[REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Forum infohac.com - Réagissez sur les résultats et sur l'actualité du Havre Athletic Club, venez discuter HAC et Football entre supporters et participer aux débats, sondages, coups de gueule...
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football : Park, Thiaré, Diallo… Ce qu’il faut savoir avant le troisième match amical du HAC

Les Ciel et Marine effectueront leur troisième galop d’essai, samedi 16 juillet 2022 (17 h 30), à Amiens (L2). Toujours avec le Sud-Coréen Jung-Bin Park, mais sans Jamal Thiaré, touché à une cheville.

Aperçu 45 minutes contre Avranches, l’ailier sud-coréen Jung-Bin Park aura une nouvelle opportunité de montrer ses qualités contre Amiens

Luka Elsner s’apprête à retrouver un environnement qu’il connaît parfaitement, ce samedi 16 juillet, à l’occasion du troisième rendez-vous estival du HAC, après la victoire sur QRM (2-1) et le nul contre Avranches (2-2). Sur l’un des terrains annexes du Stade de la Licorne, l’ancien coach de l’Amiens SC (juillet 2019 - septembre 2020) aura notamment l’occasion de lancer certaines de ses dernières recrues.

Lloris, Kitala, premières !

À peine arrivés, Gautier Lloris et Yann Kitala avaient dû se contenter d’une séance d’entraînement avec un membre du staff, mercredi après-midi, en marge du duel face à Avranches, à Deauville. Cette fois, l’ancien défenseur d’Auxerre (27 ans lundi prochain) et l’ex-attaquant de Sochaux (24 ans) seront bien sur la pelouse face aux Amiénois. Espéré lui aussi, le gardien Arthur Desmas risque de devoir une nouvelle fois repousser ses débuts, sa contracture au mollet ayant traîné à se résorber. Si tout est en ordre sur le plan administratif, Oualid El Hajjam, dont la signature officielle est imminente, pourrait également avoir du temps de jeu samedi, après avoir pris part au début de la préparation avec l’ESTAC.

Park, deuxième !

Auteur de 45 minutes relativement neutres, mercredi en seconde période, le Sud-Coréen Jung-Bin Park se verra offrir une nouvelle opportunité de convaincre Luka Elsner contre Amiens. « Il était très fatigué après le match », glisse l’entraîneur du HAC à propos de l’ancien joueur du Servette de Genève et du FC Séoul, dont la dernière apparition officielle remonte à plus de 10 mois. Un point sera fait avec l’ailier de 28 ans à l’issue de cette semaine d’essai.

Thiaré out

Il n’y aura pas de troisième but en trois matches de préparation pour Jamal Thiaré. Resté au sol suite à un duel musclé avec un défenseur avranchinais, le Sénégalais en a gardé des séquelles sur l’une de ses chevilles. « Il va faire l’impasse sur ce match et rester aux soins », informe son coach, par ailleurs heureux des retours à l’entraînement d’Arouna Sangante (psoas) et Pape Ibnou Ba (dos), sans que cela ne garantisse leur présence dans la Somme.

Mayembo retrouve le groupe

Sur le départ, Fernand Mayembo s’entraînait depuis plusieurs jours à l’écart du groupe, qu’il vient de réintégrer, son transfert à Ajaccio n’étant toujours pas finalisé. « C’est mieux pour tout le monde, pour nous, mais surtout pour lui », estime Elsner, qui n’alignera toutefois pas le Congolais, toujours déterminé à quitter le club, face aux Picards.

Une réflexion pour Diallo

Présent à l’entraînement en début de semaine, le défenseur central Zakaria Diallo n’avait pas disputé le match contre Avranches, pas plus qu’il ne jouera face à Amiens. Le profil de l’ancien Lensois (36 ans) intéresse néanmoins les dirigeants havrais. « Expérience, leadership… Il coche quelques critères », confirme Elsner, précisant que le dossier se trouve « entre les mains » de son directeur sportif Mathieu Bodmer.

Amiens SC (L2) - HAC (L2), samedi 16 juillet 2022 (17 h 30) à Amiens (terrain annexe du Stade de la Licorne)

Le groupe havrais : Gorgelin, Koné, Desmas ? - Kumbedi Nséké, Lloris, Moussadek, Opéri, Gomis, Sangante ?, El Hajjam ? - Ebonog, Kechta, Lekhal, Richardson, Wam, Mbemba, A. Ba - Kitala, Alioui, Cornette, Gomes, Casimir, Mahmoud, Ngoura, Jung-Bin Park, P.I. Ba ?

Les absents : Desmas ? (reprise), El Hajjam ? (transfert), Sangante ? (psoas), P.I. Ba ? (dos), Thiaré (cheville), Wahib (genou), Mayembo (instance de départ), Logbo (reprise), Samoura (cheville).
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : El Hajjam, « un compétiteur acharné » au HAC

Oualid El Hajjam, le latéral droit de l’ESTAC (31 ans) s’est officiellement engagé ce vendredi 15 juillet 2022 pour les deux prochaines saisons (plus une en option) avec le club doyen. Un profil « précieux » d’après Luka Elsner, sur le terrain comme en dehors.

Le désormais ex-Troyen Oualid El Hajjam totalise trois saisons et 56 apparitions en Ligue 1

On perçoit de mieux en mieux ce à quoi ressemblera la défense du Havre AC au cours des prochains mois. Après avoir enrôlé le gardien Arthur Desmas, après avoir attiré le latéral gauche Christopher Opéri, après avoir fait signer les défenseurs centraux Djamal Moussadek et Gautier Lloris, le club doyen vient de mettre la main sur une cinquième recrue à vocation défensive - sur les six engagées au total, avec l’attaquant Yann Kitala - via le latéral droit Oualid El Hajjam.

« Une exigence de travail au quotidien »

Âgé de 31 ans, l’ancien joueur d’Amiens (2012-2019) et Troyes (2019-2022), deux clubs avec lesquels il est monté en Ligue 1, s’est engagé pour deux saisons, plus une troisième en option en cas d’accession. Le Franco-Marocain, appelé à une reprise avec les Lions de l’Atlas, a pris part à 19 rencontres de L1 (12 titularisations, 1 but, 1 passe décisive) la saison dernière avec l’ESTAC, où il lui restait une année de contrat.

« Il correspond parfaitement au profil qu’on recherchait, se félicite son nouvel entraîneur, Luka Elsner. Celui d’un joueur d’expérience, qui a connu des montées et qui apporte une exigence de travail au quotidien. C’est un super mec, très précieux dans un vestiaire, mais une fois qu’il est sur le terrain, il se transforme en compétiteur acharné. On s’est croisés rapidement à Amiens avant qu'il ne parte à Troyes (été 2019), j’avais eu de bonnes sensations. C’est un plaisir de l’accueillir. »

Appelé à faire la paire avec Kumbedi Nséké

Polyvalent, capable d’évoluer dans une défense à trois ou sur le flanc gauche, poste auquel le HAC vient de perdre Abdelwahed Wahib (rupture des ligaments croisés du genou), Oualid El Hajjam fera prioritairement la paire sur le côté droit avec le jeune Saël Kumbedi Nséké (17 ans)… à condition que celui-ci accepte de transformer son contrat aspirant (à échéance 2023) en contrat professionnel. « L’idée est que Saël fasse beaucoup de matches. C’est un garçon pétri de qualités auquel il faut faire de la place. L’arrivée de Oualid n’est en aucun cas bloquante pour lui, observe Elsner à propos du champion d’Europe U17. Après, comme tout jeune joueur, il connaîtra des fluctuations, des difficultés, d’où la nécessité de bien se sécuriser à ce poste. J’espère vraiment que les discussions visant à le faire signer pro vont aboutir, afin que l’on puisse se projeter au moins à moyen terme avec lui. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Amical : à Amiens, le HAC s’est encore sabordé

Comme face à Avranches trois jours plus tôt, le Havre AC a affiché de grosses défaillances défensives ce samedi 16 juillet 2022, que les Amiénois ne se sont pas fait prier pour exploiter rapidement (3-0 au bout de 20 minutes). Ce fut un peu mieux en seconde période (4-1 score final).

Pour sa première sous les couleurs du HAC, Gautier Lloris a beaucoup souffert face aux rapides et puissants attaquants amiénois

On s’attendait à voir des buts, entre deux formations ayant assuré le spectacle au cours de leurs premières sorties estivales (3,5 buts de moyenne par match du HAC, 5,4 pour Amiens). On en a effectivement vu, mais malheureusement pas du bon côté…

À quinze jours de la reprise du championnat de Ligue 2, le HAC en a donc pris quatre face à l’un de ses prochains adversaires (4-1), considéré par Luka Elsner comme un probable futur pensionnaire du « haut de tableau », devant lequel son équipe aura cruellement manqué de puissance, de maîtrise, de vitesse, d’engagement. Et une nouvelle fois affiché de sérieuses lacunes défensives, trois jours après s’être fait reprendre pour les mêmes raisons contre Avranches (2-2).

Trois buts similaires

Les trois premiers buts amiénois, inscrits durant les 20 premières minutes, ont tous épousé le même schéma : un ballon envoyé dans la profondeur vers un attaquant (Badji x2, Tolu), qui s’en allait prendre le dessus sur un défenseur central havrais (Lloris x2, Wam), avant de tromper un Gorgelin impuissant.

« On a joué avec l’insouciance d’une équipe qui avait envie de proposer des choses, avec du mouvement, mais aussi avec des pertes de balle dans des zones non négociables », retenait Elsner en pensant sans doute à sa jeune doublette du milieu (Ba - Richardson, positionnés devant Mbemba, Lekhal se ressentant d’une gêne à l’adducteur).

« À nous de travailler pour être plus équilibrés à la perte du ballon, se sécuriser un peu plus », poursuivait le technicien, pour qui cette quête passera notamment par « le retour d’Arouna (Sangante) » et l’arrivée d’un « défenseur axial supplémentaire ».

La prestation de Park va amener Elsner à « discuter »
Considérant le onze de départ, au sein duquel ne figurait ni Desmas, ni El Hajjam, ni Lekhal, ni l’un des futurs titulaires en charnière, comme le manque de repères et d’automatismes des nouveaux, on se gardera bien d’accorder une importance démesurée au résultat. Mais celui-ci confirme néanmoins que le HAC a encore du boulot. « On ferait fausse route si on n’était pas marqués après un tel match », a convenu Elsner, dont l’équipe n’aura même pas fait chauffer les gants de Gurtner en première mi-temps.

Ce fut mieux en seconde période, durant laquelle les Ciel et Marine ont dégagé un peu plus de peps, d’énergie, à l’image du duo Park - Mahmoud, impliqués sur la réduction du score. « Elies marque des points à chaque match », a félicité Elsner, tout en trouvant le Sud-Coréen « intéressant par séquences ». « Il a semblé capable de déséquilibrer la défense adverse. Sa prestation va nous pousser à discuter », ne cache pas l’entraîneur havrais, qui pourrait donc faire de l’ancien du Servette de Genève l’une des trois recrues qu’il juge indispensables en l’état. Park viendrait alors remplir la case « ailier imprévisible ». Resterait à trouver le « défenseur central d’expérience » et le « milieu destructeur ».

À Amiens, Amiens SC (Ligue 2) bat le Havre AC (Ligue 2) 4 à 1 (3-0)
Spectateurs : 300.

Buts pour Amiens : Badji (7e, 19e), Tolu (15e), Chibozo (81e) ;

pour le HAC : Mahmoud (65e).

Avertissements à Amiens : Barry (19e) ; au HAC : Mahmoud (49e).

AMIENS : Gurtner - Barry (Diabaté, 70e), Opoku (cap), Fofana - Léautey (Degrumelle, 70e), M. Fofana (J. Fofana, 78e), Gelin (Lachuer, 46e), Benet (Gene, 70e), Ring (Xantippe, 70e) - Tolu (Chibozo, 60e), Badji (Bianchini, 70e).

Entraîneur : Philippe Hinschberger.

HAC : Gorgelin (Desmas, 46e) - Kumbedi Nséké (El Hajjam, 46e), Wam (Gomis, 77e), Lloris (Moussadek, 63e), Opéri - Richardson (Kechta, 46e), Mbemba (cap) (Gomes, 75e), A. Ba (Mahmoud, 46e) - Cornette (Casimir, 46e), Kitala (P.I. Ba, 46e), Alioui (Park, 46e).

Entraîneur : Luka Elsner.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Jung-Bin Park devrait être la septième recrue du HAC

Sous réserve de satisfaire à la visite médicale, l’ailier sud-coréen Jung-Bin Park, à l’essai depuis une semaine, devrait s’engager pour les deux prochaines saisons avec le club doyen.

Auteur de 45 minutes intéressantes à Amiens, Jung-Bin Park a convaincu Luka Elsner et ses dirigeants de lui offrir un contrat

Comme partout en France, le soleil tapait fort, ce lundi matin, sur les terrains du centre d’entraînement du HAC. Quarante-huit heures après avoir été lourdement défaits à Amiens (4-1), et à quarante-huit heures de défier Troyes pour leur quatrième match de préparation (mercredi à 17 h 30 à Poissy), les Ciel et Marine s’y entraînaient sous les ordres de Luka Elsner, très impliqué au milieu de ses hommes. Parmi lesquels figurait toujours le Sud-Coréen Jung-Bin Park, dont le son de la voix se faisait fréquemment entendre pour réclamer le ballon.

« Sa prestation va nous pousser à discuter », avait déclaré Luka Elsner dans la foulée de la défaite à Amiens, face à qui l’ailier de 28 ans s’était illustré en distillant notamment la passe décisive pour Mahmoud, trois jours après une performance plus quelconque contre Avranches. Les discussions entre l’ancien joueur du Servette de Genève et la direction du HAC devraient déboucher sur la signature d’un contrat de deux saisons, sous réserve que le joueur passe sans encombre la visite médicale à venir.

Il avait vite capté l’attention du staff

Mis à l’essai à l’initiative du directeur sportif Mathieu Bodmer, Jung-Bin Park, dont les premiers pas à Soquence avaient rapidement permis au staff de déceler un potentiel, aura donc convaincu Luka Elsner et ses dirigeants qu’il pouvait être l’excentré à même de déstabiliser une défense recherché. Capable de jouer des deux pieds, comme de frapper les coups de pied arrêtés, l’ex-international Espoirs évolue de préférence sur le flanc gauche de l’attaque, mais peut également basculer à droite.

Sans doute lui faudra-t-il quelques semaines pour retrouver la plénitude de ses moyens, lui qui n’a plus disputé de match officiel depuis le mois de septembre 2021 avec le FC Séoul. Parti dès l’âge de 16 ans en Allemagne, le natif de Busan, polyglotte (il parle le coréen, l’allemand, le danois et apprend actuellement le français), a construit l’essentiel de sa carrière sur le Vieux Continent, au Danemark notamment (2015-2019).

Pas de suite pour Diallo

Jung-Bin Park s’inscrira comme la septième recrue du club doyen après Moussadek, Opéri, Desmas, Lloris, Kitala et El Hajjam, tous recrutés sans indemnité de tranfert. Le défenseur central Zakaria Diallo (36 ans) ne sera a priori pas la huitième, les deux parties n’ayant pas souhaité aller plus loin dans l’immédiat.

À noter enfin que Lys Mousset, auquel le HAC avait ouvert les portes de son centre technique pour l’aider à se remettre en forme, n’était pas à Soquence en ce début de semaine. Libre de tout contrat, l’ancien attaquant de Sheffield United se trouverait à l’étranger en vue d’une possible signature.
Avatar du membre
Yazkaw
National 3
National 3
Messages : 162
Enregistré le : 07 mai 2021 12:03

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Yazkaw »

Football : El Hajjam a rejoint le HAC pour « reprendre goût au football »
Nouveau latéral droit du HAC, le Franco-Marocain de 31 ans explique avoir quitté Troyes guidé par le besoin de retrouver ce « plaisir » qu’il n’éprouvait plus sous les ordres de Bruno Irles.

Le destin a donc voulu que Oualid El Hajjam affronte ses deux précédentes équipes dès son arrivée au sein du troisième club de sa carrière professionnelle. Lancé en seconde période à Amiens (4-1), où il évolua de 2012 à 2019, le nouveau « doyen » des joueurs de champ ciel et marine (Gorgelin a bientôt 32 ans) retrouvera l’ESTAC, mercredi 20 juillet (17 h 30) à Poissy, moins d’une semaine après avoir quitté l’Aube pour se poser sur les bords de la Manche.

Comment votre arrivée au Havre s’est-elle ficelée ?

« On était en discussions depuis un moment. Troyes a mis du temps à me libérer de ma dernière année de contrat, j’ai donc été amené à débuter la préparation là-bas. Le projet havrais m’intéressait vraiment, j’étais prêt à patienter jusqu’à ce que la situation se débloque. Je suis content que ça se soit fait. »

« On avait beau faire la meilleure semaine d’entraînement... »

Votre horizon était à ce point bouché à l’ESTAC, où vous aviez tout de même disputé 19 matches de Ligue 1 la saison dernière ?

« J’avais surtout joué en début de saison, presque tous les matches, en étant décisif, but (1), passe décisive (1)… Après, le foot, on sait comment ça se passe : il y a eu un changement d’entraîneur (Bruno Irles a remplacé Laurent Battles en janvier), le nouveau a privilégié d’autres profils de joueurs, plus en conformité avec le projet du City Football Group (propriétaire de Manchester City et de plusieurs clubs satellites). Il fallait faire jouer les joueurs appartenant au City Group. Plus le temps avançait, moins je prenais de plaisir. On avait beau faire la meilleure semaine d’entraînement possible, on savait qu’on ne jouerait pas le week-end. À partir de là, je ne m’y retrouvais plus. Je ne ressentais plus les notions de mérite, de concurrence, de bonheur aux entraînements, d’épanouissement. Il fallait trouver une solution. »

Vous avez donc rejoint le HAC pour reprendre goût au football ?

« C’est exactement ça. Je connais très bien Mathieu (Bodmer) pour avoir joué avec lui à Amiens, sa vision du football, qui me convient parfaitement. Je connais un peu le coach (Luka Elsner) aussi pour l’avoir croisé au moment de mon départ d’Amiens pour Troyes (à l’été 2019). J’avais bien aimé son côté humain. Ce qu’on m’a présenté du Havre correspond à ce que j’ai découvert : les installations, le personnel, ce club garde un esprit familial. C’est tout ce que j’aime, venir à l’entraînement chaque matin dans une bonne ambiance, pour travailler, progresser, s’éclater. Tout est réuni ici pour reprendre goût au football. »

« Il faudra être patient avec nous »
Pour nourrir des ambitions également ?

« Bien sûr. L’objectif est de construire quelque chose, un groupe, une équipe, un beau projet. Mais la priorité sera dans un premier temps d’assurer le maintien le plus rapidement possible. Il faut bien que chacun se mette ça en tête pour ne pas qu’il y ait de désillusion. Je suis bien placé pour savoir que la Ligue 2 est un championnat très compliqué, très long, dans lequel il n’y a jamais de match facile. Il faudra se mettre à l’abri le plus tôt possible, ne pas s’enflammer, et ensuite, nous verrons comment les choses évoluent. Beaucoup de nouveaux joueurs sont arrivés, construire un collectif peut parfois prendre un peu de temps, il faudra être patient avec nous. »

Le HAC vous a aussi recruté parce que vous connaissez la recette pour monter en Ligue 1…

« J’ai gardé de mes montées avec Amiens et Troyes qu’elles avaient été obtenues au prix d’une saison intense, éprouvante, durant laquelle il ne faut jamais se relâcher. L’esprit de groupe avait été déterminant, la solidarité, l’amalgame entre les jeunes et les anciens, le fait que certains joueurs n’ayant pas beaucoup de temps de jeu répondaient présent quand on faisait appel à eux. Pour monter, il faut un peu former une famille. C’est pour ça que je parle de construction d’un groupe. Ça ne va pas être facile, mais nous allons tout mettre en œuvre pour faire en sorte que le club retrouve à terme la place qu’il mérite. »

« Encadrer les jeunes se fait naturellement »
Vous êtes pour l’heure le seul trentenaire parmi les joueurs de champ. Prêt à encadrer la classe biberon ?

« Encadrer les jeunes se fait naturellement. Il n’y a pas forcément besoin de beaucoup parler, il suffit juste de montrer l’exemple, sur le terrain comme en dehors. La plupart des jeunes sont à l’écoute. Nous, les anciens, ne sommes pas là pour leur casser la tête, simplement pour leur apporter quelques conseils qui les aideront à accomplir une grande carrière, car on sait qu’il y a un très gros vivier ici. Même pour nous, c’est agréable de côtoyer des jeunes de ce talent, ça stimule, on sent que ça pousse derrière, qu’il ne faut pas s’endormir. »

La polyvalence fait également partie de vos atouts.

« J’ai été formé au milieu, avant de redescendre d’un cran. Je suis d’abord un latéral droit, mais il m’est arrivé de disputer quelques matches à gauche, notamment en sélection. Avec (Laurent) Battles, j’ai également appris à évoluer à droite d’une défense à trois. Mon rôle était de couvrir le piston pour lui offrir plus de liberté. J’ai toujours été attentif aux consignes tactiques, que ce soit celles données par les anciens ou les différents entraîneurs que j’ai pu avoir. Quand on recevait des vidéos poste par poste, il m’arrivait de regarder celles concernant d’autres postes que le mien. Avec le temps, cela permet d’acquérir une certaine culture tactique. »

« Chebake ? J’espère laisser la même image que lui »
Vous parliez de la sélection marocaine. La dernière de vos trois apparitions remonte au mois de mars 2019. Y croyez-vous encore ?

« J’ai fait beaucoup de rassemblements, dont la Coupe du Monde 2018 en tant que partenaire d’entraînement. L’effet Ligue 1/Ligue 2 joue beaucoup avec la sélection. Le fait de retrouver la L1 avec Troyes m’avait permis d’être préselectionné pour la dernière Coupe d’Afrique des Nations en début d’année. Le Maroc est une grosse nation, la concurrence est grande (le titulaire au poste de latéral droit n’est autre que le Parisien Hakimi), il faut être au top pour être appelé. Je vais donc déjà tout faire pour être performant en club.

Savez-vous qu’un autre latéral droit marocain a laissé une belle empreinte au HAC ?

« (Grand sourire) Bien sûr, Issam (Chebake) ! C’est un très bon ami, il m’a toujours parlé en bien du Havre. J’espère que je laisserai ici la même image que lui. »

Havre AC - Troyes, mercredi 20 juillet 2022 (17 h 30) à Poissy


Le groupe : Desmas, Gorgelin, Koné – El Hajjam, Kumbedi Nséké, Sangante, Lloris, Moussadek, Gomis, Opéri – Wam, Lekhal, Mbemba, Richardson, A. Ba, Kechta, Ebonog (genou) ? – Alioui, Cornette, Park, Casimir, Mahmoud, Ngoura, Kitala (pied) ?


Absents : Mayembo (instance de départ), Wahib (genou), Thiaré (reprise), P.I. Ba (dos), Gomes (genou), Logbo (reprise), Samoura (cheville).
:echarpe5: A jamais le premier, de tous les clubs français Ô !!!! H.A.C........ :echarpe5:
Fier de tes origines , fils d’Oxford et Cambridge, deux couleurs font notre prestige Ciel & Marine
Avatar du membre
Fabi1
National 2
National 2
Messages : 405
Enregistré le : 05 mai 2021 08:32

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Fabi1 »

Pourquoi le HAC ne jouera pas de match de gala cet été ?
David Poisnel
En septembre 2012, les légendes du HAC avaient affronté celles du Real Madrid pour les 140 ans du club, dans un Stade Océane pleinPhoto Emmanuel Lelaidier
Après y avoir longuement travaillé, les dirigeants ciel et marine ont dû renoncer à organiser le match de gala prévu en cette fin juillet visant à célébrer les 150 ans du club. Ce qui ne veut pas nécessairement dire que l’événement n’aura pas lieu.
next



Longtemps, le week-end des samedi 23 et dimanche 24 juillet, à une semaine de la reprise du championnat de Ligue 2, est resté vierge de match dans le calendrier de présaison du Havre AC. Jusqu’à ce que le club doyen communique il y a une dizaine de jours sur la tenue d’un cinquième galop d’essai, ce vendredi (18 h), « sur l’un des mythiques terrains » de Clairefontaine, face à Dijon (L2). « Dernier match de préparation calé ! », s’est félicité sur ses réseaux sociaux le HAC, qui n’avait pas forcément imaginé les choses de cette façon.
Il s’agissait d’un secret de Polichinelle, parvenu aux oreilles de beaucoup d’amoureux des couleurs ciel et marine : en cette année du 150 e anniversaire, les dirigeants havrais souhaitaient mettre sur pied un grand match de gala, un moment fort de plus visant à célébrer le plus vieux club de France comme avait pu l’être le HAC – Caen suivi par plus de 18 000 spectateurs, le 19 mars dernier au Stade Océane, même si celui-ci ne s’était pas déroulé comme espéré sur le terrain (2-4).
Les adversaires potentiels
n’étaient pas nombreux
L’idée était cette fois d’offrir aux supporters une affiche de prestige, apte à remplir le vaisseau bleu, à l’instar des HAC – Lille et HAC – Real Madrid (match des légendes) proposés pour l’inauguration de l’enceinte et les 140 ans en 2012. Tout en sachant que les équipes susceptibles d’attirer 25 000 spectateurs pour une opposition amicale ne sont pas nombreuses. Peut-être deux en France (Marseille et Paris), et une poignée d’autres à l’étranger, des formations aussi redoutables que Valence ou Francfort n’ayant pas forcément l’aura suffisante pour attirer les foules.
Une fois les cibles établies, restait encore aux responsables havrais à surmonter un certain nombre d’obstacles. À commencer par le fait que les clubs de ce calibre n’ont pour ainsi dire aucun intérêt à affronter un « petit » de Ligue 2 durant leur présaison, surtout fin juillet, période choisie afin d’offrir au public le meilleur spectacle possible, plutôt qu’avec des équipes très incomplètes et hors de rythme en début de préparation. L’autre problématique majeure concernait évidemment l’aspect financier, les clubs de ce standing n’hésitant pas à monnayer chèrement leur venue. On parle là de sommes à six chiffres, même pour des écuries de second rang européen.
Après avoir travaillé durant des mois sur le dossier, rendu encore plus délicat par l’incertitude liée aux qualifications européennes (en fonction desquelles les clubs affinent leur campagne de matches amicaux), les dirigeants havrais se sont finalement résolus à ne rien organiser durant l’été.
Une fenêtre avec la
Coupe du Monde au Qatar ?
Est-ce à dire que l’événement n’aura pas lieu ? Pas forcément. L’état-major du HAC regarde désormais vers la fenêtre qu’offrira la Coupe du monde au Qatar entre novembre et décembre, cette parenthèse de six semaines réservée au football de sélections durant laquelle les clubs auront bien besoin de garder le rythme et de remettre la machine en route avant de reprendre la compétition. Reste à voir la faisabilité des choses. Et quelle forme pourrait prendre ce rendez-vous appelé à refermer l’année du cent-cinquantenaire du doyen des clubs français.
HAC (L2) - Dijon (L2), cet après-midi (18 h),
à Clairefontaine
Le groupe : Desmas, Gorgelin, Koné – El Hajjam, Kumbedi Nséké, Sangante, Lloris, Moussadek, Gomis, Opéri – Wam, Lekhal, Mbemba, Richardson, A. Ba, Kechta – Alioui, Cornette, Casimir, Mahmoud, Ngoura, Thiaré (reprise) ?, Gomes (genou) ?, Kitala (pied) ?
Absents : Mayembo (instance de départ), Wahib (genou), Ebonog (genou), P.I. Ba (dos), Logbo (reprise), Samoura (cheville).
''' tout cramer, pour repartir sur des bases saines""".
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Bodmer justifie le départ de Mayembo pour Ajaccio

Le directeur sportif du HAC explique que le départ du défenseur central pour la Corse était indispensable afin de libérer de la masse salariale et ainsi permettre au club doyen de continuer son mercato.

Mathieu Bodmer (ici aux côtés de l’analyste jeu et data, Julien Momont) assume pleinement les modalités du départ de Fernand Mayembo vers l’AC Ajaccio

L’information a mis la communauté ciel et marine en émoi. Annoncé dans nos colonnes, confirmé par nos confrères de L’Equipe, le départ à venir de Fernand Mayembo vers Ajaccio moyennant une très modeste indemnité de transfert – L’Equipe évoque une somme avoisinant les 300 000 € – pour un titulaire en puissance de 26 ans acheté 800 000 € en 2018 à Grenoble, auquel il restait deux années de contrat, a beaucoup de mal à passer chez les supporters du HAC.

« Son départ va permettre de débloquer au moins deux arrivées »

Contacté ce vendredi, Mathieu Bodmer explique la décision du club : « Ce qu’il faut savoir pour commencer, c’est que Fernand ne voulait plus jouer avec le HAC. Dès le premier jour, il nous a dit qu’il voulait partir, et qu’il n’y aurait pas de machine arrière de sa part. Il s’était entendu sur certaines choses avec la précédente direction, qui aurait dû le laisser partir plus tôt. Il y avait des accords, même si cela était difficile à accepter pour nous. Comme nous l’avions dit, il fallait quand même que le club s’y retrouve. Maintenant, cela faisait un mois que les choses duraient. À un moment, nous avons besoin d’avancer dans notre recrutement et pour cela, il nous est indispensable de faire partir des joueurs. Avec Isaak (Touré, transféré à Marseille), Fernand est l’un des seuls pour lesquels nous avons reçu une offre. Son départ va permettre de dégager de la masse salariale en économisant un très gros salaire, surdimensionné pour le club, et de débloquer au moins deux, pour ne pas dire trois dossiers d’arrivée. »

« Son tranfert a été totalement amorti »

Sans confirmer les chiffres, le directeur sportif du club doyen estime qu’il faut mettre le montant du transfert, qu’il qualifie lui-même de « pas très élevé », en perspective. « Si Fernand a été acheté 800 000 € en 2018 pour un contrat de quatre ans, le club partait donc sur un amortissement de 200 000 € par saison. En 2022, son transfert a été totalement amorti, les deux ans qu’il lui restait faisant suite à sa prolongation signée l’été dernier. Une fois le transfert amorti, toute vente devient alors du bénéfice. Il ne faut pas non plus oublier qu’il n’a disputé que 18 matches la saison passée. Beaucoup de paramètres expliquent le montant du transfert, qui pourrait encore augmenter à l’avenir avec les bonus fixés dans le deal. »

Un milieu étranger sur le point de s’engager

Parmi les dossiers « arrivée » que le départ de Mayembo pourrait permettre de débloquer, le HAC serait notamment sur le point de finaliser la venue du milieu « puncheur » désiré par Luka Elsner, a priori en provenance de l’étranger. Le HAC travaillerait également au recrutement non pas d’un, mais de deux défenseurs centraux, un plutôt jeune et un autre expérimenté. Un temps mise entre parenthèses, la piste menant vers l’ancien Lensois Zakaria Diallo (36 ans) ferait toujours partie de celles étudiées.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Amical : du mieux dans l’attitude pour le HAC, mais pas dans le résultat

Le HAC a refermé sa préparation par un troisième revers d’affilée, ce vendredi 22 juillet 2022 face à Dijon (0-1), au cours d’une rencontre qui l’aura toutefois vu afficher un état d’esprit apte à rassurer son entraîneur.

Réunis en cercle non loin de leur banc de touche, soudés les uns aux autres - une habitude depuis l’arrivée de Luka Elsner -, les Ciel et Marine ont écouté religieusement le discours délivré par leur coach. « Quand on est comme ça, pas dans la tranquillité, on marche sur l’adversaire. Tout le monde ensemble, le banc compris. Alors aujourd’hui, on n’a peut-être pas eu la récompense, mais on l’aura la semaine prochaine. Le staff et moi-même sommes très fiers de vous. Vous pouvez partir en week-end l’esprit serein », a notamment récité l’entraîneur havrais, ce vendredi soir, à l’issue du dernier match de préparation face à Dijon (0-1).

Disputé au cœur d’un tout nouvel espace du Centre National du Football de Clairefontaine, à huis clos mais devant une centaine de jeunes de la FFF Academy (stages proposés pendant les vacances scolaires), ce cinquième rendez-vous de l’été aura donc vu le HAC chuter pour la troisième d’affilée (après Amiens et Troyes). Pour paradoxalement en ressortir avec quelques motifs de nature à rassurer un peu leur coach et leurs supporters. En partie dans le jeu, où on aura vu les Havrais proposer quelques belles séquences de possession, de pressing, ou encore de transition, sans offrir cette fois de but à l’adversaire. Mais encore plus dans l’état d’esprit, domaine dans lequel les Ciel et Marine avaient clairement failli lors de leurs précédentes sorties, trop tendres dans l’ensemble et résignés bien trop rapidement.

Dans un onze proche de celui qui devrait démarrer face à Grenoble la semaine prochaine (finalement sans Richardson, gêné à une cheville), les débats avaient une nouvelle fois mal démarré pour eux, puisqu’au bout de 20 minutes, les Dijonnais avaient déjà tapé à deux reprises les montants (15e, 18e). Et si Lekhal et les siens avaient réagi dans le jeu, c’est bien Le Bihan, ex-canonnier maison, qui avait ouvert le score d’un maître coup franc (0-1, 43e).

Elsner : « On a montré du caractère, de la personnalité »

Poussés par leur coach, les Ciel et Marine ont surtout haussé le rythme après le repos, multipliant les offensives autour de la surface du DFCO - la principale restant ce loupé de Kitala après une frappe de Cornette repoussée par Reynet (48e) - et poussant les Bourguignons à terminer la rencontre à dix - Congré expulsé pour avoir fauché Casimir (86e) -, comme s’il y avait déjà des points à aller chercher de cette opposition.

« Cette défaite est bien différente des précédentes, a prolongé Elsner face aux micros. On a certes perdu, mais on a beaucoup gagné sur le plan de la confiance, sur notre capacité à mettre de l’intensité, à répondre aux exigences de la Ligue 2, à créer des choses intéressantes selon nos principes. On a montré du caractère, de la personnalité. Je suis persuadé que l’on sera récompensés par des victoires si on conserve la même mentalité, les mêmes valeurs. »

Sur l’ensemble de la préparation (1V, 1N, 3D) et au regard de la campagne de recrutement réalisée jusque-là, c’est néanmoins escorté de pas mal d’interrogations et d’un certain scepticisme que le HAC se jettera dans le grand bain de la Ligue 2 le week-end prochain. « Comment pourrait-il en être autrement ? Avec notre arrivée tardive, le chamboulement de l’effectif, toutes les rumeurs qui ont pu circuler autour du club…, convient Elsner. Aucune équipe ne sera prête dès la 1re journée. Ce sera à nous d’entrer dans ce championnat avec une vraie envie, une grosse énergie, pour redonner un peu d’espoir et créer un engouement. Il faut que nos supporters sentent une passion qui se dégage de l’équipe, c’est notre objectif, il n’y a que comme ça que le lien se créera rapidement. » Rendez-vous dans huit jours au Stade Océane.

À Clairefontaine, Dijon (L2) bat le Havre AC (L2) 1 à 0 (1-0)
Match à huis-clos.

But pour Dijon : Le Bihan (43e).

Avertissement au HAC : A. Ba (42e).

Expulsion à Dijon : Congré (86e).

HAC : Desmas - El Hajjam (Kumbedi Nséké, 70e), Sangante, Lloris, Opéri - A. Ba (Kitala, 46e), Lekhal (cap) (Wam, 78e), Mbemba (Casimir, 70e) - Cornette (Mahmoud, 70e), Thiaré (Kechta, 60e), Alioui.

Entraîneur : Luka Elsner.

DIJON : Reynet - Traoré (Ngouyamsa, 46e), Congré, Coulibaly (Touré, 28e), Rocchia - Ndong (Chahid, 72e), Pi (Ahlinvi, 46e) - Nassi (Camara, 67e), Marié (Etoga, 90e), Soumaré (Assalé, 67e) - Le Bihan (cap).

Entraîneur : Omar Daf.
Avatar du membre
Fabi1
National 2
National 2
Messages : 405
Enregistré le : 05 mai 2021 08:32

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Fabi1 »

Le seul objectif est de faire revenir le public’’
Propos recuellis par
David Poisnel


doublon, j'enlève !
Modifié en dernier par Fabi1 le 28 juil. 2022 09:29, modifié 1 fois.
''' tout cramer, pour repartir sur des bases saines""".
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - HAC : « Le seul objectif est de faire revenir le public », annonce le président Jean-Michel Roussier

À l’aube de la reprise du championnat de Ligue 2, le nouvel homme fort du HAC revient sur son premier mois d’exercice, évoque le recrutement effectué et celui à venir, l’utilisation de la data et le défi qu’il a fixé à Luka Elsner et ses joueurs. À la fois simple et complexe : proposer un spectacle apte à garnir les travées du Stade Océane.

Jean-Michel Roussier dit avoir fixé un objectif de contenu plus que de classement à son équipe. «Quand vous faites plaisir à vos supporters, c’est généralement que les résultats sont au rendez-vous», glisse toutefois le président du HAC.

Comme la quasi-totalité des spectateurs du Stade Océane, Jean-Michel Roussier verra pour la toute première fois à l’œuvre le HAC dirigé par Luka Elsner, samedi 30 juillet au soir, à l’occasion de la 1re journée de Ligue 2 face à Grenoble. « Un Covid bien sévère m’a d’abord privé des premiers matches amicaux, puis des rendez-vous que je ne pouvais pas déplacer m’ont empêché d’aller voir les suivants. Sans quoi j’y aurais évidemment assisté. »

Un peu plus d’un mois après son intronisation, l’ancien homme fort de l’OM (1995-1999) et de Nancy (2018-2020) s’exprime en longueur pour la première fois en tant que nouveau patron du club doyen. « Ce que je ne serai amené à faire que lorsque je le jugerai nécessaire, précise-t-il, car je considère que moins un président a à intervenir dans les médias, mieux son club se porte en général. »

Quelles ont été vos priorités depuis votre intronisation le 20 juin dernier ?

« La première a été de mettre en place la nouvelle équipe et de s’atteler au recrutement afin de permettre à Luka de disposer du maximum de joueurs au plus vite. Il m’a aussi fallu prendre connaissance du plus grand nombre de dossiers non directement liés au sportif : le marketing, la sécurité, le stade… Bien comprendre également les relations entre la SASP et l’association. Car même si, dans mon esprit, le club ne fait qu’un, je me dois de prendre en compte le mode de fonctionnement des différentes composantes du club, le centre de formation, l’équipe féminine, le groupe pro… En un mois, tout cela fait déjà pas mal de boulot. »

« Comment je juge ce mercato ? Positif »

La partie la plus visible concerne évidemment le recrutement. Le HAC en est aujourd’hui à sept recrues, six depuis votre nomination (Moussadek avait signé sous l’ère Le Guen). Comment qualifieriez-vous le mercato réalisé jusqu’à présent ?

« Vous oubliez Cornette, non ? Personne ne le compte, mais il ne faisait plus partie de l’effectif. Cela fait donc sept depuis notre arrivée, la huitième étant proche (NDLR : un milieu de terrain venant de l’étranger). On peut également y ajouter les contrats professionnels signés par Ebonog, Kechta, Logbo et Koné, qui sont de vrais choix forts de la part du club. Comment je juge ce mercato ? Positif. Je crois que la cellule de recrutement a su répondre aux attentes de Luka. J’ai entendu quelques réserves à propos de nos recrues. Mais on a quand même pris des joueurs qui ont connu la Ligue 1, des joueurs qui ont connu l’accession. On a un mélange de garçons à plus ou moins fort caractère, c’est ce qu’on voulait. »

Tous sont des éléments en quête de relance.

« Effectivement, mais le fait qu’ils soient arrivés relativement tôt durant la préparation leur permettra de rattraper l’éventuel retard physique qu’ils pourraient accuser en raison du manque de matches disputés ces derniers mois. »

L’autre point commun de ces recrues est qu’elles sont toutes arrivées libres, sans indemnité de transfert.

« C’était l’objectif. »

Parce que la marge de manœuvre financière était étroite ?

« Pas étroite, elle correspond à ce que nous avions convenu avec Vincent (Volpe, le propriétaire) au mois de juin. On avait défini un volume financier global, à nous de voir ensuite comment on souhaitait l’utiliser. On aurait pu faire un seul gros transfert, ce qui aurait évidemment été inutile. On a pris l’option de le répartir sur plusieurs joueurs sans indemnité de transfert. »

« La saison à venir sera très spéciale »

Lors de la conférence de presse présentant le nouvel organigramme, Vincent Volpe avait pourtant répété qu’il serait prêt à mettre la main à la poche si nécessaire.

« Si nécessaire, voilà. Et pour l’instant, je n’ai pas jugé que c’était le cas. Ce qu’il faut bien avoir à l’esprit, c’est que la saison à venir sera très spéciale, puisque totalement déséquilibrée sur le plan économique compte tenu des moyens dont disposent les trois clubs qui descendent de Ligue 1. Saint-Etienne, Metz et Bordeaux ont trois fois le budget du HAC, qui se situe pourtant aux alentours de la 5 ou 6e place en Ligue 2. Entrer dans la surenchère pour tenter de rivaliser avec ces clubs nous aurait menés droit dans le mur. »

Sans aller jusque-là, disposer d’une petite enveloppe de recrutement aurait pu vous offrir davantage de souplesse dans la constitution de l’effectif.

« Aurions-nous pour autant recruter différemment ? Je n’en suis pas sûr. Recruter sans indemnité de transfert ne nous a pas empêchés d’aller chercher des joueurs auxquels il restait une année de contrat en Ligue 1, avec El Hajjam (Troyes) et Desmas (Clermont), ou chez un concurrent de Ligue 2, avec Kitala (Sochaux). Qu’aurions-nous pu faire de plus avec une enveloppe transferts ? Prendre des joueurs à l’étranger, avec une période d’adaptation plus ou moins longue ? Ou des joueurs de Ligue 1 n’ayant jamais mis les pieds en Ligue 2 ? Je ne suis pas convaincu que cela nous aurait servis. L’idée était vraiment de prendre des joueurs qui connaissaient la Ligue 2 et avaient vécu une montée. Là-dessus, le job a été fait. »

« Je ne demanderai pas de rallonge au propriétaire »
Vous ne demanderez donc pas de rallonge au propriétaire d’ici au 1er septembre ?

« Non, je ne lui demanderai pas, parce que cela n’est pas utile. Objectivement, ça ne se justifie pas. »

Les 5,5 M€ (+2 M€ de bonus éventuels) récupérés dans le cadre du transfert d’Isaak Touré à l’OM serviront bien à combler le déficit structurel de la saison dernière ?

« C’est cela, le transfert a été conclu avant le 1er juillet (le 30 juin) afin de clore l’exercice précédent. »

Et si d’autres joueurs venaient à partir, on pense notamment à Richardson, pourriez-vous réinjecter l’argent perçu d’ici la fin août ?

« Aujourd’hui, la question ne se pose absolument pas. Je n’envisage pas de départ entraînant une indemnité de transfert d’ici la fin du mercato. Notamment pour le joueur que vous citez. Notre volonté est de créer de la valeur pour l’avenir, ce que nous pensons avoir fait avec les quatre premiers contrats pros, pas de nous défausser de nos jeunes talents. »

« S’il (Saël Kumbedi Nséké) ne signe pas pro, le club sera pillé »

Un garçon comme Saël Kumbedi Nséké, auquel il ne reste qu’une année de contrat aspirant, risque néanmoins de quitter le club s’il ne signe pas professionnel.

« Nous sommes actuellement en discussions. Il a été formé ici, doit passer son bac ici l’année prochaine… C’est compliqué, il y a beaucoup de monde autour de ce dossier, mais j’ai espoir qu’il reste avec nous. »

S’il ne signe pas pro, il sera vendu ?

« S’il ne signe pas pro, il ne sera pas vendu, le club sera tout simplement pillé. Aujourd’hui, la réglementation fait que le club formateur n’est pas protégé dans ce genre de situation. Je peux vous dire qu’autour, il y a tout un tas de clubs qui n’attendent qu’une chose : savoir si Saël restera ou non encore un peu avec nous. »

« La data et l’analyse ont déjà fonctionné à plein »
Revenons au recrutement : à votre arrivée, il fut beaucoup question de l’utilisation de la data. Celle-ci fut-elle réellement nécessaire pour recruter les joueurs jusqu’ici enrôlés ?

« Bien sûr. Demandez aux joueurs qui nous ont rejoints : tous ont eu droit à un long entretien avec le staff, avec Mathieu (Bodmer, directeur sportif), avec Julien (Momont, analyste jeu et data), qui avait détaillé leurs performances sur X mois ou années, leur utilisation, leurs points forts, leurs points faibles, et la façon dont ils seraient utilisés dans le système de Luka, comment ils seraient intégrés au collectif et ce qu’on attendrait d’eux. Alors d’accord, ce n’est peut-être pas un recrutement tape-à-l’œil, mais je peux vous dire qu’il cache un travail acharné. Je peux comprendre qu’il y ait eu une incompréhension entre le discours et la méthode, mais la data et l’analyse ont déjà fonctionné à plein. Opéri à la Gantoise, il fallait aller le chercher. Le prochain sur la liste aussi, on l’a vu et revu, mais la data a pesé extrêmement lourd dans notre choix. »

Votre cellule de recrutement n’est donc pas trop frustrée du peu de moyens mis à sa disposition ?

« Ils ne me l’ont pas dit en tout cas. (sourire) C’est sûr que si je leur avais annoncé « Tenez, vous avez 10 millions pour vous amuser », ils auraient été heureux, mais les choses étaient claires dès le début, Mathieu avait tous les chiffres. Et le budget qu’on avait défini le 20 juin correspondra à celui utilisé au 1er septembre. Absolument aucun joueur n’a été recruté par défaut. Tous sont le fruit d’une identification précise de la part de la cellule de recrutement. Rappelez-vous ce que j’avais dit lors de la conférence de presse : le but de notre mercato sera de se tromper le moins possible. Je maintiens. Tout a été fait dans cette optique. »

« Si on arrive à faire entre 7 500 et 10 000 de moyenne... »

Sur combien de recrues tablez-vous d’ici la fin du marché estival ?

« C’est difficile à dire, il y en aura possiblement d’autres, mais sans doute faudra-t-il aussi qu’il y ait des départs. Rien n’est figé. Nous allons voir ce que vont donner les premières journées, ce sont aussi les opportunités du mois d’août qui décideront de la fin de notre recrutement. »

En l’état, quel objectif avez-vous assigné à votre entraîneur ?

« Il n’y en a qu’un : faire revenir le public au stade. C’est la seule et unique ambition. Et je ne cherche pas à me cacher en disant cela. C’est celle que j’ai répétée aux joueurs et au staff : faire en sorte de proposer un spectacle apte à donner du plaisir aux gens et ainsi sortir de cette sinistrose dont j’ai beaucoup entendu parler depuis mon arrivée. On me dit également au club que l’affluence s’annonce famélique samedi soir. Dont acte. Si nous sommes capables de proposer un contenu emballant, le bouche-à-oreille fonctionnera et les gens reviendront. Le travail effectué depuis un mois a été mené en ce sens. Il est évident que les résultats entreront en ligne de compte. Mais quand vous faites plaisir à vos supporters, c’est généralement que les résultats sont au rendez-vous. »

À quelle moyenne de spectateurs votre entraîneur aura-t-il réussi sa saison ?

« Si on arrive à faire entre 7 500 et 10 000, alors on aura réussi beaucoup de choses. »

« Le facteur économique n’a pas la même importance en L2 qu’en L1 »

Aucun objectif de classement ?

« C’est impossible, je ne fonctionne pas comme ça. Sportivement, je ne vois aucune équipe au-dessus du lot, je pense que nous n’avons aucun complexe à faire. Mais je le répète, la saison qui s’ouvre est très particulière. Les trois clubs relégués de Ligue 1, les quatre descentes à venir en National, la trève au mois de novembre… C’est un peu l’enfer, ce championnat. Nous verrons déjà où nous nous situerons en octobre-novembre. »

Pour conclure, on a le sentiment que le club aura du mal à connaître un véritable sursaut sans l’arrivée d’un nouvel investisseur, évoquée à demi-mot à votre intronisation le mois dernier. Qu’en pensez-vous ?

« Le sujet n’avait pas été évoqué à demi-mot, c’est simplement qu’il n’était pas d’actualité. L’est-il davantage aujourd’hui ? Seul Vincent (Volpe) est en mesure de vous répondre. Qu’il existe des discussions, Vincent ne s’en est pas caché, mais je n’ai pas davantage d’informations. Ce n’est pas de ma responsabilité. La seule chose que je puisse dire, c’est que le facteur économique n’a pas la même importance en Ligue 2 qu’en Ligue 1. D’accord, des clubs comme Toulouse la saison dernière, ou Lens il y a quelques années, avaient mis les moyens pour monter, mais qui aurait cru qu’Ajaccio allait monter la saison dernière ? Ou qu’Auxerre battrait Saint-Etienne en barrage ? En Ligue 2, les moyens aident, mais ils ne font pas tout. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Diallo au HAC, petite histoire d’un improbable come-back

C’est en venant voir son ami Saphir Taïder s’entraîner à Soquence que le défenseur de bientôt 36 ans a renoué cet été le fil avec son club formateur, celui qui le faisait rêver ado, dont il fut renvoyé il y a tout juste quinze ans. « Pouvoir boucler la boucle ici est une chance incroyable », savoure le Honfleurais.

Vendredi 8 juillet 2022, derrière la main courante du centre technique du Havre AC. « Bonjour, vous êtes journaliste ? » « Oui, et vous ? » « Je suis footballeur, Zakaria Diallo, j’ai joué à Dijon, Lens, Brest… » « Exact, mais que faites-vous ici ? » « Je suis venu voir mon pote Saphir Taïder (NDLR : présent sous les ordres de Luka Elsner en début de préparation), avec qui j’ai joué à Montréal en MLS. Comme je suis d’Honfleur, cela ne fait pas très loin. »

Ainsi avait débuté ce jour-là notre conversation avec ce spectateur peu ordinaire. Laquelle s’était notamment poursuivie sur son expérience en Indian Super League et son attachement au HAC, club fréquenté au milieu des années 2000. Soit au moins deux bonnes raisons d’enregistrer son numéro en vue d’un potentiel sujet futur. Sans imaginer un seul instant que celui-ci nous serait finalement utile bien plus tôt que cela…

De retour à Soquence trois jours plus tard

Trois jours plus tard, Zakaria Diallo était en effet de retour à Soquence. Sur le terrain et en crampons cette fois. À l’essai ? « Oui », répond alors Luka Elsner. « FAUX », tonne quant à lui sur Twitter le joueur, censé retrouver le club indien de NorthEast United au mois d’août. « Mais je n’avais pas encore prolongé là-bas, fait aujourd’hui savoir le défenseur. Quand je suis venu voir Saphir, j’ai croisé Mathieu (Bodmer), avec qui nous avons discuté. Il m’a demandé quelle était ma situation. Derrière, mon agent s’est permis de le relancer, Mathieu lui a dit que mon profil pouvait l’intéresser. »

En quête d’un axial d’expérience à moindre coût, le directeur sportif du HAC entame rapidement des négociations avec le gaillard (1,94 m) aux 159 matches de Ligue 2, promu dans l’élite avec Lens deux ans plus tôt. Sans réussite dans un premier temps. Avant de réactiver la piste en cours de semaine dernière, pour aboutir à la signature d’un contrat d’une saison plus une autre en option, fonction du nombre de matches que le joueur de presque 36 ans disputera au cours des prochains mois.

« Mes idoles s’appelaient Bertin, Diawara, Mansouri... »

« Me voilà Hacman ! », s’enthousiasme le Honfleurais d’origine, en passe de réaliser son rêve d’enfant. « J’allais voir tous les matches à Deschaseaux ! Mes idoles s’appelaient Teddy Bertin, Souleymane Diawara, Yazid Mansouri… Et le blond devant, comment il s’appelait déjà ? Cyrille Pouget ! J’étais fan de tous ces joueurs ! »

Ses qualités de footballeur auraient pu lui permettre de les imiter quelques années plus tôt. Repéré à 17 ans du côté de l’US Quevilly, le jeune défenseur intègre la Cavée Verte en 2004, où il se lie d’amitié avec Kévin Anin (« mon frère ») et franchit les étapes jusqu’à être appelé à l’été 2007 sous les ordres de Jean-Marc Nobilo, à l’aube de ce qui allait être pour le HAC une saison d’exception. Sans Diallo, exclu du groupe en raison d’« un comportement indigne d’un professionnel », ainsi que l’expliquait la Presse Havraise de l’époque. « J’ai fait des bêtises de jeunesse, assume-t-il sans problème. J’étais mal entouré, ce n’était pas comme aujourd’hui où les jeunes ont tous des agents. Les dirigeants ont résilié mon contrat. »

« Je suis loin d’être cramé ! »

Rentré chez lui à Honfleur, Diallo y restera de longs mois sans rejouer au football, avant de retoucher le ballon avec Trouville-Deauville en CFA 2, puis de réussir un essai à Beauvais qui allait lui permettre de s’exposer en National et de convaincre le club belge de Charleroi de lui offrir son tout premier contrat professionnel. À presque 24 ans. « J’ai fait ma carrière depuis », s’enorgueillit celui qui ne s’imaginait pas une seconde « boucler la boucle » au HAC. « C’est une chance incroyable. »

Une relative pression aussi, sous le regard de ses proches, répartis des deux côtés du pont de Normandie. Mais Diallo l’assure : « Je suis loin d’être cramé ! Je sais qu’en Europe, on se pose beaucoup de questions à partir d’un certain âge, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je suis parti au Koweït puis en Inde. Car j’ai encore beaucoup à donner. » Sur le terrain comme en dehors. « Il y a de vraies pépites dans ce vestiaire. Mathieu et le coach comptent sur moi pour les encadrer. Si je peux les aider à ne pas reproduire les bêtises que j’ai moi-même pu commettre… »

Quinze ans après, l’heure est venue pour Zakaria Diallo de rattraper le fil de son histoire avec le Havre AC.

Sans P.I. Ba face à Grenoble

Outre Wahib, qu’on ne reverra pas avant de longs mois (ligaments croisés du genou), Pape Ibnou Ba, tout juste de retour à l’entraînement après en avoir a priori terminé avec les problèmes de dos qui auront « saccagé sa préparation », dixit Luka Elsner, est pour l’instant le seul absent de marque en vue de la reprise du championnat de Ligue 2, samedi 30 juillet 2022 (19 h), face à Grenoble. Les jeunes Gomis (cheville), Ebonog (genou), Samoura (cheville) et Logbo (cheville) – lequel jouera samedi en amical avec la « B » – manqueront également à l’appel.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - HAC : Opéri, toujours en phase d’envol

Latéral gauche porté vers l’avant, l’ancien Castelroussin (25 ans) a signé au HAC afin de poursuivre une progression que son aventure à la Gantoise (D1 belge) n’a qu’à moitié freinée.

On ne sait pas ce qu’il adviendra du HAC dans sa version Roussier – Bodmer – Elsner – El Kharraze – Momont, mais Christopher Opéri restera quoi qu’il arrive comme la toute première recrue enrôlée par cet attelage censé permettre au HAC de retrouver à terme le plus haut niveau. Renouer avec l’élite, c’est également l’ambition affichée par le latéral gauche de 25 ans, engagé pour deux saisons plus une en option (en cas d’accession justement), après avoir brièvement goûté à la 1ère division belge la saison passée.

Peut-être la marche était-elle un peu haute pour le natif d’Abidjan, arrivé en région parisienne à l’âge de 3 ans, entre le bas de tableau de Ligue 2, où il avait passé l’intégralité de l’exercice 2020-2021 avec Châteauroux, et le Top 5 de Jupiler Pro League, au sein d’un club également qualifié en Ligue Europa Conférence. « Cela avait bien commencé, j’ai joué régulièrement jusqu’au mois de septembre, puis le coach m’a utilisé de façon beaucoup plus espacée, une fois par mois, c’était un peu bizarre, raconte Opéri, aperçu au total à 17 reprises (13 titularisations, 1 passe) sous le maillot bleu de La Gantoise, aux côtés d’un certain Tarik Tissoudali, ex-éphémère Hacman (2016-2017) devenu une fine gâchette en Belgique (21 buts la saison passée). Cela restera néanmoins pour moi une expérience intéressante, j’ai découvert la Coupe d’Europe (6 matches), gagné en expérience. »

« J’aime combiner, dédoubler, déborder... »

À l’aller comme au retour, le gaucher était resté sur la touche lors des deux oppositions face au Standard de Liège de Luka Elsner. Mais les deux hommes s’étaient affrontés à l’occasion d’un Châteauroux – Amiens de septembre 2020 (0-0). « Christopher est un joueur qui dégage une vraie puissance, bon défenseur, capable de répéter les efforts dans son couloir et doté d’une bonne qualité de centre », décrit l’entraîneur havrais à propos d’un élément qui avait alors commencé à se bâtir une petite réputation en Ligue 2. « C’était le meilleur joueur de l’équipe avec Chouaref (aujourd’hui à Sion en D1 suisse), assure un confrère de La Nouvelle République. Leur duo faisait des dégâts sur le côté gauche. »

« J’aime combiner, dédoubler, déborder, animer mon couloir », confirme le joueur formé en tant que milieu excentré au Stade Malherbe de Caen, le Brésilien Marcelo en guise de référence. Parmi les éléments les plus utilisés par Elsner durant la préparation, Opéri a déjà laissé entrevoir cette panoplie qui devrait faire de lui un maillon fiable de la défense ciel et marine. Sans avoir toutefois encore délivré de geste décisif, l’un de ses axes de progression évidents (3 buts, 4 passes en près de 100 matches chez les pros). « Ce n’est pas faux, mais les statistiques dépendent aussi de l’attaquant que vous avez devant. Je l’ai moi-même parfois vu délivrer quelques très bons centres qui auraient mérité meilleure finition, témoigne Aldo Angoula, ancien partenaire d’Opéri devenu son directeur sportif à la « Berri ». Je n’ai que du bien à vous dire de lui, poursuit le Havrais d’origine, qui eut notamment à gérer son transfert avorté à Nottingham Forest (Championship) à l’été 2020. Cet épisode l’avait forgé mentalement. »

« On ne s’est pas trompés avec lui »

« Je n’avais aucun doute sur les qualités du footballeur, qu’il va encore développer étant donné son jeune âge. Pour avoir passé du temps dans le même hôtel que lui à notre arrivée, je n’en ai pas non plus sur les qualités du garçon, confie de son côté Mathieu Bodmer, convaincu des chances de réussite de sa première recrue en qualité de directeur sportif. On ne s’est pas trompés avec lui. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : pour le HAC, le renouveau, c’est maintenant !

Le HAC, en version flambant neuve, débutera ce samedi 30 juillet 2022 sa quatorzième saison de rang en Ligue 2. Premier acte espéré fondateur, première pierre d’une relance impérative dans la foulée de quatre années sans saveur, sans émotions : la réception de Grenoble.

Une présidence au visage nouveau, on parle là de Jean-Michel Roussier, un directeur sportif venu épaissir l’organigramme, à savoir Mathieu Bodmer, un numéro 1 du recrutement nommé Mohamed El Kharraze, un successeur de Paul Le Guen en la personne de Luka Elsner, un effectif en cours de régénération, des recrues, pour la majorité, en quête de temps de jeu ou de revanche… En quelques semaines, le Havre AC, propriété d’un Vincent Volpe penché sur le dossier de la possible vente du club, a revisité son trombinoscope. Dans les coulisses, le changement, c’est maintenant.

Cela ne peut toutefois suffire à refaire du club doyen un acteur majeur d’une Ligue 2 au cœur de laquelle le HAC reste scotché depuis l’été 2009. Une décennie et demie, ou presque, traversée au rythme des déceptions successives, tout juste furent-elles entrecoupées de deux pics émotionnels, l’un en ce mois de mai 2016, lorsque l’accession se défila au profit du FC Metz pour un but seulement, l’autre en ce printemps 2018 marqué d’un explosif tour de play-off à Ajaccio.

« Que la première impression soit la bonne »

Adepte d’un style de jeu qui se veut l’ennemi de l’ennui, Luka Elsner, dans l’aspiration de son président (voir notre édition du 28 juillet), entend donc, lui aussi, faire du Stade Océane un antre où se succéderont (enfin !) les fortes vibrations. « Plus que l’aspect tactique, l’idée est effectivement que le public puisse s’identifier à ce que l’équipe dégage sur le terrain. Le premier critère sera donc d’y mettre de l’envie, de l’intensité. Après, il n’y a pas de secret, la connexion avec nos supporters passera par des succès. Il faut donc que la première impression soit la bonne. » Bien meilleure en tout cas qu’à l’occasion d’une campagne de pré-saison qui a suscité l’inquiétude au lendemain des revers concédés face à Amiens (1-4) et Troyes (0-3), avant que l’ultime test, certes perdu devant Dijon (0-1), ne permette au successeur de Paul Le Guen de renouer avec une once de confiance.

Une éclaircie notamment visible au-dessus d’un secteur défensif relooké de façon impressionnante, puisque devant Arthur Desmas, arrivé de Clermont et promu numéro 1, sont alignés Oualid El Hajjam (ex-Troyes), Gautier Lloris (ex-Auxerre) et Christopher Opéri (ex-La Gantoise), en attendant les débuts de Zakaria Diallo (ex-NorthEast Untd, Ind). Seul Arouna Sangante, du haut de ses 20 ans et de ses 33 matches de L2, fait ainsi figure d’ancien de la maison.

Plus léger à la pesée, pour l’instant

Ancien de la maison lui aussi, Victor Lekhal, au seuil de sa dernière année de contrat, enfilera un brassard de capitaine orphelin d’Alexandre Bonnet. Plus qu’un symbole pour un joueur qui se doit de chasser la lassitude des saisons sans enjeu. Pourra-t-il enfin retrouver ce plaisir en partie perdu ?

Si Luka Elsner se veut prudent, lucide quant au fait qu’à la pesée, le HAC ne peut prétendre, en l’état, « boxer dans la catégorie des Saint-Étienne, Paris FC, Metz, Bordeaux, ou encore Caen et Sochaux », le technicien slovène attend de voir son « onze » se confronter à la réalité dans l’espoir d’en dire plus sur la grandeur des ambitions. Celles dont les contours se feront peut-être un peu plus précis lorsque le mercato, tant au niveau des départs (Richardson, A. Ba, Kumbedi Nséké, Thiaré ?) que des arrivées (une ou deux à venir), aura levé tous ses secrets.

Le Havre AC - Grenoble, ce samedi 30 juillet 2022 à 19 h, au Stade Océane
Arbitre : M. Legat.

HAC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Opéri - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 18. Mbemba - 11. Cornette, 14. Thiaré, 9. Kitala.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 3. Kumbedi Nséké, 66. Wam, 31. A. Ba, 8. Kechta, 10. Alioui, 28. Mahmoud, 23. Casimir.

Entraîneur : Luka Elsner.

Absences au HAC : P.I. Ba (dos), Wahib (genou), Gomis (cheville), Ebonog (genou), Samoura (cheville), Logbo (reprise), Diallo, Moussadek, Gomes (choix).

GRENOBLE : 1. Maubleu (cap) - 12. Gaspar, 21. Tchaptchet, 14. Nestor, 20. Gersbach - 70. Touray, 4. Perez, 23. Ngando - 19. Phaëton, 28. P.M. Ba, 2. A. Bamba.

Remplaçants (à choisir parmi) : 30. Salles (g), 29. Paquiez, 33. Isola, 6. Bambock, 15. Jeno, 80. Corréa, 11. Sbaï, 97. J. Tell, 34. Okardi.

Entraîneur : Vincent Hognon.

Absences à Grenoble : Monfray (suspendu), Néry (reprise), Michel, Bunjaku, Anani (choix).

Grenoble déjà en ordre de marche

D’un triplé signé lors de l’ultime journée, il a réglé le sort du Concarnois Fahd El Khoumisti, un temps pisté par le HAC avant de s’engager au Mans (Nat), dans la course au titre de meilleur buteur de National. Il, c’est Pape Meïssa Ba, vingt et une réalisations au compteur en 2021-22 sous le maillot du Red Star, nouvelle tête de gondole du secteur offensif grenoblois.

Un attaquant tout neuf qui en cache un autre, lui aussi fraîchement couché sur l’effectif du GF38, un certain Matthais Phaëton, arrivé de Guingamp dans la foulée d’une saison des plus discrètes en termes d’efficacité (1 but en 22 apparitions).

Clermont et Auxerre dominés

Ajoutez à ce duo le Nîmois Gaëtan Paquiez (latéral droit), lourd de cinquante-sept matches de L1 auxquels s’ajoutent près de cent sorties en L2 (93), mais aussi le Sétois Amine Sbaï, technicien pioché en National, ou encore Saikou Touré (GMB, milieu), déniché en Israël où il évoluait depuis trois ans.

Au sortir d’un exercice 2021-22 on ne peut plus pénible, bouclé avec une marge de quatre points sur QRM (barragiste), les Isérois de Loïc Nestor, dirigés depuis fin décembre par Vincent Hognon, entendent se mettre rapidement dans le sens de la marche. En témoignent leurs deux derniers test-matches, remportés aux dépens de deux écuries taille Ligue 1, à savoir Clermont (1-0) et Auxerre (2-1).

C’est donc en pleine confiance, du moins avec quelques certitudes, que Grenoble se posera ce samedi au Stade Océane, là où le GF38 s’est imposé lors des deux précédentes saisons.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : comme si rien n’avait changé au HAC…

Si les Ciel et Marine ne sont pas sortis totalement bredouilles de cette soirée d’ouverture, ce nul et vierge, concédé ce samedi 30 juillet 2022 au Stade Océane face à Grenoble, n’a laissé filtrer aucune promesse, tant en termes de jeu que d’animation offensive.

Peu servi, mais également peu inspiré, Jamal Thiaré n’a pas eu la moindre occasion franche pour menacer Loïc Nestor et les Grenoblois, symbole d’une attaque havraise en manque d’imagination.

Le dernier quart d’heure était entamé depuis trois minutes, quand soudain, un petit événement vint réveiller le Stade Océane. Lorsqu’Abdoullah Ba, d’un peu moins de vingt mètres, prit pour cible Maubleu, d’une frappe certes écrasée. Mais cadrée ! Oui, enfin le Havre AC trouvait le cadre une première et… dernière fois de cette soirée (78e). Voilà résumé le bilan offensif des Ciel et Marine, auquel peut être associé ce centre de Cornette qui aurait pu permettre à Kitala, arrivé de Sochaux cet été, d’ouvrir le score, si Nestor ne s’était pas jeté pour écarter le danger (76e). Qu’ajouter de plus ? Eh bien rien…

Le spectacle proposé fut aux antipodes des attentes. Dire que les Ciel et Marine n’ont pas donné de leur personne serait mentir, affirmer qu’avec ce « onze » ils ne pouvaient espérer plus que ce score nul et vierge, devant des Grenoblois solides mais peu impressionnants, colle à la réalité. Parce que ce « onze » présentait au coup d’envoi un trio d’attaque sans homme neuf (Cornette, Thiaré et Alioui), parce qu’au cœur du jeu, Elsner tenta, en vain, de faire du neuf avec du « vieux » (Richardson, Lekhal et Mbemba). Parce qu’enfin, outre les défaillances individuelles (Alioui et Cornette), les contours de l’animation offensive furent bien difficiles à apercevoir.

El Hajjam et Desmas, deux bonnes pioches

Les mêmes joueurs, les mêmes effets. Logique. Néanmoins, dans cette brume, deux hommes parvinrent tout de même à démontrer que le HAC ne s’était pas trompé en les attirant dans ses filets. L’ex-Troyen El Hajjam s’est ainsi montré tranchant dans toutes ses interventions sur son couloir droit, étalant tout naturellement son expérience du haut niveau. Autre bonne pioche, l’ancien Clermontois Desmas. Le nouveau numéro 1 du Havre AC a en effet évité le pire aux siens, d’une sortie décisive devant P.M. Ba (44e) et sur une tentative de Corréa (88e). Première réussie. Operi aurait peut-être pu lui aussi sortir du lot, si un problème administratif de dernière minute ne l’avait pas empêché d’effectuer ses débuts au Stade Océane.
Partie remise pour le latéral gauche issu de La Gantoise (Bel), une recrue attendue en action samedi à Valenciennes, quand d’autres sont espérées, le plus rapidement possible, à la signature. Car en l’état, le club doyen ne paraît pas avoir les épaules suffisamment larges pour prendre la bonne aspiration. Et le milieu annoncé prochainement ne suffira pas à rebattre toutes les cartes. Devant, il semble d’ores et déjà impératif d’étoffer la ligne avec un homme si possible redoutable. Kitala pourrait être celui-ci, mais sans doute lui faudra-t-il du temps pour renouer avec le rythme (7 titularisations la saison passée). Casimir se porte-t-il candidat ? Si son entrée en jeu le vit faire preuve d’une once d’audace, s’il provoqua l’expulsion de Perez (88e), il semble bien trop tendre pour ambitionner autre chose qu’un rôle de joker.

Alors oui, le Havre AC ne peut faire l’économie de parler un peu plus fort dans les allées du mercato, et s’il le faut, le président Roussier devra en appeler à Vincent Volpe, afin que le propriétaire du club joigne la parole aux actes, lui qui avait déclaré le 20 juin dernier : « S’il faut rajouter de l’argent, on va en rajouter ». Le moment est venu.

Au Havre, le Havre AC et Grenoble 0 à 0
Arbitre : M. Legat. Spectateurs : 5 388.

Avertissements au HAC : Lekhal (38e), Casimir (72e) ; à Grenoble : Perez (45e+2), Tell (52e), Gaspar (72e)

Expulsion à Grenoble : Perez (89e, 2e av.).

HAC : Desmas - El Hajjam, Sangante, Lloris, Kumbedi Nséké - Richardson, Lekhal (cap), Mbemba (A. Ba, 42e) - Cornette (Kechta, 82e), Thiaré (Casimir, 66e), Alioui (Kitala, 66e).

Entraîneur : Luka Elsner.

GRENOBLE : Maubleu (cap) - Gaspar, Nestor (Paquiez, 82e), Tchaptchet, Gersbach - Perez, Jeno, Ngando (Corréa, 80e) - A. Bamba (Sbaï, 80e), P.M. Ba (Bambock, 90e+1), Tell (Phaëton, 65e).

Entraîneur : Vincent Hognon.

Les notes du HAC :

Desmas (6,5), El Hajjam (6,5), Sangante (5,5), Lloris (5,5), Kumbedi Nséké (5), Richardson (5,5), Lekhal (5), Mbemba (non noté) puis A. Ba (5), Cornette (3,5), Thiaré (4), Alioui (3).

Elsner : « Offensivement, on a été pauvres »

Luka Elsner (entraîneur du HAC) : « Ce match me laisse une impression partagée. Il y a de vrais points de satisfaction, sur la mentalité affichée, l’intensité qu’on a pu parfois imprimer. On a arrêté l’opération portes ouvertes de la préparation. On a concédé deux occasions, le gardien était bien placé. Mais offensivement, on a été pauvres. Il y a des moments où ça aurait pu passer, mais en termes de volume, c’était trop faible. Il y a eu trop de précipitation. Ce match n’a pas réjoui nos supporters, il ne s’est pas passé grand-chose devant le but. Je ne saute pas non plus au plafond… Finir avec si peu de frappes, si peu d’occasions, cela veut dire qu’il faut trouver des solutions. L’absence d’Opéri a été préjudiciable, car durant la préparation, c’est de sa zone que venait la moitié de nos situations offensives. Mais je ne m’échappe pas du constat du soir. »

Vincent Hognon (entraîneur de Grenoble) : « C’est satisfaisant, mais il y avait la place pour mieux faire. En première mi-temps, on a longtemps dominé les débats. Si on avait su aller au bout de nos actions… On a manqué d’un peu de maturité, mais ça reste un bon point. La seule frustration, c’est de n’avoir été mis en danger que sur des contres. C’est la seule façon qu’avait Le Havre de marquer. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC encore en chantier

Les deux points perdus (ou le point pris), samedi 30 juillet 2022 devant de modestes Grenoblois, se présentent en opposition au changement de cap annoncé le 20 juin dernier, lors de la présentation de la nouvelle équipe dirigeante et sportive. Et afin que les paroles deviennent actes, il y a déjà urgence.

Nabil Alioui, comme les autres éléments de l’attaque havraise, n’a pas été très menaçant face aux Grenoblois dans cette première journée.

Au moins, ils savent. Ces quatre-vingt-dix minutes, les premières de la saison, ont (a priori) suffi à mettre la nouvelle direction sportive face à une réalité finalement peu surprenante. Certes, il ne s’agissait que d’une journée d’ouverture. Mais vu d’en haut, ce lever de rideau ressembla bien plus à la trente-neuvième journée d’un exercice 2021-22 traversé sans passion, qu’au premier acte d’un renouveau incarné par l’arrivée du quatuor Roussier - Bodmer - El Kharraze - Elsner. Auquel est associé Julien Momont, réputé comme l’une des pointures françaises ès data.

Pas un euro de plus que pour Le Guen

Des hommes neufs entrés dans la maison HAC, derrière lesquels on ne pourra longtemps nous cacher des négociations quant à la vente du Havre AC. Si tel n’était pas le cas, pourquoi Vincent Volpe aurait-il alors acté ces changements, et ces nouveautés, à l’organigramme du club ? Pour ensuite fermer le robinet à double tour lorsque viennent les négociations sur le marché des transferts ?

Signer un gros chèque pour se séparer de Paul Le Guen et de ses adjoints, tout en s’acquittant de nouveaux salaires (Roussier, Bodmer, El Kharraze, Momont), sans que le projet sportif n’effectue un virage à 90 degrés, serait incompréhensible.

Toutefois, en l’état, force est de reconnaître que Luka Elsner ne bénéficie pas d’un euro de plus que son prédécesseur dans sa quête de renforts. Des joueurs en fin de contrat, des hommes qui résilient leur contrat, tous en quête de rebond, sans parler de Zakaria Diallo (36 ans), venu voir son ami Saphir Taïder se remettre en forme au centre d’entraînement de Soquence et auquel fut tout simplement demandé ce qu’il faisait de ses journées, avant qu’il ne signe. Sans doute le HAC est-il le premier club français à recruter un joueur évoluant en Inde. Une sorte de système D, et finalement pourquoi pas, loin des discours initiaux. Loin également de l’idée qu’il est possible de se faire du travail version data.

Un créateur et des excentrés

Plus d’un mois après la reprise, force est donc de constater que l’effectif du HAC n’a guère évolué. Oui, El Hajjam, latéral droit, semble un cran au-dessus. Sur la base des test-matches, son pendant à gauche, Opéri, posera son empreinte. Mais pour le reste ? Desmas, décisif à deux reprises samedi soir, tire-t-il dans une catégorie bien supérieure à celle de Gorgelin ? Lloris, auteur d’un match solide face à Grenoble, mais au temps de jeu de 62 minutes la saison passée avec Auxerre, est-il en mesure de pallier le départ de Mayembo sur la durée ? Kitala, titularisé à sept reprises en 2021-22 sous le maillot de Sochaux, peut-il sensiblement changer le décor en attaque ?

Les questions sont nombreuses, et les premières réponses ne peuvent nous orienter vers une ère nouvelle. Offensivement, avec les mêmes hommes, du moins ceux alignés samedi au coup d’envoi, il est utopique d’imaginer un nouveau cap. Elsner souhaite s’appuyer sur des excentrés capables de percuter et de faire techniquement la différence, ni Alioui, à gauche, ni Cornette, à droite, n’en ont les qualités. Le changement d’entraîneur n’y pourra rien. Comme ne sert strictement à rien Thiaré dans ce système, lui qui a besoin d’avoir à ses côtés une autre pointe, un buteur, un vrai, pour étaler ses qualités. D’autant qu’au cœur du jeu est toujours attendu un milieu qualifié de créateur. Car à ce jour, le HAC ne dispose d’aucun technicien dans l’entrejeu.

Alors, sauf à ce que le renouveau ne passe par une saison de transition, et donc par une lutte à la survie en Ligue 2 (4 descentes sèches), Roussier et son équipe vont rapidement devoir combler les manques au sein d’un effectif actuellement taillé pour jouer le simple maintien. À moins qu’il ne s’agisse du seul objectif.

Trois questions à Oualid El Hajjam

Quel sentiment vous laisse ce premier acte de la saison ?

« Rassuré et satisfait par rapport aux matches amicaux. On a montré un bel esprit d’équipe, on a fait les efforts les uns pour les autres, c’est une très bonne base de travail. Maintenant, offensivement, on a essayé de créer quelques mouvements, mais face à des joueurs qui ont l’habitude de jouer ensemble, qui défendent bas, ce n’est jamais évident. On savait que Grenoble était très fort en contre et, sur un premier match, il n’est pas évident de trop se découvrir. Après, il faut aussi retenir le fait que pour la première fois depuis la reprise, nous n’avons pas encaissé de buts (NDLR : 11 buts concédés lors des 5 matches de préparation). Il n’en reste pas moins que nous sommes frustrés de ne pas avoir remporté ce premier match. Mais il faut que l’on reste humbles et modestes. Il y a encore pas mal de choses à améliorer. »

Ne pouvait-on pas espérer une intensité plus forte, une prise de risques plus grande ?

« Souvent, le premier match de la saison est fermé. Les équipes s’observent. Grenoble a souvent profité de nos offensives pour nous contrer. Et je peux vous dire qu’avec les sprinteurs qu’elle a devant, cette équipe va casser la tête à pas mal de monde cette saison. Alors selon moi, même si le compétiteur que je suis n’est pas satisfait, ce point me semble cohérent. »

Vous avez été élu comme le Hacman de cette première journée. Avez-vous, vous aussi, l’impression d’avoir signé un match plein ?

« Peut-être… Mais je suis si exigeant avec moi-même que j’ai toujours envie d’en faire encore plus pour l’équipe. J’ai donné le maximum en tenant à apporter mon expérience aux très bons jeunes de ce groupe. À l’image de Saël (Kumbedi Nséké), qui n’était pas prévu au départ et qui a fait un très bon match (NDLR : non qualifié, Opéri n’a pu être aligné au coup d’envoi). Comme tout le monde, les jeunes sont capables de faire beaucoup plus et de régaler le public. C’est notre objectif. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Richardson à Reims puis… au HAC ?

Révélation de la première partie de la saison dernière sous le maillot du Havre AC, Amir Richardson figure depuis quelques semaines sur les tablettes du Stade de Reims, pensionnaire de Ligue 1. Un possible transfert qui pourrait être suivi d’un prêt au HAC.

Pisté par le Stade de Reims, Amir Richardson pourrait prochainement s’engager avec le pensionnaire de Ligue 1, avant d’être prêté au Havre AC jusqu’en juin 2023.

Qu’il soit pisté par le Stade de Reims, voilà qui n’est plus une information toute fraîche. Trois ans après son arrivée du centre de formation de l’OGC Nice, Amir Richardson (20 ans) revient donc sur les tablettes des clubs de l’élite. Du moins l’un d’entre eux.

Apparu à trente-trois reprises la saison dernière (pour 25 titularisations), crédité d’une première partie de saison 2021-22 tout simplement canon, le Franco-Maroco-Américain se trouve ainsi aujourd’hui au pied d’un tremplin.

Sous contrat jusqu’en 2024

À 20 ans et sept sélections en équipe de France U20, le natif d’Antibes, milieu de terrain de 195 centimètres sous la toise, pourrait néanmoins patienter quelques mois avant de côtoyer l’élite.

En effet, si le Stade de Reims devrait prochainement transmettre une offre afin de verrouiller un joueur actuellement lié au club doyen jusqu’en juin 2024, il se dit que les Rémois ne seraient pas opposés à l’idée de prêter cette saison Richardson au… Havre AC. Affaire à suivre.
Avatar du membre
Maley
National
National
Messages : 693
Enregistré le : 29 avr. 2021 11:37

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Maley »

Article FOOT NORMAND ©Damien Deslandes

Le directeur sportif du club doyen fait le point sur le marché des transferts
DATA, RÉSEAU, FORMATION : LE MERCATO DU HAC SELON MATHIEU BODMER

L'utilisation de la Data ainsi que de son réseau, le départ de Fernand Mayembo, l'avenir des jeunes Amir Richardson, Abdoullah Ba et Saël Kumbedi Nséké... Directeur sportif du HAC depuis la fin juin, Mathieu Bodmer évoque quelques dossiers chaud du mercato « Ciel et Marine ».

Alors qu'il a engagé son ex-partenaire Gautier Lloris, Mathieu Bodmer a dû gérer le départ de Fernand Mayembo. D'autres dossiers attendent le DS Havrais à l'image de l'avenir d'Abdoullah Ba. ©Damien DeslandesAlors qu'il a engagé son ex-partenaire Gautier Lloris, Mathieu Bodmer a dû gérer le départ de Fernand Mayembo. D'autres dossiers attendent le DS Havrais à l'image de l'avenir d'Abdoullah Ba.

Avant la Data, le réseau de Mathieu Bodmer
Data. En évoquant le mercato du HAC, ce terme revient systématiquement chez les supporters, journalistes et observateurs des « Ciel et Marine ». Il faut dire qu’avec la présence de Julien Momont, responsable de toute la partie analyse et spécialiste de la question, dans le staff de Mathieu Bodmer, il en a été énormément question lors de l’intronisation de la nouvelle équipe dirigeante. Et quand on parle de Data, le grand public s’attend à voir débarquer un milieu croate évoluant en D2 danoise, censé devenir une future pépite. On vous l’accorde, on caricature un peu le trait… Mais quand les fans havrais ont découvert l’identité des premières recrues du club doyen, on a senti comme une pointe de déception.

"QUAND TU ARRIVES QUATRE JOURS AVANT LA REPRISE, TU ES OBLIGÉ D'EFFECTUER UN RECRUTEMENT « D’URGENCE »"

"Il s’est raconté énormément de choses autour de la Data mais je peux vous assurer qu’on va en mettre beaucoup de procédures en place", lance le directeur sportif du HAC. "Mais quand tu arrives le 20 juin, avec une reprise quatre jours plus tard, tu es obligé d’effectuer un mercato « d’urgence ». Il faut aller vite. Et dans ces conditions, tu fais fonctionner ton réseau (ainsi que celui du recruteur Mohamed El Kharraze)". Exemple : Gautier Lloris, Oualid El Hajjam ou encore Quentin Cornette, dans le cadre de sa prolongation, ils partagent tous le point commun d’être d’anciens coéquipiers de Mathieu Bodmer (à Nice pour le premier cité, à Amiens pour les deux autrs).

"Avec ces joueurs, on a passé du temps ensemble dans le vestiaire. Forcément, quand tu les contacte, la relation est différente par rapport à un autre dirigeant qui ne les connaîtrait pas". Surtout que le nouveau patron sportif des « Ciel et Marine » a dû composer, comme son prédécesseur, Paul Le Guen, avec des moyens financiers limités. "Pour tous les joueurs qui sont arrivés, ça nous a coûté 0 €. Pourtant, la plupart était sous contrat. Il a fallu réaliser un petit tour de magie pour qu’ils signent chez nous". Des éléments qui ont tous signés pour deux années avec une troisième en option en cas de montée en Ligue 1 à l’exception de Yann Kitala (trois ans) et Zakario Diallo (une année + une deuxième en option).

La Data, un outil pour faire (aussi) signer des joueurs
Même si Mathieu Bodmer a pioché abondamment dans son réseau, la Data n’a, bien entendu, pas été absente du recrutement havrais. "Elle a souvent confirmé nos choix initiaux", souligne le directeur sportif du HAC. "Sur Arthur Desmas, on a analysé toute sa saison de Ligue 2 quand il est monté avec Clermont (en 2021) : ses clean sheet, avec quelle défense il jouait, dans quel style de jeu ?", énumère-t-il. Pourtant, son exercice précédent, en L1, fut plus compliqué avec 15 titularisations et un statut de n°1 perdu au profit d’Ouparine Djoco. "Il peut y avoir une question de mental, de concurrence, de différence de jeu entre les deux championnats mais nous, ce qu’on a retenu, c’est qu’il avait été déjà performant en Ligue 2 et qu’il est capable de le reproduire. Et puis, comme je l’ai expliqué à mon président, s’il avait fait 35 matches en Ligue 1 la saison passée, il ne serait pas chez nous". Il est vrai que durant ce mercato, le HAC a ciblé beaucoup d'éléments cherchant à relancer leur carrière.

Pour en revenir à cette fameuse Data, elle ne sert pas uniquement à repérer de potentielles futures recrues mais également à les convaincre de les signer. "Avec chaque joueur que l’on souhaite engager, on organise une visio en présence du coach (Luka Elsner). A chaque fois, il y a une présentation du joueur en question réalisée par Julien (Momont)", explique Mathieu Bodmer. Une présentation, aux yeux du DS Havrais, décisive pour obtenir l’accord de l’élément ciblé. "On lui montre comment on veut jouer, quels sont ses points forts, ses points faibles, comment on va le développer pour qu’il franchisse des paliers. Le joueur n’y est pas insensible. Par exemple, j’avais adoré la présentation sur Yann Kitala. Je pense que ça a compté dans son choix. Il était presque étonné qu’on le connaisse aussi bien. On a étudié une trentaine de ses matches".

Comme toutes les recrues du HAC, Yann Kitala a eu droit à un entretien visio où tout son jeu a été décortiqué avant de signer en faveur du club doyen. ©Damien Deslandes

"J’espère que Saël continuera sa progression chez nous, qu’on constituera une rampe de lancement pour sa future carrière"
Après avoir sécurisé de nombreux joueurs issus de La Cavée Verte (Mohamed Koné, Simon Ebonog, Elysée Logbo…), le HAC va devoir se pencher de très près sur le cas de Saël Kumbedi Nséké (17 ans). "C’est vrai que sa situation est un peu compliquée car il est sous simple contrat aspirant (jusqu’en juin 2023)", reconnaît Mathieu Bodmer. Surtout le statut du latéral droit a changé depuis le sacre de l’équipe de France à l’Euro U17, début juin. Une compétition au cours de laquelle il s’est signalé en claquant un doublé en finale.

"Il joue à un poste qui est très recherché. Quand vous regardez les différentes équipes de France, des jeunes jusqu’aux A, il n’y en a pas toujours un". Néanmoins, le directeur sportif se veut confiant sur la suite de ce dossier. "On a une bonne relation avec lui, sa famille, ses conseillers… On va essayer de trouver un terrain d’entente qui satisfasse tout le monde, dans l’intérêt de la progression du garçon, que le joueur soit valorisé à sa juste valeur".

Fernand Mayembo, un départ qui passe mal
Difficile de résister aux sirènes de la Ligue 1. Le HAC en a fait l’expérience avec Fernand Mayembo. Malgré une dernière saison perturbée par les pépins physiques, l’international congolais (26 ans) était devenu depuis deux ans le patron de la défense havraise. Des performances qui ont attiré l’attention de l’AC Ajaccio, promu en première division. "Féfé a été franc avec nous depuis le début. Il nous a expliqué que ça n’avait rien à voir avec nous mais qu’il voulait partir pour découvrir la Ligue 1 ainsi que pour des raisons personnelles", rapporte Mathieu Bodmer.

"LA SITUATION ÉTAIT BLOQUÉE DEPUIS UN MOIS. SON DÉPART VA NOUS PERMETTRE DE FAIRE SIGNER DEUX JOUEURS"
Des raisons qui s’entendent parfaitement. Pourtant, ce départ est difficile à digérer pour les supporters « Ciel et Marine ». Tout d’abord, en raison de la destination de leur ex-défenseur ; l’ACA étant devenu à leurs yeux « l’ennemi » du club doyen depuis ce triste barrage, un soir de mai 2018. Ensuite, à cause de la faiblesse de l’indemnité de transfert : 300 000 € selon L’Equipe. Il faut dire que Fernand Mayembo avait quasiment été acheté le triple il y a quatre ans à Grenoble (800 000 €). Par ailleurs, le solide arrière central disposait encore de deux années de contrat avec le HAC.

"Par rapport au départ de Féfé (dont le montant n’a pas été confirmé), déjà, il y a d’éventuels bonus qui pourraient s’ajouter. Ensuite, il faut prendre compte que Féfé a souvent été blessé ces dernières saisons. C’est à prendre en compte dans les négociations. Et puis, il était arrivé en 2016, son transfert de l’époque est amorti", estime le DS des « Ciel et Marine ». Une vente que le dirigeant havrais estimait nécessaire pour faire avancer le recrutement. "La situation était bloquée depuis un mois. Il fallait trouver une solution. Ce départ va nous permettre de faire signer deux joueurs". Le premier, Zakaria Diallo, son remplaçant numérique, et le second, ce milieu de terrain étranger, censé apporter de l’impact physique. Il devrait s’engager dans les prochains jours. Par contre, le directeur sportif du club doyen a prévenu que des renforts supplémentaires sont conditionnés à des départs.

Quel avenir pour Amir Richardson et Abdoullah Ba ?
Alors qu’Isaak Touré a été vendu, à un an du terme de son contrat, à Marseille contre 6 M€, auxquels s’ajoutent d’éventuels bonus (une somme qui a contribué à équilibrer les comptes de l’exercice 2021-2022), deux autres espoirs du HAC pourraient faire leurs valises durant ce mercato, Abdoullah Ba et Amir Richardson, respectivement liés à leur club formateur jusqu’en 2023 et 2024. "Je ne doute pas qu’à un moment, on aura des coups de fil car ce sont des garçons talentueux, mais moi, je souhaite garder les deux", ne cache pas Mathieu Bodmer. "Maintenant, est-ce que ça sera possible ? Ça va dépendre des offres, de la volonté des joueurs*".

A l’image de nombreux « écuries » en France, surtout en deuxième division, Le Havre est partagé entre l’intérêt économique et l’enjeu sportif. "Il ne faut pas se tromper dans le timing, pour nous comme pour eux. Il faut qu’ils partent quand ils sont prêts. Est-ce que parfois, ce n’est pas mieux de faire une saison supplémentaire en Ligue 2, afin de mieux exploser derrière", souligne le directeur sportif. Reste à savoir si les principaux intéressés sont d’accord avec cet avis.

*Nos confrères de Paris-Normandie ont rappelé l’intérêt de Reims pour Amir Richardson qui pourrait se matérialiser par un transfert suivi d’un prêt dans la foulée dans son club formateur.

Selon Paris-Normandie, Amir Richardson pourrait être transféré à Reims (L1) puis prêté dans la foulée au HAC.

©Damien Deslandes

Le mercato du HAC
> Arrivées : Arthur Desmas (Clermont, L1), Gautier Lloris (Auxerre, L2, l), Oualid El Hajjam (Troyes, L1), Djamal Moussadek (Le Mans, N1), Christopher Opéri (La Gantoise, BEL), Yann Kitala (Sochaux, L2), Zakaria Diallo, Yassine Kechta (pc*), Elysée Logbo (pc), Mohamed Koné (pc), Simon Ebonog (pc).

*premier contrat professionnel.

> Départs : Yahia Fofana (Angers, L1, fc), Himad Abdelli (Angers, L1, fc), Alexandre Bonnet (Quevilly-Rouen, L2, fc), Jean-Pascal Fontaine (JS Saint-Pierre, La Réunion, fc), Pierre Gibaud (Versailles, N1, fc), Ayman Ben Mohamed (fc), Fernand Mayembo (AC Ajaccio, L1), Isaak Touré (Marseille, L1), Thierno Baldé (Paris SG, L1, rp), Ismaël Boura (Lens, L1, rp), Matthis Abline (Rennes, L1, rp).
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 336
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Lys Mousset de passage au HAC en attendant un nouveau point de chute

Ancien attaquant de Bournemouth, de Sheffield United (Angleterre) et de la Salernitana (Italie), Lys Mousset, parti du HAC il y a six ans, se prépare toujours sur les pelouses du centre d’entraînement de Soquence, dans l’attente d’un nouveau point de chute. De préférence à l’étranger.

Un fantasme. « Je sais que certains prient pour que je ne trouve rien d’ici la fin du mercato », lance Lys Mousset (26 ans) dans un large sourire. Sa simple présence quotidienne sous les ordres de Luka Elsner suffit en effet à nourrir un espoir un peu fou. Celui de revoir très prochainement sous le maillot du HAC une « pointe » qui avait percé de nombreuses défenses de Ligue 2 lors de la saison 2015-2016 (14 buts en 28 matches). De retrouver dès cette saison au Stade Océane ce « gamin » de Caucriauville peut-être parti un peu trop tôt tenter sa chance de l’autre côté de la Manche. À Bournemouth très précisément, en échange de 7 M€.

Non pas que le talent lui manquait mais, mentalement, il ne semblait pas encore suffisamment mûr pour affronter la dure loi de la Premier League. « J’ai effectivement loupé un truc, concède-t-il. En arrivant en Angleterre, je n’ai pas suffisamment pris conscience que les mauvaises habitudes que j’avais au HAC ne passeraient plus. Au Havre, j’étais chez moi, si j’arrivais en retard à l’entraînement, ça passait. En Angleterre, une minute de retard, c’est déjà trop. Au final, par manque de sérieux, je n’ai pas eu la carrière que j’espérais en Premier League. »

« Il est temps de remettre les pendules à l’heure »

La « PL », ce championnat qu’il aurait pu quitter six mois seulement après arrivée à Bournemouth, où il n’aura été titularisé qu’à huit reprises en trois saisons, pour trois buts au compteur. « En janvier 2017, l’OM a proposé un prêt avec option d’achat à 10 M€. Et là, l’entraîneur de Bournemouth (NDLR : Eddie Howe, aujourd’hui à Newcastle) a refusé. Il ne me faisait pas jouer, mais à chaque fois qu’une offre de prêt arrivait au club, il disait non. Il avait une dent contre moi. »

Six ans après son départ pour la côte sud de l’Angleterre, Mousset hume donc de nouveau l’air du Havre, et du HAC. Une simple parenthèse ouverte dans la foulée d’une demi-saison vécue en Série A sous le maillot de la Salernitana de Franck Ribéry, sur fond de prêt. « J’ai adoré l’Italie, mais mon passage a été gâché par de nombreuses blessures. » Deux titularisations, aucun but, bien peu pour un joueur qui aspirait à se relancer après dix-huit mois pénibles à Sheffield United, d’abord en Premier League (11 apparitions, 0 but) puis en Championship (7 apparitions, 3 buts). « J’aimais ce club, ses supporters, mais la ville… c’est sombre, triste. Et puis avec l’entraîneur, ça ne passait pas. »

Reste à savoir quel coach parviendra désormais à refaire de l’ex-Havrais un redoutable finisseur. Car lui-même l’avoue : « Il est temps de repartir de zéro, de remettre les pendules à l’heure. Actuellement, je discute avec plusieurs clubs, dont les Allemands de Bochum. Ça devrait se débloquer prochainement et ce sera à l’étranger. »

Puis viendra peut-être le temps de boucler la boucle, « d’ici quatre à cinq ans », en ciel et marine. « Parce que c’est chez moi et que je me vois bien y revenir un jour. J’ai encore en travers de la gorge cette saison 2015-2016 où nous ne sommes pas montés. J’ai une revanche à prendre par rapport à ça. Mais pas maintenant. »

En bref… En bref…

Une offre pour Richardson

Comme annoncé, Amir Richardson (20 ans) devrait très prochainement s’engager en faveur du Stade de Reims (L1), avant d’être prêté dans la foulée au HAC. Une première offre des Rémois aurait ainsi été transmise aux dirigeants havrais, offre dont le montant n’a pas été communiqué. Le Havre AC attend aux alentours de 3 M€ pour sceller la vente du milieu de terrain international U20.

Feu vert pour Operi

Contraint de rester samedi soir dernier en tribune, et ce en raison d’un problème administratif, Christopher Operi, l’ex-défenseur de la Gantoise (Belgique), a vu son dossier être enfin bouclé. Le certificat international de transfert a en effet été transmis au HAC en ce début de semaine. Les débuts du latéral gauche en ciel et marine sont ainsi attendus samedi, sur la pelouse de Valenciennes.

Mbemba incertain

Sorti peu avant la mi-temps lors de la réception de Grenoble (0-0), Nolan Mbemba, touché aux ischios, devrait très certainement faire une croix sur le voyage à Valenciennes, à l’occasion de la deuxième journée.

Avec P.I. Ba face à VA ?

Bloqué à l’infirmerie durant deux semaines, P.I. Ba, touché au dos lors de la préparation, a signé son retour à l’entraînement. Peut-être même l’international mauritanien pourrait-il prétendre intégrer le groupe des « 18 » retenus pour le duel avec Valenciennes samedi. Elysée Logbo, attaquant de 18 ans, a lui aussi repris une activité normale après avoir dû soigner une cheville capricieuse.
Avatar du membre
Maley
National
National
Messages : 693
Enregistré le : 29 avr. 2021 11:37

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Maley »


« VOULOIR QUE LE SPEAKER SOIT UN SIMPLE MAÎTRE DE CÉRÉMONIE, C’EST UN PEU DÉPASSÉ »


Speaker du Havre AC depuis 2015, Pierre Pissavy-Yvernault a vu sa collaboration avec le club doyen s’arrêter à l’aube de la saison 2022-23. En cause, notamment, son comportement micro en main, jugé trop passionné. Une décision difficile à digérer pour ce fervent supporter des Normands, qui revient sur cette rupture douloureuse et évoque sa vision du métier.

PROPOS RECUEILLIS PAR RAPHAËL BROSSE JEUDI 4 AOÛT

Pierre Pissavy-Yvernault : « Vouloir que le speaker soit un simple maître de cérémonie, c’est un peu dépassé »
Comment t’es-tu retrouvé speaker du Havre AC ?
J’ai commencé en 2015. Je connaissais très bien le speaker de l’époque, un ami, qui m’a un jour proposé de lui succéder. Il savait que j’étais fan du HAC depuis ma plus tendre enfance et qu’en tant que journaliste radio, je pouvais faire l’affaire. À ce moment-là, je vivais à Montpellier, mais j’avais une petite envie d’autre chose, alors j’ai foncé. J’ai passé des essais dans un stade vide, j’ai été retenu et c’était parti. Ça me faisait vraiment plaisir de revenir, d’être impliqué dans mon club de cœur.

Qu’est-ce que ça représentait, en termes de charge de travail ?
Très sincèrement, je ne préparais pas vraiment mes matchs. Je me contentais de suivre l’actualité du club au fil de la semaine, pour mon propre plaisir. Je devais arriver au stade deux heures avant le coup d’envoi, pour assister à une réunion avec les délégués de la Ligue. Ensuite, je découvrais le conducteur de la soirée, avec les animations prévues, le timing, s’il y avait ou non une minute de silence… J’en profitais aussi pour aller saluer les supporters. J’étais payé 270 euros par match.

Cette activité est venue s’ajouter à ton métier de journaliste. Finalement, être speaker, c’était ton passe-temps du week-end ou bien plus que ça ?
Être speaker, je savais que ça pouvait me plaire. C’est un job qui m’a toujours fasciné, avec cette possibilité de fouler la pelouse et d’haranguer la foule. Mais être speaker au HAC, ça représentait bien plus. Là, on rentrait dans la dimension affective, ce qui avait bien plus de sens pour moi. Je voulais faire rêver les gens à mon tour.

« Je vivais le match à fond, même si je ne pense pas avoir été le speaker le plus exalté de l’Hexagone. »

Quand as-tu appris que le club comptait mettre un terme à votre collaboration ?
Un représentant du club m’a appelé mi-juillet. Il m’a parlé pendant 45 minutes de la nouvelle direction, du futur. Puis m’a annoncé qu’on ne continuerait pas à bosser ensemble.

Pour quelles raisons ?
Apparemment, certains membres du club et de la Ligue s’étaient parfois plaints de mon comportement sur le terrain. C’est vrai que j’avais un comportement de passionné. Je vivais le match à fond, sans cacher mes émotions, même si je ne pense pas avoir été le speaker le plus exalté de l’Hexagone. Et puis, les dirigeants préféraient se tourner vers quelqu’un de plus inclusif. Eux trouvaient que je parlais trop au kop et pas assez au reste du stade, ce dont je n’avais pas l’impression.

Tu ne t’adressais donc pas à tout le monde ?
Selon eux, non. Effectivement, quand j’annonçais la composition d’équipe, je me tournais vers le kop, car c’est là qu’on nous répond. C’est chez les ultras qu’il y a l’ambiance, l’étincelle à allumer pour qu’ils puissent prendre le relais. Mais la direction voulait quelqu’un qui s’adresse davantage à un public plus spectateur, plus familial. C’est comme ça, et je ne cache pas que ça a été une surprise totale pour moi .

« Aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est plus cohérent de se tourner vers des personnes portées par leur passion. »

Tu le comprends, ce reproche d’être trop « passionné » ?
Oui, même si je remarque qu’à Lens, on a embauché il y a un an l’ancien capo des Red Tigers comme speaker. Ce type, on sait qu’il est complètement passionné, et le message envoyé vis-à-vis des supporters du Racing est hyper intéressant. Cette stratégie me parle, c’est comme ça que je vois le métier. Vouloir que le speaker soit un simple maître de cérémonie, c’est un peu dépassé. Aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est plus cohérent de se tourner vers des personnes portées par leur passion.
Sur les réseaux sociaux, beaucoup de fans havrais semblent regretter la décision de la direction. Tu te sentais proche d’eux ?
La plupart, ce sont des gens que je vois depuis plus de vingt ans dans les travées du stade. J’ai moi-même été abonné dans le kop, et j’ai évidemment gardé certaines relations. Surtout, je voulais que les supporters sachent que je pouvais être l’un de leurs relais auprès du club. En fait, je me voyais comme un canal de communication entre les deux. Grâce à leurs retours, on réajustait quelques petits détails, comme le retour d’une musique d’avant-match qu’ils aimaient beaucoup. D’ailleurs, j’ai été très touché par leurs récents messages de soutien. C’est peut-être la preuve que mes animations leur plaisaient. J’ai donné le meilleur de moi-même pendant sept ans, et ils l’ont bien vu.


À Toulouse, l’ancien speaker Jacques Bréda a été remercié de manière surprenante en 2017, après 22 années passées micro en mains, ce qui avait suscité désarroi et désapprobation de nombreux supporters. On a l’impression que les tribunes tiennent à la voix qui les accompagne les soirs de match…
Au stade, il y a des petits repères qui font partie intégrante d’une soirée football. La voix du speaker en est un. C’est une voix familière, habituelle, à laquelle les clubs accordent une grande importance. Et inévitablement, les gens finissent par s’attacher à cette voix. Ce gars a passé 22 ans au micro, ce qui veut dire que plusieurs générations de supporters toulousains l’ont connu. C’est quand même beau !

« Je me suis beaucoup remis en question pendant la période des huis-clos, je n’en pouvais plus de parler à des tribunes vides. »

Toi qui aimes le lien avec les supporters, comment as-tu vécu les huis clos imposés par la situation sanitaire ?
C’était horrible. Mon travail n’avait plus aucun sens. On était juste là pour faire comprendre aux joueurs, inconsciemment, qu’ils n’étaient pas dans un match amical de pré-saison. Moi, j’y allais complètement à reculons. J’ai trouvé ça extrêmement long, d’une tristesse sans nom. Je me suis beaucoup remis en question pendant cette période, je n’en pouvais plus de parler à des tribunes vides. On devait haranguer la foule alors qu’il n’y avait personne. C’était complètement ridicule.

Tu continueras à suivre Le Havre comme si de rien n’était ou tu penses avoir besoin de couper, prendre tes distances ?
Là, j’ai besoin de prendre mes distances. J’étais au Havre samedi dernier, mais je ne suis pas allé au stade (0-0 face à Grenoble, NDLR). J’ai été déçu de voir cette aventure s’arrêter, mais ma passion pour le HAC dépasse tout ça. Le club m’a gentiment assuré que je serais invité pour quelques matchs. J’ai toutefois préféré décliner et me retrouver avec mes amis dans le kop, pour supporter l’équipe comme je l’ai toujours fait. Je vais bientôt revenir, car je ne peux pas rester loin de mon club bien longtemps.

PROPOS RECUEILLIS PAR RAPHAËL BROSSE
Sofoot.com
Répondre