[REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Forum infohac.com - Réagissez sur les résultats et sur l'actualité du Havre Athletic Club, venez discuter HAC et Football entre supporters et participer aux débats, sondages, coups de gueule...
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : le Havre AC part à la recherche d’un défenseur

En marge de la préparation du rendez-vous à Diochon, samedi 5 novembre 2022, et du face-à-face avec Quevilly Rouen Métropole, le Havre AC s’est mis en quête d’un défenseur central, suite au départ soudain de Zakaria Diallo.

Luka Elsner, ici à côté de son adjoint Serge Costa, entend rapidement pouvoir s’appuyer sur un défenseur central flambant neuf

C’est donc l’un des rares paris perdus. Une main tendue que Zakaria Diallo n’a pas saisie. Une occasion rêvée, pour lui le Honfleurais, de boucler la boucle au sein de son club formateur, près des siens. À 36 ans, dans la foulée d’une expérience vécue au sein du championnat indien (NorthEast United), le défenseur central (4 apparitions) a donc tourné le dos au HAC, trois mois après s’y être engagé jusqu’en juin 2023.

Et ce, à l’aube du 7e tour de Coupe de France, cette échéance à Alençon (N3) qu’il devait honorer d’une présence dans le « onze » de départ. « Pendant trois jours, on a bossé avec lui, explique Luka Elsner. Ce match, il devait le jouer et il nous a plantés la veille. » Lundi, tombait alors l’annonce de la résiliation de son contrat, pour raison(s) personnelle(s).

« On est un peu sous pression »

Privé d’Arouna Sangante et de Gautier Lloris, l’entraîneur havrais dut ainsi revoir son dispositif au tout dernier moment. Sans jamais que ce dernier ne se retranche derrière ce contretemps pour excuser l’élimination (3-3, 3 t.a.b. à 5). Néanmoins, la décision de Diallo n’est pas sans mettre dans l’embarras le technicien slovène, démuni d’une rotation, qui plus est d’expérience (226 matches pros), dans l’axe de sa défense. Cette charnière au cœur de laquelle Djamal Moussadek a souffert sur la pelouse d’Alençon, alors qu’il faudra peut-être encore un peu de temps afin que Terence Kongolo renoue avec son meilleur niveau.

Le HAC s’est donc lancé depuis plusieurs jours à la recherche d’un nouvel axial, droitier de préférence. Et plus vite la pioche sera faite, mieux ce sera. « Il y a des pistes, assure Mathieu Bodmer. Et ce ne sera pas un prêt. En Ligue 1, des joueurs qui jouent peu ou pas pourraient prochainement résilier leur contrat. Maintenant, va-t-on vers un jeune défenseur ? Ou choisit-on un joueur expérimenté ? On n’a pas encore tout à faire arrêter notre décision. Mais une chose est certaine, il faut vite remplacer « Zak », car on est un peu sous pression. »

Sous pression, parce qu’Arouna Sangante reste sous la menace d’une suspension, face à Bordeaux (le 26 décembre) ou le Paris FC (le 30 décembre), s’il venait à être averti samedi devant QRM, ou le 12 novembre sur la pelouse de Guingamp. Elsner aimerait ainsi profiter de la trêve Qatar pour intégrer au mieux la recrue espérée. Tout en croisant les doigts afin que ni Sangante, ni Lloris, ne se blessent avant l’une des deux dernières journées de l’automne.

Des retours et des incertitudes

Quelle équipe se présentera face à des Quevillo-Rouennais eux aussi sortis de la Coupe de France par la petite porte, à Aubervilliers (N3) ? Si en défense, les bonnes nouvelles se succèdent, puisque Gautier Lloris, Arouna Sangante et Oualid El Hajjam, forfaits à Alençon, signeront leur retour, sur la ligne offensive, ça pourrait se compliquer. Malades, Quentin Cornette et Jamal Thiaré sont en effet jugés incertains, tout comme Ylan Gomes, touché au pied. Rappelons que l’attaque havraise doit actuellement se passer des services de Yann Kitala, blessé. Une absence, actée depuis deux semaines déjà, à laquelle s’ajoute celle de Yassine Kechta, suspendu.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Alexandre Bonnet ratera les retrouvailles avec le HAC, dont il ne souhaite plus parler

Quelques mois après avoir refermé une parenthèse longue de treize saisons avec le Havre AC l’été dernier, le milieu de terrain de QRM Alexandre Bonnet manquera les retrouvailles avec son ancien club samedi 5 novembre 2022. Club dont il ne souhaite d’ailleurs plus parler, pour le moment en tout cas.

Alexandre Bonnet n’aura pas l’occasion d’affronter le HAC, son ancien club, le samedi 5 novembre 2022.

Alexandre Bonnet n’aura pas l’occasion d’affronter certains de ses anciens partenaires samedi 5 novembre 2022 au stade Diochon. En délicatesse avec ses adducteurs, le milieu de terrain de 36 ans devrait ainsi être contraint de faire l’impasse sur la rencontre qui doit opposer QRM, son club actuel, au Havre AC, celui qu’il a quitté l’été dernier après treize saisons en ciel et marine. Le gaucher n’a plus joué depuis le 8 octobre 2022 et la victoire quevillaise face à Nîmes (3-1). Un match lors duquel il était sorti du banc, une semaine après en avoir fait de même à d’Ornano, contre le SM Caen (1-0).

Il n’attendait pas ces retrouvailles avec impatience
Arrivé dans l’équipe d’Olivier Echouafni avec l’étiquette de cadre, l’ex-Toulousain a ainsi peu à peu perdu sa place dans un onze de départ qui a changé d’approche au retour de la dernière trêve hivernale. Et qui s’est remis sur le droit chemin (deux victoires, deux nuls), même si l’élimination au 7e tour de la Coupe de France, samedi 29 octobre 2022, à Aubervilliers (N3), a fait désordre. C’est donc sans lui que Garland Gbellé, qui a récupéré le brassard de capitaine en son absence, et les siens, tenteront de stopper l’élan encore plus impressionnant des Havrais, assis sur une série de onze matches sans défaite.

Un crève-cœur pour celui qui se fait surnommer « Bobol » ? Pas vraiment si l’on s’en tient à sa volonté de ne pas évoquer dans les médias sa relation passée avec le HAC. Le nº10 n’a pas exposé ses raisons mais il a sans doute toujours en travers de la gorge la manière dont la séparation avec le club doyen a été actée. Tout juste sera-t-il donc possible de s’en tenir aux quelques mots qu’il nous avait accordé peu de temps après sa signature à Quevilly-Rouen.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Echouafni et Bodmer, deux personnages couchés sur l’affiche QRM – Havre AC

Olivier Echouafni, l’entraîneur de Quevilly Rouen Métropole, et Mathieu Bodmer, le directeur sportif du Havre AC, ont en commun le fait d’avoir été acteurs des joutes de Ligue 1. Interview croisée entre deux hommes attendus samedi 5 novembre 2022 au stade Diochon à l’occasion d’un duel qui opposera QRM au HAC.

Olivier Echouafni et Mathieu Bodmer ont marqué de leur empreinte le championnat de Ligue 1 avant de ranger les crampons

L’un compte 391 matches de Ligue 1 (disputés entre 1993 et 2010), l’autre 418 (2003-2020). L’un a décidé de bifurquer vers le métier d’entraîneur, l’autre vers celui de directeur sportif. À moins de 48 heures de la manche aller du « derby » entre QRM et le HAC, samedi 5 novembre 2022, à Diochon, Olivier Echouafni (50 ans) et Mathieu Bodmer (39 ans), qui ont eu l’occasion de s’affronter au milieu des années 2000, parlent de l’un et de l’autre ainsi que de l’époque qui leur a permis de se révéler.

Quand ils étaient joueurs

Olivier Echouafni : « J’aime bien utiliser le mot élégance pour parler de lui. J’ai le souvenir d’un joueur technique, pas forcément très bon de la tête de mémoire mais qui se déplaçait bien dans l’interligne, qui n’était pas facile à prendre. Il ne recherchait pas toujours le duel malgré sa taille et sa prestance. Je crois lui avoir mis quelques tampons (rires). Ça jouait simple, c’était intelligent. Il avait besoin de toucher le ballon, pas nécessairement pour le porter mais pour le faire vivre, il faisait jouer les autres. Dans l’entrejeu, on voyait qu’il avait des prédispositions pour le très haut niveau. Il a fait une très très belle carrière, avec de gros matches, notamment européens, à son actif. »

Mathieu Bodmer : « C’était un très bon joueur de foot. Je l’ai croisé quelques fois en tant qu’adversaire, on a aussi été partenaires aux Variété Club de France, et je l’ai toujours trouvé très intelligent, très élégant. Quoi ? Il dit de moi que je n’étais pas très bon de la tête (rires) ! Eh bien il faut juste regarder les stats. Je crois qu’entre 2000 et 2020, j’étais le meilleur joueur de tête. J’ai gagné 1 600 duels de la tête. À moi de lui trouver un défaut alors. C’est chaud, car c’était un joueur assez complet. Bon, même si je ne suis pas le mieux placé pour dire ça dans la mesure où ma pointe de vitesse ne faisait pas rêver grand monde, il n’était quand même pas très rapide. »

Une reconversion taillée sur mesure

O. E. : « C’est bien qu’il soit resté dans le football. Je pars du principe que lorsqu’on est passionné, on se doit de transmettre. Directeur sportif, ce n’est pas facile. Il faut faire des choix dans le recrutement etc., avoir une proximité avec l’entraîneur tout en étant un garant de l’institution. Mathieu connaît du monde, quand vous avez passé vingt ans dans le monde du football, vous avez du réseau. Il a joué pour des grands clubs en plus, comme Paris et Lyon. Aujourd’hui, il en fait profiter le HAC, c’est bien. »

M. B. : « Sa reconversion est intéressante, même s’il n’a pas toujours eu la réussite qu’il méritait. Il a réussi à avoir de bons résultats avec parfois peu de moyens. Il est capable de se sortir de situations un peu compliquées. Ce qu’il met actuellement en place à QRM est d’ailleurs très intéressant. Je regarde ça avec l’œil de quelqu’un qui n’a jamais voulu devenir entraîneur. Je n’ai même pas le brevet Initiateur 1. À Évreux, j’ai pris des équipes le week-end parce qu’il manquait un éducateur, c’était un plaisir, mais au quotidien, non. »

Le foot, c’était mieux avant ou pas ?

O. E. : « J’ai envie de dire que c’était différent. Mais il faut vivre avec son temps. Les nouvelles générations sont plus connectées. Il y a de bons aspects et des moins bons. C’est sur que l’aspect financier a pris une très grande place, l’environnement aussi a évolué, pas forcément dans le bon sens par contre. De plus en plus de familles, parce qu’elles manquent de repères, ne font pas les bons choix pour leurs enfants. Les agents sont beaucoup trop nombreux à mon goût et pas forcément très pros. Et puis je trouve qu’on est toujours dans l’après aujourd’hui. Le match se termine et on pense déjà à autre chose, on ne prend plus le temps de se poser et de savourer. »

M. B. : « C’est compliqué de comparer les époques. D’abord, parce que l’argent, celui du Qatar notamment, j’en ai bénéficié pendant deux ans. Il y a eu des choses positives avec l’augmentation des budgets, puisque des stars sont arrivées en France, de belles équipes ont été montées, des stades ont été refaits. Dire que je préférais le foot d’avant, je ne sais pas. Je passerais peut-être passer pour un vieux con. Mais il y avait plus de liberté, moins de pression sur les clubs, les coaches. Et puis il y avait des joueurs exceptionnels, qui n’avaient pas la moindre hygiène de vie, mais qui te régalaient sur le terrain. D’ailleurs, s’il y avait eu les réseaux sociaux à l’époque, certains de ces joueurs, par rapport à la vie qu’ils menaient, n’auraient jamais pu faire une grande carrière. Ça faisait partie du folklore. Et peut-être que les supporters s’identifiaient plus à des gars comme ça. »

Restés à la porte de la sélection

O. E. : « Il y a tellement eu de grands joueurs à nos postes à nos époques que c’était difficile de toucher la sélection. En 1998, au milieu de terrain, c’était pris, en 2006 l’équipe de France va en finale de la Coupe du Monde etc. En 1998 j’aurais pu porter le maillot de la sélection marocaine (origine qu’il tient de son père). Mais j’avais peur que ça me ferme la porte des Bleus plus tard (il n’a finalement pas été appelé) et, en même temps, j'ai voulu être certain de conserver ma place à Marseille. En sélection, il y a également le coeur qui parle et moi je me sentais plus intégré par rapport à la France. »

M. B. : « Je n’ai pas joué avec les A, mais avec les A’ quand même. Pourquoi pas les A ? Est-ce que le sélectionneur ne m’aimait pas ? Est-ce que j’ai vraiment tout fait pour y aller ? C’est l’éternel débat. Ce que je sais, c’est qu’à l’époque, Raymond Domenech était le sélectionneur et qu’avec lui, en Espoirs, ça ne s’était pas très bien passé. Olivier Echouafni aurait-il pu lui aussi prétendre aux Bleus ? Je pense que c’était encore plus dur pour lui que pour moi. Son époque correspond à celle de Zidane, c’est dire la qualité de la concurrence à laquelle il était confronté. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : QRM et le HAC voudront laver l’affront de la Coupe de France

En plus de vouloir entretenir leur bonne, voire très bonne dynamique en championnat, QRM et le HAC chercheront aussi à chasser de leurs esprits l’élimination au 7e tour de Coupe de France face à deux équipes de N3.

Kalidou Sidibé et Victor Lekhal tenteront, avec leur équipe respective, d’oublier l’élimination précoce en Coupe de France

Dimanche 30 octobre 2022, les Havrais ont été solidaires de leurs voisins quevillais. Ils se sont eux aussi fait sortir du 7e tour de la Coupe de France face à une N3 (Alençon), au lendemain du faux pas de QRM à Aubervilliers. Il s’agira donc pour les deux équipes de dissiper quelques doutes, samedi 5 novembre, à l’occasion du « derby » entre les deux formations.

Echouafni : « On ne doit pas oublier »

Coincé entre un déplacement chez le troisième (Sochaux), d’où QRM a failli repartir victorieux (2-2) et la réception du deuxième (le HAC) samedi 5 novembre, le 7e tour de Coupe de France a mis un terme à la bonne dynamique des hommes d’Olivier Echouafni (2 victoires, 2 nuls en championnat) samedi 29 octobre. La faute à des Albertivillariens qui n’ont jamais perdu espoir, même après l’ouverture du score de Mamady Bangré au début de la seconde période (51e), et qui ont fini par s’imposer aux tirs au but. « On est passé à la trappe comme d’autres favoris, mais on est maintenant concentré sur la Ligue 2 », explique l’entraîneur quevillais. « On a tourné la page », affirme de son côté Till Cissokho, qui devrait conserver sa place dans l’axe de la défense face aux ciel et marine compte tenu de la probable absence de Christophe Diedhiou.

Pas question pour autant de ne retenir aucune leçon de cet accroc. « On doit se projeter sur la suite mais il ne faut pas oublier non plus ce qui s’est passé. Il y a eu une élimination et de la déception pour tout le club, que ce soient les joueurs, le staff, ou les dirigeants. On était frustré de ne pas continuer l’aventure dans cette compétition », poursuit le technicien normand. Lequel devrait aligner une équipe sensiblement différente samedi à Diochon, dans la mesure où il n’a pas été convaincu par ceux à qui il avait donné une chance dans le 93.

Elsner : « J’ai gueulé comme il fallait »

À l’instar de QRM, le Havre AC a lui aussi disparu prématurément du paysage de la Coupe de France, et comme face à QRM, c’est un pensionnaire de National 3, Alençon, qui a réussi l’exploit d’éliminer le HAC (3-3, 5 t.a.b. à 3). « On a fait le deuil de ce match, assure Luka Elsner. Néanmoins, ça nous montre que notre marge de manœuvre n’est pas si grande. »

Tombés dans l’Orne, alors qu’en treize journées de championnat, seul Valenciennes est jusqu’alors parvenu à s’offrir le scalp du HAC (1-0, 2e j.), les Havrais devront donc, eux aussi, mettre en exergue leur esprit de revanche. « On va avoir un regain d’intensité, pense le technicien slovène. C’est un échec que tout le monde partage, car on fonctionne en groupe, un échec qu’il ne fallait ni dramatiser, ni minimiser. J’ai gueulé comme il fallait et on est passés à autre chose. Maintenant, tout ça nécessite tout de même une réponse samedi. »

Et celle-ci sera donnée en grande partie par des hommes qui n’étaient pas de l’échec en terre alençonnaise, puisqu’au coup d’envoi de ce 7e tour de Coupe, seuls Casimir, Kechta (suspendu samedi) et Alioui représentaient les habituels titulaires. Ils seront notamment rejoints sur la pelouse de Diochon par ceux qui composent l’actuelle meilleure défense de L2 (6 buts « contre »).

Les échos du match

Près de 1 300 fans du HAC attendus...

C’est l’un des déplacements de la saison pour les fidèles du Havre AC, et pour ceux qui tendent à le devenir ou à le redevenir. Samedi au stade Diochon, près de 1 300 supporters du HAC sont ainsi attendus, 650 dans un parcage dédié aux visiteurs dont le guichet est fermé, au moins 600 autres proches de celui-ci.

… et une parade jusqu’à Diochon

Et ce n’est pas tout. Afin de vivre un moment pas comme les autres, les supporters havrais effectueront une parade, ou plutôt une « fan walk » au départ du Zénith de Rouen jusqu’au stade Diochon. Soit un tout droit de trois kilomètres. « On n’est pas là pour marcher sur Rouen, prévient Yann Simon, porte-parole de la Fédé des supporters. L’idée n’est pas de provoquer, mais de vivre ensemble un moment festif. » Cette « fan walk » a ainsi reçu l’autorisation des services de la préfecture.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : Lekhal, capitaine du Havre AC : « La ferme intention de rester tout là-haut »

Victor Lekhal, le capitaine havrais, plante une partie du décor du face-à-face entre Quevilly Rouen Métropole et le Havre AC, programmé samedi 5 novembre 2022 au stade Diochon.

Victor Lekhal et les Havrais tenteront de sceller un douzième match sans défaite, voire un huitième succès, samedi sur la pelouse de Diochon

Interview de Victor Lekhal, capitaine du Havre AC, au sourire, à l’envie et au plaisir retrouvés.

Fait rarissime, Paris-Normandie n’est pas l’unique média présent au point presse d’avant-match. Ne se passerait-il pas quelque chose au HAC ?

« Oui, il y a du monde aujourd’hui. Ça choisit ses matches (rires) ! Maintenant, on sait qu’on fait une bonne saison, mais on sait aussi que chaque match est un combat. Alors oui, ça fait plaisir de vous voir tous ici, mais j’espère que vous serez aussi nombreux jusqu’à la fin de la saison. »

Revenons à l’actualité chaude et à ces deux matches qui vous séparent de la trêve Qatar, l’un sur la pelouse de QRM, l’autre sur celle de Guingamp (le 12 novembre)…

« (il coupe) Et on veut finir fort avant cette coupure. Ces deux derniers matches, ces deux gros défis, on va les aborder avec la ferme intention de rester tout là-haut. Parce que c’est un plaisir collectif d’être dans cette position. À titre personnel, j’ai envie de croquer chaque instant, que ce soit à l’entraînement comme en match, et j’ai la volonté que ça dure le plus longtemps possible. »

« Candidat à l’accession ? Non, c’est trop tôt »

Physiquement, sachant que Luka Elsner ne vous ménage pas au quotidien, ça tient toujours ?

« Oui, c’est costaud, c’est vrai, mais on en avait besoin. Il fallait qu’on sorte de notre zone de confort. On bosse beaucoup, physiquement et tactiquement, on en ressent les bienfaits. »

Au point d’être désormais en mesure de vous déclarer candidat à l’accession ?

« Non, c’est beaucoup trop tôt. On est bien évidemment ambitieux, mais c’est si rude, si difficile. Pour rêver jusqu’au bout, il faudra encore progresser. Il y a plein de paramètres encourageants, une dynamique s’est créée, dans le vestiaire comme dans nos résultats, mais on ne peut pas se reposer sur nos acquis. »

L’élimination en Coupe de France, à Alençon (N3), a-t-elle injecté, comme le souhaite Luka Elsner, un fort sentiment de revanche au sein de l’effectif ?

« Oui. On a vécu un samedi compliqué. On n’a pas su faire ce qu’il fallait pour passer. Alors on a bossé encore plus cette semaine. Il fallait mettre le paquet, c’était le seul moyen de remettre toutes les têtes à l’endroit. »

Le départ de Zakaria Diallo oblige le club à se mettre en quête d’un défenseur. En janvier, lors du mercato d’hiver, peut-être un attaquant viendra-t-il étoffer le groupe. Pour aller au bout, ressentez-vous le besoin d’accueillir un, voire deux renforts ?

« C’est au club d’en décider. Mais aujourd’hui, on est conscients de nos qualités. On a une certaine confiance en nous, on s’appuie sur un groupe uni, mais aussi sur des jeunes à fort potentiel. Et offensivement, on a jusqu’à maintenant prouvé que tout le monde était capable de marquer. »
Avatar du membre
Yazkaw
National 3
National 3
Messages : 173
Enregistré le : 07 mai 2021 12:03

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Yazkaw »

Quelqu'un a t-il l'article complet de l'équipe ?

http://www.lequipe.fr/Medias/Article/Ma ... ne/1363029
:echarpe5: A jamais le premier, de tous les clubs français Ô !!!! H.A.C........ :echarpe5:
Fier de tes origines , fils d’Oxford et Cambridge, deux couleurs font notre prestige Ciel & Marine
Avatar du membre
mHACcauv
Ligue 1
Ligue 1
Messages : 2432
Enregistré le : 04 mai 2021 21:26

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par mHACcauv »

Il ne serait pas un peu Marseillais Bordmer ???
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : qui de QRM ou du Havre AC a le plus de raisons de croire au succès ?

Choc annoncé ce samedi 5 novembre 2022 sur la pelouse de Diochon. Un face-à-face entre QRM, invaincu depuis quatre matches, et le Havre AC, dont la dernière et seule défaite date du 6 août. Qui a le plus de raisons de croire au succès ? Voici nos arguments.

Les partenaires de Garland Gbellé tenteront de mettre fin à l’impressionnante série de onze matches sans défaite des coéquipiers de Nabil Alioui.

Tous les deux sortis de la Coupe de France le week-end dernier face à des N3, QRM et le Havre AC, tenteront de réagir et de faire perdurer leurs bonnes dynamiques en championnat, ce samedi 5 novembre 2022, à l’occasion du « derby » au stade Diochon. Avec, l’un et l’autre, des arguments à faire valoir.

Pourquoi QRM a des chances de croire au succès

Parce que QRM devait l’emporter à Sochaux

Une semaine avant de se prendre les pieds dans le tapis à Aubervilliers (N3) en Coupe de France, QRM n’avait pas été loin de réaliser un très gros coup au stade Bonal de Sochaux le 22 octobre dernier. Face à une équipe qui figurait à l’époque au même niveau que le HAC sur le podium (3e), et qui avait remporté sept de ses neuf derniers matches, les hommes d’Olivier Echouafni ne s’étaient fait rejoindre que dans les dernières secondes du temps additionnel (2-2), sur un penalty très généreux accordé aux Doubistes. Doubistes qui avaient déjà eu besoin d’un autre penalty pour égaliser en première période… « La victoire à Caen avait montré une discipline et le nul à Sochaux a mis en avant notre volonté d’aller vers l’avant. On a vu des choses intéressantes ces dernières semaines », se réjouit le coach quevillais.

Parce que QRM adore contrer désormais

Bluff ou pas bluff ? Jeudi, après la traditionnelle conférence de presse d’avant-match, Olivier Echouafni nous a fait savoir qu’il allait surprendre face au HAC. Est-ce pour faire croire que son équipe n’essaiera pas d’attirer les Havrais, premiers au classement de la possession (58,31 %), dans son camp pour mieux les contrer ? S’il faudra attendre ce samedi pour avoir la réponse, force est de constater que ce procédé a bien fonctionné depuis le retour de la dernière trêve internationale.

« On aime bien contrer, mais on a d’autres qualités, on sait aussi garder le ballon. Certes on ne fait pas partie des équipes qui ont le plus la possession, mais c’est aussi lié aux nombreux rouges qu’on a récoltés », balaie l’entraîneur de Quevilly-Rouen, qui a pu voir de ses propres yeux à quel point les Messins ont été gênés dans leurs sorties de balle face aux Ciel et Marine le 24 octobre dernier au Stade Océane (2-0).

Parce que QRM a déjà brisé la dynamique havraise

Si les chiffres plaident en faveur du HAC, QRM a déjà démontré par le passé qu’il savait les faire mentir. La meilleure preuve ? Le 30 mars 2018. Ce jour-là, les hommes de Manu Da Costa avaient mis fin à plus d’un an d’invincibilité à domicile des Ciel et Marine, punis par deux buts de Gakpa et Mamilonne (2-0). Un exploit pour les Rouge et Jaune, dix-neuvièmes à l’époque, et une désillusion pour les Havrais, contraints de faire une croix sur leur rêve d’accession.

Cet uppercut adressé au club doyen avait d’ailleurs laissé des traces puisqu’un envahissement de terrain s’était produit au coup de sifflet final, ce qui avait notamment conduit le président Vincent Volpe a organisé une « réunion de crise » les jours suivants.

Pourquoi le Havre AC a des chances de croire au succès

Parce que le HAC domine (presque) partout

Certes, à ce stade de la saison, les Girondins de Bordeaux toisent au classement tous leurs concurrents. Leaders qu’ils sont depuis la dixième journée. Néanmoins, un point derrière les ex-pensionnaires de Ligue 1, seuls sur la deuxième marche d’un podium encore provisoire, se dressent les Ciel et Marine. Et au loin, se voit le vert de tous les signaux.

Défensivement tout d’abord. Avec seulement six buts concédés, le HAC se présente comme l’acteur le plus hermétique. Jamais, depuis l’exercice 2014-15 et la solidité brestoise après treize échéances (5 buts « contre »), une équipe ne s’était d’ailleurs montrée si solide. Offensivement ensuite. Avec vingt-deux buts au crédit, signés de dix joueurs différents, le Havre AC se présente, aux côtés de Sochaux, comme la formation la plus efficace.

Mais aussi comme celle qui totalise le plus grand nombre de passes réussies (6 631), celle qui détient toujours le pourcentage le plus élevé en termes de possession.

Parce que devant, finalement, ça tourne rond

Le Havre AC s’amuse toujours à entretenir ce paradoxe qui fait de lui une équipe privée de « serial buteur », une équipe qui doit trop souvent composer avec l’absence de Jamal Thiaré (malade et très incertain pour le duel de ce samedi), celle qui devra se passer des services de Yann Kitala jusqu’à la trêve Qatar. De pointe, de vraie pointe, Luka Elsner n’en dispose (presque) plus.

Néanmoins, symbole d’une période où tout fonctionne, Nabil Alioui s’affirme comme une solution crédible au centre de la ligne d’attaque. « Il a su répondre au défi face à Metz (2-0, 13e j.) », souligne l’entraîneur havrais. Passeur décisif, puis buteur, le Franco-Marocain ne pouvait en effet laisser une empreinte plus profonde

Reste que ce samedi, il faudra peut-être au Havre AC enjamber en autre obstacle, le possible forfait de Quentin Cornette (malade). Sera-ce l’occasion de voir pour la première fois en L2 Salifou Soumah, auteur d’une entrée en jeu pleine de punch, et d’un but, samedi dernier à Alençon ? Suspense. En tout cas, Elsner sait qu’il faudra à ses hommes se montrer « cliniques face au but, car face à cette équipe de QRM, nous n’aurons pas dix occasions nettes. »

Parce que le HAC ne perd plus

Mettons de côté, comme le veut la tradition, la Coupe de France, même si finalement à Alençon, c’est aux tirs au but, et non pas au terme des 95 minutes, que le Havre AC dut baisser pavillon. Ce revers que les Ciel et Marine ne cessent de repousser, eux qui n’ont plus perdu depuis la deuxième journée et un voyage à Valenciennes (0-1). Une seule défaite en treize journées, voilà qui reste une particularité havraise dans un championnat où Bordeaux (1er), Sochaux (3e) et Amiens (4e) se sont respectivement inclinés à deux, trois et quatre reprises.

À Diochon, Victor Lekhal et les siens remettront ainsi en jeu leur invincibilité, désormais longue de onze journées. Et surtout, sans penser à ces quelques jours qui les séparent de la trêve automnale. « Ce serait dangereux de se dire : « il ne reste plus que deux matches, plus que tant de séances d’entraînement, plus que… », prévient Luka Elsner. C’est le meilleur moyen de passer à côté, de se relâcher. Il y aura une coupure, mais ce n’est pas un moment où tout s’arrête. Derrière cette trêve, ça va enchaîner. Pensons d’abord à QRM, car cette équipe concède très peu d’occasions et peut faire très mal, sur 4-5 ballons, si nous ne sommes pas vigilants. C’est un adversaire que nous respectons beaucoup. »

Quevilly-Rouen - Havre AC ce samedi 5 novembre 2022 à 19 heures au stade Diochon
Arbitre : M. Perreau-Niel.

Absences à QRM : Bonnet, Diedhiou (blessés), Hountondji (reprise) ; au HAC : Kitala, Wahib, Logbo, Ngoura (blessés), Moussadek (malade), Kechta (suspendu).

QUEVILLY-ROUEN : 1. Lemaître - 2. A. Sissoko, 15. Ben Youssef, 5. T. Cissokho, 24. Pendant - 6. K. Sidibé, 4. Pierret, 12. Gbellé (cap) - 19. M. Camara, 9. Mafouta, 45. I. Soumaré.

Remplaçants : 16. Thuram (g), 20. N. Cissé, 27. Bansais, 17. G. Sangaré, 13. Boé-Kane, 7. Bangré, 29. Jung.

Entraîneur : Olivier Echouafni.

HAVRE AC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Opéri - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 6. Diakité - 23. Casimir, 10. Alioui, 28. Mahmoud ou 12. Soumah.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 15. Kongolo, 18. Mbemba, 66. Wam, 25. Confais, 12. Soumah ou 28. Mahmoud ou 7. Samoura, 11. Cornette, 14. Thiaré.

Entraîneur : Luka Elsner.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le « piqué » d’Alioui a décoincé le Havre AC face à QRM

Auteur du but du succès peu avant l’heure de jeu, Nabil Alioui a permis au Havre AC d’empiler trois nouveaux points ce samedi 5 novembre 2022, et de prendre seul la tête du classement. Le Franco-Marocain symbolise, lui aussi, la métamorphose du club doyen.

Il fallait un éclair de génie pour que les Ciel et Marine parviennent enfin à se mettre dans le sens de la marche. Ces Havrais si poussifs en première période, sans peps, sans idée. Collectivement et athlétiquement gênés par des Quevillais qui auront été les premiers cette saison à réellement tester la fiabilité d’Arthur Desmas, impeccable ce samedi 5 novembre 2022, décisif à trois reprises. Les premiers aussi à contrarier le plan de jeu de Luka Elsner.

Il fallait donc un éclair de génie. Et il y eut cet éclair. Venu de l’inspiration de Nabil Alioui, servi à merveille par Amir Richardson. On jouait alors la 55e minute, quand le Franco-Marocain se présenta seul face à Lemaître, piqua son ballon et trouva les filets. La veille de ce duel, Elsner avait insisté sur le fait qu’il faudrait à ses hommes être cliniques, que ces derniers ne disposeraient pas de dix occasions pour débloquer la situation. Le technicien slovène avait vu juste.

Co-meilleur buteur du Havre AC

Ce ne sont en effet pas dix occasions, ni même cinq, mais une seule, nette et franche, qu’il fallut valider. Et Alioui ne s’en priva pas. Lui qui symbolise également la métamorphose du Havre AC. Plutôt discret lors de ses deux premières saisons sous les ordres de Paul Le Guen (8 buts en 59 matches), le Franco-Marocain (23 ans) a en effet radicalement changé de dimension.

Sur la pelouse de Diochon, l’ex-pensionnaire du centre de formation de l’AS Monaco a ainsi signé son quatrième but depuis l’ouverture du championnat. Lui qui, depuis deux matches, fait oublier l’absence de réel attaquant à la pointe du « onze » (Kitala étant actuellement blessé). Lors de la précédente journée, face au FC Metz, Alioui, déjà aligné en pointe, avait ainsi été passeur décisif sur l’ouverture du score de Lloris, avant d’offrir le break en seconde période. Dans l’engagement, dans la prise de risque, l’homme au maillot floqué du numéro 10 n’est indiscutablement plus le même. Indiscutable titulaire qu’il est devenu, l’homme à tout faire sur la ligne offensive, désormais co-meilleur buteur, avec Victor Lekhal, d’une équipe qui reste tout en haut du classement des meilleures attaques, aux côtés de Sochaux (23 buts). Une équipe toujours en tête du classement des défenses (6 buts « contre »). Finalement en tête partout. Et Alioui n’y est pas étranger.

Les notes du HAC : Desmas (7), El Hajjam (6), Sangante (5), Lloris (5), Opéri (5,5), Richardson (7), Lekhal (6,5), Mbemba (6), Casimir (4), Alioui (7), Mahmoud (5).

AU PETIT-QUEVILLY, LE HAVRE AC BAT QUEVILLY-ROUEN 1 à 0 (0-0)

Arbitre : M. Perreau-Niel. Spectateurs : 7 963.

But pour le HAC : Alioui (55e)

Avertissements à QRM : Ben Youssef (45e+2), Pierret (58e) ; au HAC : El Hajjam (7e), Alioui (38e), Casimir (41e), Richardson (64e), Gomes (88e), Soumah (90e+6).

QUEVILLY-ROUEN : Lemaître - A. Sissoko, Ben Youssef, T. Cissokho, Pendant - G. Sangaré (cap.) (Jung, 75e), Pierret, K. Sidibé (Gbellé, 75e) - Bangré (M. Camara, 69e), Mafouta, I. Soumaré.

Entraîneur : Olivier Echouafni.

HAVRE AC : Desmas - El Hajjam, Sangante, Lloris, Opéri - Richardson (S. Soumah, 73e), Lekhal (cap), Mbemba - Casimir (C. Diakité, 62e), Alioui (Kongolo, 83e), Mahmoud (Y. Gomes, 83e).

Entraîneur : Luka Elsner.
Francky
Division régionale
Division régionale
Messages : 68
Enregistré le : 05 mai 2021 17:14

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Francky »

Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : malmené face à QRM, le HAC repart malgré tout de Diochon en leader !

Souvent inquiété et rarement dangereux, le Havre AC a tout de même réussi un coup parfait, ce samedi 5 novembre 2022, en allant gagner à Diochon (0-1) alors que Bordeaux et Sochaux ont été battus. Voilà le club doyen seul leader de Ligue 2 !

Oualid El Hajjam et les Havrais ont remporté le duel seinomarin sur la pelouse de QRM, prenant du même coup la tête de la Ligue 2.

Qu’est-ce qu’un samedi parfait ? Les joueurs du Havre AC ont expérimenté ce qu’était le bonheur total. Le genre de journée que l’on savoure sans le moindre accroc, sans bémol, et au bout de laquelle il est possible de s’endormir le plus paisiblement du monde. Car ce n’est pas bien compliqué : ce samedi soir, absolument tout a réussi au club doyen, qui a pu compter sur l’aide de Nîmes (vainqueur de Bordeaux 1-0) et d’Annecy (tombeur de Sochaux 2-1), ainsi que sur son ultra-réalisme face à QRM, pour repartir du stade Diochon dans la peau du leader de Ligue 2. Un leader qui compte désormais deux points d’avance sur les Girondins et quatre sur Grenoble, qui a fait son apparition sur le podium.

Paroles de Havrais, les hommes de Luka Elsner avaient pourtant rarement, pour ne pas dire jamais, été à ce point inquiétés depuis le début de la saison. L’entraîneur slovène l’a d’ailleurs reconnu après la rencontre : « je pense qu’on a affronté une des meilleures équipes, tout du moins celle qui était le mieux préparée à jouer contre nous. » Au nombre d’occasions, il n’y a en effet pas eu photo : les Quevillais s’en sont procuré au moins quatre, quand les Havrais n’en ont eu qu’une seule, celle qui a permis à Nabil Alioui de tromper Lemaître d’un petit ballon piqué sur un service parfait d’Amir Richardson dans la profondeur (1-0, 55e).

El Hajjam a sauvé le HAC sur sa ligne

Jusque-là, les Ciel et Marine n’étaient jamais parvenus à trouver la faille au sein d’un bloc adverse bien organisé, qui ne s’est pas contenté d’attendre bas, mais qui est lui aussi allé presser haut par moments. Au quart d’heure de jeu, Sidibé a alerté une première fois Desmas, vigilant devant sa ligne (15e). Ce même Desmas qui a capté sans problème une demi-volée de Sangaré (36e), après que Mahmoud a fait passer un premier frisson devant le but de Lemaître (23e). Tout cela présentait au moins un avantage : mettre en avant les qualités de gardien de l’ex-Clermontois, qui a rarement eu l’occasion de briller ces dernières semaines tant ses coéquipiers savaient protéger son but. Au retour des vestiaires, ce dernier a de nouveau été sollicité à la suite d’une remise de la tête de Sidibé prolongée par Pierret dans sa surface (48e).

Gêné dans la construction, dominé dans l’impact, le club doyen a donc tout de même fini par piquer, au terme d’une belle action initiée par Mbemba, relayée par Richardson et conclu à la limite du hors-jeu par le Franco-Marocain, auteur de son quatrième but de la saison. Un but libérateur, mais qui n’a pas pour autant mis à l’abri des Havrais qui ont terminé la rencontre avec la trouille au ventre. Bangré, dans un angle fermé, a failli remettre les deux équipes à égalité (68e), chose qui se serait produite à vingt minutes du coup de sifflet final si El Hajjam n’avait pas dégagé sur sa ligne le lob de Mafouta, qui avait devancé la sortie hasardeuse de Desmas (71e).

Plus ça va, et plus le sentiment qu’il ne peut rien arriver aux Ciel et Marine se renforce. Il leur restera un dernier coup de collier à mettre samedi 12 novembre 2022 en terres guingampaises. QRM, lui, peut nourrir d’immenses regrets : il vient de ne prendre qu’un seul point contre Sochaux et le HAC alors qu’il méritait bien mieux. Peut-être sera-t-il récompensé dans une semaine à Amiens.

AU PETIT-QUEVILLY, LE HAVRE AC BAT QUEVILLY-ROUEN 1 à 0 (0-0)
Arbitre : M. Perreau-Niel. Spectateurs : 7 963.

But pour le HAC : Alioui (55e)

Avertissements à QRM : Ben Youssef (45e+2), Pierret (58e) ; au HAC : El Hajjam (7e), Alioui (38e), Casimir (41e), Richardson (64e), Gomes (88e), Soumah (90e+6).

QUEVILLY-ROUEN : Lemaître - A. Sissoko, Ben Youssef, T. Cissokho, Pendant - G. Sangaré (cap.) (Jung, 75e), Pierret, K. Sidibé (Gbellé, 75e) - Bangré (M. Camara, 69e), Mafouta, I. Soumaré.

Entraîneur : Olivier Echouafni.

HAVRE AC : Desmas - El Hajjam, Sangante, Lloris, Opéri - Richardson (S. Soumah, 73e), Lekhal (cap), Mbemba - Casimir (C. Diakité, 62e), Alioui (Kongolo, 83e), Mahmoud (Y. Gomes, 83e).

Entraîneur : Luka Elsner.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : seul leader, le Havre AC s’offre le droit au rêve

Vainqueur au forceps d’un duel pas comme les autres, samedi, sur la pelouse de Quevilly Rouen Métropole (1-0), le Havre AC a pris seul les rênes du classement. D’anonyme acteur de Ligue 2 ces dernières saisons, le club doyen s’est mué en un solide candidat à l’accession.

La joie des Ciel et Marine sur la pelouse de Diochon, après leur succès acquis face à QRM qui leur permet d’être en tête de la Ligue 2

Le Havre AC a franchi samedi soir un nouveau cap, en prenant le relais des Girondins de Bordeaux en tête du classement. Au HAC, le changement, c’est enfin maintenant.

Quand toutes les planètes s’alignent

Il est des saisons comme celle-ci, où les vents contraires ne soufflent pas. Des saisons qui ouvrent en grand les portes du rêve. Objectif Ligue 1 ! Passé depuis 2009 de favori à outsider, d’outsider à anonyme, le Havre AC, sans faire de bruit, sans en dévoiler le profil au coup d’envoi de l’exercice en cours, vient de réintégrer le cercle des acteurs qui comptent. Qui s’ancrent au sommet du classement. Qui inspirent la crainte.

Intouchables depuis le coup d’envoi de la 3e journée et seuls leaders que les Ciel et Marine sont devenus, désormais assis sur une série de douze matches dénués de revers. Quand samedi, leurs principaux concurrents restèrent scotchés dans la pétole, Bordeaux à Nîmes (0-1), Sochaux à Annecy (1-2) et Amiens à Pau (1-2). Pendant qu’Alioui, sur l’unique occasion nette au crédit du HAC, au cœur d’une soirée qui vit Lekhal et les siens, privés de Kitala, Thiaré, Kechta et Cornette, souffrir comme jamais, assommait QRM.

Quand dans le rétro, l’avenir se dessine

S’il faut bien évidemment contourner le piège de la comparaison, force est de constater que la percée au classement des hommes de Luka Elsner n’est pas sans rappeler l’outrageuse domination des protégés de Jean-Marc Nobilo, promotion 2007-2008. Celle qui s’appuyait, entre autres joueurs de talent, sur les phénomènes qu’étaient Revault et Hoarau.

Plus jamais depuis cette époque qui vit le HAC s’inviter en Ligue 1 tout en déposant dans sa salle des trophées un cinquième titre de champion de France de D2/L2, le club né en 1872 n’avait été localisé en pareille position au lendemain de la quatorzième échéance. Lui devant, tous les autres derrière. Plus jamais l’empreinte du HAC n’avait été à ce point visible sur tous les tableaux, du général à celui dédié aux défenses - samedi, pour la huitième fois, la sixième lors des sept dernières journées, ses filets n’ont pas tremblé -, de la possession (57,96 %), celle que snobait Paul Le Guen, au classement réservé aux meilleures attaques (23 buts).

Quand enfin, à la bonne place, les bons hommes
Ce n’est pas faire offense à Vincent Volpe, propriétaire du club depuis l’été 2015, que d’affirmer qu’il ne pouvait plus se passer d’un président, d’un homme du sérail, d’une personnalité aussi compétente que discrète depuis son arrivée qu’est Jean-Michel Roussier. Un homme neuf invité à prendre en main l’opérationnel en lieu et place du Texan.

Un président, vu par le passé à l’OM (1995 à 1999) et à Nancy (2018 à 2020), qui n’aurait toutefois pas accepté de relever le défi si Mathieu Bodmer, deux ans après l’arrêt de sa carrière (à Amiens), n’avait pris la décision de débuter sa vie de directeur sportif sous les couleurs du HAC. Le club d’une région qu’il connaît depuis toujours, lui l’Ébroïcien, dont un des fils (Mathéo) évolue dans les rangs des U19 du HAC.

Son réseau, sa faculté à jongler avec les impératifs d’une enveloppe financière qui ne permet aucune folie, sa proximité avec les joueurs, ont littéralement transformé le club. Jusqu’alors ses choix ne souffrent d’aucune contestation, celui qui le vit confier à Julien Momont l’analyse des indispensables data, celui qui l’incita surtout à miser sur Luka Elsner, un jeune entraîneur (40 ans) aux expériences passées mitigées, mais à la vision audacieuse du football. Un technicien slovène qui impose à ses hommes un rythme de travail jamais atteint par ses prédécesseurs. Assisté qu’est Elsner d’adjoints, pour les uns héritiers des valeurs du HAC (Douchez, Lesage), pour les autres de réelles et belles découvertes. Humaines et professionnelles.

Les autres points

Direction le Maroc

Là aussi, les choses changent, évoluent. Alors que Paul Le Guen se refusait à organiser le moindre stage estival, ou hivernal, Luka Elsner, aidé en cela par Mohamed El Kharraze, le bras droit de Mathieu Bodmer, a pris la décision d’emmener ses joueurs au Maroc durant la trêve Qatar. À Agadir très précisément, du 4 au 10 décembre 2022, pour un séjour qui ne ressemblera en rien à une étape touristique, assure l’entraîneur havrais. « On va leur rentrer un peu dedans. »

Test-matches

Si les lieux, les dates et les horaires n’ont pas encore été communiqués, la trêve automnale verra les Ciel et Marine disputer quatre matches amicaux. Le premier au Maroc, face à Agadir, puis viendra une double confrontation avec le RC Lens, et enfin une dernière répétition, avant la réception des Girondins de Bordeaux, le 26 décembre (16e j.), face à l’En Avant Guingamp. L’EAG, un adversaire que le HAC ira défier ce samedi 12 novembre 2022, en championnat.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : au Havre AC, Cornette de retour, Thiaré toujours (trop) diminué

Samedi à Guingamp, le Havre AC se produira une dernière fois avant la trêve Qatar. Et pour ce voyage dans les Côtes-d’Armor, Luka Elsner devra de nouveau se passer de Jamal Thiaré, a-t-on appris ce mercredi 9 novembre 2022.

Il est maudit. Dans la foulée d’une saison 2021-2022 qui l’obligea à faire une croix sur dix-neuf des trente-huit journées, freiné, stoppé par des soucis physiques, Jamal Thiaré se doit de nouveau de faire preuve de patience. Après avoir dû soigner une entorse ligamentaire sur le dessus du pied, lors des 8e, 9e, 10e et 11e journées, l’attaquant sénégalais, déjà forfait pour la récente étape dans l’antre de QRM (1-0), ne devrait pas être du voyage à destination de Guingamp, samedi.

Diminué par les effets du Covid, contracté la semaine passée, Thiaré affichait encore ce mercredi une trop grande fatigue. « Covidé » lui aussi avant la précédente journée, Quentin Cornette a de son côté rassuré son entraîneur quant à la possibilité de réintégrer le groupe des « 18 ». Celui dans lequel Yassine Kechta, suspendu pour le choc départemental, retrouvera naturellement sa place.

Ngoura, retour fracassant

Autre bonne nouvelle, le retour à la compétition, et en forme, du jeune attaquant Steve Ngoura (17 ans), remis d’une blessure au tendon d’Achille. Buteur samedi avec la « B », face à la réserve de QRM (2-0), il fut le lendemain, avec les U19 cette fois, auteur d’un triplé lors d’un large succès aux dépens du Stade de Reims (7-1).

En revanche, dans les rangs d’une équipe guingampaise créditée de quatre points seulement sur les dix-huit derniers mis en jeu (4n., 2d.), c’est l’hécatombe. Stéphane Dumont, l’entraîneur de l’EAG, sera ainsi privé des défenseurs que sont Matthis Riou, Pierre Lemonnier, Donatien Gomis et Maxime Sivis, du milieu de terrain Mehdi Merghem, tout en ayant la crainte de devoir acter le forfait de l’attaquant Baptiste Guillaume.
Avatar du membre
Tof76
Division régionale
Division régionale
Messages : 72
Enregistré le : 05 mai 2021 17:04

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Tof76 »

Du coté de l'adversaire :
OF 2022-11-11.jpg
OF 2022-11-11.jpg (441.11 Kio) Vu 821 fois
Quand on va au stade, c'est pour fout' le feu, Deschaseaux en flamme, ca fait des envieux (Les Havrais)
Avatar du membre
Tof76
Division régionale
Division régionale
Messages : 72
Enregistré le : 05 mai 2021 17:04

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Tof76 »

Du coté de l'adversaire (2) :
Télégramme 11-11-2022.jpg
Télégramme 11-11-2022.jpg (497.28 Kio) Vu 819 fois
Quand on va au stade, c'est pour fout' le feu, Deschaseaux en flamme, ca fait des envieux (Les Havrais)
SanghaLH
Division régionale
Division régionale
Messages : 68
Enregistré le : 09 mai 2021 21:01

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par SanghaLH »

Bien joué tof
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2. Nabil Alioui, attaquant du Havre AC : « Leader, c’est anecdotique »

Auteur du but qui a offert au Havre AC les points du succès (1-0) et la place de leader sur la pelouse de QRM, Nabil Alioui, déjà décisif à deux reprises face à Metz (2-0), s’installe au poste d’avant-centre. Samedi 12 novembre 2022, à Guingamp, il plantera de nouveau ses crampons en pointe.

Nabil Alioui s’affirme comme un atout offensif de plus en plus efficace sur le front de l’attaque du Havre AC

Trop rarement à son avantage lors de ses deux premières saisons au Havre AC, Nabil Alioui (23 ans), crédité de quatre buts et de deux passes décisives, s’affirme actuellement comme l’atout numéro 1 du secteur offensif. Audacieux et efficace, le Franco-Marocain, arrivé à l’été 2020 de la « B » de l’AS Monaco, tend à changer de dimension.

Que s’est-il passé entre la fin de la saison dernière et le début de celle-ci ? Vu d’en haut, vous semblez être un tout autre joueur. Est-ce une simple vision de l’esprit ?

« Rien de très spécial. Un changement par rapport au staff et beaucoup, beaucoup de travail, tout simplement. J’ai effectivement l’impression de progresser, c’est tant mieux. »

Vous ne bossiez pas lors vos deux premières saisons au HAC ?

« Disons qu’on travaille un peu plus. Et pour le moment, tout se passe très bien. À titre personnel, il est vrai aussi que je me devais enfin de passer un cap. Ça arrive cette année, mais j’ai encore beaucoup à apprendre. »

« On attendait ça depuis longtemps »

Avec deux buts et une passe décisive en deux matches, le poste d’avant-centre, que vous occupez en l’absence de Yann Kitala et de Jamal Thiaré, vous semble taillé sur mesure. Vous confirmez ?

« Sur mesure… À Monaco, j’ai été formé en « 9 », j’ai donc des habitudes, des repères. Maintenant, je joue là où le coach le souhaite, avec ses consignes, et j’essaie de faire au mieux. En ayant actuellement la réussite avec moi. Mais plus globalement, ce n’est pas un ou plusieurs joueurs qui se révèlent, mais une équipe entière. On attendait ça depuis longtemps, ça arrive maintenant. »

Pensiez-vous qu’à tous les étages du club, une ère nouvelle s’ouvrirait si rapidement ?

« Très honnêtement, je ne me suis pas posé la question. Dès l’arrivée des nouveaux joueurs, on a tout de suite accroché, sûr et en dehors du terrain. Est-ce allé plus vite que prévu, ou pas ? L’essentiel, c’est que ça fonctionne, ce qui est le cas actuellement. »

À tel point que vous abordez cette quinzième journée avec le statut de leader. Cela génère-t-il quelque chose de différent au sein du groupe ?

« Absolument pas. Leader aujourd’hui, c’est anecdotique. »

Anecdotique, pour vous, mais certainement pas aux yeux de vos adversaires pour lesquels le HAC devient l’équipe à battre.

« Ça, on en a conscience. Les matches vont être de plus en compliqués, nos adversaires toujours mieux préparés à jouer contre nous. À nous de faire le nécessaire, d’être attentifs, pour éviter des pièges qui seront toujours plus nombreux. Ce qui sera le cas dès samedi à Guingamp, face à une équipe qui a certes quelques absents, mais qui dispose tout de même d’un effectif suffisamment large et talentueux. Face à nous, il y aura du beau monde. »

Deux semaines de break

Le coup de sifflet final de leur duel avec Guingamp, samedi, ne marquera pas le début des vacances pour les Ciel et Marine. Les hommes de Luka Elsner travailleront en effet tout au long de la semaine prochaine, avec au programme de jeudi, une opposition face à la « B » au centre d’entraînement de Soquence (11 h). Puis viendra le temps d’une coupure, du 19 novembre au 2 décembre, d’un stage au Maroc, du 4 au 10 décembre. Avant de se remettre peu à peu en mode compétition, via un test-match face à Guingamp, le 13 décembre (à Vire ?), et une double confrontation amicale à Lens, le 19 décembre.
Avatar du membre
Tof76
Division régionale
Division régionale
Messages : 72
Enregistré le : 05 mai 2021 17:04

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Tof76 »

Du coté de l'adversaire :
OF 2022-11-12.jpg
OF 2022-11-12.jpg (499.15 Kio) Vu 514 fois
Quand on va au stade, c'est pour fout' le feu, Deschaseaux en flamme, ca fait des envieux (Les Havrais)
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le Havre AC ne peut plus se cacher

Pour la première fois cette saison, le Havre AC a traversé une semaine entière dans la peau du leader, localisé deux points devant les Girondins de Bordeaux. En déplacement ce samedi 12 novembre 2022 à Guingamp, les Ciel et Marine ne pourront masquer leur nouveau statut.

Suspendu la semaine passée face à QRM (1-0), Yassine Kechta signera son retour au sein de l’entrejeu du Havre AC

Ça crie, ça chambre, ça chante. La séance matinale de jeudi vient à peine de prendre fin que la vie du vestiaire se fait entendre à plusieurs mètres. « C’est impossible de travailler avec ces garçons », en sourit Luka Elsner. Il y avait longtemps, très longtemps, qu’une telle atmosphère n’avait pas enveloppé le centre d’entraînement de Soquence. « On a parfois vécu quelques bons moments la saison dernière », confie Nabil Alioui, comme pour ne pas noircir un peu plus encore le tableau laissé par Paul Le Guen.

Mais le « parfois » laisse filtrer quelque chose de si éphémère que rien ne restera gravé. En revanche, peut-être cette saison laissera derrière elle l’un des chapitres les plus croustillants de ces quinze dernières années. Ce temps qui sépare le club doyen de sa dernière percée vers la Ligue 1. On parlait alors d’un mano à mano avec le FC Nantes.

« Leader… On ne va pas en rajouter une couche »

Cette fois, du moins à ce stade de la saison, c’est avec les Girondins de Bordeaux, attendus le 26 décembre au Stade Océane, que le Havre AC se dispute le rôle du patron de la division. Et à quatre-vingt-dix minutes de la trêve Qatar, la main est aux Ciel et Marine, invaincus depuis douze matches, crédités de sept succès lors des neuf dernières journées. Au pire, Lekhal et les siens aborderont ainsi cette période de six semaines sans compétition en deuxième position. Soit avec un destin toujours sous contrôle.

Et peut-être même vireront-ils en tête, au terme de cette soirée dans les Côtes-d’Armor, là où le HAC étrennera donc son tout nouveau statut. « Leader, ce doit surtout être un signal pour nous, prévient l’entraîneur havrais. En face, il y aura un surplus de motivation, une préparation accentuée. Il faudra y faire face. C’est pour cela que cette semaine, nous avons travaillé comme si nous étions chasseurs, et non pas chassés. Après, leader… On ne va pas en rajouter une couche. Lorsqu’on essaie de se protéger par rapport à cette première place, nous ne jouons pas. Alors oui, ça parle, ça veut dire qu’on est dans le coup, tant mieux. Il y a une petite marge, on aimerait évidemment l’accentuer, mais leader, aujourd’hui, ça ne rapporte rien, si ce n’est de la confiance. »

Celle après laquelle courent toutefois les grands déçus du moment que sont Saint-Étienne, Dijon, Metz, le Paris FC, Caen et Guingamp, pour ne citer que les ambitieux. Cette confiance qui n’explique pas à elle seule l’impressionnante marche en avant des Ciel et Marine. « Cette dynamique a été créée par l’énergie collective, le dépassement de soi et un mental en acier, remarque Elsner. Ce sont ces valeurs qui nous ont récemment permis de l’emporter face à QRM (1-0), et c’est une base qu’il nous faut conserver. Car même dans un mauvais jour, personne ne peut nous empêcher de courir, de nous replacer. »

Pas même de défendre, puisqu’une seule fois lors des sept dernières échéances, Arthur Desmas dut s’incliner (à Rodez, 1-1), ni même de faire preuve d’efficacité offensive, puisqu’à trois reprises seulement, dont deux lors des deux premières journées, le Havre AC est resté muet face au but adverse. Suffisant pour se poser au Roudourou avec le plein de certitudes.

EA Guingamp - Le Havre AC, ce samedi 12 novembre 2022, à 19 heures, au stade du Roudourou

Arbitre : M. Souifi.

GUINGAMP : 16. Basilio - 15. Manceau, 3. Vitelli, 2. Roux - 23. Luvambo, 4. Louiserre, 28. Barthelmé, 6. Muyumba, 11. Quemper - 29. Livolant (cap), 18. Courtet.

Remplaçants : 30. Youfeigane (g), 5. H. Camara, 8. S. Diarra, 25. Gaudin, 12. Tchimbembé, 22. Baaloudj, 37. Picard.

Entraîneur : Stéphane Dumont.

Absents : Merghem, Sivis, Eboa Eboa, Lemonnier, Riou, Guillaume (blessés).

HAC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Opéri - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 8. Kechta - 23. Casimir, 10. Alioui, 28. Mahmoud.

Remplaçants : 1. Gorgelin (g), 15. Kongolo, 18. Mbemba, 25. Confais, 6. Diakité, 11. Cornette, 21. Gomes.

Entraîneur : Luka Elsner.

Absents : Kitala, Wahib, Wam (blessés), Thiaré (reprise), Moussadek, Soumah (choix).

L’En Avant au point mort

On se souvient encore de ces images du 14 mai dernier, de la trente-huitième et dernière journée, de cette soirée victorieuse aux dépens du Havre AC (2-1), de cette communion entre les Guingampais et leurs supporters. En cette fin d’exercice, les hommes de Stéphane Dumont avaient injecté une forte dose d’espoir en l’avenir à tout le Roudourou, via un finish rythmé de cinq succès lors des six dernières journées.

Six mois plus tard, et un début de championnat saupoudré de promesses (5 victoires en 8 matches), le soufflé est retombé. Le 4 octobre 2022, l’En Avant Guingamp paraissait néanmoins en position favorable, jour d’une mise à jour de son calendrier et de la venue de Rodez (match en retard de la 7e j.). La place de leader tendait les bras aux Bretons, avant qu’ils ne calent face aux Ruthénois (0-0). Et qu’ils ne puissent plus redémarrer.

S’en est suivie, trois jours plus tard, une claque à domicile, reçue par Annecy (0-4), le troisième acte d’une série en cours de six matches dénuée du moindre coup gagnant. Série au cours de laquelle Dylan Louiserre et les siens, dont le dernier succès date du 17 septembre 2022 (2-1 face à Saint-Étienne), n’ont pu gratter que quatre points (4n., 2d.), inscrire que deux buts quand leur gardien dut s’incliner à sept reprises.

Relégué à neuf points du HAC, et à sept des Girondins de Bordeaux, Guingamp, bien que diminué (voir la composition des équipes), jouera ainsi très gros.
Répondre