeune prodige. Ce clan, aujourd’hui incarné par l’un de ses frères, Mathias, à l’origine d’une affaire qui fait couler beaucoup d’encre depuis quelques jours, sur les thèmes d’extorsion de fonds et de chantage à l’encontre de Paul Pogba. De maraboutage aussi.

« Et je ne suis pas du tout surpris, affirme d’emblée Jean-Pierre Louvel. Déjà, son départ était lié au côté sulfureux de son entourage, déjà accro à l’argent. Et ce même entourage lui pose toujours des problèmes. Autour de lui, il y avait déjà plusieurs agents, des cousins, des personnages qui se faisaient passer pour des proches de la famille. Tout le monde essayait d’en profiter. C’était impossible à gérer. Ce n’était pas sain, pas du tout. Et ce que le clan Pogba a fait au HAC (NDLR : à savoir faire fi des règles pour l’emmener à United), eh bien il l’a refait à Manchester. »

Sous contrat pro avec les Mancuniens, entre 2009 et 2012, Paul Pogba, via ses « conseillers », s’était engagé, sous la forme d’un acte sous seing privé, à prolonger jusqu’en 2014. Une parole finalement non tenue, le clan préférant l’exfiltrer de la Premier League pour l’envoyer, gratuitement, en Serie A, à la Juventus Turin (Ita). « Pour l’argent, encore et toujours », souffle Louvel.

Cet argent (plus de 100 M€ !) que dut débourser… Manchester United, en 2016, pour inciter le milieu de terrain des Bleus à quitter la « Juve ». Avant que le champion du monde 2018, en juillet dernier, ne quitte à nouveau les Red Devils pour rallier… la Vieille Dame.

Paul Pogba n’est pas le premier footballeur de renom à se dire victime de proches. L’ancien attaquant togolais, Emmanuel Adebayor, avouait avoir été victime de racket de la part de sa famille dans un témoignage livré en 2018 à Canal+ : « Dès que tu deviens footballeur, dès que tu deviens célèbre, dès que tu commences à gagner un peu d’argent, tout change », disait-il alors.

Dépité par l’affaire Pogba, l’entraîneur nantais Antoine Kombouaré a déploré, mardi, les dangers qui pèsent sur les joueurs. « Pour les gamins, c’est très dur. Quand vous gagnez autant d’argent, il y a tellement de vautours autour », a-t-il lâché. « Que ce soit l’entourage familial, le premier cercle, comme on dit, les agents, les conseillers… Vous n’imaginez pas la pression que les mecs subissent. »

https://www.paris-normandie.fr/id337790 ... as-surpris
"Deja, your head!" :hehe:
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : le « récap » d’une fin de mercato au HAC

C’est jeudi soir, dans la toute dernière ligne droite du marché des transferts, que le Havre AC, amputé de trois de ses joueurs depuis quarante-huit heures, s’est remis en action. Via le prêt de deux nouveaux éléments, les neuvième et dixième recrues de l’été.

Tout a commencé jeudi soir, peu avant 22h30, lorsque nous a été transmise, via à un SMS envoyé par une source fiable, l’information selon laquelle Check Oumar Diakité, alors au Paris FC, serait l’objet d’un prêt en faveur du Havre AC. Pourtant plus que prometteur, le jeune milieu de terrain relayeur de 19 ans, mis à l’écart par Thierry Laurey pour des raisons d’ordre personnel et extra-sportives, quittait donc la capitale pour rallier la Porte Océane. Sous la forme d’un prêt avec option d’achat (non obligatoire).

Un très bon coup, selon techniciens et observateurs du PFC, nos confrères du « Parisien – Aujourd’hui en France » ayant même poussé la comparaison avec un certain N’Golo Kanté. Un international U20 qui compte déjà trente-six apparitions en Ligue 2. Et ce n’est pas tout. Jeudi soir toujours, peu après 23 heures et la fermeture du mercato, Mathieu Bodmer, directeur sportif du HAC, nous annonçait un autre prêt, sans option d’achat celui-ci, une ultime recrue arrivée droit de Fulham (Ang). À savoir l’international néerlandais (4 sélections), aux origines congolaises, Terence Kongolo (28 ans).

Tranche de carrière douloureuse à Fulham

Défenseur axial également à l’aise sur le flanc gauche, Kongolo, retenu parmi les « 23 » lors de la Coupe du Monde 2014 (Brésil), s’est révélé à Feyenoord (NL), club avec lequel il a disputé plus de cent matches de championnat et treize rencontres d’Europa League. Recruté par l’AS Monaco en juillet 2017, pour 15 M€, il ne parvint pas à s’imposer sur le Rocher et s’envola six mois plus tard pour l’Angleterre, cap sur Huddersfield et la Premier League (46 matches).

Huddersfield, club où il fut définitivement transféré en juillet 2018 (20 M€). Deux ans plus tard, ce fut au tour de Fulham (Ang) de le recruter, pour un peu moins de 5 M€. Une tranche de carrière douloureuse, puisqu’il traversa la saison 2020-21 blessé, jamais aligné qu’il fut par les Cottagers en 2021-22. C’est donc en France, et au HAC, qu’il tentera de se relancer et de tourner la page de deux années émaillées de pépins physiques.

Dans le sens inverse, les dernières heures du mercato n’ont en revanche pas levé le voile sur la moindre surprise, mauvaise que celle-ci aurait été. Les ultimes départs auront donc été ceux d’Abdoullah Ba, parti rejoindre Sunderland (Ang) et la Championship (D2), en échange d’1 M€ et d’un contrat de cinq ans, de Saël Kumbedi Nséké, Lyonnais jusqu’en 2025 depuis un récent transfert à 1 M€ (+ bonus), et de Pape Ibnou Ba, recruté à Niort il y a un an pour un peu plus d’1 M€ (+ bonus), parti prendre du temps de jeu à Pau (prêt).

Enfin, Amir Richardson s’est enfin officiellement engagé en faveur du Stade de Reims (environ 2 M€+ bonus), pour une durée de cinq ans et un accord assorti d’un prêt au HAC jusqu’en juin 2023.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC peut fondre sur les cadors

Choc normand, choc tout court ce vendredi 2 septembre 2022 au Stade Océane, sur fond de face-à-face entre des Ciel et Marine qui n’accusent que trois points de retard sur des Caennais toujours leaders. Le HAC se voit offrir une occasion en or de revenir dans la roue des cadors.

Nabil Alioui fait partie des joueurs qui ont une revanche à prendre sur le SM Caen.

Le mercato d’été enfin consumé, c’est un tout nouveau championnat qui commence. Et comment aurait-il pu débuter sur de meilleures bases pour le Havre AC ? Comment pouvions-nous imaginer que les Ciel et Marine seraient au coup d’envoi de cette septième journée en capacité de revenir à la hauteur du Stade Malherbe de Caen, de dépasser même l’actuel leader à la faveur du goal-average ? Les trois premières échéances avaient en effet laissé planer un fort sentiment d’inquiétude. Partagé qu’il était par Luka Elsner, « himself ». « On était alors plus près du bas que du haut du tableau. Mais on a gardé le cap. »

Jusqu’à ce déclic, cette humiliation infligée à Saint-Étienne (6-0, 4e j.), dans un contexte que tout le monde connaît, jusqu’à ce que les Ciel et Marine ne traversent les deux précédentes échéances, face à Amiens (1-1) et Laval (3-1), en laissant l’empreinte d’un groupe transfiguré. Ancré à une philosophie de jeu en passe de rafraîchir radicalement l’image du club doyen.

Deuxième attaque, troisième défense, le Havre AC, parfois impressionnant mardi en Mayenne (3-1), est peut-être à quatre-vingt-dix minutes d’un retour sur des Malherbistes invaincus et hissés au rang de favoris dans la course à l’accession. « Ce match nous permet d’avoir un peu d’ambition, et c’est tant mieux, savoure Luka Elsner. Parce qu’on doit être tiré par le haut. Et ce match a bien évidemment un attrait particulier. Mais ne perdons pas la tête. »

Le couteau entre les dents

Un choc comme on les aime se profile donc, comme en demande un Stade Océane sevré de bonnes vibrations ces dernières saisons. 13, 14 peut-être même 15 000 personnes convergeront ainsi vers le vaisseau bleu. Dans l’espoir d’effacer les quelques images de la saison passée, cet uppercut des Caennais au jour du 150e anniversaire (2-4), le 19 mars.

« Chaque groupe vit sa propre aventure, coupe Elsner, comme pour ne pas faire de la revanche le mot d’ordre de ce choc. Oui, c’est bien évidemment un match spécial, mais nous avons suffisamment de raisons internes de vouloir gagner qu’il n’est pas utile d’aller chercher une source de motivation dans l’histoire du club. On peut enchaîner une deuxième victoire, on veut conserver la dynamique en termes de jeu et surtout, on tient vraiment à alimenter l’étincelle, ce petit feu qui a pris avec nos supporters. On aura le couteau entre les dents et la notion de combat sera essentielle sur chaque ballon. »

Un virage en termes d’engouement populaire, un tournant sportif, une revanche, quand même. Tout semble réuni afin que le Havre AC réussisse, enfin, à mener à bien cette énième opération séduction.

Havre AC - SM Caen, ce vendredi 2 septembre 2022 à 20h45, au Stade Océane
Arbitre : M. Kherradji.

HAVRE AC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Opéri - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 8. Kechta - 11. Cornette, 9. Kitala, 10. Alioui.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 5. Z. Diallo, 66. Wam, 25. Confais, 18. Mbemba, 14. Mahmoud, 23. Casimir, 14. Thiaré.

Entraîneur : Luka Elsner.

Absents : Wahib (blessé), Logbo (reprise), Y. Gomes (choix).

SM CAEN : 1. Mandréa - 24. Vandermersch, 4. Teikeu, 27. Cissé, 29. Thomas (cap), 23. Obiang - 6. Daubin, 28. Diani, 21. Brahimi - 19. Mendy, 17. Kyeremeh.

Remplaçants (à choisir parmi) : 16. Clementia (g.), 22. Traoré, 2. Abdi, 25. Sy, 26. Mohamed, 18. Mbock, 10. Zady Sery, 9. Jeannot, 77. Bassette.

Entraîneur : Stéphane Moulin.

El Hajjam : « Nous voulons être là, nous aussi »

Sentez-vous monter l’excitation des soirées pas comme les autres ?

Oualid El Hajjam : « Depuis que je suis là, on me parle de ce fameux derby. On a vraiment hâte de jouer, de faire plaisir à nos supporters. Je sais qu’ils se souviennent de ce qu’il s’est passé la saison dernière, ils n’ont pas encore digéré. Le top serait donc de confirmer devant eux notre dynamique, au niveau du collectif, de l’état d’esprit. Car ce championnat est serré, on voit qu’aucune équipe ne parvient à faire le grand écart et nous voulons être là, nous aussi. »

Pourtant, l’entame de la saison ne laissait guère présager un tel enjeu autour de ce choc…

« C’est vrai, mais il ne faut pas oublier que beaucoup de nouveaux joueurs sont arrivés à l’intersaison, qu’il y a un nouveau staff aussi. Il fallait que tout se mette en place et au début, ce n’était pas forcément évident. Là, on a trouvé ce qu’il fallait améliorer, et on se régale sur le terrain. Quand vous arrivez à associer la manière et le résultat, c’est le top pour un footballeur. Si on trouve la régularité, il y aura moyen de faire une bonne petite saison. Maintenant, il faut continuer à ne pas compter nos efforts, à rester soudés. »

Pour l’occasion, c’est tout simplement l’actuel leader que vous pouvez rejoindre, et même dépasser à la faveur du goal-average. Vous y pensez ?

« Ce serait effectivement une très belle opération, au niveau du classement, mentalement surtout. Alors oui, c’est Caen, c’est le leader, c’est particulier, mais j’aurais tendance à dire peu importe l’adversaire. Encore une fois, l’idée est de tout faire pour remplir ce stade le plus souvent possible. Ce serait vraiment exceptionnel et le signe que les résultats sont là. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : Lesage intègre le staff technique du HAC !

C’est l’un des coups les plus sympas de l’été, réalisé par le club doyen en ce vendredi 2 septembre 2022. Un retour, sauf retournement de situation, qui ne laissera guère insensible le peuple ciel et marine. Celui de Jean-Michel Lesage, ancienne coqueluche de Deschaseaux, dans un rôle d’entraîneur adjoint en charge des attaquants du HAC.

Au sein du staff technique, Jean-Michel Lesage retrouve Nicolas Douchez, entraîneur des gardiens et lui aussi ancien acteur sous le maillot du Havre AC.

Le mercato du Havre AC n’était donc pas tout à fait terminé. Une dernière touche restait à mettre. Et quelle ultime touche ! Non pas à l’intérieur de l’effectif de Luka Elsner, mais au sein de son staff technique. Étoffé qu’il se trouve désormais par l’arrivée d’un certain Jean-Michel Lesage (45 ans), l’homme dont la patte gauche faisait se lever tout Deschaseaux en même temps que tremblaient toutes les défenses de Ligue 2.

« Lucky Lesage » voit donc enfin son rêve se réaliser, lui qui nous avait confié, le 11 avril 2021, sa déception, immense, d’avoir vu son projet, celui de conseiller les attaquants, retoqué par le HAC. Et ce, au moment de discuter d’un possible retour sur la terre de ses plus beaux exploits.

« Je souhaitais vraiment redonner un peu de ce que le club m’avait apporté. Et si cela avait pu se faire auprès des jeunes de la Cavée, j’aurais également pris un immense plaisir. Pour cette fois, ça n’a pas marché. Je ne veux surtout pas pleurnicher, c’est comme ça, et peut-être qu’une autre occasion se présentera. Je l’espère vraiment. »

319 matches, 76 buts

L’occasion s’est donc de nouveau présentée. Comme entre 1998 et 2007, comme entre janvier 2008 et juin 2010, Jean-Michel Lesage, que nous avions quitté il y a un an et demi en tant que manager général de Bonneuil-sur-Marne (R1), redevient ainsi l’un des ambassadeurs du Havre AC. Une idée juste lumineuse de la nouvelle direction.

Et pour les offensifs ciel et marine qui ne sauraient pas encore à qui ils auront affaire, rappelons quelques chiffres. Sous le maillot du HAC, Lesage, ce sont 319 matches disputés, 76 buts inscrits (meilleur buteur de l’histoire moderne du club) et deux accessions en L1. L’une en 2002, aux côtés de Nicolas Douchez (doublure de Vencel) l’actuel entraîneur des gardiens havrais, une autre en 2008. L’homme au maillot qui était floqué du numéro 22 distillera ainsi son expérience aux pros, mais également aux pensionnaires de la Cavée.

Jean-Michel Lesage en bref

Né le 1er mai 1977 à Bourg-la-Reine

Clubs : US Créteil (1996-1998), HAC (1998-2007), Auxerre (2007 à janvier 2008), HAC (janvier 2008-2010), US Créteil (2010-2016).

Ligue 1 : 104 matches (93 avec le HAC), 11 buts (tous inscrits avec le HAC).

Ligue 2 : 312 matches (226 avec le HAC), 82 buts (65 avec le HAC).

National : 68 matches (avec Créteil), 22 buts.
Avatar du membre
mHACcauv
Ligue 1
Ligue 1
Messages : 2221
Enregistré le : 04 mai 2021 21:26

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par mHACcauv »

Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : ce HAC-là force l’admiration

Ils l’ont fait ! Les Ciel et Marine ont validé leur premier succès de la saison au Stade Océane, ce vendredi 2 septembre 2022, lors de ce choc avec des Caennais jusqu’alors invaincus. Le HAC se hisse provisoirement sur le podium, à la troisième place.

Jamal Thiaré, encore une fois buteur après son entrée en jeu, a sécurisé le succès des Havrais face aux Caennais. Grâce à ce succès, le deuxième de la semaine, le HAC monte provisoirement sur le podium

Quelle soirée, quel match, quelle ambiance ! Cette fois, le Havre AC n’a pas raté le rendez-vous que tout le peuple ciel et marine attendait. Les Havrais ont en effet répondu à l’engouement populaire et pris leur revanche sur des Caennais qui les avaient humiliés en mars dernier (2-4). À une semaine de se rendre à Niort, le club doyen, crédité de son troisième succès de la saison, le deuxième à la suite, grimpe sur le podium.

Il ne fallut pas patienter de longues minutes pour que ce choc prenne de l’épaisseur, pour que le Havre AC donne le ton et fasse bondir les quelque seize mille spectateurs. D’une ouverture du score, avouons-le offerte sur un plateau par M. Kherradji coupable d’un jugement douteux qui permit aux Ciel et Marine d’obtenir un penalty, à la suite d’une faute de Thomas commise sur Kitala à l’extérieur de la surface. Lekhal faisait fi de cette erreur d’arbitrage pour remporter son duel avec Mandréa et mettre déjà les siens sur la voie d’un possible succès. Cette victoire que jamais le HAC n’était parvenu à sceller devant le Stade Malherbe en cinq confrontations au Stade Océane (3n., 2d.).

Les contours de l’opération séduction se dessinaient avec un peu plus de précision, les hommes de Luka Elsner prenaient la main sur un débat débuté très discrètement par les visiteurs. Des Malherbistes jusqu’alors invaincus. Privés de Richardson, laissé au repos après une semaine qui le vit notamment se rendre à Reims pour y signer son contrat, les Havrais, peut-être moins audacieux qu’à leur habitude, parvenaient tout de même à planter quelques banderilles, par l’intermédiaire d’Opéri, dont le centre puissant fut stoppé par un Mandréa qui jaillit devant Kitala (11e), puis par Alioui (17e et 20e).

Thiaré trouve encore le chemin des filets après une entrée en jeu

Pendant ce temps, les Caennais subissaient, sans une once de révolte, même si d’un coup franc, Obiang trouvait la tête d’un Teikeu qui ne put réellement inquiéter Desmas (23e). À la pause, les Ciel et Marine étaient en droit de conserver une réelle sérénité. Au score, ils menaient, dans les duels, ils dominaient, et physiquement, leur faculté à faire courir leurs adversaires leur offraient un avantage certain. Restait à conserver cette conduite, cette rigueur tactique. À faire le break surtout.

Ce deuxième but qui allait libérer tout le Stade Océane, inscrit au terme d’une action somptueuse amorcée par Kechta, prolongée par El Hajjam dont le centre, contré, arriva jusqu’à Thiaré qui trouva les filets d’une talonnade (74e). Troisième but en trois matches, en trois entrées en jeu même, pour le Sénégalais !

Cette fois, plus rien, ou presque, ne pouvait arriver à des Havrais appuyés sur une force collective impressionnante, sur une solidarité qui l’était tout autant. La réduction du score caennaise à la 90e (Kyeremeh) devint alors anecdotique.

Les notes du HAC :

Desmas (6), El Hajjam (6,5), Sangante (6,5), Lloris (6,5), Operi (6,5), Mbemba (6), Lekhal (6,5), Kechta (6,5), Casimir (6), Kitala (6), Alioui (6).

« On a joué avec nos tripes »

Luka Elsner (entraîneur du HAC) : « Un contenu différent pour aller chercher la victoire, mais j’en suis d’autant plus heureux. Cela prouve qu’on répond présent dans des matches un peu plus rugueux. Il y avait moins de maîtrise, moins de jus, et un adversaire de taille. On a joué avec nos tripes, avec de la personnalité. Et puis il y a eu ce fait de jeu un peu favorable sur le premier but. On a parfois manqué de simplicité, on était un peu nerveux, mais c’est normal, car c’était un match à enjeu. Et il faut être sincère, on n’a quasiment rien concédé, à part le but. Mais ce match nous montre la voie de l’humilité, sans se la raconter. Les garçons font preuve de volonté et de détermination, je pense que ça plaît au public. Le podium ? Il faut savoir raison garder. On mûrit au fur et à mesure, petit à petit on se construit un mental de compétiteurs. Quant à Richardson (NDLR : absent de la feuille de match), il n’était pas qualifié. Il fallait respecter un délai de 48 heures entre sa signature (à Reims) et le match. »

Stéphane Moulin (entraîneur de Caen) : « On commence par ça ? Parce que là, il y a les images. La faute, elle est dans la surface de réparation, ou en dehors ? Voilà… Après, il y a un match, on l’a perdu, mais à nous, on ne fait pas de cadeau comme ça. Quatre matches sur sept où on siffle un penalty contre nous. Celui-ci, il n’est pas litigieux, c’est honteux, scandaleux. Je vais quand même être clément avec les arbitres, parce que pour une fois, à la fin du match, ils ont eu la décence de reconnaître qu’ils se sont trompés. Tout le monde a le droit de se tromper, y compris nous les coaches. Mais ça fait des résultats erronés, et ça n’enlève absolument rien aux Havrais. Ce soir, on s’est fait… Je vais faire attention aux mots que j’utilise. Après, si on parle exclusivement de football, eh bien on n’a pas fait un grand match face à une bonne équipe. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : la folle et riche semaine du HAC

Trois matches en six jours, sept points pris, un mercato ponctué de deux nouvelles arrivées et un choc normand qui a réuni, et comblé, les 16 000 spectateurs présents au Stade Océane. En une semaine, le HAC a changé de dimension et dévoilé une image flambant neuve.

L’histoire de la saison retiendra que le HAC a validé son premier succès à domicile depuis l’ouverture du championnat face au SM Caen, leader au coup d’envoi

Le grand luxe était de pouvoir déposer la cerise sur un gâteau déjà délicieux. Et ce luxe, les dirigeants du Havre AC se le sont offert en répondant au souhait de Jean-Michel Lesage (45 ans), comme annoncé dès vendredi en fin d’après-midi sur paris-normandie.fr.

Le meilleur buteur de l’histoire moderne du club doyen rejoint donc le HAC en qualité de consultant auprès des attaquants, qu’ils soient pros ou en formation.

Rien de tel que ce retour pour séduire un peuple ciel et marine désormais convaincu par le projet qu’incarnent Mathieu Bodmer et Luka Elsner. Celui dont les Ciel et Marine tiennent à être les premiers ambassadeurs. Eux qui vendredi soir ont répondu présent à un rendez-vous trop souvent manqué par les précédentes promotions, ce tournant aussi sportif que populaire qu’ils ont négocié à la force d’un succès aux dépens de Caen (2-1). Cette suprématie régionale qui jamais n’avait tourné en faveur du Havre AC sur la pelouse du Stade Océane lors des cinq précédentes confrontations (3n., 2d.).

Comme un nouveau chapitre qui s’ouvre et le symbole d’une formation havraise capable aujourd’hui de franchir des obstacles différents. Tout en gardant la tête haute dans n’importe quelle situation. Le week-end dernier, lors de la venue d’Amiens, le risque était en effet que le ressort ne se casse à l’ouverture du score des Picards. Il n’en fut rien. Lekhal et les siens sont repartis en conquête, pour finalement arracher un nul bien maigre au regard de leur domination (1-1).

Mardi, bis repetita. Après avoir loupé une occasion et or et tapé la transversale, nouveau coup de massue, avec l’ouverture du score des Tango. Ce handicap ne poussa toutefois pas les Havrais à la reddition. En mode conquistadors, la manière en étendard, ils parvinrent à inverser totalement le cours de la soirée (3-1).

Une autre facette dévoilée

Et ce, au cœur d’une semaine bouclée de façon grandiose vendredi, jour du troisième succès de la saison, le premier au Stade Océane, et d’une percée jusqu’au Top 5. Le tout, en dévoilant une autre facette, cette capacité à gérer l’enjeu, la tension, à répondre au combat par le combat, sans pour autant renier totalement les principes de jeu. Ceux qui tendent à faire actuellement du Havre AC l’une des plus belles équipes du championnat.

Renforcée qu’elle sera via l’intégration des deux dernières têtes nouvelles, officialisées jeudi soir peu avant la fin du mercato d’été. Là aussi, le message envoyé par la direction du Havre AC ne pouvait être plus fort. En tout cas, loin des choix contraints de dernières minutes, comme ce fut si souvent le cas par le passé.

Avec en neuvième recrue estivale, l’un des grands espoirs du Paris FC, le milieu relayeur Check Oumar Diakité, 19 ans, déjà 36 matches de L2, prêté avec option d’achat (entre 1,5 et 2 M€) non obligatoire, dont le départ a provoqué la colère de certains dans la capitale. Et pour finir, un défenseur axial international néerlandais (4 sélections), Terence Kongolo (prêt), en perdition à Fulham (Ang), mais dont l’âge (28 ans) autorise encore tout espoir de rebond. En moins d’une semaine, le Havre AC, attendu samedi à Niort, s’est donc mis en ordre de marche.

Dans les travées

Richardson devait attendre

L’absence d’Amir Richardson sur la feuille de match distribuée vendredi soir a surpris. Était-ce la conséquence de son aller-retour à Reims pour se soumettre à une visite médicale et y parapher son contrat de cinq ans ? Oui. Officiellement Rémois depuis jeudi, avant d’être dans la foulée prêté au HAC, Richardson fut réglementairement dans l’obligation de respecter un délai de 48 heures avant de renouer avec la compétition. Le milieu de terrain n’était donc pas qualifié.

Deuxième plus belle affluence au Stade Océane

Un podium 100 % régional dans la catégorie des plus belles affluences enregistrées au Stade Océane depuis juillet 2012 et son inauguration, en championnat. Tout en haut, on retrouve ainsi le HAC – Caen de mars dernier (2-4), suivi par 18 693 spectateurs. Un peu plus bas, le choc normand de vendredi soir (2-1) qui a attiré 16 007 personnes. Et enfin le duel entre le Havre AC et le Stade Malherbe de Caen, en date du 8 avril 2013 (1-1), disputé sous les yeux de 15 552 spectateurs.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Ligue 2 : Roussier-Bodmer, un été au HAC

Jean-Michel Roussier, le président du Havre AC, et Mathieu Bodmer, le directeur sportif, sont revenus, ce mardi 6 septembre 2022, sur les grands chapitres de l’intersaison. Non sans une certaine et légitime satisfaction.

Dix recrues, « et même onze avec Quentin (Cornette) » ajoute Jean-Michel Roussier. Voire douze, si on considère que la direction du Havre AC a rattrapé Yassine Kechta « par les cheveux », selon les mots du successeur de Vincent Volpe dans le fauteuil de président. L’intersaison a donc répondu aux attentes de Luka Elsner.

« On a fait le recrutement que l’on souhaitait, assure Roussier. Vincent (Volpe) a donné l’oseille, il a fait le job au niveau de ses engagements. On ne s’est donc rien refusé, on n’a pris que des premiers choix. » Des choix qui ont ciblé des joueurs libres (Lloris, Moussadek), libérés de leur contrat, avec ou sans pourcentage à la revente (Desmas, El Hajjam, Operi, Diallo, Kitala, Confais), ou prêtés (Diakité, Kongolo).

Et aucune de ses recrues ne semble s’être posée au Havre par défaut, à l’image de l’international néerlandais Terence Kongolo (4 sélections), débarqué de Fulham (Ang) et signé jeudi soir, au dernier jour du mercato. « Dès vendredi, il voulait s’entraîner, précise Mathieu Bodmer. Il ne prend vraiment pas sa venue comme une punition, mais comme un deal gagnant-gagnant, après deux saisons compliquées pour lui à Fulham. »

Un attaquant ? Oui, mais non

Au regard de l’effectif présenté à la reprise, des trois derniers test-matches (aucun but inscrit) et des trois premières journées de championnat (1 but marqué), la question d’un renfort offensif supplémentaire s’est bien évidemment posée. Mais à ce stade de la saison, Yann Kitala, arrivé de Sochaux, s’inscrit comme l’unique recrue sur le front de l’attaque.

Néanmoins, à l’aube de la huitième échéance, samedi à Niort, le Havre AC pointe en tête du classement des meilleures attaques, au coude-à-coude avec Metz et Saint-Étienne (13 buts). « Pour un club qui manque de puissance offensive, ça se pose là quand même », note Jean-Michel Roussier. Une grosse offre a toutefois été transmise afin de séduire le Sud-Africain Percy Tau, attaquant des Bafana Bafana finalement resté en Égypte (El Ahly).

« Quand il y a trop d’agents, explique Roussier, on s’expose à aller dans le mur, et on est allés dans le mur. On s’est donc effectivement posé la question d’un attaquant de plus, mais en même temps, on s’est rendu compte que l’équipe tournait plutôt bien, même très bien. » La carte du joker reste dans la manche de la direction sportive, sachant que seules huit journées (et un tour de Coupe de France, le 20/11) séparent la Ligue 2 de la trêve « Qatar » et dix de l’ouverture du mercato d’hiver (du 1er au 31 janvier 2023).

Près de 10 M € tombent dans les caisses

À l’instar de tous les clubs de Ligue 2 et d’une majorité d’écuries de Ligue 1, le Havre AC ne peut répondre à l’offensive d’institutions bien plus huppées à l’égard de ses espoirs. Néanmoins, parole de président : « Plus aucun jeune ne quittera libre le HAC. »

Près de 10 M€, hors bonus, sont ainsi tombés dans les caisses du club doyen cet été. 5,5 M€ associés au transfert d’Isaak Touré à Marseille, entre 1,5 et 2 M€ (plus un prêt) pour celui d’Amir Richardson au Stade de Reims. Quant à Saël Kumbedi Nséké et Abdoullah Ba, dont les contrats couraient jusqu’en juin 2023, ils ont respectivement rallié Lyon et Sunderland (Ang, D2) en échange d’1 M€.

« Il était impossible de les prolonger », regrette Roussier. « Pour Saël, ajoute Bodmer, j’ai entendu dire que la somme était insuffisante. Mais il arrivait en fin de contrat « Aspirant » et je rappelle que dans trois mois, il aurait pu s’engager gratuitement où il le souhaitait. » Rappelons qu’au cours de l’été, Mohamed Koné (20 ans), Simon Ebonog (18 ans), Yassine Kechta (20 ans) et Elysée Logbo (18 ans) ont paraphé leur premier contrat pro. Steve Ngoura (17 ans) devrait suivre, alors que Josué Casimir (21 ans) et Abdelwahed Wahib (22 ans) ont prolongé jusqu’en 2025.

Lekhal, une prolongation à la clé ?

Il est le symbole d’un renouveau dont les contours sautent aux yeux. On nommera Victor Lekhal (28 ans), l’enfant du club, promu capitaine, une « sentinelle » à l’envie retrouvée. Lui qui ne parvenait plus à renouer avec ses sensations sous l’ère Le Guen, cet entraîneur auprès duquel il s’était éloigné du plaisir, du jeu tout simplement.

« C’est un top joueur, lance d’emblée Mathieu Bodmer. Tous les ballons passent par lui, c’est lui qui oriente, qui gère le tempo. Mais surtout, il a le sourire. Avant tout, un joueur se lève tous les matins pour aller jouer au foot, il y a pire dans la vie, et ça, Victor l’a compris. Avec son passé, son histoire, c’est le joueur le plus important du club, ou pas loin. Mais il est capable de nous apporter encore plus. »

Mais pour combien de temps ? En juin prochain, son contrat arrivera à terme. L’idée d’une prolongation circule-t-elle déjà dans les tuyaux ? « Il y a des discussions, confie Bodmer. Maintenant que le mercato est terminé, on va pouvoir entrer un peu plus dans le vif du sujet. Par rapport aux blessures qu’il a pu avoir, il est logique qu’il tienne à être rassuré. »

En bref... En bref...

Terence Kongolo ne devrait pas faire ses débuts avec le HAC dans les prochains jours
Kongolo devra patienter, un peu

Arrivé vendredi matin au Havre, en provenance de Fulham (Ang), le défenseur axial Terence Kongolo (28 ans), appelé, si besoin, à relayer Christopher Opéri sur le flanc gauche de la défense, ne sera pas du voyage samedi à Niort, et sans doute ne figurera-t-il pas sur la feuille de match le samedi 17 septembre 2022, date de la réception d’Annecy. « Il sort de deux années compliquées, explique Mathieu Bodmer, même si la saison dernière, il s’entraînait régulièrement, sans pour autant jouer avec l’équipe première. On va donc lui laisser deux à trois semaines pour être à 100 %. Mais encore une fois, pour nous, c’est un renfort de poids. Il a un C.V. long comme le bras. » Sur lequel figure notamment une place parmi les vingt-trois Néerlandais retenus pour la Coupe du Monde 2014 (Brésil).

Lesage et YouTube

En discussion depuis le mois de juin avec Mathieu Bodmer, son partenaire au sein du Variétés Club de France, Jean-Michel Lesage est donc désormais consultant auprès des attaquants de l’effectif pro et des pensionnaires de la Cavée. Un renfort de poids selon le directeur sportif du HAC. « Je sais l’amour qu’il porte à ce club et j’ai profité de cette relation pour avoir quelqu’un de compétent sur les attaquants. Quand il va expliquer à nos plus jeunes joueurs, Logbo, Ngoura, ou même à Kitala comment il faut marquer, il sera écouté. Et s’ils ne comprennent pas, on leur montrera quelques vidéos sur YouTube afin qu’ils sachent qui est Jean-Michel Lesage. Ça va être une vraie plus-value. »

Kechta-Casimir : Bodmer n’est pas surpris

Laissés de côté par Paul Le Guen, Yassine Kechta et Josué Casimir profitent de ce début de saison pour entrer dans une dimension nouvelle. Sans que cela ne surprenne Mathieu Bodmer. « Je ne critiquerai pas l’ancien staff. Des erreurs, nous en ferons aussi. L’avantage qu’on a, c’est que Momo (El Kharraze) les a recrutés il y a quelques années et que ça fait cinq ans que je les vois jouer tous les week-ends. Je n’avais donc aucun doute sur ce qu’ils pouvaient nous apporter. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Opéri, défenseur du HAC : « Ça commence à ressembler à quelque chose »

Arrivé de La Gantoise (Belgique) cet été dans la foulée d’une saison ô combien frustrante en termes de temps de jeu, Christopher Opéri, homme d’un doublé sur la pelouse de Saint-Étienne (6-0, 4e j.), se refait une santé sportive sur le flanc gauche de la défense havraise.

Le très offensif Christopher Opéri, latéral gauche de profession, aborde cette huitième journée avec déjà deux buts au compteur

Au seuil d’une étape à Niort, où le Havre AC sera ce samedi 10 septembre 2022 en lice pour un troisième succès à la suite, Christopher Opéri, le très offensif latéral gauche, savoure son plaisir et ses sensations retrouvés.

Jusqu’ici tout va bien, et même très bien, non ?

« On monte petit à petit en puissance, on a le sentiment de se trouver facilement, de produire des choses intéressantes. »

Avec juste derrière vous, un premier virage, tant sportif que populaire, négocié de la plus belle des façons, via ce succès aux dépens de Caen (2-1).

« C’était un derby, un match qui allait se jouer au mental, un combat durant lequel on a répondu présent. Et remporter ce match devant nos supporters nous a rendus vraiment heureux. On a senti un vrai groupe pendant ce match. Sportivement et humainement, quelque chose se crée. »

Le combat, n’est-ce pas ce qui vous attend une nouvelle fois ce samedi à Niort, face à une équipe déjà dans le dur (4 défaites sur les 6 dernières journées) et dont l’entraîneur vient de changer ?

« Ça va être un vrai match de Ligue 2, c’est vrai, mais on est prêts. Si on veut rester dans le haut du tableau, prétendre à quelque chose cette saison, c’est sur ce genre de match qu’il ne va pas falloir se rater. En tout cas, on va à Niort avec en tête l’envie de réaliser un gros match, d’être là dans les duels et bien évidemment, l’objectif de ramener un beau résultat. »

« Je suis définitivement passé à autre chose »

Avec, peut-être, une différence par rapport aux précédentes échéances, cette entrée dans le cercle des équipes (du moment) à battre…

« Oui, d’où l’importance de confirmer, de démontrer que nous sommes capables de durer. Franchement, depuis la reprise, on bosse dur et c’est vrai qu’aujourd’hui, ça commence à ressembler à quelque chose. »

Et ce système « Elsner », vous, le latéral gauche, l’incarnez à merveille, à travers ces dizaines d’aller-retour que vous effectuez à chaque match. Physiquement, vous allez tenir ?

« Oui, oui. Monter, descendre, c’est aujourd’hui le boulot des latéraux. Maintenant, c’est vrai qu’avec Oualid (El Hajjam), on est très, très offensifs. Il y a donc un ajustement à trouver afin que ça ne parte pas trop dans notre dos. Pour l’instant, je n’ai pas le sentiment qu’on concède beaucoup d’occasions, malgré pas mal de nouveautés derrière (NDLR : Arouna Sangante est le seul « ancien » de la ligne). C’est solide. »

Plus globalement, et pour conclure, dans la foulée d’une saison difficile à La Gantoise (Bel, 9 apparitions en championnat) n’avez-vous pas le sentiment de réussir l’opération « Opéri à la relance » ?

«C’est déjà un plaisir de retrouver la compétition, du rythme, du temps de jeu (NDLR : il n’avait disputé que trois matches en 2022). Le fait de ne pas avoir lâché la saison dernière, et d’être aujourd’hui dans une équipe qui produit autant de jeu qu’elle sait faire preuve de solidarité, me permet aujourd’hui de tourner la page de cette expérience en Belgique. Je suis définitivement passé à autre chose. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC privé de Thiaré à Niort

C’est sans Jamal Thiaré que la délégation du Havre AC a pris la route de Niort ce vendredi 9 septembre 2022. L’attaquant havrais devra également faire l’impasse sur la réception d’Annecy, le 17 septembre.

Jamal Thiaré ne pourra renouer avec la compétition avant le 1er octobre et un voyage à Dijon

C’est un coup dur pour les Ciel et Marine. Une absence non négligeable, celle de Jamal Thiaré, hissé au rang de « supersub » ces dernières semaines, puisqu’à trois reprises, il vécut le début de soirée du banc, ce même banc dont il jaillit en cours de match pour inscrire ses premier, deuxième et troisième buts de la saison.

Touché sur le dessus du pied (légère entorse ligamentaire), l’attaquant sénégalais suivra donc de loin le débat face aux Niortais, tout comme il sera contraint de rester en tribune, au soir de la réception d’Annecy pour le HAC (le 17/09). Ce n’est qu’à la sortie de la trêve internationale qu’il renouera avec la compétition, sauf mauvaise surprise, le 1er octobre à Dijon.

Diallo, absent lui aussi

À l’occasion de cette huitième journée, disputée dans les Deux-Sèvres, Jamal Thiaré ne sera pas le seul à manquer à l’appel. Outre Terence Kongolo (ex-Fulham, Ang) et Check Oumar Diakité (ex-Paris FC), deux recrues arrivées au Havre il y a une semaine et pas encore prêtes, Zakaria Diallo ne figurera pas sur la feuille de match. Et ce, pour des raisons personnelles.

Djamal Moussadek signe ainsi son retour parmi les « 18 », alors que le « 11 » devrait logiquement être réintégré par Amir Richardson, non qualifié pour le récent choc normand au Stade Océane (2-1), suite à sa signature en faveur du Stade de Reims (prêt dans la foulée).

Dans les rangs niortais, notons finalement la présence de l’ex-Havrais Godwin Bentil (de 2019 à 2021), de retour de blessure, et l’absence de l’ex-Marseillais Charles Kaboré, suspendu.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : au HAC, ça vit, ça bosse et ça marche

Localisé à deux points des leaders que sont Bordeaux et Amiens, le Havre AC, invaincu depuis la deuxième journée et crédité de trois succès lors des quatre dernières échéances, se rend ce samedi 10 septembre 2022 à Niort dans l’espoir de conforter sa place dans la partie haute du tableau.

C’est lancé que le HAC se posera ce samedi au cœur du stade René-Gaillard. Doté de deux succès à la suite, d’une invincibilité longue de cinq matches, d’une défense qui se présente comme l’une des plus étanches du championnat (5 buts « contre »). Mais également d’une attaque qui fait actuellement figure de référence, au même titre que les forces offensives messine et stéphanoise (13 buts « pour »). Oui, les Ciel et Marine ont pris l’aspiration des leaders du moment, un état des lieux, certes provisoire, en totale adéquation avec l’esprit nouveau insufflé.

Parce que Luka Elsner n’incarne pas uniquement une philosophie de jeu audacieuse. Ses hommes, c’est au quotidien qu’il les guide, qu’il les façonne, qu’il les transforme pour certains, sur et hors du terrain. Le technicien slovène entend en effet s’appuyer sur des hommes qui apprennent ou réapprennent à vivre ensemble, du petit-déjeuner commun, obligatoire avant chacune des séances matinales, au déjeuner, commun lui aussi, incontournable au terme de ces mêmes séances.

« Au-delà du contrôle de la nutrition, note Elsner, une vie de groupe et sociale s’installe autour de ça. Je n’ai jamais été fan d’une organisation qui veut que les joueurs arrivent une demi-heure seulement avant la séance pour en repartir aussitôt la douche prise. Ce n’est pas comme ça que je vois le métier. Là, il y a une vraie vie. On leur demande aussi de faire attention à leur sommeil, de ne pas trop traîner dehors. De s’investir, tout simplement, dans leur vie de footballeur. »

« Ça n’offre pas de garantie pour la suite »

Et cette vie, rythmée comme rarement elle le fut au Havre AC, paraît suffisamment éprouvante pour que les Ciel et Marine privilégient leur sommeil, la récupération, aux dépens des soirées « carnaval ». Car rarement le centre d’entraînement de Soquence n’avait été le théâtre d’une telle activité. Jamais, par exemple, la semaine n’avait mis en exergue deux journées à deux séances, à savoir le mardi et le jeudi. Quand habituellement, les prédécesseurs de Luka Elsner et de ses cinq adjoints (voire six avec Lesage) ne doublaient qu’une fois entre deux journées de championnat.

« Dès l’arrivée de Thomas Joubert (NDLR : le préparateur physique), on a discuté sur notre capacité à mettre plus de contenu, plus d’intensité, dans la mesure où nous avons un groupe jeune, donc capable de supporter une forte charge de travail, explique l’entraîneur havrais. Et aujourd’hui, les joueurs sentent qu’athlétiquement, ils sont capables d’enchaîner les matches et les efforts intenses. Pour le moment, les résultats donnent de la crédibilité au projet. Maintenant, ça n’offre pas de garantie pour la suite. Ayons donc suffisamment d’humilité pour ne pas tomber dans une sorte de confort, car c’est une tendance naturelle chez l’être humain de se relâcher quand tout va bien. »

L’étape programmée dans les Deux-Sèvres, là où les Niortais, désormais sous la coupe du Portugais Rui Almeida, joueront déjà gros, en dira ainsi un peu plus long sur la capacité des Ciel et Marine à s’inscrire sur la durée, à s’ancrer sur le sommet.

Niort - Havre AC, ce samedi 10 septembre 2022 à 19 heures, au stade René-Gaillard
Arbitre : M. Perreau Niel.

NIORT : 1. Michel (cap) - 29. Moutachy, 4. Conté, 27. Passi, 5. Kilama, 21. Vallier - 10. Boutobba, 26. Benchama, 15. Olairan, 11. Merdji - 8. Bentil.

Remplaçants : 16. Louchet (g), 18. M’Bondo, 20. Sagna, 22. Bakayoko, 19. Cassubie, 36. Ngom, 17. Renel.

Entraîneur : Rui Almeida.

Absents : C. Kaboré (suspendu), Zemzemi, Rocheteau, Tormin, El Hassani (choix).

HAC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Opéri - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 8. Kechta - 23. Casimir, 9. Kitala, 10. Alioui.

Remplaçants : 1. Gorgelin (g), 15. Moussadek, 25. Confais, 18. Mbemba, 28. Mahmoud, 11. Cornette, 7. Samoura ou 13. Ngoura.

Entraîneur : Luka Elsner.

Absents : Thiaré (pied), Wahib (genou), Diallo (raison personnelle), Kongolo, Diakité, Wam, Gomes (choix).
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC triple la mise

Les Ciel et Marine, certes moins pétillants que ces dernières semaines, ont empilé ce samedi 10 septembre 2022 à Niort (1-0) un troisième succès à la suite, le quatrième sur la base des cinq dernières journées. Le HAC se hisse ainsi sur la deuxième marche du podium.

Certes moins flambloyants, Amir Richardson, toujours aussi solide, et les Havrais ont enchaîné une troisième victoire de rang en s’imposant à Niort

On ne sait encore jusqu’où le curseur sera poussé, mais c’est une série qui s’étire un peu plus dans le temps. Ce samedi 10 septembre 2022 à Niort, le Havre AC a ainsi fait des Chamois sa troisième victime de rang, après s’être offert le scalp de Laval (3-1, 6e j.) et de Caen (2-1, 7e j.), scellé son quatrième succès au cours d’une invincibilité désormais longue de six matches et acté sa troisième victoire à la suite loin du Stade Océane. Et c’est avec un handicap d’un seul point sur le leader sochalien que les Ciel et Marine se tourneront dès aujourd’hui sur la réception d’Annecy, le samedi 17 septembre 2022.

La dynamique ne pouvait être plus belle. Et s’il fallait piocher un symbole supplémentaire pour affirmer que le changement, c’est bien maintenant, il suffit d’orienter un œil sur le classement des buteurs « maison », celui qui place… Victor Lekhal en tête, au coude-à-coude avec Jamal Thiaré, absent des débats. Oui, d’un penalty, le capitaine a porté son total à trois réalisations. Ce penalty inscrit à la 54e minute, synonyme de trois nouveaux points, à la suite d’une faute de l’ex-Havrais Passi sur Sangante.

Desmas suppléé par son poteau

Voilà qui put en partie effacer l’incompréhension qui régna lorsqu’à la 36e minute, moment où Alioui fut accroché dans la surface par Benchamma, ce ne fut pas Lekhal, pourtant impeccable dans l’exercice face à Caen, qui se présenta pour défier Michel, mais Kitala. Ce même Kitala qui vit sa tentative échapper au cadre. Le HAC venait-il de rater une balle de match ? Le doute planait. D’autant que les hommes de Luka Elsner, certes dominateurs lors du premier quart d’heure, peinaient à trouver la solution devant des Chamois solides, mais si peu joueurs.

Dirigés depuis quelques jours seulement par le Portugais Rui Almeida, les locaux firent tout de même frissonner leur maigre public, sur ce coup de tête de Conté et ce ballon qui échoua à quelques millimètres du montant droit (17e). Offensivement, Niort ne pesait guère et lorsqu’une occasion se dessinait, l’impeccable duo Sangante-Lloris se dressait. Moins fluides collectivement qu’à l’occasion des quatre dernières échéances, les Ciel et Marine pouvaient toutefois s’appuyer sur des individualités au meilleur de leur forme, à l’image d’Alioui, dont les progrès sont flagrants, ou encore de Richardson, désormais fixé sur son avenir.

L’unique inquiétude concernait Cornette, à l’inspiration quasi invisible, mais néanmoins auteur d’une frappe somptueuse qui fut à l’origine du corner qui précéda le penalty de la victoire. Mais la petite forme de l’excentré droit n’empêchait pas les Havrais de contrôler les débats, même s’il y eut cette frayeur, ce centre de Moutachy à la réception duquel Merdji s’essaya au retourné acrobatique (47e). Ou encore, et surtout, lorsque Desmas fut suppléé par son poteau à la suite d’une tête de Conté (64e). Et si, lors des dernières minutes, Niort poussa, tenta le tout pour le tout, Lekhal et les siens parvinrent, parfois à l’expérience, à s’accrocher jusqu’au bout, à ne pas tomber dans le piège d’une tension naissante sur le pré. Le HAC tend bel et bien à changer de dimension.

Les notes du HAC : Desmas (6,5), El Hajjam (6), Sangante (6,5), Lloris (7), Opéri (6), Richardson (7), Lekhal (7), Kechta (5,5), Cornette (3,5), Kitala (4,5), Alioui (7).

À Niort, le Havre AC bat Niort 1 à 0 (0-0)
Arbitre : M. Perreau Niel. Spectateurs : 2 000 environ.

But pour le HAC : Lekhal (54e, s.p.).

Avertissements à Niort : Vallier (31e), Passi (53e), Kilama (90e+2) ; au HAC : Richardson (79e), Mahmoud (90e), Confais (90e+2).

NIORT : Michel - Moutachy, Conté (Olaitan 74e), Passi (cap), Kilama, Vallier (Bakayoko, 82e) - Boutobba, Benchamma, Renel (Cassudie, 74e), Sagna - Merdji.

Entraîneur : Rui Almeida.

HAC : Desmas - El Hajjam, Sangante, Lloris, Opéri - Richardson, Lekhal (cap), Kechta (Confais, 65e) - Cornette (Casimir, 65e), Kitala (Gomes, 70e), Alioui.

Entraîneur : Luka Elsner.

« On travaille dur, ça paye »

Le penalty manqué par Yann Kitala a fait réagir en conférence de presse Luka Elsner, qui aurait préféré que ce soit Victor Lekhal qui le frappe

Luka Elsner (entraîneur du HAC) : « Je dois être honnête, il ne fallait surtout pas penser que ce serait facile ici, et ça s’est confirmé. C’est un des meilleurs systèmes défensifs qui a été mis en place face à nous et on a eu énormément de mal à trouver des solutions dans le jeu. Et on a combiné ça avec quelques difficultés techniques et de concentration. Il faut aussi dire que l’adversaire a fait un très gros travail de préparation. Résultat, il y a eu beaucoup de pertes de balle, des transitions dans tous les sens. On a eu une certaine maîtrise, sans être dangereux face au but, à l’exception des deux penaltys. Ça ne s’est pas joué à grand-chose, on est donc heureux de sortir de ce déplacement ô combien périlleux avec les trois points. Gagner les matches difficiles, c’est quelque chose que nous avons développé récemment. Quant au premier penalty, pourquoi n’est-ce pas Victor (Lekhal) qui l’a tiré ? On a trois tireurs, c’est aux garçons de décider, mais j’aurais très clairement préféré que ce soit Victor qui le frappe. C’est une leçon à retenir pour la suite. »

Arthur Desmas (gardien de but du HAC) : « Un match solide, mais on a mis du temps à se mettre dedans. Après le penalty manqué, on n’est toutefois pas sorti de notre match et le deuxième penalty est arrivé. Jusqu’où peut-on aller ? Je ne sais pas. On ne se met pas de limite. On travaille dur, ça paye et c’est tout un groupe qui est concerné. Peut-être qu’on va maintenant nous regarder avec un peu plus d’attente, mais on va rester sur nos principes. On est à la deuxième place, on prend, mais après seulement huit journées, ça reste anecdotique. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : les trois choses à retenir de la victoire du HAC à Niort

Plus laborieux qu’à l’occasion de leurs trois premiers succès de la saison, mais guidés par une abnégation sans faille, les Ciel et Marine ont ainsi évité le piège que souhaitaient leur tendre des Niortais grands et forts, mais si pauvres techniquement. Que retenir de cette soirée dans les Deux-Sèvres ?

1. Dans les têtes ça ne flanche pas

Sans doute Serge Costa, fidèle adjoint de Luka Elsner, n’y est pas étranger. Présenté comme un spécialiste du développement des joueurs, psychologue de l’ombre, l’homme semble déjà avoir posé son empreinte. Du moins, si l’on en croit cette force mentale avec laquelle les Ciel et Marine ont traversé quelques-unes des huit premières journées. À Niort, l’échec de Yann Kitala sur le premier penalty sifflé en faveur du Havre AC (36e) n’eut ainsi aucun effet néfaste sur le moral des troupes.

Ce mental qui leur permit finalement d’arracher la victoire (1-0), sans qu’il ne s’agisse d’une première. Face à Amiens, alors qu’ils étouffaient les Picards, les Ciel et Marine avaient su se relever d’un coup de massue reçu à la première et rare sortie des visiteurs (1-1). À Laval, le raté de Cornette dès la deuxième minute, puis les secousses et enfin l’ouverture du score des Tango n’avaient pas suffi, là non plus, à enfoncer le seau sur la tête de Havrais insatiables par la suite (3-1).

Dans les têtes, cette fragilité, en forme d’obstacle insurmontable les saisons précédentes, semble avoir laissé place à une abnégation qui fait du Havre AC, depuis le coup d’envoi de la troisième journée, un adversaire impossible à battre.

2. Impeccable cette charnière !

Si le HAC peut, ou pourra également s’appuyer sur l’expérience de Zakaria Diallo (36 ans) et sur celle de l’international néerlandais Terence Kongolo, si Djamal Moussadek s’inscrit comme une option, tout comme le deviendra sans doute Yoni Gomis (17 ans le 23 septembre), deux hommes tiennent pour le moment de main de maître la charnière défensive. À Niort, Arouna Sangante et Gautier Lloris ont en effet une nouvelle fois régné dans les duels, dans les airs, appuyés qu’ils sont d’une réelle intelligence de placement et de déplacements.

Face à des Chamois qui n’ont eu de cesse de balancer de longs ballons droit devant, le duo s’est régalé. Arrivé d’Auxerre dans la foulée d’une saison blanche, ou presque (3 courtes apparitions), Lloris donne ainsi raison à ceux qui l’ont recruté, lui que Jean-Marc Furlan, le coach de l’AJA, aurait aimé conserver si ses dirigeants n’avaient pas snobé sa volonté. Quant à Sangante, l’homme qui provoqua le penalty (54e), il repousse toujours un peu plus les limites de sa progression.

Notons tout de même qu’à Niort, devant ce binôme et cette défense qui se présente comme la troisième du championnat (5 buts « contre »), la paire Lekhal-Richardson a elle aussi contribué à faire du HAC un bloc imperméable.

3. Il faut sauver le soldat Cornette

Il n’y est pas. Titularisé à Niort, Quentin Cornette ne s’est pas saisi de l’occasion afin de relancer la concurrence. À son crédit, une frappe que détourna Michel, pour ce corner qui précéda le penalty du succès (54e). Pour le reste, de nombreux ballons perdus, quelques centres non millimétrés et des un-contre-un souvent voués à l’échec.

Luka Elsner attendait pourtant que son excentré droit se relance. Et ce, deux semaines après une pâle entrée en jeu face à Amiens (1-1) et une semaine après une autre apparition peu convaincante en cours de match, lors de la réception de Caen (2-1). Dans l’idée, l’entraîneur havrais imaginait que l’apport de l’ex-Amiénois serait plus palpable en l’alignant d’entrée, tout en estimant Casimir capable d’apporter beaucoup plus que Cornette dans un rôle de joker offensif. Casimir injecta effectivement du peps, une fois pris le relais d’un Cornette en mal de sensations à la 65e minute.

Rattrapé en juillet par le duo Bodmer-Elsner, alors que sa fin de contrat lui permettait d’explorer de nouvelles pistes, le meilleur passeur (7) et co-meilleur buteur (6) de la saison passée se doit de vite recoller au tempo d’enfer imposé par ses partenaires.

En bref… En bref…

Averti à Niort, Amir Richardson sera suspendu pour le déplacement à Dijon le 1er octobre prochain

Elsner aurait signé

Au terme de cette étape niortaise, bien évidemment fut posée à l’entraîneur havrais une question quant à la dynamique actuelle et cette deuxième place au classement une fois la huitième journée consommée. Est-ce pour lui inespéré ? « Inespéré… En tout cas, au coup d’envoi du championnat, nous aurions tous signé pour être là, à ce stade de la saison. Peu de personnes nous voyaient à cette place après les trois premières journées (2N., 1D.), c’est peut-être ce qui nous a donné un peu plus d’énergie. Mais il est toutefois trop tôt pour tirer de réelles conclusions. »

Richardson suspendu

Averti lors des quatrième, sixième et huitième journées, Amir Richardson purgera un match de suspension automatique, le samedi 1er octobre 2022, à l’occasion du déplacement à Dijon.
Répondre