[REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Forum infohac.com - Réagissez sur les résultats et sur l'actualité du Havre Athletic Club, venez discuter HAC et Football entre supporters et participer aux débats, sondages, coups de gueule...
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Diakité, si soulagé d’avoir rejoint le HAC

Il lui tarde de renouer avec la compétition, mais il ne jaillira des starting-blocks qu’une fois refermée la trêve internationale, au soir d’un stop à Dijon. Néanmoins, Check Oumar Diakité, l’une des deux dernières recrues estivales du Havre AC, s’est déjà fondu dans son nouveau moule.

Prêté avec option d’achat par le Paris FC, Check Oumar Diakité ne cache pas son plaisir d’avoir rejoint le Havre AC, club avec lequel il pourrait effectuer ses débuts au sortir de la trêve internationale.

« Ils sont fous ! » Telle a été, à l’endroit des dirigeants du Paris FC, la première réaction de quelques observateurs à cette annonce du 1er septembre. Celle qui officialisait le prêt, avec option d’achat (entre 1,5 et 2 M €), de Check Oumar Diakité en faveur du HAC. Un coup fumant, inattendu, réalisé par les dirigeants havrais, comme une issue de secours vers laquelle Check Oumar Diakité se dirigea sans la moindre hésitation. « Après cinq minutes de discussion avec mon agent, ma décision était prise.

C’était Le Havre et rien d’autre. »

C’était surtout le moment de s’éloigner du Paris FC. Ce club qu’il a rejoint en 2019, en provenance de Montrouge (92), le PFC sous les couleurs duquel il s’est révélé à l’automne 2020, alors qu’il n’avait pas encore 18 ans, avant d’être totalement ignoré par Thierry Laurey au printemps dernier. Entre-temps, à 19 ans, le milieu de terrain est tout de même parvenu à croquer trente-six rencontres de L2, la moitié en qualité de titulaire.

« Par rapport au Paris FC, il n’y a pas photo »

« La saison passée, j’ai eu un souci au genou. Je suis revenu, j’ai rechuté, mais fin mars, j’étais opérationnel. Et jamais je n’ai été rappelé dans le groupe. Au début de cette saison, pareil (NDLR : il a simplement intégré les « 18 » lors de la 4e journée, sans entrer en jeu). Pourquoi ? Je n’ai pas eu la moindre explication. Le coach (Laurey) était dur avec moi. » À Paris est évoquée une incompatibilité d’humeur, et de philosophie de vie, entre le bouillant Laurey et son désormais ex-joueur.

L’international U20 n’entend ainsi pas cacher son profond soulagement à l’idée de traverser l’exercice en cours dans les rangs du Havre AC. « D’abord, parce que tout le monde sait que le club propose l’un des meilleurs projets pour un jeune joueur. Ensuite, j’arrive à un moment où Le Havre est au-dessus du Paris FC. Enfin, c’est un vrai plaisir de faire partie de ce groupe. J’ai l’impression d’être là depuis trois mois. On passe énormément de temps ensemble, ça travaille beaucoup plus. Ici, même les anciens demandent à bosser dur. Je n’avais jamais participé à des séances aussi intenses. Par rapport au Paris FC, il n’y a pas photo. »

Comparé à Ngolo Kanté

Légèrement touché aux adducteurs, le natif de Montreuil (93) dut cependant lever le pied ces derniers jours, et faire une croix sur de possibles débuts, samedi au Stade Océane face à Annecy. Ce n’est donc qu’à la sortie de la trêve internationale, ce moment où les Ciel et Marine se produiront à Dijon (le 1/10), que Diakité pourrait effectuer ses grands débuts. Soit huit mois et demi après sa dernière apparition en L2, soir de son premier but et d’un face-à-face avec le… HAC (2-2, le 17/01/2022).

« J’ai hâte de retrouver les terrains, du temps de jeu, de progresser à nouveau, de m’épanouir, tout simplement. » Et de démontrer aux fidèles du Stade Océane que la comparaison faite par nos confrères du Parisien avec un certain Ngolo Kanté n’est pas qu’une simple vue de l’esprit. « Ce joueur est une référence pour moi. Mais bon, sourit Diakité, il y a encore pas mal de boulot pour être à son niveau. » Mais d’avis d’experts, le néo-Havrais est programmé, lui aussi, pour se hisser très haut.

En bref... En bref...

Des retours… après la trêve

À l’exception de Zakaria Diallo, absent à Niort pour raison personnelle et de nouveau prétendant au groupe des « 18 », aucun retour n’est annoncé dans les rangs du Havre AC. Terence Kongolo poursuit sa phase de remise en forme, Check Oumar Diakité se remet d’une douleur aux adducteurs, alors que Jamal Thiaré soigne une entorse ligamentaire sur le dessus du pied. Autant de joueurs qui rendront la concurrence un peu plus accrue une fois passée la trêve internationale.

Alerte pour Kitala

Contraint ce jeudi d’écourter la séance matinale, Yann Kitala s’est plaint auprès du staff médical d’une douleur à une cuisse, un début de contracture. Néanmoins, Luka Elsner, déjà privé de Jamal Thiaré, paraît relativement optimiste quant à la possibilité d’aligner son attaquant, samedi face à Annecy.

Supporter des soignants

Ce week-end, la Ligue de Football Professionnel affichera son soutien et remerciera tous les personnels des établissements de santé. Chaque but marqué sur les terrains de L1 et de L2 équivaudra ainsi à 500 € reversés à la Fédération Hospitalière de France. Le HAC a en outre souhaité spécifiquement remercier les soignants havrais. Trois cents d’entre eux, issus des établissements de santé locaux, ont donc été invités à assister à la rencontre de ce samedi.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC étrenne un statut tout nouveau, tout beau

Deuxième au moment d’aborder ce samedi 17 septembre 2022 le virage au sortir duquel le premier quart de la compétition sera consumé, le Havre AC étrennera face à Annecy, au Stade Océane, un statut flambant neuf.

Josué Casimir et les Havrais tenteront ce samedi soir d’étirer leur série avec un quatrième succès.

Il était à craindre, à l’instar du Toulouse FC, version 2021-22, qu’une à deux écuries ne s’échappent d’entrée. Ne plombent rapidement l’ambiance lors d’une course à l’accession qui n’offrira que deux badges d’entrée en Ligue 1. À craindre que le Havre AC, à l’organigramme fraîchement et sensiblement relooké, à l’effectif en partie bouleversé, ne suive d’un peu trop loin le combat des ambitieux. Mais il n’en est rien.

Au seuil de cette neuvième échéance, aucun des candidats ne bat pavillon loin devant. Seuls trois points séparent ainsi Valenciennes, septième, du leader sochalien. « Beaucoup d’équipes peuvent effectivement imprimer un tempo de dingue, note Luka Elsner. Ce championnat semble réellement intéressant, en tout cas un peu plus ouvert qu’il n’y paraissait peut-être au coup d’envoi. » Parti dans l’inconnu, et même inquiétant à l’entame (1 pt/9), voilà donc le HAC entré dans la cour des prétendants du moment. Et ce, à la faveur d’une série de trois succès à la suite (Laval, Caen et Niort) et d’une invincibilité dont la première pierre fut posée au coup d’envoi de la troisième journée (4v., 2n.).

Elsner, lui, ne snobe pas la possession

Face au promu annécien, c’est de ce fait un statut de co-leader qu’il reviendra aux Ciel et Marine d’assumer, de défendre, de conforter. « C’est vrai que tous les signaux sont au vert, acquiesce l’entraîneur havrais. Maintenant, ça ne fait pas non plus de nous une équipe spéciale, gardons bien les pieds sur terre. Ça doit même nous amener à plus de vigilance sur la qualité de notre production offensive, sur les attitudes, le comportement, sur l’humilité dont on doit faire preuve. Ce qui a changé, ce n’est pas le statut, mais peut-être l’attention que portent nos adversaires sur notre style de jeu un peu spécifique. »

Un style devenu une identité. Oui, enfin le Havre AC est-il mis en exergue pour une philosophie de jeu bien moins terne que les saisons précédentes. Paul Le Guen snobait la possession et son pourcentage, au profit d’une réelle solidité défensive. Son successeur démontre que les deux peuvent être compatibles, puisque le Havre AC s’appuie sur la troisième défense de L2, tout en dominant les classements dédiés à la possession (59,27 %) et au nombre de passes réussies (4 089). Le tout saupoudré de quatorze buts inscrits, soit deux fois plus qu’il y a un an, à ce stade de l’exercice.

« Mais attention, conclut Elsner. Actuellement, ce que l’on fait est intéressant, mais si les résultats ne suivent pas lors des deux-trois prochaines journées, on peut vite se retrouver dans le ventre mou. C’est pour cela qu’on aborde chaque match avec beaucoup de modestie, avec l’obligation de rebattre les cartes, d’y mettre beaucoup d’énergie. » Et pour le coup, avec l’idée d’offrir un deuxième succès aux fidèles du Stade Océane, et à ceux qui pourraient le devenir.

Havre AC - FC Annecy, ce samedi 17 septembre 2022 à 19 h, au Stade Océane
Arbitre : M. Paradis.

HAC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Opéri - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 8. Kechta - 23. Casimir, 9. Kitala, 10. Alioui.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 5. Diallo, 25. Confais, 18. Mbemba, 28. Mahmoud, 11. Cornette, 21. Gomes, 7. Samoura, 13. Ngoura.

Entraîneur : Luka Elsner.

Absents : Thiaré (pied), Wahib (genou), Diakité (reprise), Kongolo, Wam, Moussadek (choix).

ANNECY : 1. Escales - 6. Lajugie, 14. Mouanga, 13. G. Jean - 12. Testud, 3. Temanfo, 17. Pajot (cap), 18. El Jaouhari, 29. Bastian - 20. Sahi, 23. Bosetti.

Remplaçants : 16. Callens (g), 8. J. Goncalves, 25. Ruque, 11. Rocchi, 27. Shamal, 22. Billemaz, 7. I. Baldé.

Entraîneur : Laurent Guyot.

Absents : Kashi (suspendu), B. Mendy (blessé), Phliponeau (genou), Farade (cheville), Spano (reprise), Fillon (choix).

En bref… En bref…

Les propos dans nos colonnes de Check Oumar Diakité, prêté par le Paris FC au HAC, ont fait réagir du côté du club parisien

Annecy s’est mis à l’endroit

De retour en L2, vingt-neuf ans après l’avoir quitté, le FC Annecy, dirigé par Laurent Guyot, a sans doute tourné la page d’un début de saison sur fond de disette. À savoir ce zéro pointé au terme des trois premières journées. Peu à peu, les Haut-Savoyards se sont en effet remis dans l’axe, pour enfin arracher leur premier succès, à Dijon s’il vous plaît (2-0, 6e j.). Avant de sortir pour la première fois de la zone rouge au terme d’un récent duel remporté contre QRM (1-0, 8e j.). Et de se tourner vers Le Havre. Un match pour lequel « il n’est pas difficile de se mettre dedans au niveau de la motivation », estime Guyot. « Là où cela devient compliqué, poursuit le coach annécien, c’est sur le terrain, car on a affaire à du lourd. Le Havre, ce sont des joueurs à très fort potentiel et un entraîneur axé sur la qualité du jeu, ça se voit, ça se ressent, tout est réfléchi, bien pensé. »

Le PFC réagit aux déclarations de Diakité

Si Thierry Laurey, l’entraîneur du Paris FC, n’a pas souhaité revenir sur les propos tenus par le néo-Havrais Check Oumar Diakité au sujet de ses derniers mois passés dans la capitale, Fred Hébert, le directeur sportif parisien, s’est quant à lui exprimé, via un communiqué. « Check Oumar connaît parfaitement les raisons pour lesquelles le club et lui-même sont arrivés à une position commune d’un prêt (…) . Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de s’étendre davantage… Je m’étonne donc de ses déclarations dont la cause est probablement une maladresse involontaire d’un jeune joueur qui continue de découvrir le monde professionnel (…) . » Rappelons que le prêt du milieu de terrain est assorti d’une option d’achat.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC a fini par faire craquer Annecy

Il a fallu patienter jusqu’au dernier quart d’heure, ce samedi 17 septembre 2022 au Stade Océane, pour voir les Ciel et Marine prendre le dessus sur des Annéciens réduits à dix peu après l’heure de jeu. Le Havre AC reste installé à la deuxième place du classement.

Les Havrais entourent Nabil Alioui, auteur de l’ouverture du score sur penalty. Les Ciel et Marine enchaînent un quatrième succès consécutif.

Et soudain, il est sorti du bois. Jusqu’alors très discret, peu inspiré, serré de près, Josué Casimir ne passait pas, ou si peu. Mais il a suffi de deux échappées, deux envolées, pour que le Guadeloupéen fasse à lui seul, ou presque, basculer une soirée longtemps verrouillée à double tour par des Annéciens hyper-disciplinés. D’abord, lorsqu’il provoqua la faute de Bastian, déjà averti en première période et pour lequel le deuxième « jaune » fut sans appel.

Les visiteurs, quelque peu secoués depuis le coup d’envoi de la seconde période, allaient ainsi devoir résister à dix (63e). Avant qu’ils ne soient contraints de craquer, quand Casimir se retrouva à terre dans la surface tenue par les Haut-Savoyards, bousculé par Billemaz. M. Paradis n’hésita pas et offrit à Nabil Alioui l’occasion d’ouvrir le score, ce dont le Franco-Marocain ne se priva pas (75e).

Cornette se décoince

Cette fois, la digue avait sauté. Et jamais les promus n’allaient pouvoir sortir la tête de l’eau. D’autant plus que Quentin Cornette enfonça le clou, d’une frappe sèche décochée à l’entrée de la surface, imparable (83e). Enfin l’excentré droit, en perdition depuis quelques semaines, trouvait-il l’ouverture cette saison. Un but qui tua tout suspense et qui permit aux Ciel et Marine de se diriger tranquillement vers leur cinquième succès, le quatrième à la suite.

Une série qui se prolonge donc dans le temps, suffisant pour permettre aux hommes de Luka Elsner de basculer sur la trêve internationale dans la peau des premiers dauphins du leader sochalien. La patience des Havrais aura ainsi eu raison des visiteurs.

Et de la patience, il en fallut. Car durant toute la première période, les Ciel et Marine n’ont eu de cesse de tourner autour du bloc adverse, sans jamais trouver la faille. Et pourtant, Lekhal, tout simplement brillant, tenta toutes les ouvertures possibles et imaginables afin de mettre ses offensifs sur orbite. En vain. À la pause, à l’annonce de la blessure du capitaine havrais (cuisse), il était légitime de s’interroger sur les capacités du soir à modifier le cours des choses.

Mais il est écrit depuis plus d’un mois que le HAC parvient toujours à se sortir de situations complexes, écrit que l’abnégation est un atout maître dans les rangs havrais. À force de tenter, d’essayer (Kitala, 48e, Alioui, 53e), les Hacmen sont parvenus à toucher au but. Invaincus qu’ils sont désormais depuis sept matches. Cette invincibilité qu’ils remettront en jeu dans un peu moins de deux semaines, dans l’antre de Dijonnais qui n’ont pas gratté le moindre point lors des quatre dernières échéances. D’ici là, le Havre AC aura récupéré quelques éléments qui pourraient eux aussi majeurs, à savoir Thiaré et les deux dernières recrues estivales que sont Diakité et Kongolo. Vivement la suite !

Les notes du HAC :

Desmas (5,5), El Hajjam (5,5), Sangante (6), Lloris (6,5), Opéri (6), Richardson (5,5), Lekhal (7) puis Mbemba (6), Kechta (4), Casimir (6,5), Kitala (4), Alioui (6).

Au Havre, le HAC bat Annecy 2 à 0 (0-0)
Arbitre : M. Paradis. Spectateurs : 5 965.

Buts pour le HAC : Alioui (75e, s.p.), Cornette (83e).

Avertissements au HAC : Kechta (49e), Casimir (67e) ; à Annecy : Bastian (42e et 63e), Mouanga (52e), Pajot (70e), Baldé (86e).

Expulsion à Annecy : Bastian (63e).

HAC : Desmas - El Hajjam, Sangante, Lloris, Opéri - Richardson, Lekhal (cap) (Mbemba, 46e), Kechta (Confais, 80e) - Casimir (Mahmoud, 80e), Kitala (Cornette, 71e), Alioui (Gomes, 85e)

Entraîneur : Luka Elsner.

ANNECY : Escales - Lajugie, Mouanga, Jean, Bastian - Testud, Temanfo, Pajot (cap), Billemaz (Rocchi, 80e) - Sahi (Shamal, 72e), Bosetti (I. Baldé, 80e).

«C’était compliqué, mais prévisible»

Luka Elsner (entraîneur du HAC) : « C’était compliqué, mais prévisible, car en face, il y a un bloc très bien organisé et qui avance. On n’a pas pris ce match dans le bon sens, des joueurs n’ont pas répondu présents en première mi-temps, on a rectifié tout ça par la suite. En deuxième mi-temps, les garçons ont fait ce qu’il fallait pour que ça tourne. À l’image de Josué (Casimir), que l’on n’a pu vu en première période, les joueurs savent se remettre en cause, basculer de quelque chose qui n’est pas génial à quelque chose de très bon. Et on a pris le dessus en deuxième mi-temps, sans concéder d’occasion. On enchaîne un nouveau clean sheet, c’est génial, on continue notre progression, mais les matches sont durs. Annecy est une équipe extrêmement difficile à jouer. »

Laurent Guyot (entraîneur d’Annecy) : « La déception vient du fait que nous n’avons pas su mettre suffisamment en danger cette équipe du Havre. Offensivement, on n’a pas existé. Maintenant, jusqu’à l’expulsion, il n’y avait pas eu non plus de situations flagrantes au crédit des Havrais. On se dirigeait donc vers un 0-0. On n’était pas loin du paradis avec un point. L’expulsion a tout changé. La faute ne méritait pas de deuxième carton jaune, donc pas d’expulsion. Quant au penalty, il n’y a rien à dire. J’ai revu les images, il y a bien faute. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : un premier stop sans casse pour le HAC

Neuf journées disputées et premier arrêt au stand pour le Havre AC, deuxième, à un point du leader sochalien, à l’entrée de cette trêve internationale. Un stop que les Ciel et Marine effectuent sans la moindre casse. Et même mieux encore.

Lors de la prochaine journée, les Ciel et Marine tenteront de signer un cinquième succès de rang devant des Dijonnais qui, eux, s’escrimeront à éviter un cinquième revers à la suite

Quand certains s’évertueront à panser leurs plaies, à réfléchir aux solutions susceptibles de les sortir de la nasse, à s’arc-bouter sur d’infimes certitudes, d’autres traverseront la trêve internationale sans le moindre stress, sereins, confiants qu’ils sont au passage de la bouée marquant le premier quart de la compétition. Et parmi les écuries qui ne déplorent aucune bosse, ou presque, s’inscrit le Havre AC, crédité samedi, aux dépens d’Annecy (2-0), d’un quatrième succès à la suite. Dauphin du FC Sochaux depuis deux journées. Retour, en quelques chiffres, sur cette tranche de saison.

1

Une seule défaite concédée, à Valenciennes, lors de la deuxième journée (0-1), et surtout, une particularité. Oui, parmi toutes les écuries qui ont pris position dans le haut du tableau, et a fortiori parmi toutes les autres, le Havre AC se présente comme la seule formation à ne déplorer qu’un seul revers. Sochaux (1er), Bordeaux (3e), Amiens (4e), Guingamp (5e), Caen (6e) et Valenciennes (7e) sont quant à eux tombés à deux reprises.

5

Remanié à 80 %, le secteur où se dressent les derniers remparts ne laisse apparaître que bien peu de failles. Desmas et ses complices, parmi lesquels seul Sangante fait figure d’« ancien », assurent actuellement au HAC une place en tête du classement des meilleures défenses, avec seulement cinq buts concédés. Une position partagée avec Sochaux (1er) et Bordeaux (3e).

7

Épargné par la défaite depuis sept journées, le Havre AC surfe sur la plus longue invincibilité en cours. Néanmoins, si les Ciel et Marine restent sur quatre succès à la suite, cinq lors des six dernières échéances, Sochaux, et ses six victoires d’affilée, signe la plus impressionnante série du moment. Aux antipodes, Dijon est en perdition, seule formation sortie des quatre derniers matches sur un zéro pointé, Dijon, là où les Ciel et Marine feront étape le 1er octobre.

9

Comme le nombre de buteurs recensés dans les rangs du Havre AC. Dans l’ordre : Thiaré et Lekhal (3), Alioui, Kitala et Opéri (2), Sangante, Richardson, Kechta et Cornette (1).

18

Avec dix-huit points au compteur, l’actuelle promotion du Havre AC progresse à un rythme jamais atteint sur la base des treize dernières saisons. Soit le temps qui sépare le HAC de son dernier aller-retour en Ligue 1. En 2007-2008, exercice ponctué d’une accession et d’un titre de champion, rappelons que le club doyen avait abordé le virage de la dixième journée avec vingt points mis au chaud.

23

Depuis l’ouverture de la saison, Luka Elsner a déjà fait appel à vingt-trois joueurs, dont trois ont depuis quitté le Havre AC : A. Ba (Sunderland, Ang, D2), Kumbedi Nséké (Lyon) et P.I. Ba (Pau, p.). À noter qu’à l’exception de Desmas, le numéro 1, seul Sangante a disputé l’intégralité des neuf premiers matches.

60,22

La stat’ avait déjà été mise en exergue à la veille de la réception d’Annecy, mais ce duel avec le promu haut-savoyard lui a donné un peu plus d’épaisseur encore. Face aux hommes de Laurent Guyot, ceux de Luka Elsner ont porté le pourcentage de possession à près de 70 % (67,7 %), ce qui leur permet de s’appuyer sur une moyenne actuellement inégalée dans l’exercice du monopole du ballon : 60,22 %.

En bref... En bref...

Lekhal, la tuile

C’est l’ombre au tableau. La tuile. Ou quand samedi soir, au terme d’une première période durant laquelle il fut omniprésent, brillant par instants, au cours de laquelle tous les ballons passèrent par lui, Victor Lekhal se mit à grimacer. Touché. « C’est mort », lança-t-il à l’un de ses partenaires avant la pause. Au coup d’envoi de la seconde période, le capitaine havrais dut ainsi se diriger vers le banc, laissant Nolan Mbemba le relayer.

Sentinelle de l’entrejeu, redevenu un maillon fort du « onze », et ce après deux saisons traversées dans un certain anonymat, Lekhal, victime d’une lésion musculaire (cuisse), pourrait être contraint de rester à l’écart de la compétition durant deux à trois semaines. Une absence, si elle devait se confirmer (résultats d’examens à venir), qui s’ajouterait à la suspension d’Amir Richardson en vue du déplacement à Dijon (le 1/10).
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football : Simon Vilneuve, le jardinier du Havre AC adoubé par la Seleção

Si la sélection brésilienne a fait le choix de s’installer pendant cinq jours au Havre, c’est notamment en raison de la qualité des pelouses du centre technique du HAC et du Stade Océane. Des terrains de jeu bichonnés au quotidien par leur responsable Simon Vilneuve et son équipe.

Salarié de l’entreprise Sparfel, Simon Vilneuve officie depuis trois saisons au service du Havre.
Les Brésiliens se sont entraînés mercredi après-midi sur la pelouse du Stade Océane

Il confie « ne pas avoir eu le temps » de lire les articles – « Nous avons un peu la tête dans le guidon (pour ne pas dire dans le gazon) en ce moment » – mais admet en avoir eu « quelques échos ». RMC Sport, So Foot, Maxifoot… Et même RTL Belgique ! Nombreux sont les titres de presse à avoir repris la petite phrase de Tite, le sélectionneur brésilien, à propos des conditions de travail dont ses joueurs pourraient profiter à l’occasion de leur séjour havrais. « Quand vous êtes aussi exigeant que je le suis quant aux qualités techniques de l’équipe, et qu’on vous propose de travailler sur de telles pelouses, celle du centre d’entraînement et du Stade Océane, c’est parfait », s’était ainsi enthousiasmé l’entraîneur de la Seleção au cours d’un entretien paru il y a quelques jours dans nos colonnes.

« Bien sûr que c’est gratifiant quand vous entendez ça. Cela veut dire qu’on ne fait pas trop mal notre boulot », accueille modestement Simon Vilneuve, dans un petit sourire trahissant néanmoins une réelle fierté. Quel plus beau compliment le responsable de l’entretien des quatre pelouses du Havre AC – trois au centre d’entraînement, une au Stade Océane – pouvait-il recevoir que celui adressé par le patron de la plus mythique des sélections de football ? La récompense du travail accompli par ce professionnel de 41 ans originaire de la région Centre, depuis maintenant trois saisons qu’il officie, sous l’égide de l’entreprise spécialisée Sparfel, au service du club doyen.

Il a longtemps œuvré sur les greens de golf

Un jardinier… « Oui, oui, vous pouvez y aller. En Angleterre, on appelle ça un « ground manager » (manager du terrain), mais il n’existe pas de terme dédié en France. Il ne faut pas être bégueule, un jardinier reste un jardinier, même si j’ai un peu plus de responsabilités que d’autres », rigole celui qui a longtemps œuvré sur les parcours de golf, dont ceux de Mont-Saint-Aignan et d’Étretat, un univers dans lequel la qualité des greens participe au standing de l’endroit. « Les mentalités ont beaucoup évolué dans le football, on accorde aujourd’hui beaucoup plus de respect et d’importance aux jardiniers qu’à une autre époque. »

Simon Vilneuve dit d’ailleurs entretenir « d’excellentes relations » avec l’entraîneur du HAC, Luka Elsner. « Nous échangeons quasi quotidiennement. Sur quel terrain l’équipe peut-elle s’entraîner ? Quelle zone a pu être abîmée par ses joueurs ? Laquelle faut-il protéger en vue d’une prochaine intervention ? L’entraîneur est comme moi : la pelouse constitue son outil de travail. Alors, c’est un coup à lui, un coup à moi. »

À la tête d’une équipe de trois personnes – « Kévin Rucart et Enzo Bizet abattent aussi un énorme boulot ! » – le jardinier en chef ne serait pas contre disposer d’un peu plus de moyens humains et financiers. « Mais je n’ai pas à me plaindre, ceux qui me sont alloués ici permettent déjà de bien travailler », estime-t-il, alors que l’aire de jeu du Stade Océane, identique depuis l’inauguration en 2012 (une rénovation complète est à l’étude), s’est classée 9e du dernier championnat des pelouses de Ligue 2, évaluées à chaque rencontre par les clubs, les arbitres et les réalisateurs TV.

Il vibre au rythme des mottes de terre plus que des buts
Privé de luminothérapie, ce dispositif de lampes au sodium apportant la chaleur et la lumière nécessaires à la bonne croissance d’un gazon, tant pour des raisons environnementales que financières, Simon Vilneuve s’en remet pour beaucoup à « l’huile de coude ». « Les petites réparations à la main représentent 50 % de notre travail du moment, et ce sera 90 % durant l’hiver. » Lui intervient avant et après chaque utilisation, ainsi qu’à la mi-temps des matches de Ligue 2, auxquels il assiste depuis le bord du terrain. Vibrant au rythme des mottes de terre bien plus que des buts marqués. « Je ne vois que le comportement du ballon et la régularité des appuis des joueurs, c’est terrible », avoue celui qui s’est décomposé lorsque, sur « une action que personne n’a remarquée sauf moi », un joueur a « arraché un mètre de pelouse » lors du dernier match des Ciel et Marine face à Annecy.

À l’instar des footballeurs, l’Angleterre et ses vertes pelouses font figure pour le « ground manager » du HAC d’Eldorado. « Cela fait rêver… » Que les dirigeants havrais se méfient. Après les louanges de Tite, peut-être leur faudra-t-il bientôt, comme pour leurs meilleurs jeunes, ne pas se faire chiper leur jardinier.
Avatar du membre
onedok
Division départementale
Division départementale
Messages : 23
Enregistré le : 05 mai 2021 13:06

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par onedok »

THE DRUG IS FOOTBALL
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2: le HAC toujours sans Thiaré, inquiétude pour Alioui

Annoncés samedi à Dijon, les Ciel et Marine, dauphins des Sochaliens au classement, se préparent à sortir de la trêve internationale privés de quelques-uns de leurs éléments majeurs.

Handicapé par une douleur musculaire (cuisse), Nabil Alioui pourrait être contrait de faire une croix sur le déplacement à Dijon, samedi.

Périlleuse, l’étape en terre bourguignonne l’était déjà sur le papier. Du moins au regard des quatre dernières journées, remportées par le Havre AC pendant que Dijon, l’un des ambitieux, empilait autant de revers. Oui, samedi au stade Gaston-Gérard, sans doute les hommes de Luka Elsner seront attendus comme jamais ils ne l’ont encore été cette saison.

Mais périlleuse, cette dixième échéance de la saison le sera bien plus encore, sur le papier à nouveau, à la vue de cette liste abritant les absents. Si au soir du succès signé aux dépens d’Annecy (2-0, 9e j.), il ne faisait aucun mystère du forfait de Victor Lekhal (lésion musculaire) pour le duel à venir – le capitaine havrais pourrait effectuer son retour face à Bastia (11e j.) – il était en revanche permis de croire en une sortie de Jamal Thiaré de l’infirmerie. Il n’en est rien.

Diakité, c’est OK

À l’arrêt depuis trois semaines (entorse ligamentaire sur le dessus du pied), l’attaquant sénégalais se doit en effet de rester encore deux semaines, au moins, à l’écart du groupe. Yann Kitala, remis d’une douleur musculaire, se présente donc comme la seule pointe d’expérience sur une ligne offensive au-dessus de laquelle plane une inquiétude. Touché derrière la cuisse, Nabil Alioui est lui aussi à l’arrêt, annoncé plus qu’incertain pour le rendez-vous de samedi. Celui que ne pourra honorer Amir Richardson, suspendu.

Une bonne nouvelle tout de même : touché aux adducteurs avant la pause internationale, Check Oumar Diakité peut prétendre intégrer pour la première fois les « 18 », et même le « 11 » de départ.
Avatar du membre
HACISBACK
National
National
Messages : 915
Enregistré le : 06 mai 2021 21:16

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par HACISBACK »

Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : au HAC, Lesage s’est déjà glissé dans son nouveau rôle

Peu à peu, il prend ses marques au sein du staff technique, au milieu de l’effectif. Assuré de rallier le HAC depuis juin, intronisé début septembre en qualité d’adjoint en charge des offensifs, Jean-Michel Lesage, de retour chez lui, s’est naturellement glissé dans son nouveau rôle.

Conseiller spécial des attaquants du HAC, Jean-Michel Lesage ne peut cacher sa joie d’être rentré à la « maison »

« On ne marque pas ! Soyez plus tueurs ! » Il est là, Jean-Michel Lesage. Au milieu d’un groupe de joueurs. Là pour que les filets tremblent et non pas pour que les gardiens brillent. Lui, le nouveau guide des attaquants havrais, rôle dans lequel il se glisse tout naturellement trois fois par semaine au centre d’entraînement de Soquence, avant que ne soit prochainement couché noir sur blanc le planning de ses interventions à la Cavée Verte.

Douze ans après avoir quitté le HAC (319 matches, 76 buts), six ans après une carrière bouclée sous les couleurs de Créteil, revoilà donc « Lucky Lesage » (45 ans) sur un terrain. Au Havre, forcément. « Ça faisait près de six ans que j’attendais ce moment, six ans que j’avais ce souhait de revenir, avec ce projet dédié aux attaquants du club. » De son club.

« Et c’est bien parce qu’ici, c’est chez moi, que je n’ai jamais abandonné l’espoir de mener à bien mon projet. » Partenaire de Mathieu Bodmer dans les rangs du Variétés Club de France, Lesage, jusqu’alors responsable technique au CSM Bonneuil-sur-Marne (94), savait ainsi depuis juin dernier qu’une place lui serait faite au sein du staff technique.

« Je pense avoir suffisamment mouillé le maillot pour me permettre de transmettre quelques conseils »

Et ce, dans le cadre d’une formation « spécifique attaquant » animée par Lionel Rouxel, ex-avant-centre de Guingamp et de Strasbourg notamment, aujourd’hui sélectionneur de l’équipe de France U17. L’ancien Havrais Anthony Le Tallec, aujourd’hui entraîneur adjoint des U17 du FC Annecy, fait également partie de la promotion 2022-23. Le jeune retraité Jimmy Briand aussi.

« Cette formation n’a que deux ans d’existence, explique Lesage. Le but, c’est qu’il y ait à terme autant d’entraîneurs des attaquants que d’entraîneurs des gardiens. » Titulaire du Brevet d’entraîneur de football, il se prépare ainsi à étoffer un peu plus son C.V.

Mais une fois son diplôme en poche, une fois la saison écoulée, qu’adviendra-t-il de lui ? « Si tout se passe bien ici, il n’y a aucune raison que ça s’arrête lorsque ma formation sera terminée. Être au HAC aujourd’hui est un vrai bonheur pour moi. Quel plaisir de travailler avec le staff ! J’ai été accueilli à bras ouverts. On sent que quelque chose se passe, qu’il y a la bonne personne au bon endroit à tous les étages du club. Et puis j’arrive aussi à un moment où il y a du jeu, des résultats. »

Des anciens, enfin !

Mais aussi des anciens, enfin ! Jean-Michel Lesage a ainsi rejoint Nicolas Douchez, Havrais de 1996 à 2003, au sein de l’équipe technique. « Avec Nico, on connaît les valeurs de ce club et c’est important de pouvoir les relayer. C’est une chance pour les joueurs, une chance pour nous aussi. À titre personnel, je pense avoir suffisamment mouillé le maillot pour me permettre de transmettre quelques conseils, d’orienter les joueurs, en restant dans mon domaine bien sûr. »

Et son domaine, c’est la finition, ces sensations face au but qu’il lui faut désormais diffuser aux autres. Celles qu’il aimerait croquer à nouveau, les soirs de match à domicile, en s’installant sur le banc afin d’être au plus près de ses héritiers. « Mais je ne sais pas s’il reste une petite place », sourit-il, avec cette réserve qui lui a toujours collé à la peau
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC doit pouvoir compter sur eux

Ce samedi 1er octobre 2022 à Dijon, le Havre AC remettra en jeu son invincibilité, sa série de succès et sa position de dauphin. Mais pas que. Privé de quelques-uns de ses éléments majeurs, le club doyen testera la profondeur de son effectif.

Quentin Cornette, Nolan Mbemba et Aloïs Confais devraient profiter des nombreux forfaits afin de durcir le jeu de la concurrence au HAC.

On les a quittés il y a deux semaines, au soir d’un coup gagnant face à Annecy (2-0), le quatrième à la suite, d’un septième match sans défaite et d’une deuxième place confortée, un point derrière le leader sochalien. On les retrouvera ce samedi soir, à Dijon, dans l’obligation de relever un nouveau défi.

Oui, pour la première fois cette saison, il faudra à Luka Elsner dessiner ses « dix-huit » et surtout son « onze » en l’absence de quatre titulaires. Soit un entrejeu et une ligne d’attaque à revisiter. « Ça va être un vrai test, annonce l’entraîneur havrais. Toutes les équipes passent par là, à nous de faire preuve de personnalité, d’expérience, de caractère, de démontrer que notre effectif est suffisamment profond. »

À Dijon, face à un adversaire en proie aux doutes (voir ci-dessous), lors d’une soirée qu’Elsner prédit « à forte tension », les Ciel et Marine se devront ainsi de gommer les forfaits d’Amir Richardson (suspendu) au cœur du jeu, de Nabil Alioui (souci musculaire) et de Jamal Thiaré (entorse ligamentaire sur le dessus du pied) le long de la ligne d’attaque, mais aussi le très probable forfait de Victor Lekhal (lésion musculaire).

« J’espère que les absences ne changeront pas notre façon de jouer, ne nous feront pas perdre notre identité, notre force collective. À ceux qui joueront de faire en sorte que l’équipe soit la même. » Cette responsabilité sera notamment confiée au duo Mbemba-Confais. Le premier nommé, rarement convaincant sous les ordres de Paul Le Guen (26 titularisations en 2 saisons), remonte quelque peu à la surface.

Cornette jouera gros

Revenu de sa septième sélection avec la République du Congo, Nolan Mbemba endossera à Dijon le rôle de sentinelle, celui qu’il a parfaitement tenu il y a deux semaines, lorsqu’il dut prendre le relais de Lekhal, blessé. L’ex-Rémois en profitera-t-il pour accroître la concurrence au milieu ? Ce même jeu de la concurrence dans lequel Aloïs Confais se prépare lui aussi à entrer.

Très certainement préféré à Check Oumar Diakité, prêté le 1er septembre 2022 par le Paris FC, l’ex-joueur de l’Olympiakos Nicosie (Chy), apparu cette saison à trois reprises, devrait pour la première fois intégrer le « onze ». « Il revient bien », estime Elsner au sujet d’un joueur qui dut d’abord passer par l’infirmerie à son arrivée au Havre, touché à une cheville (entorse).

Devant, si le patron technique estime qu’Elies Mahmoud « mériterait d’avoir sa chance en tant que titulaire », qu’Ylan Gomes « revit un petit peu en termes de mentalité et de caractère », c’est à Quentin Cornette que reviendra, sauf surprise, le poste d’excentré gauche. Et sans doute est-ce lui qui jouera le plus gros à Dijon.

Trop souvent décevant lorsqu’une place de titulaire lui fut faite (à trois reprises), Cornette (1 but, 1 passe), en possession d’un nouveau contrat assorti d’une réelle revalorisation salariale, se doit vite de donner raison à ses dirigeants. Eux qui l’ont rattrapé avant qu’il ne s’engage ailleurs. Et cet ailleurs aurait pu être… Dijon. Là où l’ex-Amiénois et les Havrais tenteront d’arracher un cinquième succès à la suite, série XXL après laquelle le HAC court depuis la saison 2017-2018.

Lekhal finalement dans les... « 20 »

Annoncé forfait depuis jeudi par Luka Elsner pour ce déplacement à Dijon, « mais il devrait être opérationnel pour Bastia », précisait même l’entraîneur havrais, Victor Lekhal sera bel et bien visible ce samedi 1er octobre 2022 au stade Gaston-Gérard. Sera-t-il pour autant aligné ? Pour l’heure, il fait simplement partie d’un groupe de vingt joueurs, soit deux de trop. En reprise, suite à une lésion musculaire, le capitaine havrais n’a pris part qu’à une seule séance collective depuis la dernière journée et la victoire aux dépens d’Annecy (2-0).

Dijon FCO - Le Havre AC, ce samedi 1er octobre 2022 à 19 h, au stade Gaston-Gérard

Arbitre : M. Lissorgue.

DIJON : 30. Reynet - 14. Marié, 5. S. Coulibaly, 3. Congré (cap), 13. Rocchia - 93. Thioune, 20. Ndong - 9. Tchaouna, 11. Jacob, 28. B. Soumaré - 8. Le Bihan.

Remplaçants (à choisir parmi) : 16. Allagbe (g), 4. Benchaa, 12. A. Fofana, 88. Deaux, 25. Pi, 77. Assalé, 18. I. Camara, 10. Silva, 7. Dobre.

Entraîneur : Omar Daf.

Absents : Z. Touré, C. Traoré, Ngouyamsa (blessés), Benzia, Konaté (choix).

HAVRE AC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante (cap), 4. Lloris, 27. Opéri - 25. Confais, 18. Mbemba, 8. Kechta - 23. Casimir, 9. Kitala, 11. Cornette.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 5. Diallo, 15. Kongolo, 6. Diakité, 22. Lekhal, 26. Ebonog, 28. Mahmoud, 21. Gomes, 12. Soumah.

Absents : Thiaré, Alioui, Wahib (blessés), Richardson (suspendu), Moussadek, Wam, Logbo, Ngoura (choix).

Dijon en plein tourbillon

C’était il y a un peu plus d’un an. Tombé de Ligue 1, le DFCO, peu séduit à l’idée d’un voyage de plus de dix mois en deuxième classe, frappait fort sur le marché des transferts. Mais patatras ! Onzième sur la ligne d’arrivée, Dijon ne fut jamais dans la course. Partie remise ? Bien sûr. Mais à quand ? Pour cette saison, cela se complique déjà.

Certes, Mickaël Le Bihan (4 buts) et les siens ont d’entrée montré les crocs. Cinq journées, trois succès, deux nuls et un début de parcours dans la roue du leader de l’époque, le SM Caen, cinq longueurs devant le Havre AC. L’arrivée d’Omar Daf, en provenance du banc de Sochaux, en lieu et place du contesté Patrice Garande, paraissait avoir suffisamment secoué les Dijonnais. Paraissait seulement. Car depuis, les ambitieux avancent à reculons.

Annecy, puis Bastia, Sochaux et enfin Bordeaux les ont en effet privés coup sur coup du moindre point. Pour une chute jusqu’à la onzième place, sept points derrière les Ciel et Marine, à trois points seulement de Nîmes, dix-septième. « On ne va pas le cacher, la série est noire, confiait Baptiste Reynet, le numéro 1 du DFCO, à nos confrères dijonnais. Pour autant, je n’ai pas le sentiment que nous ayons la tête sous l’eau. Ce n’est qu’une question de détails à régler. » Si ce n’est que ça…
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC méritait tellement mieux à Dijon

Entre des Dijonnais transparents et des Ciel et Marine souverains dans tous les compartiments du jeu, il y eut, ce samedi 1er octobre 2022 en Côte-d’Or, un monde d’écart entre les deux formations. Et pourtant, le HAC dut se contenter d’un nul (0-0).

Malgré toute leur hargne, incarnée notamment par Check Oumar Diakité, pour sa première sous ses nouvelles couleurs, les Havrais n’ont pas réussi à forcer le verrou dijonnais.

On leur avait promis l’enfer. Que la bête blessée dijonnaise, croquée lors des quatre dernières journées, leur montrerait d’entrée les crocs. Mais de secousse, il n’y eut jamais aux abords de la surface havraise. À tel point que Desmas boucla cette soirée dans la peau d’un « simple » spectateur, lui qui n’eut pas la moindre occasion de se chauffer les gants, quand son confrère dijonnais, Reynet, fut tout simplement élu homme du match.

Oui, Desmas fut un observateur privilégié de la domination de ses partenaires. Souvent écrasante, mais malheureusement stérile. Arrivés lancés, mais privés de Lekhal, Richardson, Alioui et Thiaré, les Ciel et Marine auraient pu, auraient dû, plier cette soirée très rapidement. Mais des choix douteux dans la dernière passe ont annihilé quelques jolis mouvements, quand ce n’est pas la maladresse, symbolisée par Kitala (18e) et Cornette (32e), qui priva le Havre AC de l’ouverture du score.

Reynet sauva Dijon

Collectivement, techniquement, les hommes de Luka Elsner survolaient le débat, étouffaient par instants des Dijonnais totalement dépassés. Et que dire de cette hargne à la perte du ballon, de cette volonté de gratter le moindre ballon, incarnée notamment par Diakité, pour la première fois aligné, de retour en Ligue 2 huit mois après sa dernière apparition avec le Paris FC. Dans l’esprit, dans l’envie, la trêve internationale n’avait pas abîmé le ressort. Et dans le jeu, Sangante et les siens se montraient toujours aussi séduisants.

Leur pression se fit même de plus en plus forte en seconde période, moment où Reynet, le portier du DFCO, décida de faire le show. Grand, très grand qu’il fut lorsque Cornette, en position excentrée, décida de le prendre pour cible, d’une frappe majuscule. Reynet s’envola et détourna le cuir du bout des gants (56e). Le HAC campait dans la partie de terrain dédiée aux locaux, ça passait par la droite, par la gauche, il y avait parfois un dos, une cuisse, une fesse, pour se mettre en travers d’une tentative havraise. Ou encore Reynet, quand Opéri prit la décision de prendre sa chance, d’une frappe puissante, cadrée, repoussée des deux points par le numéro 1 de Dijon (62e).

Ça ne passait pas, ça ne voulait pas, alors qu’il était impossible, dans les intentions, d’en demander plus aux Ciel et Marine. Si ce n’était offensivement, cette ligne au centre de laquelle manque cruellement un buteur, un « tueur ». Ce rôle peut-être encore un peu trop grand pour Kitala, malgré une volonté indéniable. Celui que pourrait tenir Thiaré, à condition qu’il puisse passer plus de temps sur le pré qu’entre les mains des kinés. Cette mission qu’il faudra peut-être confier à un élément tout neuf lors du prochain mercato.

Car il s’agit là du seul bémol dans un décor qui fait en l’état du Havre AC l’une des plus belles équipes du championnat. Pas loin d’être un réel candidat à la course menée au sommet. Une formation qui n’a plus perdu depuis la deuxième journée (0-1 à Valenciennes), soit huit matches sans défaite. Une série à épaissir samedi 8 octobre 2022, lors de la réception du SC Bastia.

Lekhal a espéré jusqu’au dernier moment

Appelé à la surprise générale dans un groupe de vingt joueurs, à la veille de ce rendez-vous à Dijon, et ce, alors que Luka Elsner l’annonçait forfait depuis plusieurs jours, Victor Lekhal n’était toutefois pas du voyage. Touché à une cuisse deux semaines auparavant face à Annecy (2-0), le capitaine havrais a néanmoins effectué le matin-même un ultime test, avant le décollage de la délégation havraise pour la Côte-d’Or, essai qui a mis fin à ses derniers espoirs. Lekhal signera donc son retour à la compétition lors de la réception de Bastia.

Les notes du HAC :

Desmas (5), El Hajjam (7), Sangante (7,5), Lloris (7), Opéri (7,5), Diakité (7), Mbemba (6), Kechta (6,5), Casimir (6,5), Kitala (5,5), Cornette (5,5).

À Dijon, Dijon et le HAC 0 à 0
Arbitre : M. Lissorgue. Spectateurs : 6 533.

Avertissements à Dijon : A. Fofana (1re), Rocchia (41e), Tchaouna (71e), Thioune (84e) ; au HAC : Kitala (6e), Casimir (8e), Mbemba (19e).

DIJON : Reynet - A. Fofana, S. Coulibaly, Congré (cap), Rocchia (Deaux, 45e+1) - Thioune, Ndong - Silva (Dobre, 57e), Jacob (Marié, 72e), Soumaré (Tchaouna, 57e) - Le Bihan (I. Camara, 72e).

Entraîneur : Omar Daf.

HAC : Desmas - El Hajjam, Sangante (cap), Lloris, Opéri - Diakité (Confais, 70e), Mbemba (Diallo, 89e), Kechta - Casimir, Kitala (Mahmoud, 70e), Cornette (Gomes, 79e).

Entraîneur : Luka Elsner.

Mbemba : « Si on fait le taf à domicile, ce point comptera »
Luka Elsner (entraîneur du HAC) : « Oui, ce nul peut laisser des regrets. J’avais dit aux garçons qu’il faudrait être clinique, chirurgical lorsque les occasions se présenteraient. On en a eu, pas autant que ça, mais quelques-unes très intéressantes tout de même. J’ai aimé la maturité, notre force défensive, on a fait une belle deuxième période dans la maîtrise du ballon. On était proche de la victoire. Les joueurs sont déçus, tant mieux. Ça veut dire qu’ils ont des ambitions et qu’ils veulent gagner tous les matches. J’ai trouvé un collectif vraiment présent, qui a répondu au défi proposé, aux duels. On part avec des petits ou des gros regrets, mais on a posé les bases pour le match de Bastia. »

Nolan Mbemba (milieu de terrain du HAC) : « Des regrets, parce qu’on a eu les opportunités de mener au score. On a quand même beaucoup donné, on a essayé d’aller au bout des choses. Le coach répète sans arrêt qu’on a les cannes, le coffre pour aller au bout des matches. C’est un état d’esprit. Là, ça n’a pas payé, mais si on fait le taf à domicile, ce point comptera. Pour la suite, on ne se prend pas la tête par rapport au classement, l’objectif est de produire notre jeu, de ne pas s’écarter de ça. On sent que les gens deviennent gourmands autour de nous, c’est très bien. Ça veut dire qu’il y a un potentiel dans cette équipe, un groupe dans lequel tout le monde fait le boulot, titulaires comme remplaçants. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : après le nul du HAC à Dijon, les trois choses à retenir

Invaincus depuis le coup d’envoi de la troisième journée (5 V., 3N.), les Ciel et Marine, annoncés samedi 8 octobre 2022 au Stade Océane face à Bastia, ont profité de l’étape dijonnaise (0-0) pour rendre quelques certitudes encore plus fortes, non sans un bémol.

Arouna Sangante, l’un des symboles d’une des deux défenses les plus étanches du championnat de Ligue 2.

Que retenir du duel en terre dijonnaise, là où le Havre AC a étiré sa série de matches dénués de revers à huit unités ?

Défensivement, c’est costaud

À ce rythme, à l’heure où à l’UNFP se posera la question des trois nominés pour le Trophée décerné en fin de saison au meilleur gardien de Ligue 2, aucun des membres du jury ne pensera d’instinct à Arthur Desmas.

Parce que le portier du Havre AC n’a pas suffisamment de talent ? Non ! Parce qu’en l’état, il est assurément le portier que l’on voit le moins, sollicité à dose homéopathique depuis l’ouverture du championnat. Samedi 1er octobre 2022 à Dijon, aucun ballon n’a pris la direction de son cadre (ce qui avait déjà été le cas face à Annecy, 2-0, 9e j.), pas plus qu’il n’eut à s’éloigner de sa ligne pour couper net une offensive dijonnaise.

Le fait d’un manque d’inspiration dans les rangs du DFCO, le fait surtout de la solidité des hommes qui le protège. De cette charnière Sangante-Lloris qui ne cesse d’impressionner - trouver un duel perdu par l’un des deux joueurs relève de l’exploit - de ces latéraux, El Hajjam et Opéri, qui ont de nouveau jonglé à merveille avec le don de soi et les envolées offensives, de cet entrejeu de nouveau irréprochable à la perte du ballon, de ces offensifs qui n’ont eu de cesse de presser, de gêner les relances du DFCO.

Suffisant pour faire du HAC, dont les filets n’ont pas tremblé une seule fois lors des trois dernières journées, l’une des deux équipes les plus étanches du moment (5 buts « contre » en 10 matches). Peut-être même la plus étanche, si Laval venait ce lundi 3 octobre 2022 à trouver au moins une fois l’ouverture face à Bordeaux.

Diakité, c’est punchy

Quelques indices laissaient à penser que la suspension d’Amir Richardson profiterait à Aloïs Confais. Mais non. Au coup d’envoi, Luka Elsner lança Check Oumar Diakité dans le grand bain. Un mois après son arrivée en prêt du Paris FC, huit mois et demi après sa dernière apparition en Ligue 2 (le 17/01 face au HAC), le milieu de terrain de 19 ans, international U20, a ainsi renoué avec la compétition. Sans que cela ne passe inaperçu.

Percutant, Diakité s’est surtout montré précieux dans cet exercice qui le vit chiper nombre de ballons dans les pieds dijonnais. Une première pleine de punch, « mais il n’est qu’à 50 % de ses possibilités, estime l’entraîneur havrais. On le connaissait, il n’y a donc pas de surprise par rapport à son niveau. Si on le calibre bien dans nos schémas, nos circuits, il sera une vraie plus-value pour nous. » Un talent de plus au sein d’un entrejeu qui n’en manquait déjà pas.

En pointe, c’est léger

Une ombre au tableau, quand même. Certes légère à ce stade de la saison, puisqu’au terme de la dixième journée, le Havre AC s’appuie sur la cinquième attaque de L2, avec seize buts au compteur. Mais à terme, cela pourrait être gênant. À Dijon, malgré quatre occasions franches, malgré de nombreuses situations qui auraient dû être validées par une occasion nette, et malgré une intense pression aux abords de la surface du DFCO, les Ciel et Marine ne purent décoincer le tableau d’affichage.

La faute à une certaine maladresse (Kitala, Cornette), la faute surtout à un manque de solution, sachant que pour la troisième journée de rang, Jamal Thiaré manquait à l’appel. Alors Yann Kitala, seule pointe d’expérience à disposition, a couru, pressé, mené quelques combats aériens, mais lorsqu’il dut passer le relais (70e), c’est Quentin Cornette qui se positionna en pointe, avant de voir Ylan Gomes, et ses 76 minutes de temps de jeu en un an, y finir la soirée.

Force est de constater qu’avec un peu plus de poids dans le domaine de la finition, en quantité comme en qualité, le Havre AC serait très certainement à ce jour loin de la concurrence.

En bref… En bref…

Soumah passe pro

Recruté cet été par le SC Bastia, alors qu’il évoluait dans les rangs de la « B » de Kayserispor (Tur), Salifou Soumah ne put finalement s’installer en Corse. Et ce, en raison d’un problème administratif, lié à l’absence d’agrément du centre de formation du SCB. Le jeune Guinéen s’envola donc pour le HAC, via la signature d’un contrat stagiaire pro. Un statut que le milieu offensif abandonnera toutefois ce lundi 3 octobre, jour de ses 19 ans, au profit d’un contrat professionnel d’une durée de trois ans. Rappelons que Soumah fut samedi, à Dijon, inscrit pour la première fois sur une feuille de match de L2.

Casimir suspendu

Averti samedi lors du duel avec le DFCO, Josué Casimir, qui avait déjà vu jaune lors des première et neuvième journées, sera contraint de purger un match de suspension automatique. L’excentré droit devra ainsi faire une croix sur le déplacement à Rodez, le 15 octobre.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC aura-t-il enfin l’appui de son public face à Bastia ?

Alors que le Havre AC disputera face à Bastia, samedi 8 octobre 2022, son avant-dernier match à domicile avant la trêve « Qatar », l’affluence annoncée devrait péniblement dépasser les 6000 spectateurs. Décevant au regard du spectacle actuellement proposé.

Trop de sièges vides derrière Oualid El Hajjam, le symbole d’un Stade Océane qui peine encore à afficher une affluence digne de ce nom.

Il était à craindre que le plus grand défi à relever serait associé au jeu et, par ricochet, aux résultats. Qu’il faudrait du temps afin que l’effectif, sensiblement modifié, devienne compétitif, voire ambitieux. Et pourtant, à l’aube de cette 11e journée, le challenge est en passe d’être réussi.

À l’échelle de la L2, le HAC régale, le HAC pétille, le HAC maîtrise. Rarement depuis le début des années 2000, le club doyen n’avait à ce point impressionné, par instants. Certes, en 2007-2008, exercice de l’accession la moins poussiéreuse, il y eut des soirées à forte intensité, à fortes émotions. Sous l’ère Mombaerts (décembre 2012 à décembre 2014), le Havre AC avait également été étiqueté comme l’une des équipes les plus agréables à voir évoluer.

Un rebond bien timide

Ces deux dernières décennies, les saisons durant lesquelles le public havrais eut l’occasion de vibrer ne furent pas légion. Et peu à peu, ces dix dernières années, soit depuis l’inauguration du Stade Océane, l’affluence n’a cessé de fondre. Depuis l’exercice 2012-2013, plus jamais la moyenne de celle-ci n’a franchi la barre des 8000 spectateurs (8518). Un fait qui interpella Jean-Michel Roussier cet été, à son arrivée dans le fauteuil de président. « Le seul objectif est de faire revenir le public. Si on arrive à faire entre 7500 et 10 000, alors on aura réussi beaucoup de choses », avait-il déclaré dans les colonnes de Paris-Normandie, le 28 juillet dernier.

Voilà peut-être le match le plus difficile à remporter. Car si les hommes de Luka Elsner avancent au rythme des cadors, si le club doyen n’a baissé pavillon qu’une seule fois, le 6 août à Valenciennes (0-1, 2e j.), si plus personne ne sent ses paupières devenir lourdes au regard des prestations havraises, le Stade Océane, lui, sonne toujours le creux. « On joue pour qu’il y ait du monde au stade, dit Gautier Lloris à ce sujet. Savoir que le public est là, nombreux, ça donne envie de surpasser, et si on se surpasse, ça donnera aux gens l’envie de revenir. »

Après dix journées et cinq rendez-vous au cœur du vaisseau bleu, le HAC ne s’appuie ainsi que sur la neuvième affluence du championnat, avec 7481 spectateurs de moyenne (contre 13 799 à Caen), et un pic à 16 007 lors de la réception du Stade Malherbe le 2 septembre (2-1). Une soirée qui aurait pu être celle du déclic. Mais… « On s’attendait à un rebond un peu plus fort après Caen », admet Olivier Ouf, responsable de la billetterie. Seuls 5965 spectateurs ont ainsi assisté au succès face à Annecy (2-0).

Ce samedi soir, pour la réception de Bastia, quelle sera l’affluence ? Digne d’une équipe en lice pour un neuvième match sans défaite, pour un sixième succès en huit journées, à la hauteur d’une formation qui ne compte qu’un point de retard sur le leader (Bordeaux) ? A priori, malgré une opération associée à « Octobre Rose » (place à 50 % pour les femmes dans toutes les catégories du stade), la barre des 6000 devrait être à peine franchie.

Très peu, trop peu. Alors qu’à l’issue de ce duel, un seul match restera à l’affiche du Stade Océane avant la pause Coupe du monde, la venue du FC Metz, le 24 octobre.

Un « onze » déplumé sur son flanc gauche

Coup dur ! Double et même triple coup dur ! Samedi face à Bastia, Luka Elsner devra intégralement revisiter son flanc gauche, et peut-être même innover. Et pour cause. S’il était déjà écrit que Nabil Alioui ne pourrait défier les Corses sur son aile, en revanche, l’entraîneur havrais ne s’attendait pas à une telle hécatombe au poste de latéral.

Déjà privé d’Abdelwahed Wahib (genou), le technicien slovène a vu cette semaine tomber Christopher Opéri (souci musculaire) et Terence Kongolo (ischio). Et il reste ? Personne… Du moins pas un seul spécialiste au poste. Nolan Mbemba, vu dans ce rôle la saison passée ? Pas assez offensif. Aloïs Confais, lui aussi capable de descendre d’un cran ? Idem. « L’équation n’est pas simple, souffle Elsner. D’autant que ce côté nous permet souvent de débloquer des solutions. Je réfléchis à toutes les solutions possibles, tout en gardant un infime espoir pour Christopher (Opéri), même les plus loufoques. » Et parmi celles-ci, sachant que l’entraîneur entend « prendre des risques à domicile », il n’est pas à exclure la présence de Josué Casimir au sein du quatuor défensif.

Du côté des bonnes nouvelles, notons les retours de Victor Lekhal, remis d’une lésion musculaire, et d’Amir Richardson, suspendu face à Dijon (0-0). Enfin, un petit espoir subsiste quant à la présence de Jamal Thiaré dans les « 18 », lui qui ne se ressent plus de son entorse, mais qui était ce jeudi bloqué au lit, malade.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : offensivement, le Havre AC doit monter d’un cran face à Bastia

Ce samedi 8 octobre 2022 au Stade Océane, les Ciel et Marine défieront le SC Bastia, l’une des équipes les plus coriaces du moment avec, entre autres objectifs, celui de se rassurer offensivement. Et ce, une semaine après avoir cherché, en vain, la clé du succès en terre dijonnaise.

Yann Kitala et les Havrais devront faire preuve d’une redoutable efficacité afin de percer un mur bastiais totalement étanche depuis quatre journées

Puisque la gourmandise s’est immiscée dans le parcours des Ciel et Marine, puisqu’ils démontrent que leur présence dans le peloton de tête n’est en rien due au hasard, puisque leur maîtrise collective et technique a souvent fait du HAC une équipe souveraine sur le pré, il n’est rien de plus légitime que de pousser le curseur un peu plus loin encore. Et celui-ci s’oriente vers le secteur offensif et une efficacité qu’il serait bon de soigner, un peu plus.

Certes, avec seize buts à son crédit, le Havre AC figure au sein du Top 5 des meilleures attaques. Néanmoins, conscient que la marge de progression reste grande dans ce secteur, Luka Elsner entend faire acte de lucidité à l’évocation du bilan offensif en cours. « Lorsqu’on fait une analyse comme celle-ci, on retire les extrêmes, notamment ce match à Saint-Étienne », et les six buts inscrits.

Peut-être l’entraîneur havrais préfère-t-il retenir les images les plus fraîches, celle de cette soirée à Dijon, la semaine passée, durant laquelle ses hommes ne laissèrent que des miettes aux locaux dans le jeu, sans toutefois parvenir à trouver une seule fois l’ouverture (0-0). « Après avoir revu ce match, un point, c’est effectivement trop peu. Offensivement, on doit amener de meilleurs ballons, soigner la qualité de nos situations. Ce que je souhaiterais également, c’est que les joueurs aient un côté un peu plus instinctif sur des ballons qui traînent, sur une inspiration. »

Un joker en approche ?

Peut-être le technicien slovène souhaiterait-il également disposer d’un peu plus de cartouches sur une cette ligne d’attaque qui fait actuellement de Yann Kitala (2 buts, 3 passes) l’unique pointe disponible. Jamal Thiaré, de retour à l’entraînement ce vendredi, ne paraissait pas encore en état de réintégrer les « 18 ». « Sur le deuxième temps du match, il manque effectivement une ressource, comme a pu l’être Jamal (Thiaré) avant sa blessure (NDLR : trois entrées en jeu, trois buts inscrits). On est donc un peu fermés sur les options. Yann (Kitala) fait beaucoup d’efforts, il incarne vraiment cette notion de premier défenseur. Maintenant, c’est vrai qu’il n’a pas le profil d’un tueur à gage. »

Lire aussi Le HAC espère l'appui d'un public plus nombreux
Alors qu’une fois pliée cette affiche que le Havre AC partagera ce samedi 8 octobre 2022 avec Bastia, quatre matches resteront à disputer avant la trêve « Qatar », dont trois à l’extérieur, et six avant l’ouverture du mercato d’hiver (le 1er janvier 2023), se pose donc la question d’un possible joker. Celui que vient de piocher Amiens, localisé au sommet du classement aux côtés des Girondins de Bordeaux, en la personne du Lensois Gaël Kakuta.

« Il n’y aura rien avant le mercato, coupe d’emblée Mathieu Bodmer. Prendre un joker, ça veut dire prendre un joueur qui ne joue pas actuellement. Ça demandera donc du temps pour le remettre en forme, alors qu’il ne reste que peu de matches (6) avant le mercato d’hiver. Et bien évidemment, on y travaille déjà. » Il n’en reste pas moins qu’en l’état, le HAC, même en l’absence d’un insatiable buteur, briguera face à Bastia un neuvième match dénué de revers, un sixième succès en huit journées et un quatrième « clean sheet » à la suite.

Havre AC - SC Bastia, ce samedi 8 octobre 2022 à 19 heures, au Stade Océane
Arbitre : M. Landry.

HAVRE AC : 30. Desmas - 17. El Hajjam, 93. Sangante, 4. Lloris, 27. Opéri ou 18. Mbemba - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 8. Kechta - 23. Casimir ou 11. Cornette, 9. Kitala, 11. Cornette ou 10. Alioui.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 5. Diallo, 18. Mbemba, 25. Confais, 6. Diakité, 28. Mahmoud, 21. Gomes, 10. Alioui ou 11. Cornette.

Entraîneur : Luka Elsner.

Principaux absents : Wahib (genou), Kongolo (ischio), Thiaré (reprise).

BASTIA : 30. Placide - 28. Sainati, 25. N. Ndiaye, 20. Kaiboue - 22. Van Den Kerkhof, 7. Vincent (cap), 10. Salles-Lamonge, 13. Ducrocq, 42. D. Tavares - 86. Robic, 27. Alfarela.

Remplaçants : 1. Boucher (g), 23. Palun, 6. Guidi, 4. Roncaglia, 78. M. Camara, 11. Magri, 9. Santelli.

Entraîneur : Régis Brouard.

Principaux absents : Baï, Diongue (blessés).

Les autres points

Pas à 100 % cette semaine, Nabil Alioui pourrait tout de même être dans le groupe du HAC pour la réception de Bastia

Espoir pour Alioui, doute pour Opéri

Luka Elsner attendra le tout dernier moment avant de composer, et donc de communiquer, son groupe. Alors qu’il ne pourra une nouvelle fois compter sur Jamal Thiaré, diminué par un virus, l’entraîneur havrais s’accrochera jusqu’au bout à l’espoir de retrouver dans ses rangs Nabil Alioui, forfait pour le déplacement à Dijon (souci musculaire). Si jeudi 6 octobre 2022, l’attaquant havrais se plaignait encore d’une petite douleur, ce vendredi 7 octobre, le Franco-Marocain laissa filtrer une touche d’optimisme. En revanche, l’inquiétude planait toujours au-dessus du cas Opéri, handicapé par une douleur au pectiné, et au mieux jugé incertain.

Bastia carbure au super

Il y a d’abord eu cette entame assombrie par quatre défaites en six journées, et douze buts concédés, dont cinq sur la pelouse de Saint-Étienne (0-5, 6e j.). Puis l’embellie, impressionnante en termes de solidité, puisqu’à l’occasion des quatre dernières échéances, les filets du SC Bastia n’ont pas tremblé une seule fois, et de points mis au chaud, à savoir dix sur les douze derniers mis en jeu. Le tout, pour un bond en avant de la quinzième à la septième place, trois points derrière le Havre AC. « On va maintenant jouer les gros du championnat, c’est l’occasion de savoir où on en est », note Régis Brouard, l’entraîneur d’un Sporting où évoluent les ex-Havrais que sont Johny Placide, Zacharie Boucher, Sébastien Salles-Lamonge et Migouel Alfarela, l’actuel meilleur passeur de L2 (4).
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le Havre AC accroche le SC Bastia à son tableau de chasse

Quelque peu freinés la semaine passée à Dijon (0-0), les Ciel et Marine ont repris leur marche en avant ce samedi 8 octobre 2022 au Stade Océane, en dominant largement le SC Bastia (3-0). Le HAC reste calé dans la roue des leaders que sont Bordeaux et Amiens.

Réunis autour de Gautier Lloris, le premier buteur de la rencontre, les Havrais ont réalisé une prestation des plus abouties face à Bastia

Ils sont injouables, tout simplement. Sans jamais donner l’impression de forcer leur talent, les Ciel et Marine n’ont pas laissé le moindre espoir au SC Bastia. Une démonstration de force, un festival collectif, et offensif. Pour un plaisir que personne n’osera snober, tant le HAC, en version Elsner, dégage une maîtrise, exceptionnelle par instants. Tout au long de la première période, les Corses n’ont ainsi jamais pu exister. Pressés, étouffés par un « onze » pourtant contraint d’être relooké.

Et qui aurait misé sur la présence de Casimir, attaquant, excentré droit jusqu’alors, au poste de latéral gauche, afin de pallier l’absence d’Opéri ? Personne, si ce n’est l’entraîneur havrais. Qui aurait pensé que Mahmoud, titularisé pour la première fois depuis le 15 mai 2021, se fonderait aussi facilement dans le moule ? Peut-être pas grand monde, si ce n’est le technicien slovène. Tout ce que tente ce dernier est aussitôt transformé en or. À l’image de ce centre de Mahmoud, une merveille de centre, à destination de Gautier Lloris qui n’eut plus qu’à pousser le ballon au fond des filets. D’une tête qui offrit à l’ancien Auxerrois le cinquième but de sa carrière.

Lekhal, meilleur buteur !

On jouait alors la 23e minute, et déjà l’ex-Havrais Placide avait été suppléé par son montant droit, à la suite d’une tête de Richardson (14e). Le ballon ne quittait pas les pieds havrais, les Corses ne respiraient plus. Tremblaient même à nouveau lorsque Quentin Cornette s’arracha pour récupérer le cuir petit côté, avant de voir son centre longer la ligne de but sans que personne ne puisse le pousser derrière celle-ci (32e).

Le parfum du break se faisait de plus en plus fort, celui que signa Cornette, d’une splendide demi-volée (2-0, 33e). Un temps dans le dur, Cornette, déjà pétillant une semaine plus tôt à Dijon, démontrait qu’il était réellement de retour à son meilleur niveau. Voire même à un niveau rarement atteint ces deux dernières saisons. Il s’est remis à l’endroit, prenant l’aspiration de partenaires insatiables. Décidés qu’ils étaient à reléguer les Bastiais loin derrière, en témoigne cette entame de seconde période qui vit Victor Lekhal, à la suite d’un corner de Cornette et d’une offrande de Lloris, inscrire le troisième but de la soirée (48e). Le quatrième de la saison pour le capitaine, soit l’actuel meilleur buteur havrais du moment.

Dès lors, il n’y eut plus aucun suspense. Mais un événement tout même. Cet arrêt de Desmas à la suite d’une frappe cadrée de Salles-Lamonge (74e). Oui, le numéro 1 du HAC, jamais sollicité une semaine plus tôt à Dijon, eut enfin l’occasion d’endosser le rôle d’acteur. Et ce, à un moment de la soirée où les hommes de Brouard tentèrent de sauver l’honneur, quand ceux d’Elsner pouvaient se permettre de gérer. Eux qui surfent désormais sur une série de neuf matches sans défaite (6V., 3N.), troisièmes qu’ils sont au classement à une semaine de se rendre à Rodez.

Les notes du HAC : Desmas (6), El Hajjam (6,5), Sangante (7), Lloris (7,5), Casimir (6,5), Richardson (6,5), Lekhal (7), Kechta (6,5), Mahmoud (7), Kitala (5,5), Cornette (7).

Au Havre, le HAC bat Bastia 3 à 0 (2-0)
Arbitre : M. Landry. Spectateurs : 6 398.

Buts pour le HAC : Lloris (23e), Cornette (33e), Lekhal (48e).

Avertissements au HAC : Lekhal (45e), Kitala (67e), Diallo (89e) ; à Bastia : Robic (45e), Ducrocq (54e), M. Camara (72e).

HAC : Desmas - El Hajjam, Sangante, Lloris, Casimir - Richardson (Mbemba, 70e), Lekhal (cap) (Diallo, 83e), Kechta (Diakité, 63e) - Mahmoud, Kitala (Alioui, 70e), Cornette (Gomes, 83e).

Entraîneur : Luka Elsner.

BASTIA : Placide - Sainati (Magri, 60e), N. Ndiaye, Kaiboue - Van Den Kerkhof, Vincent (cap), Salles-Lamonge, Ducrocq (Roncaglia, 70e), D. Tavares (Guidi, 74e) - Robic (M. Camara, 60e), Alfarela (Santelli, 70e)

Entraîneur : Régis Brouard.

Elsner : « J’ai tellement de bonheur à travailler avec ces garçons »

Luka Elsner (entraîneur du HAC) : « J’aime bien toujours chipoter, donc la dernière demi-heure… Mais je suis vraiment fier de ce que les garçons ont mis sur le terrain. Il y a plein de choses positives. On s’est rendu le match facile par notre maîtrise technique en première période, on a imprimé un bon tempo. Ce n’était pas simple de passer, mais on a réussi à se créer suffisamment de situations pour marquer ces deux premiers buts. Mais ce qu’il faut louer, au-delà des trois buts, ce sont les retours défensifs des garçons, même à 3-0. Parce que lors de la dernière demi-heure, on a retrouvé une équipe de Bastia tranchante. Mais j’ai tellement de bonheur à travailler avec ces garçons. On a Josué (Casimir) qui joue arrière gauche, qui donne tout, qui se sacrifie, Elies (Mahmoud) pour la première fois titulaire et qui a mis de l’impact. Je pense vraiment que les garçons donnent beaucoup de plaisir aux gens qui viennent les voir. »

Régis Brouard (entraîneur de Bastia) : « On a rencontré une équipe bien meilleure que la nôtre. Techniquement, on n’a pas su rivaliser et c’est rapidement devenu compliqué. En première mi-temps, on a beaucoup couru dans le vide. Et mentalement, on a été en dessous. Même dans l’agressivité, on n’y était pas. Mais il faut féliciter cette équipe du Havre. Elle a rendu une copie plus que propre. Quand en face c’est supérieur, il faut le reconnaître. C’était une soirée difficile pour nous. »
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le Havre AC a retrouvé le soldat Cornette

Dans tous les coups ! Samedi 8 octobre 2022 au Stade Océane, Quentin Cornette a posé sa griffe sur les trois buts d’un incontestable succès aux dépens du SC Bastia. Un temps en perdition, l’excentré droit est de retour !

Quentin Cornette a inscrit face à Bastia son deuxième but de la saison.

23e minute. À la suite d’un corner de Cornette, Mahmoud, côté opposé, hérite du ballon et le dépose sur la tête de Lloris qui ouvre le score. 33e minute. D’une demi-volée, Cornette oblige Placide à s’incliner une deuxième fois. 48e minute. Dans la foulée d’un nouveau corner de Cornette, qui oblige Placide à une sortie douteuse, le cuir arrive dans les pieds de Lloris qui offre à Lekhal le but d’un succès dès lors assuré. Attendu au tournant après une entame de saison délicate, peu visible dans le jeu lorsqu’il fut appelé à débuter, dépassé par le rythme imprégné lors de ses entrées en jeu, l’homme le plus décisif de la saison passée (6 buts, 7 passes décisives) renoue enfin avec ses plus belles sensations.

Une semaine plus tôt à Dijon (0-0), Luka Elsner avait déjà insisté sur le fait que son joueur venait de réaliser son meilleur match depuis l’ouverture de la saison. Seul bémol, à Gaston-Gérard, sans doute Cornette avait-il mâchouillé la feuille, d’un raté face au but en première période. Samedi, face à Bastia (3-0), l’empreinte qu’il a posée sur le sixième succès de la saison, le cinquième en six matches, ne passa pas inaperçue. Sans doute suffisant pour que le coach et les dirigeants balayent quelques doutes. Pour se rassurer, tout simplement.

« Je n’étais clairement pas au niveau »

« Entre la saison passée et le début de celle-ci, c’est vrai que la différence était grande, concède-t-il. Je n’étais clairement pas au niveau, je ne faisais pas ce qu’il fallait sur le terrain. » Pourtant, ce grand écart entre Le Guen, et sa philosophie de jeu frileuse, et Elsner, aux idées audacieuses, Quentin Cornette (28 ans) aurait dû pouvoir l’effectuer sans le moindre problème. Lui qui eut l’occasion de prendre le pouls de la méthode du Slovène à Amiens, lors de l’exercice 2019-2020. « Ça n’a rien à voir avec le changement d’entraîneur, ni avec un problème d’adaptation, coupe-t-il. C’est plus personnel qu’autre chose. » Certes.

Il n’empêche qu’Elsner avait fait de lui une priorité, alors que son contrat avec le HAC arrivait à terme, et que les dirigeants avaient fini par consentir un réel effort financier, en termes de salaire, afin qu’il poursuive sous ce maillot qu’il avait pour la première fois revêtu à l’été 2020. L’ancien pensionnaire du centre de formation de Montpellier ne pouvait donc regarder plus longtemps la concurrence marquer des points, sans lui. « J’ai discuté avec le coach et la confiance a commencé à revenir grâce au but face à Annecy (2-0, 9e j.). Je me suis redonné les moyens d’y arriver. »

Et c’est le Havre AC qui en profite, heureux de retrouver l’un de ses cadres. Une gâchette au sein d’un collectif duquel ressortent pas moins de dix buteurs différents. Dont un, le plus redoutable du moment, en la personne de Victor Lekhal, quatre réalisations au compteur. Soit deux de plus que Cornette. Un total que l’homme au maillot floqué du numéro 11 aura peut-être l’occasion de gonfler quelque peu, samedi 15 octobre 2022, sur la pelouse de Rodez.

Les autres points

Le HAC domine les classements annexes

Si les Ciel et Marine, un point derrière, chassent actuellement le duo Bordeaux-Amiens, au niveau des classements annexes, les Ciel et Marine sont sans partage. Jugez plutôt. Au terme de cette onzième journée, le HAC s’appuie sur la meilleure défense du championnat, avec seulement cinq buts concédés. Face à Bastia, Desmas et les siens ont ainsi enchaîné un quatrième « clean sheet ». À l’autre bout du terrain, là aussi le HAC fait figure de référence, avec la meilleure attaque de la compétition (19 buts « pour »), statut de leader que les Stéphanois (18 buts) tenteront toutefois de contester ce lundi 10 octobre 2022 à Sochaux. Et ce n’est pas tout. Dans la catégorie « possession », là aussi les Havrais dominent, avec un pourcentage de 59,24 %, eux qui comptent également le nombre de passes réussies le plus conséquent de L2, avec un total de 5 695.

Suspendu (1)

Averti la semaine passée, à Dijon (0-0, 10e j.), Josué Casimir devra purger, samedi 15 octobre 2022 à Rodez (19 h), un match de suspension automatique.

Suspendu (2)

Après avoir écopé d’un « jaune » lors des 7e, 10e et 11e journées, Yann Kitala, injustement averti face à Bastia (les images le confirment), ne pourra être aligné face à Metz, le lundi 24 octobre 2022 au Stade Océane (20h45), automatiquement suspendu.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le Havre AC pourra-t-il s’appuyer sur Gautier Lloris à Rodez ?

Contraint ce jeudi 13 octobre 2022 de quitter prématurément la séance matinale, Gautier Lloris, touché au mollet, est jugé incertain pour le déplacement à Rodez, prévu ce samedi 15 octobre.

Gautier Lloris est annoncé incertain pour le déplacement à Rodez.

Buteur et passeur décisif samedi dernier face à Bastia (3-0), crédité d’un début de saison impeccable, pilier d’une défense havraise qui n’a pas encaissé le moindre but lors des quatre dernières journées, Gautier Lloris pourra-t-il tenir sa place, samedi à Rodez ? Le doute plane.

Handicapé depuis quelques jours par une gêne à un mollet (muscle soléaire), l’ex-Auxerrois a dû en effet ce jeudi matin quitter la séance d’entraînement avant l’heure. « Et on ne prendra aucun risque », confiait Luka Elsner. Une échographie de contrôle dira si, oui ou non, le défenseur havrais sera en mesure de faire face à des Ruthénois toujours en quête de leur premier succès à domicile (2n., 3d.).

Opéri et Thiaré de retour

En revanche, deux bonnes nouvelles accompagneront samedi les Ciel et Marine en direction de l’Aveyron. Elles ont pour nom Opéri, forfait face à Bastia (souci musculaire) et de retour à une activité tout à fait normale, « même s’il faut rester vigilant », murmure le prudent Elsner, et Thiaré, absent lors des quatre dernières échéances (entorse ligamentaire sur le dessus du pied) et à nouveau opérationnel.

Rappelons qu’à l’occasion des 5e, 6e et 7e journées, l’attaquant sénégalais avait été relégué sur le banc avant d’en jaillir et d’inscrire un but à chacune de ses entrées en jeu. Quant à Terence Kongolo (ischio), il était encore ce jeudi en phase de réathlétisation. A priori, l’international néerlandais pourrait effectuer son retour au sein des « 18 » lors de la réception de Metz, le lundi 24 octobre (20h45). Enfin, notons qu’il faudra au HAC se passer de Josué Casimir, suspendu pour cette douzième journée.
Mathelvin
National 2
National 2
Messages : 394
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : au Havre AC, Victor Lekhal s’éclate, enfin !

Capitaine d’une équipe havraise dont il est actuellement, et à la surprise générale, le meilleur buteur, Victor Lekhal renoue avec des sensations perdues depuis plus de trois ans et sa dernière blessure à un genou.

Crédité d’un seul but lors de ses cent soixante-quatre premiers matches de Ligue 2, Victor Lekhal en a inscrit quatre à l’occasion de ses sept dernières apparitions en championnat

Il y a eu cette nouvelle tuile, cette troisième blessure, des ligaments croisés qui ont de nouveau cédé, un jour de rendez-vous international, en mars 2019, et de première apparition avec l’équipe d’Algérie. Puis il y eut les trois saisons sous les ordres de Paul Le Guen, celles qui lui parurent bien longues, bien molles. Et enfin ces étés durant lesquels il fut aux aguets, dans l’attente d’une proposition apte à lui faire quitter son club formateur. En vain.

Alors au coup d’envoi de la saison, il fut légitime de s’interroger sur le degré de motivation du Fennec, sur le niveau qu’il afficherait. Avant que ce dernier ne donne de premiers éléments de réponse, et non des moindres. Victor Lekhal (28 ans) est bel et bien de retour à son meilleur niveau, avec en prime, déjà quatre buts au compteur. Entretien.

Peut-on affirmer que le HAC a retrouvé le joueur brillant, convoité par quelques clubs de L1 et appelé en équipe d’Algérie, que vous étiez avant votre dernière blessure au genou ?

Victor Lekhal : « On peut dire ça, oui. Avant ma troisième blessure grave, j’étais vraiment bien et je suis très heureux d’être revenu à ce niveau. J’ai clairement le sentiment de revivre. Chaque match est un plaisir. »

La saison passée, le doute commençait-il à vous envahir ?

« Disons que j’ai traversé des moments compliqués, mais dès qu’ils ont pris leur fonction, le coach et Mathieu (Bodmer) sont venus me parler et m’ont rapidement rassuré. Si je me sens bien aujourd’hui, c’est aussi grâce à eux. »

Pourtant, au printemps dernier, vous avez eu de nouvelles velléités de départ. Le téléphone n’a pas sonné ?

« Oui, oui, il a sonné. On en a discuté franchement avec le staff et la direction et j’ai donc repris avec le groupe. Tout naturellement. »

« Ce qu’on fait là, c’est beau, mais ça ne suffit pas encore »
Aujourd’hui, vous êtes donc plus proche de prolonger un contrat qui arrive à terme en juin prochain que de prospecter ailleurs, non ?

« Oui, c’est sûr. Mais je ne me préoccupe vraiment pas de ça. Comme je l’ai dit, j’ai passé quelques saisons difficiles, sans prendre de plaisir. Là, j’en prends à nouveau, alors la suite, je ne m’en préoccupe pas. Je savoure chaque entraînement, chaque match. »

Il semblerait tout de même logique que le HAC mette tout en œuvre afin de verrouiller rapidement son meilleur buteur.

« (rires) Peut-être… Plus sérieusement, quatre buts, à titre personnel, c’est top. Mais l’essentiel, c’est de faire une grosse saison avec le club et d’atteindre les objectifs. Et pour le moment, si vu d’en haut, les gens prennent du plaisir en nous regardant jouer, je peux vous dire qu’en bas, sur le terrain, on se régale nous aussi. »

Le public serait-il enfin en droit de rêver ?

« Oui, les résultats parlent d’eux-mêmes. Maintenant, avec l’expérience, on sait que ce championnat est très dur, très long. Actuellement, on est dans la bonne partie du classement, il faut y rester. »

Vous évoquez les résultats, mais la qualité du jeu proposé impressionne également vos adversaires. En avez-vous conscience ?

« C’est sûr qu’on propose quelque chose d’intéressant, on arrive à se trouver, à créer de belles choses. Et puis l’état d’esprit est vraiment irréprochable. Maintenant, essayons d’être réguliers, car nous avons connu des saisons où c’est parti fort, avant que tout s’écroule. Ce qu’on fait là, c’est beau, mais ça ne suffit pas encore. Alors on bosse pour ne pas s’écrouler. Et ça bosse fort. Quelque chose se passe au sein du groupe, des plus anciens aux plus jeunes, tout le monde tire dans le même sens. S’entraîner et jouer dans un tel esprit, ça fait du bien. »
Répondre